Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Les talons hauts rapprochent les filles du ciel

Couverture du livre « Les talons hauts rapprochent les filles du ciel » de Olivier Gay aux éditions Editions Du Masque
Résumé:

Un serial killer rôde dans les rues de Paris. Plusieurs filles sont retrouvées assassinées dans leur appartement. Leur seul point commun : elles fréquentaient toutes le milieu de la nuit et les clubs à la mode.
John-Fitzgerald, surnommé Fitz par ses amis, est un parasite par excellence.... Voir plus

Un serial killer rôde dans les rues de Paris. Plusieurs filles sont retrouvées assassinées dans leur appartement. Leur seul point commun : elles fréquentaient toutes le milieu de la nuit et les clubs à la mode.
John-Fitzgerald, surnommé Fitz par ses amis, est un parasite par excellence. Dragueur paresseux et noctambule, il partage sa vie entre les soirées parisiennes, les jeux en réseau et la vente de coke à la petite semaine. Ce héros improbable va se retrouver au coeur d'une enquête de plus en plus dangereuse, avec l'aide de ses conquêtes d'un soir et de ses amis toxicomanes.

Donner votre avis

Articles (1)

  • Interview d'Olivier Gay auteur du polar "Mais je fais quoi du corps ?"
    Interview d'Olivier Gay auteur du polar "Mais je fais quoi du corps ?"

    Auteur de polar et de fantasy, Olivier Gay débute une carrière d'écrivain sur les chapeaux de roue puisqu'il remporte en 2012, le prix du premier roman policier du Festival du film policier de Beaune avec Les talons hauts rapprochent les filles du ciel. Apparaît le personnage récurrent Fitz que l'on retrouve dans Les mannequins ne sont pas des filles modèles (2013) ainsi que dans son dernier roman, Mais je fzis quoi du corps ?. Rencontre avec un jeune écrivain prometteur.

Avis (3)

  • j'ai adoré ce polar, car il dépeint un milieu plutôt glauque, autour d'un anti-héros, mais toujours avec légèreté. Les réflexions de Fitz sont drôles et on imagine très bien son personnage de loser, embarqué dans cette macabre affaire. C'est bien conduit, on ne le lâche pas jusqu'au dénouement,...
    Voir plus

    j'ai adoré ce polar, car il dépeint un milieu plutôt glauque, autour d'un anti-héros, mais toujours avec légèreté. Les réflexions de Fitz sont drôles et on imagine très bien son personnage de loser, embarqué dans cette macabre affaire. C'est bien conduit, on ne le lâche pas jusqu'au dénouement, surprenant.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Bien écrit, avec un zeste d'humour, un savant art du rebondissement, ce qu'il faut de vraisemblance, une écriture efficace qui saute du coq de l'intrigue à l'âne de la description.
    Le haut du panier du polar, à mon humble avis.

    Bien écrit, avec un zeste d'humour, un savant art du rebondissement, ce qu'il faut de vraisemblance, une écriture efficace qui saute du coq de l'intrigue à l'âne de la description.
    Le haut du panier du polar, à mon humble avis.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Pas mal du tout ce polar. Alors, certes, l'intrigue est assez linéaire, sans vraiment de rebondissements ni de surprise, même si elle n'est pas totalement dénuée d'intérêt, le livre a plus d'un atout en son sein.

    D'abord, il se déroule dans le monde des clubbeurs, des jet-setteurs, bien...
    Voir plus

    Pas mal du tout ce polar. Alors, certes, l'intrigue est assez linéaire, sans vraiment de rebondissements ni de surprise, même si elle n'est pas totalement dénuée d'intérêt, le livre a plus d'un atout en son sein.

    D'abord, il se déroule dans le monde des clubbeurs, des jet-setteurs, bien décrit -enfin, ça, c'est ce que je pense, puisque, personnellement, je n'y connais rien. Et ensuite, Olivier Gay fait montre d'un réel talent d'écriture : humour, détachement, personnages à la fois sympathiques et antipathiques. Fitz est un glandeur, un mec qui n'a aucune ambition et qui ne veut pas travailler. C'est un parasite. Totalement inadapté à la "vraie" vie et a fortiori à celle des flics, il découvre ses limites au fur et à mesure de son aventure. "Je restai un instant prostré sur mon futon. C'était donc ainsi qu'elle me voyait. Un dragueur, un charmeur, mais aussi un loser sans avenir." (p.226) Dans le même temps, il n'est pas dupe du monde dans lequel il évolue ; il sait que les relations qu'il entretient ne tiennent qu'à la coke qu'il vend, à petit prix et régulièrement. Qu'il stoppe son commerce et ses amis lui tournent le dos. "Ici, les prédateurs se voulaient sexuels. De belles filles à l'argent hésitant souriaient à des héritiers, des footballeurs, des stars des médias aux dents ultrabrite. Si j'avais voulu verser dans le cynisme, j'aurais pu dire qu'on voyait ici la prostitution dans sa forme la plus moderne, la beauté et la jeunesse agitées comme un hochet devant de grands enfants prêts à tout dépenser pour satisfaire leurs fantasmes. (...) Et puis du sexe, du sexe mou et gluant, du sexe humide comme la pluie qui me coulait encore dans la nuque, du sexe alcoolisé dans lequel toute dignité disparaissait au profit d'une étreinte bestiale. (p.63/64)

    D'aucun pourront dire que ce roman policier n'est point réaliste. Sans doute : un clubbeur-enquêteur, ça ne fait pas sérieux. Mais il est plaisant et récréatif, original par le personnage principal et le monde dans lequel il évolue. Bon, certes, il y a un énième tueur en série, modèle à la mode des polars actuels, mais bon, il est pardonné à l'auteur.

    Très sympa ce polar donc, très loin des standards habituels qui décrivent par le menu les supplices des victimes. Ici, malgré le calvaire qu'elles subissent -certes dit-, le sang ne coule pas, l'horreur n'est pas à toutes les pages. Merci Olivier Gay de nous épargner des descriptions insoutenables et de préserver vos lecteurs. Idéal pour ces vacances ou pour d'autres, ou pour des occasions différentes. Enfin, idéal, tout court !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.