Matador yankee

Couverture du livre « Matador yankee » de Jean-Baptiste Maudet aux éditions Le Passage
  • Date de parution :
  • Editeur : Le Passage
  • EAN : 9782847424072
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Harper aurait pu avoir une autre vie. Il a grandi à la frontière, entre deux mondes. Il n'est pas tout à fait un torero raté. Il n'est pas complètement cowboy. Il n'a jamais vraiment gagné gros, et il n'est peut-être pas non plus le fils de Robert Redford. Il aurait pu aussi ne pas accepter d'y... Voir plus

Harper aurait pu avoir une autre vie. Il a grandi à la frontière, entre deux mondes. Il n'est pas tout à fait un torero raté. Il n'est pas complètement cowboy. Il n'a jamais vraiment gagné gros, et il n'est peut-être pas non plus le fils de Robert Redford. Il aurait pu aussi ne pas accepter d'y aller, là-bas, chez les fous, dans les montagnes de la Sierra Madre, combattre des vaches qui ressemblent aux paysans qui les élèvent. Et tout ça, pour une dette de jeu.

Maintenant, il n'a plus le choix. Harper doit retrouver Magdalena, la fille du maire du village, perdue dans les bas-fonds de Tijuana. Et il ira jusqu'au bout. Parfois, se dit-il, mieux vaut se laisser glisser dans l'espace sans aucun contrôle sur le monde alentour...

Alors les arènes brûlent. Les pick-up s'épuisent sur la route. Et l'or californien ressurgit de la boue.

Avec Matador Yankee, sur les traces de son héros John Harper, Jean-Baptiste Maudet entraîne le lecteur dans un road trip aux odeurs enivrantes, aux couleurs saturées, où les fantômes de l'histoire et du cinéma se confondent. Les vertèbres de l'Amérique craquent sans se désarticuler.

Donner votre avis

Articles (7)

Avis(46)

  • http://leslivresdejoelle.blogspot.com/2019/04/matador-yankee-de-jean-baptiste-maudet.html

    Harper a grandi à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis, à la frontière entre les toreros et les cow-boys. Sa mère mexicaine a émigré aux US, Harper surprend pas la blondeur de sa chevelure et...
    Voir plus

    http://leslivresdejoelle.blogspot.com/2019/04/matador-yankee-de-jean-baptiste-maudet.html

    Harper a grandi à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis, à la frontière entre les toreros et les cow-boys. Sa mère mexicaine a émigré aux US, Harper surprend pas la blondeur de sa chevelure et la couleur claire de ses yeux, il est vrai qu'il n'a pas connu son père...

    Pour rendre service à son ami Antonio et éponger sa dette de jeu envers lui, Harper accepte d'aller toréer dans un village d'altitude dans la Sierra Madre en territoire indien. De fil en aiguille, il se retrouve obligé de partir à Tijuana à la recherche de Magdalena, la fille du maire de ce village de fous.

    Ce roman est une sorte de road trip qui hésite entre le roman d'aventure et le burlesque. Bien qu'il soit joliment écrit et qu'il dépeigne une certaine Amérique je me suis hélas ennuyée à la lecture des aventures de ce matador. Une lecture dont l'originalité avait pourtant tout pour me plaire...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • L’histoire ne le dit pas, mais ils ne doivent pas être très nombreux les Américains toréadors. Harper est l’un des derniers représentants de cette profession qui ne nourrit plus vraiment son homme. Aujourd’hui, il rend dans un petit village mexicain où la fête annuelle ne saurait se passer sans...
    Voir plus

    L’histoire ne le dit pas, mais ils ne doivent pas être très nombreux les Américains toréadors. Harper est l’un des derniers représentants de cette profession qui ne nourrit plus vraiment son homme. Aujourd’hui, il rend dans un petit village mexicain où la fête annuelle ne saurait se passer sans un spectacle dans les arènes.
    Dans un bus brinqueballant et le long de routes poussiéreuses, il a le temps de réfléchir à ses rêves de gloire, au souvenir des heures de gloire qui drainaient le tout Hollywood de ce côté de la frontière. «Son père avait connu Orson Welles, Rita Hayworth, Ava Gardner, Frank Sinatra et collectionnait les photos des vedettes qui aimaient se montraient aux arènes en compagnie des grands toréros de l’époque.»
    Aujourd’hui quelques retraités nostalgiques, «obèses ou rabougris», viennent grossier les rangs des autochtones pour des corridas la confrontant à des vaches fatiguées plutôt qu’à des taureaux aux naseaux rageurs et lui rapportant à peine de quoi faire bouillir sa marmite. «Cette situation n’était pas inconfortable, elle permettait de ménager de grands moments d’indifférence au monde et de liberté, sans qu’aucun fil ne le rattache à une autre existence.»
    À moins qu’il ne se berce d’illusions, car la vie ne l’a pas ménagé, comme en témoigne les cicatrices sur tout son corps. Frôlé par la mort à plusieurs reprises, il ressemble à ses cow-boys qui ont fait la gloire d’Hollywood. Sa gueule de malfrat en fait le candidat idéal pour une mission risquée, retrouver la fille du maire du village du côté de Tijuana, essayant de grappiller quelques dollars pour rembourser une dette de jeu.
    Jean-Baptiste Maudet fait appel à tous les ingrédients du road-trip pour construire sa chronique d’un monde en voie de disparition. La pègre, les dettes d’honneur, le sang et la mort, un trésor de guerre et, bien entendu, la femme qu’il faut essayer d’extirper d’une spirale infernale. Il y a du Thelma et Louise dans la virée de Harper et Magdalena, mais il y a aussi l’émergence d’un monde plus dur, plus violent. Au bout de la route, le géographe qu’est Jean-Baptiste Maudet nous aura dépeint le paysage d’une autre Amérique, de celle de Trump qui fait la chasse à toutes sortes de marginaux et dans laquelle un Gringo Torero n’a quasi aucune chance de survivre.
    https://urlz.fr/9sv2

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • John Harper est né entre deux mondes. Derrière lui, les Etats Unis, son coté délirant spectaculaire et la sensation d’être seul au milieu de tous. Devant, le Mexique, Tijuana, la tauromachie, une autre idée de la vie et puis surtout les comancheros…
    Oscillant dans une vie et une ville terne,...
    Voir plus

    John Harper est né entre deux mondes. Derrière lui, les Etats Unis, son coté délirant spectaculaire et la sensation d’être seul au milieu de tous. Devant, le Mexique, Tijuana, la tauromachie, une autre idée de la vie et puis surtout les comancheros…
    Oscillant dans une vie et une ville terne, notre toréro va partir dans la Sierra Madre pour faire le spectacle dans une arène afin d’effacer une dette de jeu. Après un trajet en bus, introduction à des paysages mexicains que l’auteur m’a donnés à voir alors que je n’y ai jamais mis les pieds, le roman va prendre un virage radical et se transformer en road movie ou chaque page ne peut se lire sans reprendre son souffle.
    Pour retrouver la fille du maire, notre toréro va s’entourer d’une bande de pieds nickelés tous aussi attachant les uns que les autres. Entre un vieillard aux tatouages énigmatiques, une serveuse qui ne demande qu’à aimer et un presque médecin mexicain qui irradie l’envie de vivre…

    Difficile de croire deux choses dans cette histoire ; Matador Yankee est le premier roman de J.B Maudet… Incroyable tant son écriture est abouti et fluide. Son style est mur et il a un vrai talent de raconteur d’histoire.
    Et En outre, cet auteur est Français… Ce road tripe à la frontière mexicaine est digne d’un Rodrigues, d’un Tarantino, et pourtant les racines de l’auteur sont bel et bien dans le pays des lumières.
    De ce Mexique de la poussière, du soleil de plomb, de la tequila, on en respire toutes les odeurs. Tout est prétexte à voyage, à aventure. Le rythme, les personnages, et ce somptueux voyage à la thelma et Louise font de ce premier roman, un très grand livre qu’il serait dommage de ne pas découvrir…

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Harper vit à la frontière entre deux mondes, Mexique d’un côté, États-Unis de l’autre. Pas vraiment cowboy, pas vraiment garçon vacher, il est devenu torero par le force des choses. Il se produit dans les arènes de chaque côté de la frontière. Il s’évade dans sa tête et s’imagine qu’il est le...
    Voir plus

    Harper vit à la frontière entre deux mondes, Mexique d’un côté, États-Unis de l’autre. Pas vraiment cowboy, pas vraiment garçon vacher, il est devenu torero par le force des choses. Il se produit dans les arènes de chaque côté de la frontière. Il s’évade dans sa tête et s’imagine qu’il est le vrai fils de Robert Redford, son idole, surtout dans ce film où il joue avec Paul Newman, Butch Cassidy et Sundance kid. Faute de mieux, pourquoi ne pas s’inventer la famille dont on rêve.
    S’il n’est pas vraiment un mauvais bougre, Harper est totalement fauché, il a contracté une forte dette de jeu et doit beaucoup d’argent à Roberta, la tenancière du bordel de Tijuana… Il vient demander l'aide de l’ami de toujours. Pour qu’Antonio éponge sa dette, il devra se donner en spectacle dans les arènes d’un village paumé de la Sierra Madre, et dire au maire du dit village qu’Antonio veut épouser Magdalena, sa fille. Mais Magdalena a disparu…
    Bon, là c’est déjà embrouillé, mais ça va l’être encore plus, car ce village est peuplé d’indiens un peu sauvages, d’un maire et de sa femme tous deux légèrement hystériques, et la dette à Roberta, la disparition de Magdalena, ne sont pas aussi faciles à solutionner que ce que l’on pouvait penser de prime abord…
    Impossible d’en dévoiler d’avantage… Lisez et vous serez comme moi pris par l’intrigue, les personnages, l’écriture, de ce roman qui court, respire, s’essouffle, transpire, lutte, sanglote, déteste et aime. C’est une sarabande que l’on n’a pas envie de lâcher, juste envie de savoir où part Harper… dans quel fichu pétrin il va se fourrer…
    Lire ma chronique complète sur le blog Domi C Lire https://domiclire.wordpress.com/2019/01/22/matador-yankee-jean-baptiste-maudet/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.