Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

L'île du Point Némo

Couverture du livre « L'île du Point Némo » de Jean-Marie Blas De Roblès aux éditions Zulma
  • Date de parution :
  • Editeur : Zulma
  • EAN : 9782843046971
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Aucun résumé n'est disponible pour cet ouvrage actuellement...

Donner votre avis

Articles (2)

  • Salon du livre de Paris : Que s'est-il passé vendredi 20 mars ?

    8h, départ de ma tranquille banlieue parisienne, j’ai hâte d’arriver Porte de Versailles au Salon du livre 2015. 10h, à peine arrivée, je plonge immédiatement dans l’arène. Moment d’émotion lorsque je passe devant le stand des éditions la Martinière qui rendent un bel hommage à Georges Wolinski. Quel foisonnement, quel monde ! J’ai découvert le Salon du livre en 2014 et pour rien au monde je n’aurai manqué ce rendez-vous. J’ai prévu tout un programme mais avant tout je rejoins le stand de lecteurs.com.

  • Ils se disputent sur lecteurs.com

    Spécial Rentrée littéraire 2014 avec les Explorateurs... Les Explorateurs ne sont pas d’accord, mais pas d’accord du tout sur certains romans de cette rentrée, et ils le font savoir, arguments à l’appui. Le Pour-Contre (épisode 1/5) de Dominique et Lise au sujet du livre de Jean-Marie Blas de Roblès, L'Île du Point Némo, éditions Zulma          

Avis (17)

  • L’on vient de dérober le fameux diamant jaune de Lady MacRae. Ce serait l’œuvre du sinistre Enjambeur Nô. Martial Canterel, John Shylock Holmes et son majordome partent à la recherche de la chose. Bien sûr la Lady est du voyage avec sa fille qui est dans le coma depuis si longtemps.
    C’est...
    Voir plus

    L’on vient de dérober le fameux diamant jaune de Lady MacRae. Ce serait l’œuvre du sinistre Enjambeur Nô. Martial Canterel, John Shylock Holmes et son majordome partent à la recherche de la chose. Bien sûr la Lady est du voyage avec sa fille qui est dans le coma depuis si longtemps.
    C’est l’intrigue ou une partie. Après, à nous le voyage en transsibérien, les attaques, le voyage en montgolfière, bateau… Un livre d’aventures où une action chasse l’autre dans l’étalage de la folie, de l’invention, du cocasse, comme les inventions de Carmen pour amener une érection chez son mari
    L’histoire des lecteurs dans les fabriques de cigares à Cuba qui ont permis aux ouvrières d’apprendre la littérature, est un fait réel enchanteur.
    L’écriture très classique lorsqu’il est question de la recherche du fameux diamant, même l’impression d’être fin XIX début XXème) ou de la lecture dans les fabriques de cigares, se fait moderne lorsqu’il est question de Carmen ou de Monsieur Wang, fabricant de liseuses qui surveille et se rince l’œil lorsque ses employées passent aux vestiaires.
    Jean-Marie Blas de Roblès dont l’imagination est on ne peut plus débordante amène à des réflexions sur la pollution, les îles de déchets, la recherche pour produire autrement.

    Quel plaisir cette lecture, quel dépaysement dans une écriture parfaitement maîtrisée dans ses débordements. Oui, tout est maîtrisé, le tempo, les accélérations, les coups de théâtre, et cette écriture !!
    J’ai pensé au livre de Yak Rivais « Aventures du Général Francoquin aux pays des frères Cyclopus, à celui de Jules Verne, Umberto Eco  (Au nom de la Rose)... à tous ces livres d’aventures que j’ai dévorés.
    J.M. Blas de Roblès utilise les codes de l’imaginaire romantique et aventuriers pour un roman résolument moderne jusqu’à aller chatouiller la science-fiction
    Tout converge vers l’île du Point Némo, dont j’ai entendu parler à la radio alors que j’étais dans ma lecture. Une île où près de trois cents engins spatiaux reposent dans les fonds marins. C’est à cet endroit que les aventuriers arrivent. Une espèce d’île flottante (sans vanille ni blanc en neige) sur laquelle s’est établi une colonie intéressante et d’avant-garde.

    Jubilatoire, je vous le dis !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (1)
  • Une question a parcouru cette lecture : quelle émotion transite dans un pastiche, aussi habile fut-il ?

    Le jeu de références culturelles m'a souvent parût une façon de flatter le lecteur. Reconnaître l'ombre de Raymond Roussel dès l'énoncé du nom du protagonistes, Martial Cantarel, satisfait...
    Voir plus

    Une question a parcouru cette lecture : quelle émotion transite dans un pastiche, aussi habile fut-il ?

    Le jeu de références culturelles m'a souvent parût une façon de flatter le lecteur. Reconnaître l'ombre de Raymond Roussel dès l'énoncé du nom du protagonistes, Martial Cantarel, satisfait votre égo. J'aime qu'il soit aussi déstabilisé par la crainte de ne pas comprendre les jeux de mots et autres homophonies approximatives sur lesquels Roussel basait l'écriture de chacun des chapitres de Locus Solus. Roussel les nommait "procédé évolué". Je n'en ai rien deviné dans L'île du point Némo. J'espère sérieusement avoir été dupe.

    https://viduite.wordpress.com/2017/02/10/lile-du-point-nemo-jean-marie-blas-de-robles

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un des rares livres où je ne vais pas au bout .... Trop fouillis, je n'ai pas apprécié du tout !

    Un des rares livres où je ne vais pas au bout .... Trop fouillis, je n'ai pas apprécié du tout !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Mon ressenti, au premier abord, sur « L'île du Point Némo » de Jean-Marie Blas de Roblès, est de dire que c'est totalement loufoque, déjanté. Mais l'auteur a réussi un tour de force, justement, dans ce livre, avec ce périple qui, à cause d'un diamant volé (on verra), l'Ananké, dérobé à Lady...
    Voir plus

    Mon ressenti, au premier abord, sur « L'île du Point Némo » de Jean-Marie Blas de Roblès, est de dire que c'est totalement loufoque, déjanté. Mais l'auteur a réussi un tour de force, justement, dans ce livre, avec ce périple qui, à cause d'un diamant volé (on verra), l'Ananké, dérobé à Lady MacRae, dans son château en Écosse par un personnage surnommé « L'Enjambeur Nô ».

    C'est le thème choisi par l'auteur qui nous livre une histoire époustouflante par les événements où tout se mêle et s'entre-mêle….

    Vont participer à cette recherche, Martial Canterel – John Shylock Holmes avec son majordome Grimod de la Reynière – Lady MacRae elle-même qui emmène sa fille Verity (qui dort depuis des années) – Miss Sherrington (la gouvernante) …. et c'est parti pour une véritable épopée à travers le monde.

    Les personnages empruntent le Transsibérien – traversent la steppe – arrivent en Chine et en Australie – mais il ne faut pas oublier le Périgord noir (avec une fabrique de cigares) et les Caraïbes.
    Les multiples chapitres s'enchaînent où l'on peut lire des histoires qui ont l'air « sans queue ni tête » et paraissent n'avoir aucun rapport entre elles. Un vrai méli-mélo…

    Pour ne pas arranger les choses, on a trouvé trois pieds droits mais à qui appartiennent-ils ? Et où sont les corps ?
    Tout semble décousu et il ne faut pas perdre le fil de l'histoire car les rebondissements sont tellement multiples, plus que variés, intrigants, que le lecteur se demande où il va se retrouver et ce qui va advenir finalement.
    On pense à Jules Verne avec tous les éléments rencontrés ou ceux qui servent aux personnages : un dirigeable – un bateau (là, ça va) – puis d'un sous-marin (le « Nautilus »). Rencontres avec des monstres marins (par exemple le « Cthulhu »). On se sait plus où donner de la tête quand on arrive sur une île qui dérive, une île dont le sol est fait majoritairement de déchets plastiques.
    Une allusion à Monsieur Wang, le directeur d'une usine de liseuses numériques B@bil Books (un personnage chinois et du genre voyeur…) et un cirque….
    Bref, une histoire délirante où se trouve une autre histoire en parallèle.

    Comme je ne tiens pas à en dévoiler plus (il y en aurait tellement à raconter … ), je vais en rester là mais en disant que j'ai, moi-même, eu l'impression de ne plus savoir où j'en étais.

    Quant à la conclusion, elle est à tomber.

    Ce récit a eu cette critique : « Ce livre est un hold-up. Un roman d'aventures total, tourbillonnaire, abrasif. « Le Point ») et je confirme en disant qu'il a été sélectionné pour le prix du Meilleur Roman des Lecteurs Point.

    Vous qui cherchez à vous évader, surtout en ce moment, vous pouvez le faire par la pensée en lisant « L'île du Point Némo » ; dépaysement garanti et de nombreux rires car certains petits chapitres comportent de courtes anecdotes hilarantes.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Comment chroniquer cet ovni littéraire dont les pages sont truffées de cocasserie, d'absurdité, de loufoquerie et de bizarreries en tous genres ?

    Trois pieds droits humains de pointure différentes mais chaussés de la même marque de basket sont retrouvés au fond de trois lacs différents à...
    Voir plus

    Comment chroniquer cet ovni littéraire dont les pages sont truffées de cocasserie, d'absurdité, de loufoquerie et de bizarreries en tous genres ?

    Trois pieds droits humains de pointure différentes mais chaussés de la même marque de basket sont retrouvés au fond de trois lacs différents à trois jours d'intervalle. Ces macabres découvertes semblent liées à la disparition d'un très précieux diamant appartement à Lady MacRae. Un tueur démoniaque surnommé L'enjambeur No semble également être mêlé à ces histoires... L'inspecteur Shylock Holmes (oui, vous avez bien lu Shylock, c'est le descendant de l'autre !) va mener l'enquête et entraîner dans ses tribulations son majordome Grimod, le richissime dandy Martial Canterel qui a eu autrefois une liaison avec Lady MacRae, Vérity, leur fille (Canterel le découvre) qui, telle la Belle au bois dormant s'est petite fille endormie pour ne plus jamais se réveiller alors qu'elle est aujourd'hui une jeune femme, mais aussi Miss Sherington et Kim, les domestiques de la Lady et du Dandy (pas simple à suivre, je le conçois).

    D'autres personnages tout aussi truculents, rencontrés lors de leurs pérégrinations déjantées, vont rejoindre la petite bande, de Sibérie en Chine, d'Australie au Pacifique, d'indice en indice, à la découverte du mystère de curieux unijambistes et sur la trace du diamant disparu. Leur périple les mènera au Point Nemo, petit îlot perdu dans le Pacifique, le point paraît-il, le plus éloigné de toute autre terre émergée. Qu'y trouveront-ils ? Une chose est sûre, tout ce petit monde se retrouvera à bord du Nautilus reconverti en atelier à fabriquer de vrais livres !

    Cette petite synthèse concerne l'histoire principale, mais la construction littéraire du roman intercale des chapitres sur l'enquête que je viens de vous résumer et des chapitres qui semblent être complètement déconnectés de l'histoire et mettant en scène des personnages à qui il arrive également de drôles d'aventures ! Bien entendu, l'ensemble trouvera son sens à la fin du roman !

    Je ne me souviens pas avoir déjà lu un pareil livre ! On a l'impression d'être au 19ème siècle : on se déplace en transsibérien pour aller en Chine, en Zeppelin pour aller en Australie, en goélette pour aller au milieu des océans, les descriptions des tenues vestimentaires et des us et coutumes semblent tout droit sorties de cette époque, et pourtant, les livres ont disparu au profit du numérique, les véhicules carburent au méthane, des astronautes ont trouvé la mort entre ciel et terre au niveau du point Némo, des pieds humains sont retrouvés chaussés de baskets montantes. On célèbre pourtant l'avènement du 20ème siècle à venir ! On navigue finalement dans une époque de pure fiction puisque les pianos sont recouverts de peau de cochon afin qu'ils aient une meilleure acoustique et une exposition d'art met en scène des corps humains dépecés !

    A mi-chemin entre un roman de Jules Verne et L'île du Docteur Moreau de H.G. Well, L'île du Point Nemo est un ravissement de livre d'aventures à l'état pur, un roman tourbillonnant qui n'est pas que cocasse. Si on lit bien entre les lignes, on y trouvera une fine étude de la littérature et une remise en question de certaines idéologies. Et cette plume fouillée ! Quel plaisir de trouver au fil des pages des mots tels que "concupiscence", "turgescence", "sérendipité"... Vous y trouverez même cette insulte sortie tout droit d'un film des Nuls : "con de mime" !!! Un ovni je vous dit ! Ah, et cette conclusion littéraire : "Tout livre est l'anagramme d'un autre. Peut-être même de plusieurs. Il n'appartient qu'au lexique d'être celui de tous les autres"... Grandiose !

    Une folle plongée que je vous conseille de faire si comme moi, vous avez un intérêt certain pour les histoires un peu border-line et déjantées !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Ce livre est un cadeau et un défi. Une déclaration d'amour à la littérature, une invitation à laisser libre cours à son imaginaire. Un cadeau pour les yeux avec sa magnifique couverture aux motifs hallucinatoires, comme pour mettre le lecteur en condition avant de le jeter dans la grande...
    Voir plus

    Ce livre est un cadeau et un défi. Une déclaration d'amour à la littérature, une invitation à laisser libre cours à son imaginaire. Un cadeau pour les yeux avec sa magnifique couverture aux motifs hallucinatoires, comme pour mettre le lecteur en condition avant de le jeter dans la grande aventure des mots. Un cadeau pour l'esprit, de ceux qui font tourner les pages et s'émerveiller au vu d'une telle imagination et d'une telle verve romanesque. Mais ce livre est un défi pour qui s'avise de vouloir le raconter...

    Une chose est sûre, mieux vaut avoir gardé un peu de son âme d'enfant et une certaine nostalgie pour les histoires de Jules Verne et consorts. Ici, pas de littérature réaliste, rien de factuel, rien à voir avec les récits contemporains autocentrés qui peuplent les rayons des librairies. Il faut être prêt pour l'aventure, ouvert à toutes les invraisemblances, bref, il faut être prêt à croire. L'auteur brouille tous les repères, empruntant au passé et au futur, au gré de sa fantaisie. Le lecteur, lui, se laisse prendre au jeu, curieux de savoir comment les fils narratifs vont se rejoindre. Il se laisse faire, pas tout à fait dupe, ravi de retrouver un peu de cet émerveillement de l'enfance, cette période où les adultes inventaient pour lui les histoires les plus extraordinaires.

    "Toute phrase écrite est un présage. Si les événements sont des répliques, des recompositions plus ou moins fidèles d'histoires déjà rêvées par d'autres, de quel livre oublié, de quel papyrus, de quelle tablette d'argile nos propres vies sont-elles le calque grinçant ?"

    Nous suivons donc le périple de Martial Canterel, une sorte de dandy accro aux substances illicites et son ami Holmes (John Shylock), descendant de l'illustre détective mais employé chez Christies au service des restitutions. Les deux hommes se lancent sur la piste d'un énorme diamant, l'Ananké dérobé à Lady Mc Rae qui se trouve être une ancienne amie de Canterel avec lequel elle a même eu une fille qui malheureusement joue la belle au bois dormant depuis huit ans. Flanqués de leurs assistants respectifs, Miss Sherington et Grimod de La Reynière, croustillants personnages, les voilà partis à la poursuite d'un criminel à la renommée internationale, l'Enjambeur Nô dans un périple qui les mène sur terre, dans les airs et sur les mers jusqu'à l'Ile du Point Nemo, perdue au milieu de nulle part et ne figurant sur aucune carte. Pendant ce temps, les employés d'une ancienne fabrique de cigares dans le Périgord subissent les aléas de la conjoncture économique qui transforme leur entreprise en usine de liseuses électroniques, B@bil Books. Le directeur, M.Wang a décidé de maintenir la tradition, importée des Caraïbes par les cigarières venues former les employées françaises, de lecture à voix haute rythmant ainsi le travail dans l'usine qui tourne à plein régime en vue des fêtes de fin d'année.

    Rassurez vous, tout ceci est parfaitement logique et peu à peu, la lumière se fait jour dans l'esprit du lecteur. C'est une véritable prouesse narrative à laquelle se livre Jean Marie Blas de Roblès qui ne se contente pas de laisser libre cours à son imagination mais campe des personnages hauts en couleur, effleure nombre de questions de société et de gouvernance et se moque gentiment des esprits claniques. Il rend un hommage appuyé aux livres, aux histoires et aux écrivains qui ont su les mettre en musique et les inscrire dans quelque chose qui ressemble à un imaginaire collectif.

    Franchement, c'est magistral et, vous savez quoi ? Ce bouquin mériterait d'être remboursé par l'Assurance maladie !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Le style est truculent et vaut à lui seul l'effort de la lecture!
    Il n'est pas toujours facile de suivre les pérégrinations qui y sont relatées, mais les personnages sont hauts en couleur et l'intrigue complètement déjantée et imprévisible.
    Une pépite!

    Le style est truculent et vaut à lui seul l'effort de la lecture!
    Il n'est pas toujours facile de suivre les pérégrinations qui y sont relatées, mais les personnages sont hauts en couleur et l'intrigue complètement déjantée et imprévisible.
    Une pépite!

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Quelle imagination ! Je n'ai jamais rien lu de tel. Un livre inventif, farfelu, drôle, inconvenant, mais un peu déroutant par moments...

    Quelle imagination ! Je n'ai jamais rien lu de tel. Un livre inventif, farfelu, drôle, inconvenant, mais un peu déroutant par moments...

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Récemment sur lecteurs.com