L'invention du sujet moderne ; cours du Collège de France 2013-2014

Couverture du livre « L'invention du sujet moderne ; cours du Collège de France 2013-2014 » de Alain De Libera aux éditions Vrin
  • Date de parution :
  • Editeur : Vrin
  • EAN : 9782711626106
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Le premier cours prononcé en 2013-2014 par le nouveau titulaire de la chaire d'histoire de la philosophie médiévale, recréée au Collège de France cinquante ans après le départ d'Étienne Gilson, inaugure une enquête sur l'histoire de trois questions : « Question de l'homme », « Question du sujet... Voir plus

Le premier cours prononcé en 2013-2014 par le nouveau titulaire de la chaire d'histoire de la philosophie médiévale, recréée au Collège de France cinquante ans après le départ d'Étienne Gilson, inaugure une enquête sur l'histoire de trois questions : « Question de l'homme », « Question du sujet », « Question du soi », où, sur fond de tension entre métaphysique et anthropologie, s'invente la notion moderne de sujet. Dans l'horizon du « long Moyen Âge », le cours propose une relecture de la critique nietzschéenne du sujet « cartésien » dans les fragments posthumes rassemblés sous le titre de Volonté de puissance; les premiers éléments d'une « déconstruction » de la thèse de Heidegger sur la rencontre du subiectum médiéval et de l'ego chez Descartes, telle que la formule le cours de 1934 sur La Logique; une discussion de l'interprétation foucaldienne du soi-même dans l'Alcibiade de Platon, lancée par le cours de 1981-1982 sur L'Herméneutique du sujet. Les textes antiques et médiévaux abordés dans le cours permettent de montrer que dès le Moyen Âge central (XIIIe -XIVe siècle), avec Guillaume d'Auvergne († 1249) ou Pierre de Jean-Olieu († 1298), les conditions nécessaires à l'émergence d'une notion dite « moderne » de sujet étaient réunies, dont l'introduction du subiectum dans la psychologie augustinienne, avec la notion de « sujet spirituel » ou psychique, par opposition à physique ou matériel, et une définition de la « personne » comme sujet d'activité mentale capable de reconnaître à autrui la même capacité d'imputation subjective, soit par « inférence » (arguitio) soit par « sympathie » (conspiratio). Le parcours médiéval effectué dans le cours entame un retour critique sur trois fétiches postmodernes, qui sidèrent indûment la pensée : la « mort de l'homme », la « fin de l'humanisme », la « mort du sujet ».

Donner votre avis

Les derniers avis

Ce livre n'a pas encore d'avis. Donnez le vôtre et partagez-le avec la communauté de lecteurs.com

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com