Mages hellenises (les)

Couverture du livre « Mages hellenises (les) » de Bidez J./Cumont F. aux éditions Belles Lettres
  • Nombre de page : 412
  • Collection : (non disponible)
  • Genre : Sociologie
  • Thème : Sociologie
  • Prix littéraire(s) : (non disponible)
Résumé:

Parmi les religions de l'Antiquité, le zoroastrisme est la seule qui non seulement fut la foi d'un très grand peuple, les Perses, pendant des siècles, mais a réussi à se conserver à travers le Moyen-âge et jusqu'à nos jours. Même si l'Empire perse fut toujours la menace majeur des Grecs, ces... Voir plus

Parmi les religions de l'Antiquité, le zoroastrisme est la seule qui non seulement fut la foi d'un très grand peuple, les Perses, pendant des siècles, mais a réussi à se conserver à travers le Moyen-âge et jusqu'à nos jours. Même si l'Empire perse fut toujours la menace majeur des Grecs, ces derniers ne manquèrent cependant pas de s'intéresser au « père mythique » du dualisme iranien et à ses successeurs. Ce livre part à la rencontre de ce Zoroastre grec, à l'origine des oracles chaldaïques, et des deux plus grands mages héritiers de son savoir, Ostanès et Hystaspe. Mystérieux et inquiétants, ils auraient inventé la magie, qui leur doit son nom, initié Démocrite et fait apparaître bien des démons maléfiques lors de sacrifices nocturne.

Érudit et passionnant, Les Mages hellénisés rassemblent et commentent les témoignages grecs relatifs à Zoroastre, Ostanès et Hystaspe. La première partie de l'ouvrage, toute entière dédiée à l'introduction, se révèle une véritable initiation au zoroastrisme et présente en détail la vie, les oeuvres et les doctrines du maître ainsi que de ses successeurs. La deuxième partie recueille et commente les différents témoignages. Des notes abondantes et documentées accompagnent la lecture. L'ouvrage est en outre enrichi d'appendices et de nombreux indices.Historien et philologue belge, Joseph Bidez a été l'un des plus éminents chercheurs de l'histoire de l'Antiquité tardive. Formé à la philologie par H. Diels à Berlin, il enseigna à l'université de Gand dès 1894. Il fut président de l'académie Royale de Belgique (1934). Aux Belles Lettres, on lui doit la traduction des oeuvres complètes de l'empereur Julien (CUF).Franz Cumont, historien des religions de l'Antiquité, fut professeur de philologie classique à l'Université de Gand et président de l'Academia Belgica.

Donner votre avis

Les derniers avis

Ce livre n'a pas encore d'avis. Donnez le vôtre et partagez-le avec la communauté de lecteurs.com

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com