L'Homme De Kiev

Couverture du livre « L'Homme De Kiev » de Bernard Malamud aux éditions Seuil
  • Date de parution :
  • Editeur : Seuil
  • EAN : 9782020015271
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
  • Nombre de pages : (non disponible)
  • Collection : (non disponible)
  • Genre : (non disponible)
  • Thème : Non attribué
  • Prix littéraire(s) : (non disponible)
Résumé:

Aucun résumé n'est disponible pour cet ouvrage actuellement...

Donner votre avis

Articles (1)

  • Aurélie Saada, du groupe Brigitte, vide son sac !
    #VideTonSac : Aurélie Saada, du groupe Brigitte, vide son sac en vidéo !

    Lecteurs.com est allé à la rencontre de personnalités et leur avons demandé s’ils cachaient un livre dans leur sac ! Que représente pour eux la lecture ? Ont-ils un conseil à nous donner ? Cette semaine, Aurélie Saada, du groupe Brigitte, s’est prêtée au jeu et a ouvert son sac.

Avis(1)

  • Le grand roman de Bernard Malamud, prix Pulitzer et National Book Award. Succès dès sa parution américaine en 1966, ce texte est un récit édifiant, évoquant une erreur judiciaire en Russie, dans la lignée de l'affaire Dreyfus: Bernard Malamud nous montre les origines du mal, avant le début des...
    Voir plus

    Le grand roman de Bernard Malamud, prix Pulitzer et National Book Award. Succès dès sa parution américaine en 1966, ce texte est un récit édifiant, évoquant une erreur judiciaire en Russie, dans la lignée de l'affaire Dreyfus: Bernard Malamud nous montre les origines du mal, avant le début des pogroms et l'avènement du nazisme. Mais L'Homme de Kiev n'est pas qu'une fable politique, c'est surtout un puissant roman sur la condition humaine, au-delà des aléas de l'Histoire.
    J'ai relevé deux citations en préface :
    "D'absurdes flots de sang souillent la terre..." (Yeats.

    "O jeune Hugh de Lyncoln - égorgé toi aussi
    Avec des Juifs maudits, comme on le sait,
    Puisqu'il y a de cela fort peu de temps -
    Prie pour nous, pécheur inconsistant..." (Chaucer).
    ...............................................................................................................................................................................
    Bernard Malamud – auteur américain de parents juifs immigrés – ayant reçu le Prix Pulitzer et le National Book Award en 1967 pour ce livre, L’Homme de Kiev, ce n’est qu’à présent que je l’ai lu car je ne le connaissais pas encore et je dois dire que c’est le titre qui m’a attirée. Ce livre a d’ailleurs été adapté au cinéma par John Frankenheimer.

    L’histoire est inspirée d’un fait réel, celui du meurtre, en 1913, d’un jeune ukrainien.
    Ici, le héros Yakov Bok s’exile de son village car sa femme l’a quitté et il pense que Kiev lui apportera une vie meilleure. En effet, réparateur de son état, il peut absolument tout réparer, il espère mieux vivre et en même temps, il veut améliorer sa culture car il adore la philosophie et lit Spinoza.

    Au début, l’auteur nous raconte la recherche d’emploi du héros qui va finir par être embauché dans une usine où il doit surveiller les chargements de briques car le directeur est certain qu’il y a des vols. Yakov prend son emploi très à cœur mais il se heurte sans cesse à des rebuffades de la part des autres employés si ce n’est une certaine haine.
    Malheureusement, par comble de malchance pour lui, le corps d’un jeune garçon russe est retrouvé à proximité de l’usine et c’est Yakov que l’on soupçonne immédiatement, car étant juif, il ne peut qu’être l’assassin tout désigné…

    Il faut rappeler que dans la Russie du Tsar Nicolas II, l’antisémitisme était extrême : les juifs étaient accusés de tous les maux et même de sorcellerie.

    Ensuite, la majorité du livre nous décrit les conditions inhumaines et ignobles de l’emprisonnement de Yakov qu’il rencontre.
    L’auteur nous décrit toutes les humiliations endurées par le prisonnier et pendant ce calvaire Yakov va attendre son acte d’accusation, ce qui lui permettrait d’avoir un avocat Il en arrive même à penser au suicide par crainte de devenir fou devant toutes les souffrances endurées : malnutrition, aucune hygiène, solitude, et se demande également s’in ne va pas avouer un crime qu’il n’a pas commis, tout cela pour en finir.

    Jusqu’à la fin du livre, le lecteur assiste, impuissant au martyre enduré par Yakov et il est sidéré devant toute cette haine.

    On ne peut, bien entendu, relater toute l’histoire et surtout pas la fin, mais ce que j’en ai retenu, entre autres, et qui m’a profondément choquée, c’est de voir combien cette Russie a fait preuve d’antisémitisme, et combien cette attitude était presque générale.
    L’écriture de Bernard Malamud est très limpide, le style clair et L’Homme de Kiev se lit très facilement et très vite car le lecteur n’a qu’une hâte : connaître la fin de l’histoire.

    comment Commentaire (1) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions