L'Héritage t.1 ; Eragon

Couverture du livre « L'Héritage t.1 ; Eragon » de Christopher Paolini aux éditions Bayard Jeunesse
Résumé:

Jeune garçon de ferme, Eragon mène une existence sans histoires dans un village de l'Alagaësia. Jusqu'au jour où il découvre une magnifique pierre bleue. Il n'imagine pas alors qu'il s'agit d'un oeuf de dragon, et que sa vie va être bouleversée. Il deviendra Dragonnier, héritier d'une caste... Voir plus

Jeune garçon de ferme, Eragon mène une existence sans histoires dans un village de l'Alagaësia. Jusqu'au jour où il découvre une magnifique pierre bleue. Il n'imagine pas alors qu'il s'agit d'un oeuf de dragon, et que sa vie va être bouleversée. Il deviendra Dragonnier, héritier d'une caste d'élite que le roi veut éradiquer... Eragon n'a que seize ans, mais le destin du royaume est entre ses mains.

Extrait du livre :
Le soleil se leva le lendemain, déclinant une magnifique palette de roses et de jaunes. L'air était pur et glacial. La glace emprisonnait les bords des torrents ; les petits étangs, eux, étaient gelés sur toute leur surface. Eragon avala un peu de porridge avant de redescendre dans le vallon où était apparue la pierre. Il examina le site avec attention ; mais le petit matin n'apporta pas d'éclairage nouveau sur la scène. Il décida de rentrer chez lui.
Le chemin était envahi par la végétation. À certains endroits, il disparaissait complètement. Comme il avait été dessiné par les allées et venues fortuites des animaux sauvages, Eragon tombait par moments sur ses propres traces et faisait de longs détours. Cependant, malgré ses zigzags, c'était la voie la plus directe pour sortir de cette partie réputée «infréquentable» des montagnes : la Crête.
La Crête était l'un des seuls lieux dont le roi Galbatorix ne pouvait pas prétendre être le maître et seigneur. Bien des décennies plus tard, on racontait encore comment la moitié de son armée avait disparu, le jour où elle s'était aventurée dans la vieille forêt. Une chape de malchance et de malédiction semblait peser sur les bois. A priori, rien d'extraordinaire, pourtant : les arbres dressaient leurs hautes silhouettes ; le ciel était radieux ; néanmoins, rares étaient ceux qui, ayant osé s'attarder sur ces massifs, en revenaient indemnes... quand ils en revenaient !
Eragon était de ceux-là. Il n'avait pas l'impression d'avoir un don particulier ; simplement, ses sens étaient toujours en alerte, et il avait d'excellents réflexes. Bien qu'il sillonnât la montagne depuis de longues années, sa méfiance demeurait intacte. Et pour cause : à peine pensait-il avoir percé tous les mystères de la nature qu'un événement inattendu se chargeait de lui prouver qu'il n'était pas au bout de ses surprises. Dernier exemple en date : l'apparition de la pierre.

Donner votre avis

Avis (37)

  • Bonjour les petits amis ! Aujourd'hui, je vous retrouve pour la chronique du premier tome d'une saga incomparable à aucune autre, j'ai nommé L'Héritage de Christopher Paolini. Cela fait des lustres que je dois rédiger cette critique littéraire (pour ma défense, je n'avais pas encore de blog...
    Voir plus

    Bonjour les petits amis ! Aujourd'hui, je vous retrouve pour la chronique du premier tome d'une saga incomparable à aucune autre, j'ai nommé L'Héritage de Christopher Paolini. Cela fait des lustres que je dois rédiger cette critique littéraire (pour ma défense, je n'avais pas encore de blog lorsque j'ai lu ce livre) et il me faut vous avouer que j'ai mis des années avant même de commencer cette exceptionnelle série livresque. La raison à mon rechignement est simple : j'avais tout bonnement peur d'être déçue au vu de l'engouement suscité par cet univers fantastique incomparable à aucun autre et puis, pour être tout à fait honnête, je n'avais pas envie de "suivre le mouvement" non plus et d'apprécier ce qui faisait déjà vibrer les autres tel un gentil petit mouton (l'argument en carton, je sais). In fine, vous l'aurez compris, j'ai mis beaucoup de temps à laisser sa chance à L'Héritage et, cela va paraître très cliché ce que je vais dire (écrire, plutôt) là, mais je me demande encore sincèrement pourquoi je ne me suis pas lancée plus tôt. Une chose est sûre, c'est que la réputation de Christopher Paolini le précède et on comprend clairement pourquoi lorsque l'on découvre l'extraordinaire monde de son remarquable héros d'encre et de papier, Eragon. En réalité, j'aurais dû me plonger immédiatement dès la sortie du premier tome (bon, j'avais six ans à l'époque, c'était peut-être un peu tôt et encore, je savais déjà lire et cela aurait éveillé instantanément mon appétit pour les romans et notamment pour les gros pavés pour sûr - mais le passé est le passé, on ne le changera pas #instantphilosophie) dans la lecture de cette série de formidables bouquins de fantasy les yeux fermés et me laisser transporter en Alagaësia sur le dos de la somptueuse et majestueuse Saphira, aka MY QUEEN FOREVER. Bref, tout ça pour vous dire que la saga L'Héritage, c'est une véritable tuerie et que je vais vous expliquer dans un très court instant plus en détails pourquoi (même si, à mon avis, la plupart d'entre vous s'en doutent déjà...) !

    Je vous l'annonce d'entrée en jeu : je ne vais pas épiloguer pendant des milles et des cents sur toutes les innombrables qualités de ce premier tome. En effet, la saga L'Héritage dans son ensemble n'a guère plus besoin de faire ses preuves depuis fort longtemps donc vous savez déjà un peu près ce que je vais souligner au cours de cette chronique et puis, force est de constater que mes souvenirs de ma lecture d'Eragon ne sont plus tout frais non plus étant donné que cette dernière remonte à un peu près 2013-2014 ou mon année scolaire préférée de toute mon existence, la période bénie de la classe de seconde 3 - j'ai suffisamment pleuré et fait mon deuil de ces instants de grâce pour ne pas encore larmoyer en tapant ces lignes. Cependant, malgré la quantité d'eau considérable qui a coulé sous les ponts, cette lecture et celles des deux tomes qui ont suivi (je n'ai pas encore lu le quatrième et ultime opus, honte à moi...) m'ont laissée avec une trace indélébile gravée dans mon cœur et ma mémoire. Il faut dire que la magie indescriptible d'Eragon opère dès les toutes premières pages. Je me souviens m'être retrouvée éberluée, béate d'admiration face à la prodigieuse créativité de l'auteur qui, rappelons-le, n'avait que 19 ans seulement lorsque ce premier tome est paru. J'ai pu me rendre compte au cours de cette lecture et de celles qui lui ont succédé à quel point son génie était monstrueux et le succès de L'Héritage amplement mérité à mon sens. Pour ma part, j'ai été immédiatement charmée et tout bonnement impressionnée par la richesse exponentielle de l'univers d'Alagaësia (au passage, j'aime tellement ce nom et les autres appellations proposées dans les divers langages inventés par l'auteur, je trouve cela juste magnifique et fascinant), royaume aussi enchanteur que dangereux (on ne te remercie pas, Galbatorix) qui ne semble pas avoir de fin. A tout le moins, notre émerveillement vis-à-vis de lui n'est pas prêt de cesser, comment se lasser d'un microcosme fantastique pareil ? C'est simple : en Alagaësia, il y a toujours quelque chose à découvrir, un secret à déceler, un combat à mener, une contrée époustouflante à parcourir. Il faut s'armer de bravoure et de patience car le chemin nouvellement arpenté par Eragon est extrêmement rude et semé d'embûches et autres nombreux tourments mais on en prend également plein les yeux au cours de cette exceptionnelle aventure. Mon cœur a aussi loupé un battement plus d'une fois mais, une fois encore, je ne vous apprends rien, sauf si vous n'avez toujours pas lu au moins le premier tome de cette saga résolument enchanteresse. Dans ce cas-là, je ne peux que vous exhorter à vous procurer les volets de cette série livresque de n'importe quelle manière possible et à les dévorer. Vous verrez, ce n'est vraiment pas compliqué : une fois qu'on est dedans, on ne peut que vibrer avec les personnages, trembler face à la pléthore d'épreuves qu'ils doivent affronter au cours de leur insoutenable périple et retenir constamment son souffle (la lecture est une activité tout ce qu'il y a de plus risquée, vous ne le saviez pas encore ?). En clair : on vit intensément le récit.

    Un autre aspect de l'intrigue qui rend ce livre si addictif et attrayant, ce sont ses protagonistes que je trouve pour ma part extrêmement bien construits et intéressants, tant au niveau de leur personnalité que de leur histoire personnelle. L'auteur a pris la peine de creuser le passif de chacun et cela se ressent de façon flagrante, même si cela ne nous est révélé qu'en filigrane au fil des pages afin de nous tenir en haleine jusqu'au bout. Par ailleurs, Eragon est certainement l'un des livres dont les pages se tournent le plus facilement que j'ai pu lire jusqu'à présent. Ça a beau être une belle briquette, on en redemande encore une fois le livre refermé ! Cela passe tellement vite et personnellement, je n'étais pas rassasiée après avoir fini ma lecture. J'avais certes vécu un trop plein d'émotions (comment en aurait-il pu être autrement ?) avec ce livre et en même temps, j'avais envie de rester entre ses pages pour toujours et ne plus m'en déloger. Oui, avec la menace Galbatorix qui plane comme une épée de Damoclès au-dessus des têtes de nos trois jeunes héros, il faut être franchement sadomaso pour vouloir continuer à vivre dans l'angoisse la plus totale à leurs côtés ! Mais, et cela me permet justement d'en revenir à nos chers personnages (parfois, quand j'écris des chroniques sur des romans qui m'ont mise sens dessus dessous, il m'arrive de sérieusement m'égarer), impossible de faire et de vouloir autrement car on grandit véritablement avec Eragon au fur et à mesure de sa remarquable quête initiatique, on t'attache à lui et on ressent une profonde compassion et connexion à son égard, comme lui peut la vivre avec Saphira, que j'adore autant, si ce n'est plus (quoique, difficile de battre mon Eragon-chou dans mon cœur - je suis un être faible et superficiel, je sais), que son maître, comme vous l'aurez sûrement compris au tout début de cette chronique. Quoiqu'il en soit, le lien qui unit ces deux êtres est à mon sens juste tout bonnement magnifique et saisissant. Il n'y a pas de mots assez forts selon moi pour décrire leur extraordinaire relation entre dragonne et dragonnier. Il faut assister à cette rencontre d'anthologie et vivre leur évolution spectaculaire en tant que tandem de choc pour le comprendre. Pour ma part, je suis assurément tombée littérairement amoureuse du duo si puissant et complémentaire qu'ils forment. Pour ce qui est du reste des personnages, je les ai tous énormément appréciés de façon générale, sauf Galbatorix, Durza et tous les partisans de l'Empire, bien évidemment. Mais même les figures les plus détestables, pour ne pas dire haïssables, parviennent à captiver notre attention. Personnellement, j'ai été autant fascinée qu'effarée face au pouvoir colossal et à la cruauté sans limites de Galbatorix et de son Ombre. Cependant, malgré le fait qu'ils paraissent tout ce qu'il y a de plus redoutables, les jeunes guerriers qui se retrouvent avec le lourd fardeau sur les épaules de devoir les affronter et les vaincre ne sont pas en reste non plus ! En dehors d'Eragon qui m'a juste fait fondre le cœur, j'ai ressenti une grande tendresse également pour Murtaugh, un valeureux jeune homme qui va en quelque sorte le prendre sous son aile et devenir une sorte de grand frère à son égard (si seulement j'avais su à ce moment-là à quel point j'étais proche de la vérité, j'en aurais eu moins le cœur brisé par la suite... ou pas). Quant à Arya ou le seul personnage féminin qui se distingue dans ce premier tome, si l'on ne compte pas Saphira, bien évidemment (ne t'en fais pas ma dragonne adorée, je ne t'oublie pas !), on tombe aisément sous son charme : elle est sublime, badass, pleine de ressources et heureusement qu'elle est là (avec Saphira, toujours) sinon les garçons ne s'en sortiraient pas tout seuls, je vous le dis, moi ! GIRL POWER ! Mais je reparlerai plus tard de cette question de la représentation féminine au sein des œuvres de Christopher Paolini, en particulier dans ma critique livresque du tome trois, vu qu'il s'agit du titre de la saga que j'ai lu le plus récemment et dont je me souviens le mieux, donc, vous pouvez compter sur moi !

    Pour conclure, Christopher Paolini nous fait vivre avec ce premier tome les prémices d'une aventure épique dont on ne ressortira résolument pas indemnes. L'histoire du jeune Eragon et de l'ensemble du territoire d'Alagaësia est digne des plus grandes légendes. Certes, il faut prendre le temps en tant que lecteur tout ce qu'il y a de plus terrestre, lambda et mortel de s'acclimater à ce nouvel environnement qui transpire la magie, l'adrénaline et la menace par tous ses pores mais une fois les cent premières pages dévorées, il devient à proprement parler impossible de lâcher ce livre. C'est juste palpitant, épatant, extrêmement grisant et grandiose. Qui plus est, on sent que l'auteur y a mis énormément de lui-même, de ses influences en matière de fantasy et de littérature au sens large et de sa passion vorace et contagieuse pour les cultures anciennes et les différents types de mythologies entre autres choses. Pour ma part, je lui suis sincèrement reconnaissante pour le travail phénoménal qu'il a accompli avec l'écriture ne serait-ce que d'Eragon et je lui tire même mon chapeau. Un immense BRAVO, Monsieur ! Et ce n'était là que le tout début d'une saga qui a bercé l'enfance et l'adolescence de millions de lecteurs et qui continue aujourd'hui encore à séduire un public extrêmement diversifié qui comprend en outre tous les âges. Je ne sais pas pour vous mais pour moi, cela veut dire beaucoup. Sur ces paroles tout ce qu'il y a de plus véridiques et pensées du fond du cœur, je vous laisse et vous dis à très vite (plus vite que vous ne le pensez, par ailleurs) pour le prochain épisode, à savoir : L'Aîné ! COUP DE CŒUR ♥

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Malgré les descriptions qui sont assez longue, ce livre est un régale. On vit les aventures et les dangers que parcourt Eragon et sa dragonne Saphira. Je vais me plonger dès ce soir au prochain tome de la saga pour savoir où va leur mener leur destinée.

    Malgré les descriptions qui sont assez longue, ce livre est un régale. On vit les aventures et les dangers que parcourt Eragon et sa dragonne Saphira. Je vais me plonger dès ce soir au prochain tome de la saga pour savoir où va leur mener leur destinée.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Le temps des dragonniers est de retour…

    Un premier tome surprenant qui donne envie de lire le reste de la saga. Les périples d’un jeune héro, Eragon, jusque là garçon de ferme qui découvre une magnifique et non moins étrange pierre bleue. Il ne se doute absolument pas qu’il s’agit en fait...
    Voir plus

    Le temps des dragonniers est de retour…

    Un premier tome surprenant qui donne envie de lire le reste de la saga. Les périples d’un jeune héro, Eragon, jusque là garçon de ferme qui découvre une magnifique et non moins étrange pierre bleue. Il ne se doute absolument pas qu’il s’agit en fait d’un œuf de dragon qui ne va pas tarder à éclore, faisant de lui le premier dragonnier depuis bien longtemps. Ainsi nait, sa dragonne Saphira aussi belle et bleue que son œuf. Grâce à un vieux conteur, Brom, il va découvrir les pouvoirs que lui confère ce nouveau statut. Il va traverser toute l’Alagaésia pour venir en aide aux Vardens, peuple rebelle qui lutte contre l’infâme Galbatorix (dernier dragonnier connu encore vivant).

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Lorsque j'ai lu Eragon pour la première fois, je devais avoir à peu près l'âge du héros éponyme au début de ses aventures. Me replonger dans le premier tome de cette saga épique m'a permis d'éprouver le même sentiment que Proust face à sa fameuse madeleine. Dès les premières lignes, j'ai...
    Voir plus

    Lorsque j'ai lu Eragon pour la première fois, je devais avoir à peu près l'âge du héros éponyme au début de ses aventures. Me replonger dans le premier tome de cette saga épique m'a permis d'éprouver le même sentiment que Proust face à sa fameuse madeleine. Dès les premières lignes, j'ai ressenti la joie toute particulière avec laquelle on soulève une couverture poussiéreuse sur un morceau de souvenir que l'on chérit. J'empruntais avec bonheur les chemins de l'Alagaësia que j'avais parcouru des années plus tôt pour retrouver Eragon, ce garçon de ferme que la destiné fera dragonnier, et bien-sûr sa dragonne Saphira à la sagesse sans âge.

    Aidé de Brom, le conteur, et poussé par de sombres événements l'adolescent va être amené à grandir plus vite que prévu et à vivre des aventures qu'il n'aurait même pas pu imaginer quelques mois plus tôt. Galbatorix, le terrible roi de l'Alagaësia et premier Parjure (avant même son sbire Morzan), rêve de mettre la main sur le garçon et sa dragonne. Eragon va devoir apprendre très vite à évoluer dans un monde qui, peu à peu, laisse tomber le masque du manichéisme.

    Quel camp doit-il choisir ? Doit-il rallier les rangs de l'Empire ou celui des rebelles Vardens ou encore rejoindre le royaume du Surda et sa tranquillité relative ? Le jeune dragonnier n'est pas au bout de ses peines, lui qui n'est qu'à l'aube de ses aventures. Christopher Paolini publie ici une saga classée dans la littérature jeunesse et pourtant réservée à un large public. Le style est simple, les personnages pourraient être développés davantage et l'intrigue aurait pu gagner en complexité. Pourtant, cela serait ôter de son charme à cet opus.Christopher Paolini n'est ni J.R.R Tolkien, ni Terry Goodking à qui l'on doit l’Épée de Vérité. Il se situe plutôt entre les deux. Il est l'héritier de l'un et peut accompagner le lecteur vers l'autre.

    Après avoir lu Eragon, nul doute que jeunes ou moins jeunes prendront goût à la littérature Fantasy et qui sait, une fois le cycle de l'Héritage achevé, auront envie de découvrir de nouvelles contrées, peut-être plus sombres mais non moins fascinantes.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Probablement un, si ce n'est LE, livre de mon enfance qui m'a marqué. Encore aujourd'hui, à 21 ans, c'est une de mes sagas préférées. Pourtant peu familière à la fantasy, Eragon a un univers très accessible et un côté assez terre à terre que j'ai toujours aimé. Réaliste même, finalement. Si je...
    Voir plus

    Probablement un, si ce n'est LE, livre de mon enfance qui m'a marqué. Encore aujourd'hui, à 21 ans, c'est une de mes sagas préférées. Pourtant peu familière à la fantasy, Eragon a un univers très accessible et un côté assez terre à terre que j'ai toujours aimé. Réaliste même, finalement. Si je mettrais 4/5 à la saga entière, le premier tome lui, mérite bien ses 5/5 pour moi.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je l'ai préféré au film, mais sans être emportée plus que ça

    Je l'ai préféré au film, mais sans être emportée plus que ça

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'ai bien aimer mais a la fin il y a que de la guerre

    J'ai bien aimer mais a la fin il y a que de la guerre

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Moi qui ne lis que des fantastiques et en avait marre de lire un peu toujours la même chose, je suis tombée sur Eragon... Ce livre m'a totalement fait redécouvrir le fantastique, avec un monde totalement inédit, du suspens à n'en plus finir... Rien à voir avec le film, bien pâle à côté de la...
    Voir plus

    Moi qui ne lis que des fantastiques et en avait marre de lire un peu toujours la même chose, je suis tombée sur Eragon... Ce livre m'a totalement fait redécouvrir le fantastique, avec un monde totalement inédit, du suspens à n'en plus finir... Rien à voir avec le film, bien pâle à côté de la richesse de ce tome !
    Malheureusement, ce volume 1 est le plus intéressant des 3 premiers...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions