L'ombre du renard

Couverture du livre « L'ombre du renard » de Nicolas Feuz aux éditions Slatkine Et Cie
Résumé:

Le 16 septembre 1943, alors que les Alliés s'apprêtent à libérer la Corse de l'occupation nazie, un convoi SS quitte un couvent situé sur les hauteurs de Bastia en emportant une mystérieuse cargaison. Chargées sur une barge à destination de l'Italie, les caisses sont victimes d'un bombardement... Voir plus

Le 16 septembre 1943, alors que les Alliés s'apprêtent à libérer la Corse de l'occupation nazie, un convoi SS quitte un couvent situé sur les hauteurs de Bastia en emportant une mystérieuse cargaison. Chargées sur une barge à destination de l'Italie, les caisses sont victimes d'un bombardement américain et finissent englouties au large du Cap Corse.
Ainsi naît la légende du Trésor de Rommel, qui suscitera bien des convoitises et engendrera de somptueuses dépenses en recherches sous-marines durant plus de 70 ans. Toutes infructueuses.
Jusqu'à ce jour de l'été 2018 où un lingot d'or caractéristique réapparaît en Suisse, à côté du cadavre d'un vieux bijoutier de Neuchâtel. Le premier d'une longue série, qui va entraîner le procureur Norbert Jemsen, sa greffière Flavie Keller et l'inspectrice Tanja Stojkaj dans un tourbillon mortel entre la Suisse et la Corse.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis(4)

  • Clairement, Nicolas Feuz place la barrière très haute avec son dernier thriller. Un page Turner qui vous tiens en haleine pendant 300 pages.

    De rebondissements en explications, l'auteur ne laisse rien au hasard pour mon plus grand plaisir.

    Aujourd'hui, je vous parle de L'ombre du renard de...
    Voir plus

    Clairement, Nicolas Feuz place la barrière très haute avec son dernier thriller. Un page Turner qui vous tiens en haleine pendant 300 pages.

    De rebondissements en explications, l'auteur ne laisse rien au hasard pour mon plus grand plaisir.

    Aujourd'hui, je vous parle de L'ombre du renard de Nicolas Feuz aux éditions slatkine & cie.

    Qu’on se le dise, malgré ma #depressionlitteraire du moment, l’envie de lire est toujours présente même si je mets 4 fois plus de temps à lire. Et pour ceux qui suivent mes aventures sur Insta, vous avez pu voir que me concentrer sur un seul livre a été compliqué.

    Bref, tout ça pour dire que l’ombre du renard embarque dès les premières pages en commençant sur un meurtre très imagé… c‘est d’ailleurs un peu la touche de Nicolas Feuz qui capte l’attention du lecteur par des scènes marquantes à l’entrée du livre.

    Cela permet de donner le ton à l’histoire qui va suivre et de donner du rythme à un récit qui ne connaît que très peu de temps mort.

    D’autant que cette fois-ci on retrouve les protagonistes rencontrés dans Le miroir des âmes ce qui nous permet de les connaître davantage et de continuer à évoluer à leur côté.

    D’ailleurs je trouve que ce trio, Tanja Flavie et Norbert se complètent totalement, chacun apportant leurs forces dans les faiblesses de l’autre.

    Et cette fois-ci, il se retrouve avec une série de meurtres sur le dos qui les mèneront jusqu’en Corse, sur les pas du Trésor de Rommel, disparu lors de la Seconde Guerre mondiale.

    Et pour nous imprégner de cette période qui mène jusqu’à l’enquête actuelle, l’auteur alterne entre passé et présent jusqu’à nous conduire au dénouement final.

    Cette alternance ainsi que les points de vue différent permet d’avancer dans sa lecture sans ressentir ne serait-ce qu’un peu d’ennui.

    Mais surtout c’est l’envie irrépressible de tourner chaque page qui m’a pris à la gorge afin de connaître la finalité de toute cette intrigue qui dure depuis plus de 50 ans.

    Et ceci est également en partie du au fait que l’auteur manie avec une certaine habilité l’art du suspense, d’où l’effet page turner. Un effet qui est présent depuis horrora borealis mais qui s’améliore de livre en livre.

    Avec des chapitres courts en prime pour augmenter une tension déjà bien palpable, aucun doute que ce livre ne fera pas long feu entre vos mains.

    En bref,
    Vengeance, complot et histoire seront de la partie. Voici un troisième livre qui surpasse les précédents tant dans l’intrigue que dans sa construction narrative.

    Même si les ingrédients sont sensiblement identiques, ils constituent avant tout la marque de fabrique de Nicolas feu. L’ombre du renard est prenant, oppressant et intrigant. De découverte en découverte, vous n’êtes jamais vraiment au bout de vos surprises et l’auteur parvient à vous tenir en haleine jusqu’à la dernière page.

    Et après ? Et bien j’attends la suite avec encore plus d’impatience.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Dès le début du roman, nous sommes prévenu, sur l’ambiance générale que sera celle du livre. Vincent Mariani, petit escroc corse, est libéré de la prison de Borgo, en Corse, 4 mois après avoir braqué une bijouterie. Dès sa sortie, il tombera dans un guet-appens, torturé, il va mourir dans...
    Voir plus

    Dès le début du roman, nous sommes prévenu, sur l’ambiance générale que sera celle du livre. Vincent Mariani, petit escroc corse, est libéré de la prison de Borgo, en Corse, 4 mois après avoir braqué une bijouterie. Dès sa sortie, il tombera dans un guet-appens, torturé, il va mourir dans d’atroces souffrances.

    09/1943 Bastia- Corse
    Une cargaison secrète appartenant à l’armée Allemande coule dans les eaux corses : prends naissance le mythe du trésor de Rommel

    De nos jours

    Le procureur Jemsen, a lourdes séquelles psychologiques depuis l’attentat de Neuchâtel. Heureusement, il est soutenu par sa greffière et amie Flavie Keller.

    Flavie, vit une relation compliquée avec l’inspecteur Tanja Stojkaj, elle s’inquiète fortement, quand celle-ci part en mission d’infiltration en corse, d’autant plus quand elle n’a aucune nouvelle de celle-ci durant depuis plusieurs jours.

    Ce roman alterne entre passé et présent avec brio, nous permettant de suivre facilement l’histoire. On apprend un pan de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, peu abordé.

    L’auteur nous emmène dans une direction, nous laissant entrevoir, à chaque page, la vérité, puis, d’un coup, on ne voit rien venir, un rebondissement survient, tout se que l’on pensait savoir est remis en question, et on se rend compte, que l’on était à côté de la plaque !

    Une fin à cent à l’heure, les lignes, les pages, défilent à toute vitesse, on est engloutie dans le tourbillon des événements qui s’enchaînent à un rythme infernal, et, là, on est sans voix devant cette fin explosive, on ne voit rien venir, on ne comprend pas ce qui se passe…

    Une superbe découverte, un auteur que je vais suivre. Seule déception, ne pas avoir lu avant “Le miroir des âmes” qui met en scène pour la première fois notre trio de héros.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Merci beaucoup aux Éditions Slatkine & Cie, grâce à qui j’ai pu découvrir ce second opus en avant-première ! Je n’avais hélas pas lu le premier (”le miroir des âmes”) et ça aurait - du moins je pense - été un petit “plus” pour l’intégration du trio principal. Je vais y remédier, puisque Le Livre...
    Voir plus

    Merci beaucoup aux Éditions Slatkine & Cie, grâce à qui j’ai pu découvrir ce second opus en avant-première ! Je n’avais hélas pas lu le premier (”le miroir des âmes”) et ça aurait - du moins je pense - été un petit “plus” pour l’intégration du trio principal. Je vais y remédier, puisque Le Livre de Poche le publie également ce mois d’août ! À vrai dire je connaissais Nicolas Feuz depuis son fameux “Horrora borealis” que j’avais bien aimé et avais eu le plaisir de le rencontrer chez Slatkine & Cie en juin dernier …
    L’ombre du renard, on la découvre rapidement puisque ce roman nous mène en Suisse et en Corse, à notre époque, mais aussi dans les souvenirs de la seconde guerre mondiale, où ledit renard du désert (vous savez probablement tous qui il est …) se serait bâti un véritable trésor sur le dos de ses nombreuses victimes.
    Dès le prologue, le ton est donné. Vincent, délinquant corse tout juste libéré de prison est sauvagement assassiné, je vous passe les détails … Là, on se dit qu’on va passer un bon moment, bon il va juste falloir s’accrocher mais on est prêt !
    Vous ferez la connaissance (ou retrouverez) le procureur Jemsen, Flavie Keller sa greffière et Tanja Stojkaj, la policière, sans oublier l’adjudant-chef Beaussant, la juge d’instruction Estelle Faure et le passé de la famille Mariani … Mais je ne vais pas vous spoiler ce roman réussi d’un écrivain-procureur qui sait très bien de quoi il parle ! Lisez-le, il est très bien construit !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Après « Le miroir des ombres », Nicolas Feuz renoue avec le mythe de la chasse au trésor, un trésor nazi qui fait parler de lui encore de nombreuses années après avoir disparu en mer non loin de la Corse. Une légende qui prend sa source dans l’Histoire de la seconde guerre mondiale, l’auteur a...
    Voir plus

    Après « Le miroir des ombres », Nicolas Feuz renoue avec le mythe de la chasse au trésor, un trésor nazi qui fait parler de lui encore de nombreuses années après avoir disparu en mer non loin de la Corse. Une légende qui prend sa source dans l’Histoire de la seconde guerre mondiale, l’auteur a su s’approprier l’affaire du trésor de Rommel et nous l’offrir transformée à sa façon. On retrouve donc à Neuchâtel le procureur Norbert Jemsem accompagné de sa fidèle greffière Flavie Keller. L’enquête peut ainsi commencer menée par l’inspectrice Tanja Stiokaj dans un rôle d’infiltration palpitant où elle pourra donner toute la mesure de son engagement et de sa belle personnalité. Dès le prologue, on comprend tout de suite que question crime atroce, on est dans du haut niveau, âmes sensibles s’abstenir. Les chapitres s’enchaînent avec une double temporalité (période sous occupation nazi et période actuelle) qui atteindra un point culminant lorsque la jonction des deux se fera et c’est juste topissime. On navigue entre Corse et Suisse ce qui nous assure de l’action et une plongée dans une intrigue à tiroir tout autant que dans les flots. Les victimes s’accumulent sans qu’on y comprenne grand-chose entre trafic de drogue en Suisse et mafia corse. J’ai découvert un personnage qui a su me faire vibrer, Eric Beaussant qui porte sur ses épaules le poids du passé et nous apparaît blasé tout en restant touchant. A aucun moment la tension ne se relâche et le rythme du roman nous porte sans nous laisser un moment de répit. La lecture en devient plaisir et impossible de poser notre livre un instant. Je n’ai pas été déçue par le nouveau cru, un excellent thriller édité chez Slatkine & Compagnie mon coup de cœur en cette rentrée 2019. Bonne lecture.
    http://latelierdelitote.canalblog.com/archives/2019/08/20/37564103.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions