Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Lettres perdues

Couverture du livre « Lettres perdues » de Bishop Jim aux éditions Glenat
  • Date de parution :
  • Editeur : Glenat
  • EAN : 9782344043448
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Les aventures corrosives d'Iode à la recherche de sa mère.Comme tous les matins, Iode attend impatiemment cette lettre que le facteur tarde à lui apporter. Surement une blague de ce farceur de poisson-clown qui s'amuse à livrer son courrier aux voisins... Ou peut-être a-t-il simplement été... Voir plus

Les aventures corrosives d'Iode à la recherche de sa mère.Comme tous les matins, Iode attend impatiemment cette lettre que le facteur tarde à lui apporter. Surement une blague de ce farceur de poisson-clown qui s'amuse à livrer son courrier aux voisins... Ou peut-être a-t-il simplement été égaré? Il n'y a qu'un seul moyen d'en avoir le coeur net: se rendre en ville. Embarqué dans sa petite auto vert pomme, Iode fait la rencontre de Frangine, une autostoppeuse au caractère bien trempé qui effectue une livraison pour le compte du mystérieux groupe mafieux «la pieuvre». Seulement, lorsque cette dernière décide de lui fausser compagnie, le jeune garçon s'inquiète et décide naïvement de partir à sa recherche. Sans le savoir, Iode vient de mettre les pieds dans une affaire qui le placera au coeur d'un terrible drame.Sur l'île du soleil où poissons et humains cohabitent, mafieux sans vergognes et policiers incompétents sont monnaie courante. Une cavalcade absurde naviguant entre humour, douceur et drame mélancolique. Un premier roman graphique réalisé par un prodige du dessin nourri au travail de Hayao Miyazaki. Un récit où la rondeur du dessin et la beauté irradiante des couleurs forment paradoxalement une oeuvre tragique qui perturbera les âmes les plus sensibles.

Donner votre avis

Lire un extrait offert de Lettres perdues

En cliquant sur le bouton ci-dessous, découvrez immédiatement et sans engagement un extrait offert par Izneo !

Articles (5)

Avis (16)

  • Une belle claque que ces « Lettres perdues » de M. Jim Bishop !

    Au-delà de son épatant visuel, cette bande dessinée colorée et merveilleusement inspirée nous livre une histoire qui est comme un conte universel. Nous sommes plongés dans le monde fantastique créé par ce scénariste et...
    Voir plus

    Une belle claque que ces « Lettres perdues » de M. Jim Bishop !

    Au-delà de son épatant visuel, cette bande dessinée colorée et merveilleusement inspirée nous livre une histoire qui est comme un conte universel. Nous sommes plongés dans le monde fantastique créé par ce scénariste et dessinateur de talent, aux influences subtilement distillées (Miyazaki notamment), et nous nous attachons forcément aux destins croisés de Iode et de Rebecca, et même de l’humoristique Cycy, ou encore de l’attachant Péli, qui ne sait dire que « oui ».

    Iode Sea est seul, et il attend désespérément une lettre de sa mère, que jamais n’apporte le poisson-clown facteur (et farceur). Frangine croisera son chemin alors qu’elle-même cherche sa voie, recueillie par une famille d’adoption et de prestige au service (secret) du roi de cette île fantastique, elle a maille à partir avec la pieuvre, la maffia du lieu qui trafique le sable. De cette rencontre va naître une belle et touchante amitié, qui affrontera de bien terribles épreuves, ne serait-ce que pour regarder en face la vérité et ne plus se la cacher, ou pour combattre contre des démons enfouis dans un passé tragique et hélas encore trop influent sur le présent pourtant plus réjouissant.

    Je n’en dirai pas plus sur ce qui adviendra, mais je vous invite simplement à vous laisser emporter par l’émotion et la poésie de cette ouvrage, et surtout comme Iode à aller admirer les étoiles ; « les contempler un temps et qu’elles redeviennent filantes »…

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Iode est un jeune garçon qui vit seul. Tous les jours, il attend désespérément l'arrivée du facteur poisson-clown afin de voir s'il a pour lui une lettre de sa mère. Oui, car imaginez que dans le monde dans lequel vit notre jeune héro, les poissons sont sortis de l'eau et peuvent désormais vivre...
    Voir plus

    Iode est un jeune garçon qui vit seul. Tous les jours, il attend désespérément l'arrivée du facteur poisson-clown afin de voir s'il a pour lui une lettre de sa mère. Oui, car imaginez que dans le monde dans lequel vit notre jeune héro, les poissons sont sortis de l'eau et peuvent désormais vivre au milieu des humains. Tout ceci grâce à une invention d'un homme : Salin Sea.
    En se rendant au bureau de poste le jeune homme va faire la rencontre d'une curieuse jeune fille : Frangine. A partir de là, l'aventure va véritablement commencer et Iode va se retrouver mêlé à des affaires secrètes qui le dépasse.

    C'est une BD vraiment très agréable à lire, les illustrations sont très colorées et nous aident à nous projeter dans ce monde imaginaire. L'histoire quant à elle est très émouvante, on s'attache à ce jeune garçon qui souffre de l'absence de sa mère et à Rebecca/Frangine qui n'a pas vécu que des moments heureux.
    J'ai été très surprise par la fin, je ne m'attendais vraiment pas à cela. D'ailleurs je ne peux pas dire que j'adhère complètement à celle-ci, je suis très partagée entre ce qu'il advient de nos 2 héros, pour l'un j'ai trouvé la fin magnifique et pour l'autre je n'ai tout simplement pas compris l'intérêt.
    Toujours est-il que cela reste une très belle lecture que je vous invite à découvrir.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Avec « Lettres perdues », Jim Bishop parvient à créer un univers impressionnant qui emporte le lecteur. Les dessins sont magnifiques et méritent bien de mettre un moment en pause la lecture le temps de les contempler. Graphiquement, ils laissent apparaître un mélange d’influence allant notamment...
    Voir plus

    Avec « Lettres perdues », Jim Bishop parvient à créer un univers impressionnant qui emporte le lecteur. Les dessins sont magnifiques et méritent bien de mettre un moment en pause la lecture le temps de les contempler. Graphiquement, ils laissent apparaître un mélange d’influence allant notamment d’Hayao Miyazaki (Le Voyage de Chihiro, Porco Rosso) pour l’univers à Jasper Fforde pour le ménage des genres et l’aspect déjanté. Le choix des couleurs, particulièrement acidulées crée une atmosphère particulière, un brin pop et psychédélique.

    L’auteur parvient à totalement se jouer du lecteur. A première vue, il lui propose un cadre marin très original et sacrément barré et une intrigue déjantée qui s’articule autour de la recherche de lettre et de trafics de sable par une mafia tentaculaire. Les pages regorgent d’humour, mais aussi de répliques et de situations totalement absurdes. Mais une fois lecteur ferré, une seconde couche beaucoup plus profonde apparait peu à peu, au fil des pages, abordant avec beaucoup de finesse, de justesse et de poésie, les thématiques de l’attente, du mal-être, de la dépression et du deuil. Un véritable contraste comme pour inciter, peut-être, le lecteur à relativiser leur portée.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Voilà une expérience de lecture étonnante. C'est tout un univers particulier qui est sortie de l'imaginaire de Jim Bishop.


    L'aventure commence avec iode et sa quête quotidienne qui semble-t-il est un éternel recommencement. Cette histoire absurde où se mêlent personnages improbables,...
    Voir plus

    Voilà une expérience de lecture étonnante. C'est tout un univers particulier qui est sortie de l'imaginaire de Jim Bishop.


    L'aventure commence avec iode et sa quête quotidienne qui semble-t-il est un éternel recommencement. Cette histoire absurde où se mêlent personnages improbables, humour et réflexion loufoques vont au fil du récit dériver sur un sujet plus sérieux, touchant, intimiste et même dramatique...

    Quel plaisir de découvrir ses personnages aussi attachants qu'insensés, ses dialogues et ses enchaînements de scènes drôle et cocasse qui servent à merveille l'intrigue. Je dois dire que je ne m'attendais pas du tout à un tel mélange mais je suis tombe sous le charme.

    Graphiquement c'est beau et attendrissant. Clairement les influences de Miyazaki se ressentent et ce n'est pas pour nous déplaire. J'ai apprécie le trait comme le choix des couleurs pastel qui sont en phase avec l'univers et l'atmosphère que souhaite nous faire ressentir l'auteur et le résultat parle pour lui !

    En bref, voilà un univers atypique, une lecture étonnante pour une parenthèse graphique agréable et poétique.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • C’est lors de la soirée de remise du Prix Orange du Livre et du Prix BD Lecteurs.com que j’ai rencontré Jim Bishop. Ce nom m’était complètement inconnu, béotienne que je suis en matière de BD, romans graphiques ou autres mangas. Mais son discours de lauréat et la beauté de la couverture m’ont...
    Voir plus

    C’est lors de la soirée de remise du Prix Orange du Livre et du Prix BD Lecteurs.com que j’ai rencontré Jim Bishop. Ce nom m’était complètement inconnu, béotienne que je suis en matière de BD, romans graphiques ou autres mangas. Mais son discours de lauréat et la beauté de la couverture m’ont poussée à acheter "Lettres perdues".

    Que l’auteur et les amateurs de ce genre de littérature me pardonnent, je ne possède pas les codes pour en faire une chronique de qualité. Je suis juste en mesure de donner mon ressenti face à ces quelques deux cents pages, véritable régal des yeux. "Lettres perdues" est l’histoire d’Iode, un jeune garçon toujours dans l’attente d’une lettre de sa mère en compagnie de son ami Péli, un pélican, celui de la couverture. Iode s’imagine que le facteur est responsable de cette situation, le facteur : un poisson-clown ! Oui, dans ce conte, car c’en est un à mes yeux, il faut le savoir, les poissons et les hommes vivent de conserve. En allant à la ville pour tenter de trouver cette fameuse lettre, Iode rencontre Frangine, une drôle de fille qui va sans le vouloir le mettre dans de sales draps. Mafieux sans scrupules, policiers incompétents complètent le tableau.

    J’ai beaucoup aimé cet ouvrage à la fois pour la forme et le fond. Les dessins sont magnifiques, épurés, très arrondis aux couleurs rayonnantes, comme éclairées de l’intérieur, les ciels tout en fondu. J’ai aimé l’écriture en majuscules d’imprimerie, parfaitement alignée. Elle donne une certaine impression d’ordre et de calme et contraste avec l’excitation qui règne dans les actions. J’ai aimé les personnages et leur représentation, le costume sage attribué à Iode, ses cheveux blonds, qui m’ont rappelé le Petit Prince, celui plus excentrique de Frangine.
    Pour ce qui est du fond, les larmes n’ont jamais été loin. Si l’on peut trouver parfois un certain côté abracadabrantesque au récit, il cache une tristesse latente, une nostalgie, une attente souvent déçue. Il traduit de manière particulièrement sensible et délicate l’amitié, les affres de la perte, parle de dépression, aborde la dureté du deuil et la douleur de l’absence des êtres chers. Enfin, j’ai retrouvé dans ce magnifique roman graphique toute l’émotion éprouvée à l’écoute de l’intervention de Jim Bishop qui a suivi l’annonce de son prix..

    Entre comédie et tragédie, cet ouvrage est d’une très grande force.

    http://memo-emoi.fr

    thumb_up J'aime comment Commentaire (1)
  • Iode, un garçon attend une lettre de sa mère avec impatience. Aviatrice, elle est partie il y a longtemps et lui a promis de lui envoyer l’adresse où la rejoindre. Depuis il désespère et interroge le facteur tous les jours.
    Il faut préciser que dans ce monde les humains et les poissons vivent...
    Voir plus

    Iode, un garçon attend une lettre de sa mère avec impatience. Aviatrice, elle est partie il y a longtemps et lui a promis de lui envoyer l’adresse où la rejoindre. Depuis il désespère et interroge le facteur tous les jours.
    Il faut préciser que dans ce monde les humains et les poissons vivent ensemble. Certains poissons usant d’une technologie pour se mouvoir comme les humains sur terre.
    Iode vit au bord de l’eau dans une petite cabane sur pilotis. Il est toujours accompagné d’un oiseau, un pélican, qui répond « oui » à toutes ses questions.
    Un jour Iode n’en peut plus d’attendre et décide de partir au bureau de poste en ville. Il part à bord de sa petite voiture verte et sur la route il rencontre une jeune femme, Frangine. Il s’arrête pour faire monter l’autostoppeuse et son étrange mallette. Et puis rien ne va se passer comme prévu… surtout quand l’incompétence d’un policier s’y mêle. Plongez dans une aventure pleine de rebondissements, avec des mafieux et des agents secrets !
    Jim Bishop nous offre un bel univers coloré et loufoque. Quelle inventivité ! J’ai adoré le passage avec les poisson-clowns, très drôle. Les dessins et les couleurs sont magnifiques. Cette BD est pleine d’onirisme. Elle rappelle celles de Miyazaki. Et sans vouloir trop en dévoiler sur le thème, j’ai été très émue par l’histoire.
    Bref, un Prix BD Lecteurs.com amplement mérité ! Bravo à Jim Bishop.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Cette histoire est touchante ,bravo à l auteur une bonne idée d acheter une bonne BD super

    Cette histoire est touchante ,bravo à l auteur une bonne idée d acheter une bonne BD super

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Sur le ponton d’une maison en bois au bord d’une plage, un jeune homme, Iode, attend impatiemment chaque matin, une lettre de sa mère qui n’arrive pas. Cette lettre, sa maman aviatrice la lui a promise après être partie pour un long voyage, en quête de nouveaux mondes habitables, il y a déjà...
    Voir plus

    Sur le ponton d’une maison en bois au bord d’une plage, un jeune homme, Iode, attend impatiemment chaque matin, une lettre de sa mère qui n’arrive pas. Cette lettre, sa maman aviatrice la lui a promise après être partie pour un long voyage, en quête de nouveaux mondes habitables, il y a déjà plusieurs années.
    Las d’attendre, et pensant que le facteur poisson-clown lui fait des blagues, il décide de se rendre au bureau de poste de Sunville, au volant de sa 2 CV décapotable d’un beau vert pomme, et ce avec son pote Péli, le pélican, jamais très loin dans les airs. Sur la route, il s’arrête pour prendre à bord une auto-stoppeuse dénommée Frangine, peu bavarde mais au caractère bien trempé. Il espère qu’elle pourra l’aider. Celle-ci est porteuse d’une mallette qu’elle doit livrer en ville. Elle est, en fait, livreuse pour une agence bien particulière appartenant à « La Pieuvre », un groupe mafieux agissant dans l’ombre sur l’île du soleil…
    Arrivés et à peine garés devant le bureau de poste, Frangine a déjà détalé et disparu. Craignant qu’elle ait été enlevé par des homards qui raffolent des jeunes humaines, Iode, tout en demandant à Péli d’essayer de la retrouver, demande de l’aide à un poisson-policier - policier composé d’un bocal avec un poisson doté de parole, à la place de la tête, le tout monté sur prothèses - Cycy, sur le point d’arrêter un voleur. Et voilà Iode embarqué dans une aventure rocambolesque aux multiples rebondissements qui aura le grand mérite de le faire grandir.
    Si à l’inverse d’Iode, rêveur naïf pétri de gentillesse, en quête d’identité, Frangine apparaît résolument fermée à toute rencontre et extrêmement nerveuse, ceci n’est qu’une carapace qui cache sa souffrance et bientôt une belle amitié solide finira par naître entre ces deux êtres.
    C’est un univers très fantaisiste et très coloré, post écocide, qui sert d’écrin à ce qu’on peut appeler un drame initiatique et dans lequel poissons, homards, requins-marteaux et pieuvre côtoient les quelques humains rescapés et ce, grâce aux prouesses technologiques (les prothèses robotiques) conçues par le père d’Iode, père qu’il ne voit pratiquement plus, leurs rencontres se terminant régulièrement en dispute.
    Jim Bishop a fait preuve d’une imagination débordante pour créer ce monde fantasque et un peu déjanté qui m’a, au départ, quelque peu déroutée et déstabilisée, mais qui m’a ensuite véritablement enchantée.
    J’ai été saisie par la beauté des dessins, les personnages tout comme les objets volants avec des batailles en plein ciel, étant particulièrement réussis, le rendu du mouvement et les magnifiques couleurs pourtant très en contraste avec cette histoire tragique et c’est sans doute là, le secret de l’auteur. La couverture est à elle seule magnifique !
    Lettres perdues est un roman graphique psychologique émouvant, avec pour toile de fond l’écologie, dans lequel Jim Bishop, de son vrai nom Julien Bicheux, aborde avec originalité et talent les thèmes tels que l’amitié, le deuil, le manque d’amour, la dépression ou encore l’ambition et les sentiments sont particulièrement bien décryptés et analysés. Il nous entraîne dans un monde étrange et beau à l’atmosphère magique, imprégné de poésie, de sensibilité mais aussi de mélancolie, où l’humour a cependant une place de choix, excepté dans les dernières pages absolument bouleversantes.
    Si j’ai pu lire et apprécié ce conte onirique, cette aventure tragique particulièrement plaisante à suivre où l’action est omniprésente, c’est grâce aux éditions Glénat et à Babelio que je remercie très sincèrement.
    À noter que cette BD a été sélectionnée pour le Prix de la BD FNAC FRANCE-INTER 2022 !

    Chronique illustrée à retrouver sur : https://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Récemment sur lecteurs.com