Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Les sentiers delicats

Couverture du livre « Les sentiers delicats » de Eric Holder aux éditions Le Dilettante
Résumé:

" c'est la route que nous aimons.
son grain, ses courbes, les épingles à cheveux qu'elle dissimule dans ses chignons montueux, ses longs étirements. l'instinct qu'elle fait surgir en nous, cette faculté de prévoir, de décider en un quart de seconde. et, puisque nous sommes toujours là, le... Voir plus

" c'est la route que nous aimons.
son grain, ses courbes, les épingles à cheveux qu'elle dissimule dans ses chignons montueux, ses longs étirements. l'instinct qu'elle fait surgir en nous, cette faculté de prévoir, de décider en un quart de seconde. et, puisque nous sommes toujours là, le plaisir d'avoir eu raison d'être fous. si doubler était un but en soi, nous serions morts depuis longtemps. semblables aux archers zen oublieux de leur cible, nous dépassons en vue d'un objectif plus lointain que la destination : l'asphalte en solitaire.
a force d'écarter les soupirants de cette peau rugueuse en gravillons et lisse en brai de pétrole, après que nous avons lutté au point d'avoir les avant-bras endoloris, nous accédons enfin à la grâce, le ciel vers clermont-ferrand, le massif central formant son piédestal sauvage. la pesanteur abolie au profit de la loi centripète, il nous semble avoir déjà survolé ces villages, ces champs, ces bois, d'un simple mouvement du poignet.
bien sûr que la vie est un rêve dont nous ne nous réveillerons pas. ".

Donner votre avis

Avis (1)

  • J'ai découvert Eric Holder en étant jurée pour le Prix France Télévisions Romans en 2018 avec son roman, La belle n'a pas sommeil que j'avais énormément aimé sans pouvoir vraiment expliqué pourquoi son écriture m'avait autant touchée. Ensuite j'ai lu La correspondante et je m'aperçois que...
    Voir plus

    J'ai découvert Eric Holder en étant jurée pour le Prix France Télévisions Romans en 2018 avec son roman, La belle n'a pas sommeil que j'avais énormément aimé sans pouvoir vraiment expliqué pourquoi son écriture m'avait autant touchée. Ensuite j'ai lu La correspondante et je m'aperçois que certains thèmes sont omniprésents dans ses romans : la nature, bien sûr, les chemins mais aussi l'observation de ses congénères croisés ici ou là.

    Dans ce recueil de huit nouvelles, l'auteur emprunte différents chemins, différents moyens de transport ou différents voyageurs, lui ou d'autres qu'ils soient motard, camionneur, fugueur, journaliste, écrivain, tzigane.

    Huit nouvelles, huit instantanés, huit petits carnets de voyages, très courts dans lesquels il évoque certains souvenirs comme une fugue à 13 ans L'échappée belle, l'écoute d'une conversation dans un train, France 1 - Angleterre 0, une très jolie nouvelle, Frère Jean, sur son amitié avec Jean Rolin, journaliste-écrivain :

    "L'attention que je lui porte dit assez l'admiration dans laquelle je le tiens. Peu de jours sans que je pense à lui, et je me moque qu'il se souvienne de moi.(...)Quand nos chemins se croiseront à nouveau, je ne lui indiquerai plus le sien. Un feu attendra dans la cheminée. Nous marcherons. Il parlera. J'écouterai le pèlerin (p135-136)"

     un congrès d'auteurs au Canada, Lost in translation, la rencontre d'une tzigane à Charleville Mezières, Un instant d'éternité,  sur les terres d'Arthur Rimbaud

    "(...) elle laissa traîner son regard dans le mien. Il était fier, il était altier. On dira qu'un regard ne peut être qualifié ainsi, mais : cambré. Elle était d'ascendance tzigane, compris-je un peu plus tard, au café. Elle eut à nouveau cette belle lueur de défi dans l'œil (...) On lui avait appris à cacher ses origines sous peine qu'elle se retrouve, elle aussi sur les routes, et moi j'aimais les manouches. Les mains potelées de leurs petites filles. Et puis quand elles se penchent vers vous, l'air autant attendri qu'il était indifférent, la minute d'avant. (p81)"

    Comment ne pas croire que ces récits soient personnels, la moto et la savoureuse observation du comportement des automobilistes vis-à-vis d'eux, Un plaidoyer pro-moto, mais aussi sur les traces mortelles laissées sur le bord des routes.

    "Le simple bout de bois fiché en erre des tombes musulmanes. Nos vanités. La stèle d'un anonyme et sans date. Nous aimerions y voir marqué : "Nous recherchions l'oubli" (p94)"

    J'ai découvert les chemins pris par Eric Holder, à sa façon simple de raconter les vies à travers la sienne et les itinéraires empruntés par un écrivain passionné de moto, d'espaces, de nature. Cela se lit comme on fait une balade, cela n'a l'air de rien et pourtant c'est une réflexion sur nous, sur ceux que nous rencontrons ou côtoyons mais ne voyons plus ou pas, sur les attitudes désagréables de certains mais avec malgré tout toujours un sentiment de solitude personnelle.

    C'est un amoureux de la littérature et des livres, ils sont présents pratiquement dans chacune de ses nouvelles, d'une manière ou d'une autre et même si je n'ai pas été aussi enchantée que par mes précédentes lectures de cet auteur, j'ai eu plaisir à le retrouver et à le suivre sur des chemins qu'il avait balisés.

    "Les piles de livres près des lits ouverts, l'après-midi. Le soleil dessine au-dessus un rectangle plus clair dans le mur blanc du mur. Des livres pour un oui pour un non. Pour leur couverture. Pour trois mots attrapées en dessous, derrière. (p102)."

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.