Lire et relire Ivan Illich : de la critique du développement à l'archéologie de la modernité

Couverture du livre « Lire et relire Ivan Illich : de la critique du développement à l'archéologie de la modernité » de Collectif aux éditions Eterotopia
  • Date de parution :
  • Editeur : Eterotopia
  • EAN : 9791093250052
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Tout à la fois historien et critique social, polyglotte et voyageur itinérant, Ivan Illich (1926-2002) connut un grand suc- cès dans les années 1970, à travers sa critique de la société industrielle, de la société de consommation et de l'idéologie du développe- ment. A` partir des années 1980,... Voir plus

Tout à la fois historien et critique social, polyglotte et voyageur itinérant, Ivan Illich (1926-2002) connut un grand suc- cès dans les années 1970, à travers sa critique de la société industrielle, de la société de consommation et de l'idéologie du développe- ment. A` partir des années 1980, il dépassa progressivement sa dénonciation frontale de la société industrielle et lui préféra une sorte d'en- quête archéologique visant à exhumer les certitudes fondatrices de la modernité. Ce volume se propose tout à la fois d'introduire, d'in- terpréter, de discuter et de pratiquer les idées d'Illich. Introduire tout d'abord à une pensée foisonnante et parfois déconcertante, capable de nous faire voir le monde dans lequel nous vivons avec un regard résolument critique, capable également de proposer de nombreux concepts ou de les renouveler (« contre-productivité », « professions mutilantes », « convivialité », « travail fantôme », « vernaculaire », etc.) indispensables pour saisir ce qui nous échappent d'ordinaire. Contrairement à une idée reçue, l'apport d'Ivan Illich ne se borne pas à une dénonciation des « institutions » (église, école, hôpital, transport...) qui réduirait d'autant l'autonomie de chacun, avec un zeste de nostalgie concernant le monde médiéval, il nous « parle » encore terriblement avec son exploration des « systèmes techniques », de la « culture du regard », des usages du numérique... Interpréter et discuter ensuite une oeuvre qui invite à de nombreuses lectures et dont les audacieuses propositions méritent d'être que- stionnées. Les contributeurs de ce volume explorent une pensée si riche, qui mobilise tout à la fois la sociologie, l'anthropologie, l'éco- nomie, l'histoire, l'écologie, la théologie et la philosophie, prend une forme doublement critique et archéologique, et appelle variable- ment à l'action politique et à la culture de la sagesse. L'originalité de cette pensée inclassable est particulièrement manifeste à travers la discussion comparée de son oeuvre avec celles d'autres grandes figures intellectuelles du XXe siècle et même des siècles passés. Appliquer Illich, enfin, car cet auteur et ses idées connaissent un regain d'intérêt qui prend le plus souvent la forme d'un dialogue entre la théorie et la pratique et qui s'expérimente à travers des manières inédites de vivre et de ménager le commun, porteuses d'alternatives.

L'auteur: un penseur exceptionnel, Ivan Illich (1926-2002), historien, philosophe et théologien. Prêtre d'une paroisse portoricaine à New York, il devient vice-recteur de l'université catholique de Porto-Rico, où il engage une réflexion critique sur l'E´glise (« entreprise » de plus d'un million de salariés...) et sur l'école. Ses premiers articles ne plaisent guère au Vatican qui l'invite à se faire discret. Il part un an en Amérique du Sud qu'il traverse à pied et en bus, avant de s'installer à Cuernavaca (Mexique) en 1961. Là il fonde le Centre de formation interculturelle quideviendra en 1966 le CIDOC (Centre interculturel de documentation) qui accueille des jeunes étatsuniens (religieux ou non) partant « évan- géliser » l'Amérique du sud au développement pour leur apprendre l'espagnol, mais aussi la richesse culturelle des peuples qu'ils vont ren- contrer. L'activité du CIDOC est telle qu'il devient un haut lieu de la pensée critique, des militants du monde entier s'y rendent. C'est là qu'Ivan Illichconçoitetrédigeses« pamphlets »contrelesinstitutions(l'E´glise,l'école,lestransports,lasanté...)quipasséesuncertainseuildevien- nent contre-productives, c'est-à-dire rompent avec leurs finalités... En 1976, il décide avec les travailleurs du Centre, de le fermer et devient un professeur itinérant (principalement aux E´tats-Unis et en Allemagne). Son oeuvre alors s'ouvre à d'autres thèmes (la culture du regard, le corps, la technique, la langue, l'écologie, le numérique....), devient exploratoire et résolument anti-capitaliste. Il meurt durant sa sieste à Brême.

Donner votre avis

Les derniers avis

Ce livre n'a pas encore d'avis. Donnez le vôtre et partagez-le avec la communauté de lecteurs.com

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions