Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Loin-Confins

Couverture du livre « Loin-Confins » de Marie-Sabine Roger aux éditions Rouergue
  • Date de parution :
  • Editeur : Rouergue
  • EAN : 9782812620744
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Il y a longtemps de cela, bien avant d'être la femme libre qu'elle est devenue, Tanah se souvient avoir été l'enfant d'un roi, la fille du souverain déchu et exilé d'un éblouissant archipel, Loin-Confins, dans les immensités bleues de l'océan Frénétique. Et comme tous ceux qui ont une île en... Voir plus

Il y a longtemps de cela, bien avant d'être la femme libre qu'elle est devenue, Tanah se souvient avoir été l'enfant d'un roi, la fille du souverain déchu et exilé d'un éblouissant archipel, Loin-Confins, dans les immensités bleues de l'océan Frénétique. Et comme tous ceux qui ont une île en eux, elle est capable de refaire le voyage vers l'année de ses neuf ans, lorsque tout bascula, et d'y retrouver son père. Il lui a transmis les semences du rêve mais c'est auprès de lui qu'elle a aussi appris la force destructrice des songes.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (6)

  • Encore une très belle histoire comme sait si bien en conter Marie-Sabine Roger.
    Loin-Confins c’est ce merveilleux pays imaginaire dont le père de Tanah est le roi.
    Jusqu’à l’âge de neuf ans, il l’entraîne dans cet archipel aux couleurs et aux noms époustouflants.
    La relation entre ce père pas...
    Voir plus

    Encore une très belle histoire comme sait si bien en conter Marie-Sabine Roger.
    Loin-Confins c’est ce merveilleux pays imaginaire dont le père de Tanah est le roi.
    Jusqu’à l’âge de neuf ans, il l’entraîne dans cet archipel aux couleurs et aux noms époustouflants.
    La relation entre ce père pas comme les autres et cette petite fille rêveuse et crédule est d’une force émotionnelle hors norme.
    Comme toujours, l’écriture est belle, le vocabulaire inventif.
    Un roman attachant pour faire vivre une enfant et un père tout aussi attachants.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Loin-Confins M.-S. Roger Impression finale. 29/30
    C’est l’histoire de l’amour fusionnel d’un père et de sa petite fille, amour qui se transformera mais durera tout au fil de leur vie
    Cette petite fille avait un père prodigieux,...
    Voir plus

    Loin-Confins M.-S. Roger Impression finale. 29/30
    C’est l’histoire de l’amour fusionnel d’un père et de sa petite fille, amour qui se transformera mais durera tout au fil de leur vie
    Cette petite fille avait un père prodigieux, fantasque, à l’imagination sans limites. Il inventait pour elle seule un monde magique, fabuleux, où ils s’évadaient tous les deux.
    A 9 ans, tout s’écroule. Ce père merveilleux n’était en fait qu’un pauvre homme malade, hors normes, « zinzin » « maboule », « taré » disait-on. Fou disent les sages. C’était 9 années de rémission, puis tout a craqué brutalement. Plus de monde merveilleux. Ou si peu.
    En réalité c’était une vie de misère, une pauvre vie pour tous les autres. Les 6 frères ont supporté comme ils ont pu, puis ils ont fui. Tana les croyait «méchants »
    Et la mère, elle a essayé d’improviser, elle a fait son boulot de mère, sans rien dire, juste en soupirant un peu de temps en temps. Son exutoire : le téléphone à ses copines. Son paravent : une certaine frivolité, qui cache son désespoir d’une vie massacrée. Elle aurait voulu aimer cette petite fille. Mais le père la lui a ravie avec ses fantasmes. Tana se croyait mal aimée. Bien plus tard, trop tard, Tana comprendra.
    Quelle morale de cette curieuse histoire ?
    Déjà tout simplement, il ne faut pas juger trop hâtivement sur les seules apparences. Les êtres sont souvent complexes.
    Mais surtout une enfance heureuse est un trésor inestimable. Tana gardera toute sa vie l’empreinte de ce père un peu fêlé. On pense à Audiard « heureux les fêlés car la lumière passe au travers ». Et cette lumière va la guider toute sa vie. Elle l’aidera à devenir une femme libre et heureuse. Une « belle personne ».
    Puis lorsque ce père tant aimé va se perdre « dans les sables mouvants de la démence sénile » elle aura le courage de reprendre à son tour la suite de leur fabuleuse histoire, en revivant avec lui ses beaux souvenirs d’enfance. Elle va réussir à «allumer encore quelques lueurs dans l’eau grise de ses yeux troubles ». Belles pages émouvantes sur la fin de vie.
    Et, ce qui conclut toute cette histoire, c’est qu’il faut toujours essayer de garder quelques miettes de rêve dans son raisonnable… Merci Marie-Sabine de nous avoir fait sentir cela avec tant d’élégance, de poésie et de douceur.
    En effet, je n’ai pas encore parlé du Style de cette auteure que j’adore. C’est une grande créatrice de mots magiques, mais aussi la savante utilisatrice d’un riche vocabulaire, avec des coulées de synonymes, des métaphores originales et pittoresques. Mais tout en gardant des phrases courtes, précises, fluides.
    Ce livre, on n’a pas envie de le ranger lorsqu’il est terminé. On a envie de le relire doucement pour en savourer encore quelques belles pages. Merci Marie-Sabine !!!

    Lucette WEILER
    Exploratrice 2020 Ma note : 29/30

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Cette petite musique entre un père et sa fille est un enchantement pour le lecteur.

    Quoi de plus merveilleux que d'être née princesse, même spoliée par un oncle jaloux, pour la narratrice la délicieuse Tanah.... c'est du moins ce qui l'a bercée depuis sa plus tendre enfance. Dernière née et...
    Voir plus

    Cette petite musique entre un père et sa fille est un enchantement pour le lecteur.

    Quoi de plus merveilleux que d'être née princesse, même spoliée par un oncle jaloux, pour la narratrice la délicieuse Tanah.... c'est du moins ce qui l'a bercée depuis sa plus tendre enfance. Dernière née et seule fille de cette grande famille, Tanah est la seule à céder à la poésie et aux histoires de son père sur un royaume inaccessible pour le commun des mortels.... la seule à y croire puis à vouloir y croire quand la vérité implaccable lui sera révélée.

    Nous aussi par la richesse des évocations, l'imagination déployée par l'auteure dans ses descriptions d'un monde si riche, on veut toujours y croire....

    Merci pour cette poésie.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Mon avis à l’étape de la page 100 - Les Explorateurs 2020 :

    Ce roman est magnifique. La plume de Marie-Sabine Roger est légère, originale, poétique et nous raconte l'histoire de Tanah, fille du roi de Loin-Confins, Agapito Ier. Le roi instruit sa fille sur Loin-Confins, ses coutumes, ses...
    Voir plus

    Mon avis à l’étape de la page 100 - Les Explorateurs 2020 :

    Ce roman est magnifique. La plume de Marie-Sabine Roger est légère, originale, poétique et nous raconte l'histoire de Tanah, fille du roi de Loin-Confins, Agapito Ier. Le roi instruit sa fille sur Loin-Confins, ses coutumes, ses animaux, ses lieux atypiques... afin de la préparer à son futur rôle de reine. Agapito Ier nous fait voyager avec lui ! Mais nous découvrons très vite que la réalité est toute autre et que cette histoire est inventée.

    Arrivée à la page 100, je suis exactement au milieu du roman. J'ai hâte de découvrir la suite, et surtout comment Tanah apprendra la "révélation", la vérité au sujet de tout ce que lui raconte son père depuis qu'elle est toute petite.

    Ma chronique :

    Ce roman est tout simplement magnifique et poétique. La plume de Marie-Sabine Roger est légère et originale, elle nous raconte l'histoire de Tanah, fille du roi de Loin-Confins, Agapito Ier. Le roi instruit sa fille sur leur pays, ses us et coutumes, ses ennemis, sur la faune locale etc... afin de la préparer à son futur rôle de reine. Nous voyageons en même temps que Tanah et son père.
    Malheureusement, tout comme Tanah, nous découvrons très vite que la réalité est toute autre et que cette histoire est une pure invention.

    La « révélation », le moment où Tanah découvrira la vérité concernant son père, marque un tournant important dans sa vie et dans le roman, mais je ne vais pas trop en dire pour ne pas vous gâcher la surprise !

    Ce roman a été une très agréable surprise pour moi, ne connaissant pas Marie-Sabine Roger et ses livres. Je me suis laissée emporter très rapidement par sa plume poétique. Ce roman a été un véritable voyage pour moi, je vous le recommande vivement !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Tout commence comme dans un conte, mais on s’aperçoit vite que cette histoire est inventée. Il était une fois donc une princesse, Tanah. Elle a 9 ans et se prépare pour son futur rôle de reine. Son père, le roi Agapito Ier, lui raconte tout ce qu’il faut savoir sur le royaume dont il a été forcé...
    Voir plus

    Tout commence comme dans un conte, mais on s’aperçoit vite que cette histoire est inventée. Il était une fois donc une princesse, Tanah. Elle a 9 ans et se prépare pour son futur rôle de reine. Son père, le roi Agapito Ier, lui raconte tout ce qu’il faut savoir sur le royaume dont il a été forcé de s’exiler. Elle a 6 frères. Ils ont tous fui la maison dès que possible et lui conseillent de faire de même.
    Tanah en réalité vit avec ses parents dans un appartement dont elle a honte. Mais elle ne demande qu’à croire son père adoré. Il a choisi le prénom de ses 7 enfants, tous sont empruntés à des îles et difficiles à porter.
    Tanah n’a pas de complicité, ni de moments de tendresse avec sa mère. Elle finira par la comprendre bien des années plus tard lorsqu’elle aura rassemblé tous les morceaux de puzzles de sa famille.
    D’un côté elle a un père doux, calme et rêveur. De l’autre, une mère trop voyante et originale à son goût, qui la ramène dans la réalité qu’elle fuit.
    Un livre sur l’enfance et le pouvoir de l’imaginaire. Mais aussi sur la cruauté des enfants entre eux et la difficulté à nouer une véritable amitié. Au sein d’une même fratrie, aucun des enfants n’a été élevé de la même façon. Chacun aura sa vision, sa souffrance, ses manques.
    Un roman également sur la folie et ses ravages dans une famille. Malgré toute sa force et tout son amour, la mère ne pourra rien faire pour empêcher les crises de son mari. La folie était-elle héréditaire ? Faut-il absolument être dans une normalité ?
    Cette phrase de Tanah m’a marquée : « On ne choisit pas d’être fou, ni le visage de la folie. »

    J’ai beaucoup aimé le langage très imagé, c’est onirique. L’auteure a inventé des mots pour des animaux, un peu comme Claude Ponti : crabes-pinçons, pie-l’hibou. Il y a de la grâce aussi dans l’écriture de Marie-Sabine Roger pour raconter la folie. N’ayez pas peur du sujet, ce roman se dévore tout seul ! Et la partie onirique de l’enfance avec le royaume tient une part importante du livre. Vous y trouverez des descriptions magnifiques qui vous feront voyager depuis votre fauteuil ! Un véritable coup de cœur

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Explorateur de la rentrée, je remercie Lecteurs.com et les éditions La brune au Rouergue de m'avoir permis de découvrir cette auteure à travers ce magnifique roman.
    Ce récit nous livre une première partie qui ressemble presque plus à un conte qu’à un roman. Un texte à l’atmosphère...
    Voir plus

    Explorateur de la rentrée, je remercie Lecteurs.com et les éditions La brune au Rouergue de m'avoir permis de découvrir cette auteure à travers ce magnifique roman.
    Ce récit nous livre une première partie qui ressemble presque plus à un conte qu’à un roman. Un texte à l’atmosphère intemporelle baignée de poésie en tous cas.
    La narratrice, Tanah, est une petite fille qui se réfugie avec son père sur le balcon de l’appartement le soir. En fait, il s’agit plutôt du Roi Agapito 1er, Souverain en exil du pays de Loin-Confins (pays imaginaire qui a donné son titre au livre), et de sa fille la princesse/ Tanah qui ne demande qu'à croire aux rêves de son père.
    Et c’est alors un moment d’« immense poésie sans cesse réinventée » où le roi/père "met de l'utopie, de l'exotisme, du drame, saupoudre de piment un quotidien banal". On se prend alors à rêver avec le père et sa fille qui s’évadent ainsi sur leur balcon vers l’archipel de Loin-Confins et de ses contrées annexes : Patelin, Petrassel, Macapète et Mouk Mouk.
    Dessine-moi Loin-Confins, en quelque sorte.
    En même temps, on en veut un peu à la mère qui s’oppose à leurs rêves, qui règlemente et nous désenchante. Il en va de même vis-à-vis de ses frères (qui se prénomment tous comme une île) qui fuient le domicile de leurs parents dès qu’ils le peuvent.
    Dans cet univers à fleurs de peau, par petites touches qu’apporte l’auteure à ce magnifique tableau, on sent venir une brèche, une origine trouble à ces rêves. Et vient doucement la révélation de l’envers du décor pour Tanah devenue adulte. Tanah qui ouvre les yeux. Je n’en dévoile pas plus …
    J'ai vraiment été bercé par la poésie de ce livre, la tendresse de l’auteure vis-à-vis de ses personnages, sa bienveillance pour traiter un sujet lourd au final. Une de mes meilleures lectures de l'année. Un coup de cœur ! Une décharge d'émotions ! J’ai aussitôt fait circuler ce livre dans mon entourage. Une belle réussite littéraire que je vous conseille vivement.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.