Maman a tort

Couverture du livre « Maman a tort » de Michel Bussi aux éditions Pocket
  • Date de parution :
  • Editeur : Pocket
  • EAN : 9782266265843
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

Rien n'est plus éphémère que la mémoire d'un enfant...
Quand Malone, du haut de ses trois ans et demi, affirme que sa maman n'est pas sa vraie maman, même si cela semble impossible, Vasile, psychologue scolaire, le croit.
Il est le seul. Il doit agir vite. Découvrir la vérité cachée. Trouver... Voir plus

Rien n'est plus éphémère que la mémoire d'un enfant...
Quand Malone, du haut de ses trois ans et demi, affirme que sa maman n'est pas sa vraie maman, même si cela semble impossible, Vasile, psychologue scolaire, le croit.
Il est le seul. Il doit agir vite. Découvrir la vérité cachée. Trouver de l'aide. Celle de la commandante Marianne Augresse par exemple. Car, déjà, les souvenirs de Malone s'effacent. Ils ne tiennent plus qu'à un fil. Le compte à rebours a commencé.
Qui est vraiment Malone ?

Donner votre avis

Articles (3)

  • Eté 2015, les 10 polars à ne pas manquer
    A redécouvrir : été 2015, les 10 polars à ne pas manquer

    Les psychopathes sont au meilleur de leur forme et les maîtres du polar au meilleur de leur talent pour raconter leur folie. Une imagination à faire froid dans le dos, à réveiller les plus profondes angoisses et surtout à graver avec addiction ces histoires dans vos mémoires puisque chers lecteurs, vous vous jetez dessus avec frénésie ! Alors faites votre choix, le must du thriller vous attend !

  • Les carnets de l'édition, épisode 2 : Le métier de directrice de la communication
    Episode 2 : Le métier de Directrice de la communication avec Anne Chamaillard

    Les métiers de l'édition vous ouvrent à nouveau leur porte avec ce deuxième volet de notre web-série des Carnets de l'édition consacré au métier de Directrice de communication avec Anne Chamaillard pour le groupe Place des éditeurs.

  • Michel Bussi : Quand le « Dan Brown français » s’attaque à l’enfance
    Michel Bussi : Quand le « Dan Brown français » s’attaque à l’enfance

    Dans son dernier roman, Michel Bussi fait éclater la vérité dès le premier chapitre. Avec « Maman a tort », l’auteur de polars le plus lu en France a choisi de donner la parole à un enfant de trois ans que personne ne croit. Parce que son histoire est ahurissante. 

Avis (40)

  • n 10 questions :
    1-- Qu'est-ce qui vous a conduit à acheter ce livre ?
    J'ai emprunté ce roman à la bibliothèque, suite à des conseils de lectrices assidues qui l'avaient lu.

    2-- Quel a été votre première impression dès les premières pages ?
    On est tout de suite dans le bain, avec un...
    Voir plus

    n 10 questions :
    1-- Qu'est-ce qui vous a conduit à acheter ce livre ?
    J'ai emprunté ce roman à la bibliothèque, suite à des conseils de lectrices assidues qui l'avaient lu.

    2-- Quel a été votre première impression dès les premières pages ?
    On est tout de suite dans le bain, avec un premier chapitre qui nous plonge dans le monde de Malone.

    3-- Cette impression s'est-elle confirmé par la suite ou bien a-t-elle changé?
    Comme tous les romans où l'histoire est liée à un enfant, j'ai été captivée. L'intrigue a été très bien menée, même si j'avoue avoir eu quelques doutes quand à la compagne de Timo.

    4-- Est-ce-que le langage utilisé ainsi que le style d'écriture vous ont plu ? Oui ? Non ? et pourquoi ?
    Le style et le langage sont très classique. Un petit plus au travers des histoire de Gouti, qui parsèment le roman de poésie.

    5-- Qu'avez-vous pensé des personnages ?
    Ah oui, les personnages sont LE petit bémol de cette histoire, des personnages trop manichéens, le méchant est une vraie ordure, l'imbécile de service est vraiment très stupide et trop penché sur l'alcool. Le psy trop bien. Bref, des caractères trop marqués pour la plupart des personnages, même si des évènements non prévus vont venir bousculer cet ordre établi, et offrir un finish surprenant.

    6-- Quel est votre personnage préféré dans ce livre ? pourquoi ?
    C'est papy, je ne sais pas pourquoi, mais ce vieux flic est touchant, réflechi, instinctif et terriblement humain.

    7-- Celui que vous avez détesté ? pourquoi ?
    Dimitri moulin, poivrot de service, violent, et bête comme un âne.

    8-- Imaginiez-vous une fin différente ? Si oui, laquelle ?
    Oui, je pensais que tous les méchants finiraient en prison... Une happy end qui n'a pas vraiment eu lieu.

    9-- Relirez-vous un titre de cet auteur ?
    Il en reste quelques uns que je vais lire, avec plaisir.

    10-- Votre avis est-il positif ou négatif ? pourquoi (en quelques mots seulement)
    Un roman qui m'a bien pris en haleine, un enfant plutôt doué, avec de gros secrets, qui avec ses mots va bouleverser de nombreuses vies. Un roman très plaisant avec une commandante surprenante. J'ai beaucoup aimé le passage ou elle a le nez en patate.

    Note : 8.5/10

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Roman basé sur la mémoire éphémère d un enfant de 3 ans , la manipulation .....J ai beaucoup aimé ce livre avec une fin non " prévue ". A lire !

    Roman basé sur la mémoire éphémère d un enfant de 3 ans , la manipulation .....J ai beaucoup aimé ce livre avec une fin non " prévue ". A lire !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un psychologue scolaire ,Vasile,s'inquiète des déclarations d'un enfant de 4 ans ,Malone, qui dit que sa mère n'est pas sa vraie mère.Il demande l'aide de la commandante Marianne Augresse pour découvrir la vérité sachant que la mémoire de Malone va s’effacer dans le temps.La commandante est en...
    Voir plus

    Un psychologue scolaire ,Vasile,s'inquiète des déclarations d'un enfant de 4 ans ,Malone, qui dit que sa mère n'est pas sa vraie mère.Il demande l'aide de la commandante Marianne Augresse pour découvrir la vérité sachant que la mémoire de Malone va s’effacer dans le temps.La commandante est en charge de l'enquête du casse de Deauville où deux des auteurs sont toujours en fuite .Aidée de sa brigade ,elle va quand même essayer d'accorder un peu de temps pour enquêter sur les parents de Malone.Un bon polar

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • L'auteur nous amène à un constat : l'enfant est doué d'une capacité à l'oubli et à une adaptation très développés. Si aucune piqûre de rappel ne serait fait, alors la vérité serait oubliée contre une fausse réalité. Et c'est ce qui arrive à Malone, sans Gouti il ne saurait plus que sa maman-da...
    Voir plus

    L'auteur nous amène à un constat : l'enfant est doué d'une capacité à l'oubli et à une adaptation très développés. Si aucune piqûre de rappel ne serait fait, alors la vérité serait oubliée contre une fausse réalité. Et c'est ce qui arrive à Malone, sans Gouti il ne saurait plus que sa maman-da n'est pas sa vraie maman. le lien maternel n'est-il que simple invention ? le comportement de Malone reste parfois étrange, surtout lorsqu'il pleut. Mais, l'enfance est faite d'étranges comportements qu'adultes nous oublions. Sa relation avec Gouti est étonnante, puisqu'il nous paraît évident que ces conversations ne sont que le fruit de l'imagination du petit garçon. La commandante Augresse quant à elle est un stéréotype de femme atteignant la trentaine en mal d'enfants, prête à jeter son dévolu sur n'importe quel homme. Énervante à souhait. Au lieu de s'approprier son personnage, on s'approprie davantage le personnage de Malone malgré la barrière de l'âge. Quant au psy, on se demande toutefois pourquoi il porte une si grande attention à un enfant qui parle à son doudou ? On devine facilement le lien entre les deux affaires, et entre Malone et Angie, mais on ne distingue pas la réelle chute avant de l'avoir lue. Une chute quelque peu facile et étonnement sans aucune conséquence pour la commandante.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • C'est toujours un plaisir de retrouver Michel Bussi, il a su une fois de plus m'entrainer dans cette histoire sur la mémoire d'un enfant, la manipulation, les évaluations psychologiques et la frilosité des systèmes scolaires, a quoi s'ajoute une amitié, une femme en quête d'un homme pour lui...
    Voir plus

    C'est toujours un plaisir de retrouver Michel Bussi, il a su une fois de plus m'entrainer dans cette histoire sur la mémoire d'un enfant, la manipulation, les évaluations psychologiques et la frilosité des systèmes scolaires, a quoi s'ajoute une amitié, une femme en quête d'un homme pour lui faire un enfant, une vieille enquête non résolue ... tout pour faire un bon roman.

    Alors oui il y a quelques invraisemblances, mais c'est bien écrit rythmé, des sentiments, des confidences quelques coups d'éclats qui tombent à pic pour nous surprendre.

    Alors que j'arrivais aux environs de la 350ème il me semblait que l'enquête arrivait à sa fin et bien non Michel Bussi a su me tenir en haleine pendant les quelques 200 pages restantes.... je me fais toujours avoir pour mon plus grand plaisir.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Encore un titre de chanson pour ce roman de Michel Bussi, qui se déroule cette fois-ci en Normandie, dans la Ville de Havre et ses environ. La commandante de police Marianne Augresse (Ogresse ?) et son équipe sont sur les dents après le braquage sanglant et spectaculaire d’une bijouterie : deux...
    Voir plus

    Encore un titre de chanson pour ce roman de Michel Bussi, qui se déroule cette fois-ci en Normandie, dans la Ville de Havre et ses environ. La commandante de police Marianne Augresse (Ogresse ?) et son équipe sont sur les dents après le braquage sanglant et spectaculaire d’une bijouterie : deux assaillants sont morts, et deux autres sont en fuite, dont l’un est gravement blessé. Alors lorsqu’un jeune psychologue scolaire vient lui faire part de ses doutes sur un enfant de 4 ans dont il a la charge qui n’arrête pas de dire que ses parents ne sont pas ses parents malgré les évidences, la tentation est grande de l’envoyer paître. Sauf que le psychologue est beau garçon, qu’il est convaincant et que la fibre maternelle de Marianne est titillée. Elle ne sait pas encore que ce signalement anecdotique va déboucher sur un drame et que cette affaire en apparence anodine va heurter de plein fouet sa vie et son travail. Il n’est pas forcément évident de rentrer dans le roman car un chapitre sur deux ou presque est relaté du point de vue d’un enfant de 4 ans qui mélange tout, interprète tout à sa manière et embrouille notre perception des choses et de l’intrigue. Mais c’est parfaitement volontaire de la part de Michel Bussi et au bout de quelques chapitres le pli est pris. L’intrigue se laisse suivre avec intérêt et on se laisse surprendre par les rebondissements en cascade qui parsèment la fin, toujours un peu douce-amère comme souvent chez Bussi. Je ne sais pas si tout est crédible mais en tous cas, rien ne parait improbable dans le récit, les personnages sont bien croqués et pas monolithiques, même si certains sont plus caricaturaux que d’autres. Il y a un semblant de critique sociale, lorsque l’auteur évoque l’immigration polonaise de Normandie, son enclavement et la pauvreté de la vie ouvrière des années 80. La fin est trépidante, comme dans tout bon polar qui se respecte, le dénouement se joue à rien, on dirait un thriller de cinéma, ou une série… « Maman à tort » a été adapté à la Télévision, je vais à présent pouvoir visionner cette série et comparer avec le roman. Le fait que ce soit ce roman là de Michel Bussi qui fasse l’objet d’une adaptation en tout premier par la télévision (ou le cinéma, qui sait ce que l’avenir lui réserve ?) est le signe, sans doute qu’il s’agit d’un des plus aboutis, clairement construits et réussis.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J’ai lu ce roman dans le cadre d'un challenge, et comme la série passe en ce moment sur France 2 (épisodes 3 et 4/6 ce soir !), c’était une belle raison de plus pour enfin le sortir de ma PAL.

    Quand j’ai regardé les deux premiers épisodes la semaine dernière, j’ai vraiment retrouvé les...
    Voir plus

    J’ai lu ce roman dans le cadre d'un challenge, et comme la série passe en ce moment sur France 2 (épisodes 3 et 4/6 ce soir !), c’était une belle raison de plus pour enfin le sortir de ma PAL.

    Quand j’ai regardé les deux premiers épisodes la semaine dernière, j’ai vraiment retrouvé les éléments du livre. Les dialogues étaient assez fidèlement retranscrits. Bien sûr, l’histoire n’est pas découpée de la même façon, mais c’est tout à fait normal dans le cadre d’une adaptation visuelle. Tout va plus vite, et les façons d’amener les indices et les divers éléments de l’histoire ne peuvent pas être identiques. D’ailleurs, malgré le fait que j’avais lu environ la moitié du roman, j’ai été spoilée par la série… Je n’ai donc pas été surprise concernant un certain point (et non des moindres) de l’intrigue, ce qui a gâché un petit peu ma lecture. Cet élément dévoilé dans la série n’apparaît que bien plus tard dans le roman, aux trois quarts je dirai !

    Les personnages sont un peu différents dans le roman aussi, notamment la Commandante (qui est moins sexy dans le livre) et le Lieutenant Papy (qui est plus jeune dans la série), mais cela fonctionne très bien comme cela également. D’autre part, le réalisateur a su mettre en valeur Le Havre, certains plans étant vraiment magnifiques, et j’avoue que ces images m’ont permise de me plonger plus intensément encore dans le roman. C’était l’avantage de lire et regarder cette histoire en même temps.
    Je ne vous en dirai pas plus concernant la série car je n’ai regardé que les deux épisodes sur six qui ont déjà été diffusés. Mais j’ai hâte de visionner la suite ce soir !

    Revenons-en au livre. Ce qui m’a plu le plus, c’est le travail autour de la mémoire d’un jeune enfant. J’ai trouvé assez extraordinaire, et peut-être aussi un peu troublant, de savoir qu’un enfant de moins de 4 ans oublie vite et que sa mémoire est, en somme, entre les mains de son entourage. Si les adultes, ses parents notamment, ne lui rappellent pas les choses, alors il oublie complètement. Il y a donc une sorte de manipulation de la mémoire par les proches du jeune enfant. Flippant, non ? D’ailleurs, Michel Bussi explique dans une interview qu’il a eu l’idée de cette histoire quand sa fille, qui avait alors le même âge que notre petit personnage Malone, ne se souvenait plus du tout d’un dessin animé qu’elle avait visionné à plusieurs reprises il y a quelques mois. Je trouve cela vraiment fascinant à vrai dire, et je ne m’étais pas du tout penchée sur cette question auparavant. Le thème du roman m’a donc vraiment intéressée. On se demande vraiment qui est la maman de Malone tout au long du roman. L’auteur brouille les pistes et j’adore ça !

    Comme je vous le disais plus haut, le déroulement de l’intrigue m’a un peu été gâché par la série, mais heureusement, c’était sans compter le talent de l’auteur pour ses retournements de situation. En effet, le twist final m’a réconciliée avec cette déception (dont l’auteur n’y est pour rien !) et c’est un soulagement. J’ai beaucoup aimé cette fin et il était intéressant de relire le premier chapitre une fois le livre terminé. L’auteur a su, une fois de plus, construire son roman d’une façon mystérieuse, énigmatique et prenante, même si j’ai trouvé qu’il manquait un poil de rythme.

    En bref, ce fut encore une bonne – et très intéressante – lecture du maître du twist littéraire ! L’aspect psychologique autour de la mémoire d’un jeune enfant m’a vraiment enthousiasmée, autant que le final qui est, une fois de plus, à la hauteur. À lire, et ensuite à regarder, avec délectation.

    Sur mon blog : https://ducalmelucette.wordpress.com/2018/05/30/lecture-serie-maman-a-tort-de-michel-bussi/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions