Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Mademoiselle Papillon

Couverture du livre « Mademoiselle Papillon » de Alia Cardyn aux éditions Robert Laffont
Résumé:

Aucun résumé n'est disponible pour cet ouvrage actuellement...

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (10)

  • En 1920 bouleversée par l'état des enfants dans le Nord de la France, fragilisés par la pauvreté et la malnutrition, des proies toutes désignées pour la tuberculose, une infirmière de la Croix-Rouge, Thérèse Papillon, se démène pour mener à bien un projet ambitieux, ouvrir une maison pour...
    Voir plus

    En 1920 bouleversée par l'état des enfants dans le Nord de la France, fragilisés par la pauvreté et la malnutrition, des proies toutes désignées pour la tuberculose, une infirmière de la Croix-Rouge, Thérèse Papillon, se démène pour mener à bien un projet ambitieux, ouvrir une maison pour protéger ces enfants.
    De nos jours Gabrielle infirmière en néonatologie est prématurément us&e par le stress e son métier et elle traverse une phase difficile. La découverte de mademoiselle Papillon va la galvaniser et lui redonner confiance en elle tandis que par le biais d'une des mères de son service, elle va découvrir une méthode innovante pour mieux pratiquer son métier.
    Quel est le lien entre ces deux femmes? vous le saurez en lisant ce très beau roman !

    L'autrice a réalisé un formidable travail de documentation pour la partie historique car Thérèse Papillon a bien existé , elle a été reconnue Juste parmi les Nations;
    Bien que très intéressée par cette partie, j'avoue avoir eu un faible pour la partie contemporaine. La découverte du Nidcap (une méthode douce créée en 1986 aux USA) l'évolution de Gabrielle qui retrouve la flamme qu'elle avait perdue, son immédiate certitude que c'est l'avenir de la néonatologie qui la pousse à oser un changement radical... j'ai adoré !
    Avec ces deux très beaux portraits de femmes , dévouées à leur métier, un véritable sacerdoce, ce roman est un magnifique hommage aux infirmières. Thérèse Papillon d'après les nombreux témoignages qu'a recueillis l'autrice, était l'incarnation de la bonté et les enfants passés à l'abbaye de Valloires devenus des adultes âgés, s'en souviennent avec émotion. Merci Alia Cardyn d’avoir mis en lumière cette femme exceptionnelle.

    "Je voulais raconter une histoire sur le pouvoir du don de soi.On oublie que lorsqu'on prend soin d'un autre être humain, on prend soin de ceux qui croiseront sa route.L'amour suscite l'amour. Cela nous donne un pouvoir personnel infini."
    Ce roman est un magnifique hommage aux infirmières avec ces deux très beaux portraits de femmes, dévouées à leur métier, un véritable sacerdoce ...

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • "C'est la relation aux autres qui donne toute sa valeur à la vie." Cette phrase magnifique, prononcée par Heidelise Als, dans le roman, me semble résumer parfaitement l'esprit de ce livre.

    Nous commençons par suivre Gabrielle, infirmière dans un service de néonatologie intensive dont la salle...
    Voir plus

    "C'est la relation aux autres qui donne toute sa valeur à la vie." Cette phrase magnifique, prononcée par Heidelise Als, dans le roman, me semble résumer parfaitement l'esprit de ce livre.

    Nous commençons par suivre Gabrielle, infirmière dans un service de néonatologie intensive dont la salle 79 est "sa salle, son port d'attache". Elle a de plus en plus de mal à oublier les émotions qui l'assaillent pendant son travail et tente de mettre cela sur le compte de la fatigue. Usée psychologiquement et physiquement, elle finit par se sentir impuissante face à ces petits êtres grands prématurés si fragiles et ces parents démunis et même, par culpabiliser.

    Sa mère Rachel Adelman s'étant lancée dans l'écriture, lui offre son dernier manuscrit et toute émue lui confie en le lui remettant : "Je ne pense pas qu'il soit possible de ne pas aimer Mademoiselle Papillon".

    C'est en fait, la vie exceptionnelle de Thérèse Papillon qui est retranscrite dans ce manuscrit, cette infirmière de la Croix-rouge qui, envoyée au dispensaire de Vraignes-en-Vermandois au lendemain de la Première guerre mondiale, ne supporte pas de voir ces enfants souffrant de la faim et du froid et vivant dans des conditions plus que précaires. Elle mettra tout en oeuvre pour trouver une solution, et cherchera avec détermination un lieu pour installer un préventorium.

    Dans Mademoiselle Papillon, Alda Cardyn met en scène le destin de ces deux infirmières et va les traiter en alternance.

    Je dois dire que j'ai été extrêmement touchée par la force et le courage de ces deux femmes admirables. J'ai trouvé originale l'idée de l'autrice de redonner de la vitalité à Gabrielle épuisée, grâce à la lecture du récit de la vie de Mademoiselle Papillon.

    Comment ne pas être admiratif devant l'énergie qu'a dû déployer Thérèse Papillon pour parvenir à installer, après l'armistice, à l'abbaye de Valloires, un établissement pour enfants, un préventorium. Énergie qu'elle a su maintenir pour ne pas baisser les bras lorsqu'une autre guerre se profile. Elle redouble au contraire de courage, n'hésitant pas à recueillir des enfants juifs. Un modèle de courage, de ténacité et un amour et une psychologie des enfants extraordinaire.

    Ce roman m'a aussi permis de découvrir le NIDCAP (Neonatal Individualized Developmental Care and Assessement Program), fondé par Heidelise Als, psychologue américaine. Ce programme basé sur le fait que les nombreuses agressions que subit le prématuré en réanimation comme la douleur, l'excès de bruit, de lumière, les nombreuses manipulations, le non-respect du cycle veille/sommeil et la séparation de la mère peuvent être nocifs pour ces enfants dont tous les sens sont encore immatures, ajoute de l'humanité aux soins conventionnels sans nuire à leur sécurité.

    Ces deux infirmières ont beaucoup de points communs. Toutes deux ont compris qu'un enfant a besoin de beaucoup d'amour et que le contact, chez les prématurés et les petits enfants est primordial, notamment dans les situations de détresse. Un parallèle est fait dans le livre, entre le nouveau-né prématuré, séparé de sa mère pour être placé en couveuse et l'enfant juif qui doit se détacher de ses parents qui le laissent à d'autres mains pour le sauver.

    Ce roman bouleversant et captivant de bout en bout m'a fait vivre de magnifiques émotions.

    Chronique illustrée à retrouver sur : http://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Alia Cardyn et moi-même sommes voisines en quelque sorte. Effectivement, nous habitons la même commune en Belgique et pourtant, c’est seulement maintenant que je découvre sa plume. Je sais : honte sur moi, c’est quasi impardonnable! Mais finalement, j’ai corrigé mon erreur en me plongeant dans...
    Voir plus

    Alia Cardyn et moi-même sommes voisines en quelque sorte. Effectivement, nous habitons la même commune en Belgique et pourtant, c’est seulement maintenant que je découvre sa plume. Je sais : honte sur moi, c’est quasi impardonnable! Mais finalement, j’ai corrigé mon erreur en me plongeant dans son quatrième roman qui est un petit bijou !

    Comme je l’ai déjà dit à son attachée de presse, ça a été une déception pour moi…

    Une déception de devoir terminer ce livre, d’arriver au bout de ses pages et de devoir donc quitter son ambiance et ses personnages, auxquels je m’étais attachée et avec lesquels j’aurais aimé passer encore un peu de temps en leur compagnie.

    Certains livres ont le pouvoir de vous apporter une espèce de sentiment de réconfort, un peu de douceur dans ce monde de brutes (j’en suis bien entendu encore plus demandeuse depuis que ce satané virus s’est invité à la fête), une sorte de cocon dans lequel notre lecture nous transporte et dont nous aimerions ne jamais devoir abandonner, tant on s’y sent bien. « Mademoiselle Papillon » m’a fait ressentir tout cela. C’est un livre puissant, doté d’une aura bienveillante par la force et la bienveillance de ces héroïnes.

    Deux histoires s’entrecroisent : celle de Gabrielle, infirmière trentenaire en néonatalogie pour les grands prématurés, qui a, au fil des jours, perdu l’entrain et la véhémence qui la guidaient dans son métier. Ensuite, il y a celle de Thérèse Papillon, aussi jeune infirmière envoyée à Vraignes-en-Vermandois par la Croix Rouge au lendemain de la Première Guerre Mondiale. Un élément les rapprochera, mais je ne vous en dis pas plus pour ne pas vous gâcher le plaisir de cette si belle lecture.

    Même s’il s’agit d’un roman et donc d’une oeuvre de fiction, son auteure, Alia Cardyn, s’est largement inspirée de la vie réelle de cette Thérèse Papillon qui a réellement existé, dont la volonté de fer en a fait une femme exceptionnelle. Un si petit bout de femme a mené tant de grandes choses, avec au départ très peu de moyens et son histoire est tout simplement extraordinaire. Son travail auprès des enfants et ses qualités sont si bien décrites que le lecteur souhaitera en connaître encore plus de son histoire. Tout cela est très bien documenté et une annexe à la fin du livre offre des informations supplémentaires à ce sujet.

    J’ai été très touchée autant par l’écriture élégante de cette auteure belge que par ces deux histoires captivantes entremêlées, si bien dépeintes. Voilà un livre solaire que je ne peux que vous conseiller en ces temps moroses. Il pourra constituer le cadeau idéal à glisser sous le sapin fin de ce mois pour tous les amateurs de belles histoires.

    Je remercie Sarah Altenloh et les éditions Robert Laffont pour l’envoi de ce livre.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • "Mademoiselle Papillon", c'est l'histoire de deux infirmières, une histoire qui unit les destins de Gabrielle, infirmière dans un service de néonatalogie et Thérèse Papillon, une héroïne de l'entre-deux-guerre. Deux femmes que tout d'année sépare mais qui consacrent leur vie à sauver celles des...
    Voir plus

    "Mademoiselle Papillon", c'est l'histoire de deux infirmières, une histoire qui unit les destins de Gabrielle, infirmière dans un service de néonatalogie et Thérèse Papillon, une héroïne de l'entre-deux-guerre. Deux femmes que tout d'année sépare mais qui consacrent leur vie à sauver celles des enfants.

    Thérèse et Gabrielle, chacune de leur époque mettent leur vie personnelle de côté pour sauver celle des enfants. Thérèse à la fin de sortie de la Première Guerre mondiale décide de tout donner pour créer un préventorium pour sauver les plus jeunes de la tuberculose. Gabrielle, elle, veut changer les manières de la prise en charge des prématurés de l'hôpital, d'y donner un peu plus de vie.

    Chacune avec leurs doutes, leurs peurs, leurs courages, les événements d'une vie vont mener leurs missions contre vents et marées. Deux fabuleux destins mis en lumière.

    Basé sur l'histoire vraie de Thérèse Papillon, Alia Cardyn donne des papillons dans le ventre, grâce à une plume vraie, simple, sensible. Une mise en lumière extraordinaire de cette femme Thérèse Papillon, qui a sauvé des milliers d'enfants. Un hommage poignant à cette femme et aux infirmières en général.

    En plus d'une plume éblouissante, la construction du roman est faite avec intelligence. On se retrouve dans un va-et-vient entre les carnets de Mademoiselle Papillon et la vie de Gabrielle.

    Les histoires de Thérèse et Gabrielle accompagnent bien après avoir refermé le roman d'Alia Cardyn, car pour ne rien dévoiler, la fin est juste inattendu, remplie d'émotion et époustouflante.

    Laissez-vous prendre par les battements d'ailes de ces deux papillons aux destins puissants, entre une femme forte et déterminée d'hier qui va influencer une femme de nos jours un peu désemparée devant les tâches du quotidien à accomplir !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Nous découvrons à travers le manuscrit de la mère de Gabrielle, cette femme extraordinaire qu’a été Mademoiselle Papillon, cette infirmière de la Croix rouge qui s’est battu d’une façon tellement naturelle et spontanée pour les enfants, elle ne peut qu’inspirer cette jeune infirmière dans ce...
    Voir plus

    Nous découvrons à travers le manuscrit de la mère de Gabrielle, cette femme extraordinaire qu’a été Mademoiselle Papillon, cette infirmière de la Croix rouge qui s’est battu d’une façon tellement naturelle et spontanée pour les enfants, elle ne peut qu’inspirer cette jeune infirmière dans ce service des grands prématurés qu’est Gabrielle. Un roman qui m’a beaucoup émue durant de très forts passages qui touchent au plus beau mais aussi au plus cruel, j’ai pleuré et j’en ai même trouvé les pages suivantes presque plates, mais la vie est ainsi faite: le quotidien succède aux grandes émotions . Une histoire profonde et parfaitement écrite, les mots justes semblent sortir de la plume de l’auteure afin de mettre en évidence les sentiments de Gabrielle et son besoin de trouver un encrage, qui manque à sa vie.

    Comme de toutes les grandes femmes qui ont marqué l’histoire, Grabrielle s’inspire de la force et du courage de Mademoiselle Papillon à qui rien ne semblait faire peur, pour qui rien ne semblait être insurmontable. Apprendre, se lancer en faisant abstraction de ses peurs, de ses doutes, une belle leçon de vie que va recevoir Gabrielle alors qu’elle n’y croyait plus. Mademoiseloe Papillon, cette infirmière au patronyme si poétique, qu’il était important de mettre au devant de la scène et c’est chose faite grâce à Alia Cardyn, cette auteure belge de 30 ans, qui je le redis, manie les émotions avec brio.
    http://livresque78.com/2020/11/20/mademoiselle-papillon-de-alia-cardyn-aux-editions-robert-laffont/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (1)
  • Une histoire de femme, intense et exceptionnelle qui met en avant deux infirmières, à deux époques différentes. Nous allons suivre Gabrielle, la trentaine, seule, elle consacre sa vie aux grands prématurés dont elle a la charge dans la salle 79 du service de néonatalogie. Elle sent qu’elle est...
    Voir plus

    Une histoire de femme, intense et exceptionnelle qui met en avant deux infirmières, à deux époques différentes. Nous allons suivre Gabrielle, la trentaine, seule, elle consacre sa vie aux grands prématurés dont elle a la charge dans la salle 79 du service de néonatalogie. Elle sent qu’elle est en train de se construire une carapace entre détachement et préservation. Sa mère qui est écrivain va lui faire lire son nouveau manuscrit consacré à Mlle papillon, une jeune infirmière qui dès 1920 décide de vouer sa vie à l’amélioration des conditions de vie désastreuses, des enfants de l’après guerre. Nous allons découvrir l’Abbaye de Valloires qui sera le lieu de son grand projet. Ainsi le récit navigue entre un passé/présent, entre Mlle papillon et Gaby. L’auteure nous prévient tout de suite que si Mlle Papillon a bien existé, elle a repris des éléments du réel mais s’est aussi servie de la fiction pour faire revivre se personnage bouleversant. On sent derrière le gros travail de recherche sur Thérèse Papillon qui donne de la crédibilité au personnage. Il y a de nombreuses pages du carnet de bord que tenait Mlle Papillon qui ne sont que de sa plume mais nous permettent de mieux connaître l’intimité et les questionnements de son héroïne. Alors que la ligne de temps s’étire, nous arrivons à la période de la seconde guerre mondiale qui apporte avec elle tant de douleur et de chagrin mais aussi l’occasion de participer d’une manière courageuse et admirable. Un roman qui se lit rapidement tant les deux histoires parallèles nous captivent par l’investissement personnel de ses deux femmes dans leur travail. Un changement s’amorce qui sera bénéfique à tous car ces deux femme accueillent et aident en répondant chacune à un besoin criant. Un très bel hommage rendu aux infirmières et au-delà à tous ceux qui savent prendre soin de l’autre. Bonne lecture.
    http://latelierdelitote.canalblog.com/archives/2020/11/17/38655002.html

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Dans les années 20 Thérèse Papillon est infirmière. Le pays sort tout juste de la guerre dans laquelle elle s'était engagée. Elle est envoyée par la croix rouge dans le nord de la France, au dispensaire de Vraignes-en-Vermandois. Chaque jour elle croise la route d'enfants mal nourris, qui...
    Voir plus

    Dans les années 20 Thérèse Papillon est infirmière. Le pays sort tout juste de la guerre dans laquelle elle s'était engagée. Elle est envoyée par la croix rouge dans le nord de la France, au dispensaire de Vraignes-en-Vermandois. Chaque jour elle croise la route d'enfants mal nourris, qui hantent les rues du village. Ces petits, et un en particulier, l'émeuvent et la tourmentent, elle cherche comment leur venir en aide. Une idée germe, celle de créer un préventorium, pour nourrir et protéger les plus faibles, leur permettre de ne pas attraper la tuberculose, un mal sournois qui frappe enfants et adultes.
    Avec pugnacité, elle frappe aux portes des notables et des institutionnels, et obtient de s'installer dans l'abbaye de Valloires, en baie de Somme. Un site qu'elle choisit entre trois propositions pour son toit en bon état, la sagesse paternelle ayant laissé des traces.
    Dans ce préventorium, elle recueille et soigne des centaines d'enfants. La guerre de 39/40 voit l'abbaye en partie investie par les soldats allemands. Elle réussira pourtant à y abriter aussi des enfants juifs.

    De nos jours, Gabrielle est infirmière dans un service de néonatalogie intensive. Un travail difficile puisqu'il consiste la plupart du temps à essayer de sauver les grands prématurés et à soutenir des parents aussi désespérés que démunis. Difficile de se constituer une carapace pour ne pas souffrir des échecs. C'est un métier très lourd émotionnellement. Gabrielle se demande comment elle pourra le poursuivre, tant elle se sent usée, abîmée.
    Un jour, sa mère lui confie un manuscrit retraçant la vie de mademoiselle Papillon …
    Le roman alterne les vies et les interrogations des deux infirmières, tout aussi attachantes et émouvantes l'une que l'autre dans la réalisation de leur métier, de leur passion, dans les questionnements qui leur permettent d'avancer vers d'avantage d'humanité et d’empathie. Ce n'est ni larmoyant, ni trop descriptif malgré les circonstances, en particulier dans les salles de néonatalogie où les grands prématurés s'accrochent à la vie. J’y ai découvert l’approche du Nidcap pour prendre en charge ces grands prématurés.
    Un magnifique hommage aux infirmières.
    https://domiclire.wordpress.com/2020/11/11/mademoiselle-papillon-alia-cardyn/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un siècle sépare les deux héroïnes de ce roman : de nos jours, Gabrielle est infirmière dans un service de néonatalogie intensive ; au sortir d'une guerre de quatre ans, en 1920, Thérèse Papillon travaille dans un dispensaire.

    Gabrielle s'occupe des prématurés. Elle ne sait rien faire d'autre...
    Voir plus

    Un siècle sépare les deux héroïnes de ce roman : de nos jours, Gabrielle est infirmière dans un service de néonatalogie intensive ; au sortir d'une guerre de quatre ans, en 1920, Thérèse Papillon travaille dans un dispensaire.

    Gabrielle s'occupe des prématurés. Elle ne sait rien faire d'autre que soigner des bébés, elle est solitaire, c'est une femme qui ne vit pas. Au fil des années son enthousiasme s'est dilué dans les souffrances, les regards vides.

    Mademoiselle Papillon rêve d'installer un préventorium pour recueillir les enfants issus de milieux défavorisés, fatigués, malnutris, ils sont la proie idéale pour la tuberculose. À force de ténacité elle va réaliser ce rêve dans l'ancienne abbaye de Valloires.

    Nous allons suivre en alternance ces deux infirmières, un hommage à tous ceux qui consacrent leur vie aux autres. Il y a des livres dans lesquels on a de la difficulté à entrer ; le récit est certes bien documenté et on ne peut qu'être admiratif devant la ténacité de Mademoiselle Papillon pour sauver des enfants, mais j'ai trouvé que la vie de ce service de prématurés où travaille Gabrielle, ressemble un peu trop à une de ces nombreuses séries télé qui se déroulent dans un hôpital, avec la petite histoire d'amour qui va bien.

    Je suis habituellement très sensible aux romans basés sur des personnages réels, ce qui est le cas Mademoiselle Papillon, mais l'émotion n'était pas au rendez-vous. Peut-être ce n'était pas le bon moment pour le lire.

    Merci aux éditions Robert Laffont et à Babelio pour l'envoi de ce livre.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.