Même les chiens

Couverture du livre « Même les chiens » de Jon Mcgregor aux éditions Christian Bourgois
  • Nombre de pages : 275
  • Collection : (non disponible)
  • Genre : (non disponible)
  • Thème : Littérature Anglo-Saxonne
  • Prix littéraire(s) : (non disponible)
Résumé:

Dans une ville du nord de l'Angleterre, peu après Noël, un homme est retrouvé mort dans son appartement. En cinq chapitres, de la découverte du corps jusqu'à sa crémation, en passant par la salle d'autopsie et le tribunal, Jon McGregor esquisse les principales étapes de l'existence de cet homme... Voir plus

Dans une ville du nord de l'Angleterre, peu après Noël, un homme est retrouvé mort dans son appartement. En cinq chapitres, de la découverte du corps jusqu'à sa crémation, en passant par la salle d'autopsie et le tribunal, Jon McGregor esquisse les principales étapes de l'existence de cet homme au gré des souvenirs de ceux qu'il fréquentait durant les dernières années de sa vie. Le récit est rythmé par les voix de ses amis - tous des toxicomanes qu'il hébergeait en échange de menus services -, dont on comprend très tôt qu'ils sont eux-mêmes désormais des fantômes. Décidés à accompagner Robert jusqu'à la fin, ils essaient de découvrir pourquoi il s'est ainsi retrouvé seul dans son appartement, à court de vivres, et quelles sont les causes de sa mort. Le récit des événements en cours alterne avec les souvenirs des personnages, qui se dévoilent eux-mêmes tout autant qu'ils évoquent Robert.
Le lecteur découvre ainsi le passé de chacun et le moment où ils ont basculé dans la dépendance, toujours en réaction à un événement insupportable : Robert a sombré dans l'alcool après le départ de sa femme et de sa fille, Heather s'est réfugiée dans l'héroïne après avoir été victime d'une mauvaise plaisanterie aux conséquences irrémédiables ; Ant, après avoir perdu une jambe lors d'une explosion en Afghanistan...
Il n'est cependant jamais question de justifier, seulement de comprendre, sans juger. Jon McGregor dévoile un monde généralement invisible : celui des marginaux et des toxicomanes. Il décrit avec une grande précision - et souvent avec humour - leur mode de survie et leurs déboires. Il nous fait pénétrer dans leur univers ainsi que dans celui de certaines institutions, exposant tant leur souffrance physique que l'extase procurée par la drogue, l'espoir que le désarroi, l'amour que la déception, et, toujours, leur volonté de vivre.


Jon McGregor, né aux Bermudes en 1976, a grandi dans le Norfolk et habite à présent à Nottingham avec sa femme et leurs deux enfants. En 2002 a paru son premier roman Fenêtres sur rues (Rivages, 2007), sélectionné pour le Man Booker Prize, lauréat du prix Betty Trask et du prix Somerset Maugham. En 2006, il publie Il n'y a pas de faux départs (Seuil, 2008) également sélectionné pour le Man Booker Prize.
Même les chiens, paru en février 2010, a été unanimement salué par la critique anglo-saxonne.


" Une alliance rare de profonde empathie et d'extraordinaire écriture. " Mark Haddon " Jon McGregor est un écrivain qui laissera une empreinte considérable dans la littérature mondiale. En vérité, c'est déjà fait. " Colum McCann " Un récit court, bien construit, qui recèle une extraordinaire vitalité émotionnelle. " David Robson, Sunday Telegraph.
" L'écriture de McGregor est époustouflante. Même les chiens laisse au lecteur une impression de solidarité, accompagnée de nombreux moments de tendresse. Le registre de ces existences malmenées se lit comme un panégyrique du coeur humain. Ce qui compte, pour finir, c'est ce que les personnages de McGregor sont les uns pour les autres, envers et contre tout. " Natalie Sandison, Times " Avec loyauté et compassion, McGregor se concentre sur la misère continuelle de la vie de ses personnages, dans une prose rythmique et ciselée, qui allie précision documentaire et plainte expressionniste... Extraordinaire. " Clare Allfree, Metro.
" Même les chiens pose un regard impassible et impartial sur les populations de la rue, sans abri et sans espoir. C'est un roman aussi glaçant et aussi revigorant que le " jour vide et glacial " sur lequel il s'ouvre : McGregor trouve de la poésie dans le profane et de la noblesse dans les combats menés par des âmes perdues qui tentent de garder la tête hors de l'eau. " James Lovegrove, Financial Times.
" McGregor jette un regard lucide et compatissant sur des vies que la littérature contemporaine s'est souvent montrée plus susceptible d'ignorer entièrement ou de recréer dans des récits tendancieux d'aliénation sociale. " Nick Rennison, The Sunday Times.
" Son immersion, digne d'un journaliste, dans le monde de ses personnages, avec sa gamme restreinte de tons et d'événements, rend cet impressionnant roman plus ingénieux encore. " Christopher Tayler, The Guardian.
" Nul voyeurisme dans cet ouvrage étonnant : il est profond et humain. C'est avec respect, et non ironie, que McGregor a pénétré dans un univers, en n'essayant ni d'expliquer, ni de justifier, mais de comprendre. " Eileen Battersby, Irish Times.

??

??

??

??

1

Donner votre avis

Le courrier des auteurs

Jon McGregor répond à nos questions ! (18/11/2011)

1) Qui êtes-vous ? ! L'heureuse traductrice d'un ouvrage magistral, dont j'ai depuis la sensation qu'il s'est inscrit dans ma chair. 2) Quel est le thème central de ce livre ? Selon moi, la perte irrémédiable, de l'autre ou de soi-même - plus encore que la réalité des paradis artificiels. Elle conditionne ici littéralement la volonté de survivre et l'intégrité de l'individu, à tous les sens du terme. 3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ? "Ils essuient leurs mains poisseuses sur leurs vêtements avant de finir le nettoyage, de se déshabiller encore une fois et de se serrer dans une baignoire qui déborde, où chacun savonne le corps fatigué de l'autre et où leurs gènes se bousculent dans son corps à elle". Sans oublier que "l'air est froid et comme un étau". 4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ? "The End" des Doors, peut-être. Parfois "Helikopter" de Stockhausen. Sinon une alternance de tonnerre et de pluie. 5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ? Toutes les choses que l'auteur a su faire ici au langage, de même que "toutes les choses qu'on leur fait, à ces corps, et ils n'arrêtent pas de recommencer".

Contenu proposé par lechoixdeslibraires.com

Les derniers avis

Ce livre n'a pas encore d'avis. Donnez le vôtre et partagez-le avec la communauté de lecteurs.com

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Ils ont lu ce livre

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions