Lily et Braine

Couverture du livre « Lily et Braine » de Christian Gailly aux éditions Minuit
Résumé:

Braine vient de passer trois mois dans un hôpital militaire. Il a été gravement commotionné. Il peut de nouveau dire, lire et écrire son nom. Il va rentrer à la maison. Lily l'attend. Il est de retour. Il arrive. Souhaitons-leur de vivre enfin heureux.

Lily et Braine est paru en 2010.

Donner votre avis

Articles (1)

  • Lily et Braine de Christian Gailly

    Ecrivain minimaliste, adoré ou détesté par la petite musique de ses phrases, Christian Gailly publie son treizième roman, Lily et Braine (ed. de Minuit). Le titre sonne comme un morceau de jazz ou un film qui finirait mal. On n’est pas loin de la réalité, sans trahir le joli voyage que propose le livre.

Voir tous les articles

Les derniers avis

  • C’est le retour de Braine, il revient de la guerre, blessé, meurtri. Sur le quai de la gare l’attendent sa femme Lily, leur fils âgé de trois ans et la chienne Lucie. Lily est douce, patiente, elle découvre un homme différent, peu bavard mais elle est là avec tout son amour pour l’aider à se...
    Voir plus

    C’est le retour de Braine, il revient de la guerre, blessé, meurtri. Sur le quai de la gare l’attendent sa femme Lily, leur fils âgé de trois ans et la chienne Lucie. Lily est douce, patiente, elle découvre un homme différent, peu bavard mais elle est là avec tout son amour pour l’aider à se relever. Il est embauché par son beau-père dans la concession automobile, il est employé aux dépannages. C’est ainsi qu’il rencontre Rose, la gérante d’un club de la ville. Il est musicien, passionné de jazz, il va reprendre son instrument. Mais Lily a trouvé le revolver et va le cacher par peur de ce qui pourrait arriver…

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Lechoixdeslibraires.com

    Et si la passion pouvait être le poison mortel d'un couple ? Lily retrouve Braine qui revient tout droit de l'enfer de la guerre. Elle suit et approuve sa lente reconstruction jusqu'au jour où elle se fait déborder par une ennemie qu'elle avait oubliée : la passion de Braine pour le Jazz....
    Voir plus

    Et si la passion pouvait être le poison mortel d'un couple ? Lily retrouve Braine qui revient tout droit de l'enfer de la guerre. Elle suit et approuve sa lente reconstruction jusqu'au jour où elle se fait déborder par une ennemie qu'elle avait oubliée : la passion de Braine pour le Jazz. Certes, c'est dans un style syncopé évoquant plus les hésitations, les doutes et les colères retenues que les blues improvisés et entraînants que Christian Gailly dresse de façon déroutante le portrait d'une passion fatale. Mais la construction naïve et spontanée des personnages, le rythme effréné et coloré de son récit et la chute insoupçonné de ce dernier font de ce roman une magnifique partition loin d'être improvisée. Et qu'on ne se lassera pas de relire ! Avec Lily et Braine, Christian Gailly intronise un nouveau tempo aux histoires d'amour.

  • Du même auteur, j'avais bien aimé l'écriture un peu jazzy entendue dans "Be-Bop" et "Un soir au club"...comme la bande-son d'un film nouvelle vague...
    Alors voilà. Si vous n'avez pas lu l'histoire de Lily et Braine, écoutez bien. Lily a un petit ami. Il est beau et son prénom c'est Braine. A...
    Voir plus

    Du même auteur, j'avais bien aimé l'écriture un peu jazzy entendue dans "Be-Bop" et "Un soir au club"...comme la bande-son d'un film nouvelle vague...
    Alors voilà. Si vous n'avez pas lu l'histoire de Lily et Braine, écoutez bien. Lily a un petit ami. Il est beau et son prénom c'est Braine. A eux deux ils forment le couple Lily et Braine. Lily attend Braine. Braine revient "grand maigre flottant dans sa tenue d'été militaire". Après 2 ans d'absence, ils se retrouvent sur le quai d'une gare. Braine aime bien la coiffure et la robe de Lily ce jour là. Mais entre la blanche première note brûlante d'été "avec des fleurs bleu Lobélia" et la noire note finale d'hiver qui tombe comme un silence, y'aura les improvisations de la vie, de l'amour et de la mort qui emballeront le lecteur sur une partition magistralement maîtrisée de Christain Gailly.
    Braine, le soliste de l'histoire ne sait rien faire, à part dépanner les voitures conduites par des blondes, à part jouer du bugle dans un quintette de jazz, à part aimer...trop de femmes à la fois !
    Alors de quoi faut-il avoir peur ? D'un pistolet automatique ou d'une sorte de clairon à pistons ?
    La passé vous le dira...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Lechoixdeslibraires.com

    Braine revient d'un hôpital militaire après plusieurs mois de convalescence. Gravement commotionné, il semble avoir repris le chemin de la vie lorsque trois vivants l'accueillent à la gare le 20 juillet : sa femme Lily, son fils Louis et la petite chienne Lucie. Pourtant la vie hésite encore,...
    Voir plus

    Braine revient d'un hôpital militaire après plusieurs mois de convalescence. Gravement commotionné, il semble avoir repris le chemin de la vie lorsque trois vivants l'accueillent à la gare le 20 juillet : sa femme Lily, son fils Louis et la petite chienne Lucie. Pourtant la vie hésite encore, une anxiété et une menace pèsent, le trio vacille, tangue malgré tous les efforts de Lily pour maintenir le cap dans ce réapprentissage de la vie. L'arrivée de la pulpeuse Rose semble réveiller des tourments oubliés : elle rappelle à Braine qu'il a été un brillant musicien et qu'avec quelques compères il pourrait revenir sur les planches avec succès. Braine ne sait dire non et «c'était peut-être ça, sa véritable infirmité. L'invalidité qu'il avait rapportée de là-bas. Une incapacité à ne pas aimer ?». Le lecteur espère page après page que le couple Lily et Braine surmontera les obstacles qui se dressent jour après jour devant leur bonheur. Christian Gailly grâce à son écriture par petites touches et suggestive excelle vraiment à décrire aussi bien le monde des musiciens et des clubs de jazz que les sentiments humains. Une belle musique !

  • Que faut-il le plus admirer dans ce livre : la forme ou le fond ? Suivons l’intrigue : simple, ouverte par la concision de l’écriture à l’imagination du lecteur. Braine relève d’une grave commotion qu’ont soignée trois mois de séjour en hôpital militaire ; il s’était engagé. Il retrouve Lily sa...
    Voir plus

    Que faut-il le plus admirer dans ce livre : la forme ou le fond ? Suivons l’intrigue : simple, ouverte par la concision de l’écriture à l’imagination du lecteur. Braine relève d’une grave commotion qu’ont soignée trois mois de séjour en hôpital militaire ; il s’était engagé. Il retrouve Lily sa femme, Louis son jeune fils, la chienne Lucie. Apparemment il revit, à l’ombre de cette famille aimante et de son beau-père président - la plus grande concession automobile de la région - qui procure, à lui des petits boulots, au ménage son aisance. Mais une blonde fatale de jaune vêtue, vient rappeler à Braine qu’il a été un bon musicien de jazz (« improvisateur exceptionnel ») et le convainc de réunir le quintet qu’il formait jadis, lui et quatre autres musiciens amateurs, aujourd’hui dispersés… Le récit enfle, qui conduit le couple au plus grand désordre : la réalité est que Braine, revenant de la guerre « ne ressemble à rien, d’ailleurs il n’est plus rien ».
    La forme - exigeante - tient de la virtuosité : phrases courtes et syncopées, dialogues lapidaires relevant de leurs stridences le tempo serré du récit, descriptions fulgurantes (« […] allumait son cigare, avec soin, lenteur, le bout tournant dans la flamme jaune de l’allumette qui produisait à chaque bouffée une poussée d’incandescences », annotations piquantes (« Un pré, pas un champ »), assonances éclatantes (« […] et c’est en pensant à Lily et à Louis, à ce que Lily allait penser de lui, que Louis et lui avaient le même âge mental […] ») … Et ces tâches de couleurs vives (robes, chevelures, voitures, meubles…) qui illuminent une histoire que l’on se projette en noir et blanc… Les notes, le jazz !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'avais déjà succombé au charme de Christian Gailly lors de la découverte de "Un soir au club" et c'est avec grand plaisir que j'ai retrouvé l'atmosphère jazzie qui lui est si particulière.J'aime son style poétique aux phrases courtes. Dommage que ses personnages soient si désespérés !

    J'avais déjà succombé au charme de Christian Gailly lors de la découverte de "Un soir au club" et c'est avec grand plaisir que j'ai retrouvé l'atmosphère jazzie qui lui est si particulière.J'aime son style poétique aux phrases courtes. Dommage que ses personnages soient si désespérés !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Il semble qu'il y ait plus hors le livre que dans le livre. Tout se joue davantage dans la tête du lecteur qui doit relier les informations, imaginer le passé de Braine qu'ila voulu fuir en s'engageant dans une armée qui n'était pas la sienne. La tension dramatique est hors le livre simplement...
    Voir plus

    Il semble qu'il y ait plus hors le livre que dans le livre. Tout se joue davantage dans la tête du lecteur qui doit relier les informations, imaginer le passé de Braine qu'ila voulu fuir en s'engageant dans une armée qui n'était pas la sienne. La tension dramatique est hors le livre simplement exprimée par la phrase légère de Gailly. On adhère ou pas. Mais ce roman, si ténu en apparence, reste longtemps en tête après l'avoir refermé, ce qui est assez rare, le signe des grands livres ou des romans très agaçants.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Lechoixdeslibraires.com

    Braine revient de la guerre. On ne sait pas laquelle, mais au fond, peu importe, toutes les guerres se ressemblent. Il retrouve Lily, son fils, son chien et son travail dans la concession automobile de beau-papa.
    Lily sait que cet équilibre est fragile. Elle a caché deux objets appartenant à...
    Voir plus

    Braine revient de la guerre. On ne sait pas laquelle, mais au fond, peu importe, toutes les guerres se ressemblent. Il retrouve Lily, son fils, son chien et son travail dans la concession automobile de beau-papa.
    Lily sait que cet équilibre est fragile. Elle a caché deux objets appartenant à Braine : son pistolet et son bugle. Mais quinze ans après, les vibrations du jazz vont de nouveau happer Braine. Avec quelles conséquences ?
    Dans cette langue magnifique qui est la sienne, Christian Gailly nous parle de ces sujets qui lui sont chers : l'amour et jazz comme vecteur de tragédie. Une partition parfaitement interprétée.

  • Lechoixdeslibraires.com

    Une famille qui se reconstruit, c'est aussi banal qu'un quintette de jazz qui n'a pas joué depuis quinze ans. Il faut retrouver le rythme, le ton juste, faire chanter la note... C'est ce que tente vainement de faire Lily au retour de Braine d'on ne sait quel enfer. Mais une belle américaine, et...
    Voir plus

    Une famille qui se reconstruit, c'est aussi banal qu'un quintette de jazz qui n'a pas joué depuis quinze ans. Il faut retrouver le rythme, le ton juste, faire chanter la note... C'est ce que tente vainement de faire Lily au retour de Braine d'on ne sait quel enfer. Mais une belle américaine, et un bugle retrouvé au-dessus d'une armoire vont changer la donne de cette histoire. Comment retenir un homme qui aime le jazz «cette musique de cinglés» plus que tout, et qui ne se sent nulle part à sa place ?

    Le roman s'ouvre sur une ambiance de film années 50 avec E. Constantine, à la limite du ridicule ; les personnages ont du mal à se caler, puis le livre se met en place, bascule doucement à la manière du quintette en répétition, le blues imprègne les êtres et les sentiments, le style chante jusqu'à la note finale, sidérante.

  • Lechoixdeslibraires.com

    On aime Gailly ; on aime Lily et Braine.

    On aime Gailly ; on aime Lily et Braine.

Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Présent dans les listes

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions