Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Les secrets de ma mère

Couverture du livre « Les secrets de ma mère » de Jessie Burton aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782072861130
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Un secret de famille dans les coulisses du cinéma et du milieu littéraire   Une après-midi d'hiver de 1980, en plein coeur de Londres, Elise Morceau rencontre Constance Holden et tombe instantanément sous son charme. Connie est audacieuse et magnétique, une écrivaine à succès dont le dernier... Voir plus

Un secret de famille dans les coulisses du cinéma et du milieu littéraire   Une après-midi d'hiver de 1980, en plein coeur de Londres, Elise Morceau rencontre Constance Holden et tombe instantanément sous son charme. Connie est audacieuse et magnétique, une écrivaine à succès dont le dernier roman est adapté au cinéma par l'un des plus gros studios d'Hollywood. Elise suit Connie à Los Angeles, la ville par excellence du rêve et de l'oubli. Mais tandis que Connie s'enivre de l'énergie de cette nouvelle vie où tout le monde s'enveloppe de mensonges et tente d'atteindre les étoiles, Elise commence à perdre pied. Au cours d'une fastueuse soirée hollywoodienne, elle surprend une conversation qui l'entraînera à prendre une décision radicale qui pourrait bouleverser sa vie.
  Trois décennies plus tard, en 2017, Rose Simmons cherche des réponses sur le passé de sa mère, Elise, qui a disparu sans laisser de traces alors qu'elle n'était qu'un bébé. Rose a découvert que la dernière personne à avoir vu sa mère est Constance Holden, une écrivaine recluse et oubliée qui s'est retiré de la vie publique alors qu'elle était au sommet de sa gloire. Rose se retrouve irrépressiblement attirée sur la piste de Connie, en quête d'indices sur les secrets de son passé.
  Les chapitres alternent entre l'histoire d'Elise en 1980 et celle de Rose en 2017. Ce roman lumineux au souffle romanesque puissant nous emporte dans une quête d'identité remarquablement orchestrée. Au travers de personnages énigmatiques et inoubliables, Jessie Burton nous dévoile les coulisses des milieux littéraire et cinématographique ainsi que l'envers de la création artistique, de la fiction et de la maternité.

Donner votre avis

Avis (4)

  • Deux générations de femmes, une mère et sa fille, qui ne se connaissent pas et pourtant deux destins avec des similitudes.... Les liens du sang si présents qui reproduisent les mêmes quêtes, les mêmes questionnements, les mêmes attirances.  Rose, la trentaine n'a jamais connu sa mère Elise et a...
    Voir plus

    Deux générations de femmes, une mère et sa fille, qui ne se connaissent pas et pourtant deux destins avec des similitudes.... Les liens du sang si présents qui reproduisent les mêmes quêtes, les mêmes questionnements, les mêmes attirances.  Rose, la trentaine n'a jamais connu sa mère Elise et a été élevée par son père après la disparition sans explication de celle-ci alors qu'elle n'avait que quelques mois. Son père lui révèle que sa mère avait partagé pendant quelques temps la vie d'une écrivaine, Constance Holden,  et que celle-ci détient peut-être quelques informations sur les raisons de sa fuite et si elle est toujours en vie.

    Jessie Burton est une auteure que j'avais repérée lors de la sortie de Les filles au lion et que je n'ai pas lu (trop trop d'envies de lectures et pas assez de temps) et à nouveau par le thème de son dernier roman, l'envie était revenue et là je l'ai mis dans mes priorités. Littérature anglaise j'avais déjà un a priori favorable mais ne vendons pas la peau de l'ouvrage avant de le lire.

    Cela démarrait bien, on rentrait directement dans la rencontre, en 1980 à Londres, entre Elise, 20 ans, vivant de petits boulots de serveuse et de modèle nu pour une école d'art et Constance, femme 38 ans, écrivaine, au caractère libre et affirmé. Dès ce moment la fascination et l'attirance des deux femmes opèrent. Puis Rose entre en scène, on est en 2017,  l'auteure ayant fait le choix d'alterner les deux époques pour nous faire parcourir les itinéraires parallèles. Elle a une trentaine d'années, occupe des petits boulots afin de faire vivre le couple qu'elle forme avec Joe qui reporte toujours à plus tard la mise en route d'un food-truck de spécialités mexicaines. 

    Et l'angle choisit, de montrer comment une mère et une fille ne s'étant jamais connues peuvent à la fois être fascinées par une même femme, l'empreinte et le rôle que celle-ci va tenir dans leurs destins en entretenant des zones opaques autour de sa vie et de ses buts, la façon dont chacune va réagir une fois confronter à un même choix avait tout pour m'intéresser. De nombreux thèmes y sont abordés : la femme et sa place dans le couple, l'attirance et l'amour pour une autre femme, la maternité, la place occupée et la liberté de chacun dans le couple, la quête d'identité et de sens mais pas de manière assez aboutie, certains choix n'ayant pas toujours de façon explicite une explication.

    Même si j'ai aimé la façon dont Jessie Burton aborde ces différents thèmes je dois avouer que sur leurs traitements, j'ai parfois eu le sentiment de longueurs et presque d'ennui, me faisant la réflexion de l'utilité de vouloir traiter autant de donner autant de détails sur le quotidien, les plats, la décoration etc.... Je sais que c'est souvent un des charmes de la littérature anglaise et je l'apprécie souvent mais il faut que cela reste subtile, utile et non répétitif et pesant.

    Ici le personnage qui m'a le plus intriguée c'est Connie (Constance) qui est l'axe central du roman, qui pourtant se révèle finalement le moins même si elle tient un rôle capital dans les vies des deux femmes, influant sur les vies de celles qu'elle aime ou apprécie. J'ai parfois, je l'avoue, eu des difficultés à me resituer par rapport aux deux autres héroïnes, confondant parfois leurs parcours parfois similaires et ayant besoin de me remettre dans le contexte à force de passer de l'une à l'autre. 

    Ce qui m'a tenue c'est principalement la qualité de l'écriture, sa fluidité romanesque, son analyse des ressentis intimes et de la complexité à les exprimer, montrant même qu'il est parfois plus facile de se créer une autre identité, de s'y sentir plus à l'aise afin d'y être plus en accord avec soi.

    Un roman sur la quête de la mère à différents niveaux mais également sur celle de l'identité à travers des portraits de femmes, sujet très largement traité depuis quelques temps et dont je ne suis pas sûre au fil du temps de garder, pour celui-ci, un souvenir marquant.

    J'ai aimé mais j'avais hâte de découvrir enfin le dénouement qui m'a laissée avec un sentiment de déception, n'ayant, pour moi tenu sa promesse, se perdant dans des méandres qui n'ont fait qu'alourdir et parfois me lasser. Il m'a manqué la petite étincelle qui fait qu'il se démarque d'autres romans sur ces thèmes.

    Miniaturiste est présent à ma bibliothèque et je pense le lire, un jour, mais sans pour autant me ruer dessus, pour voir si cette auteure sera pour moi une auteure à suivre.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • J'ai découvert Jessie Burton en 2017,dans les jardins des Editions Gallimard, lors de la réunion organisée par Babelio, au moment de la sortie de "Les filles au lion", nombre de lectrices présentes avaient évoqué son roman 'Miniaturiste' qui les avait enchantées. J'ai lu Miniaturiste en 2018,...
    Voir plus

    J'ai découvert Jessie Burton en 2017,dans les jardins des Editions Gallimard, lors de la réunion organisée par Babelio, au moment de la sortie de "Les filles au lion", nombre de lectrices présentes avaient évoqué son roman 'Miniaturiste' qui les avait enchantées. J'ai lu Miniaturiste en 2018, et, comme elles, ce livre m'a emportée au XVIIème siècle ...

    Deux romans, deux ambiances différentes, avec pour fil rouge des histoires de femmes qui tiraient leur force des épreuves qu'elles traversaient !

    Avec ce troisième opus, le charme est toujours là et je me suis laissée porter par la prose de JEssie Burton et la qualité de sa traduction pour passer des deux époques traitées dans le roman : les années 80 et notre époque.

    Tout commence par la rencontre inattendue, à l'hiver 1980, dans un parc londonien, d'une jeune femme de 20 ans, Elise Morceau et de Constance Holden, une écrivain d'une quinzaine d'années plus âgée dont le premier roman, Coeur de cire, a connu le succès. Tombée sous le charme, Elise quitte son copain et emménage chez Connie.

    En 2017, Rose, 34 ans, vit à Londres avec son ami, Joe, qui cherche a se reconvertir dans un food-truck de burritos (Joeritos) mais le temps passe et il n'avance pas dans cette entreprise. Rose a été élevée par son père Matt, n'a jamais connu sa mère, Elise, qui l'a abandonnée peu de temps après sa naissance. Elle l'a longtemps imaginée, inventée pour des amies, puis a laissé tomber, mais cette absence résonne de plsu en plus profondémment en elle. Lors d'une discussion avec son père, celui-ci lui lâche que la seule personne qui peut avoir des informations ur sa mère est Constance Holden.

    Rose part alors à la recherche de cet écrivain peu prolifique mais dont les 2 romans et l'essai féministe ont profondément marqué les lettres anglaises. Rose deviendra, sous un faux nom, l'assistante / femme à tout faire de Constance jusqu'à être démasquée.

    Dans des chapitres alternant le récit de la vie de Constance et Louise dans les années 80 et la recherche d'identité de Rose, ce roman dresse un protrait de la condition féminine, des interrogations sur la quête de soi, sur les valeurs d'une vie, mais aussi sur la création artistique.

    Un roman sur l'amour, sur la jalousie, sur les femmes, sur la maternité.

    Un roman qu'il m'a été difficile de poser.

    Bref, Jessie Burton confirme, s'il en était besoin, qu'elle est une grande dame de la littérature anglaise d'auhjourd'hui.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Peut-être que le fait d'avoir dû relire trois fois le premier paragraphe aurait dû me mettre la puce à l'oreille. Quand l'esprit commence à s'enfuir dès les premières lignes, c'est ennuyeux. Mais ce n'est qu'après être parvenue à la fin du livre que j'ai réalisé que ce manque de fluidité du...
    Voir plus

    Peut-être que le fait d'avoir dû relire trois fois le premier paragraphe aurait dû me mettre la puce à l'oreille. Quand l'esprit commence à s'enfuir dès les premières lignes, c'est ennuyeux. Mais ce n'est qu'après être parvenue à la fin du livre que j'ai réalisé que ce manque de fluidité du premier paragraphe était finalement emblématique de l'ensemble du roman. Pas désagréable à lire, loin de là mais que j'ai trouvé un peu pesant dans la forme, manquant d'évidence dans le fil narratif sans qu'aucune fulgurance ni dans le style ni dans le propos ne le justifie. Bref, je suis sortie de ma lecture assez perplexe, pas franchement déçue mais un peu quand même malgré la petite bouffée d'émotion de la fin.

    Finalement, le sujet est assez classique. Une jeune femme, Rose Simmons cherche à en savoir plus sur sa mère qui, trente-quatre ans auparavant l'a abandonnée à l'âge d'un an sans plus donner aucune nouvelle. Elevée par son père, Rose n'a jamais eu aucun élément, pas même une photo de cette Elise Morceau dont elle aimerait connaître l'histoire pour, peut-être parvenir à se trouver elle-même. Un jour, son père se décide à lui donner un indice : deux romans de Constance Holden, écrivaine à succès qui n'a plus rien publié depuis trente ans et qui avait une relation amoureuse avec Elise avant de rencontrer le père de Rose. Apprenant que Constance est toujours vivante, Rose s'arrange pour se rapprocher d'elle sous une fausse identité en espérant recueillir des informations, notamment à travers les écrits de Constance. Que s'est-il passé entre les deux femmes ? Quel rôle a joué ce séjour à Los Angeles pour le tournage de l'adaptation cinématographique du premier roman de Constance ? Petit à petit se dessinent en parallèle les parcours d'Elise et de Rose, face à l'amour, à l'affirmation de soi et bien sûr à la maternité.

    Et ce parallèle se dévoile très très lentement, de façon un peu laborieuse qui laisse tout le temps au lecteur de se demander où on va. Il faut assez fréquemment relier les morceaux entre eux. Les choix autour de la maternité sont traités de façon centrale alors qu'à mon avis ce n'est pas le plus intéressant. Les questionnements autour du personnage de l'écrivain, Constance et de la façon dont elle s'approprie ou pas la matière de ceux qui l'entourent sont à peine effleurés. Tout comme ceux du rapport entre fiction et réalité. C'est dommage. Finalement, les différents personnages manquent aussi de profondeur au point que j'ai eu du mal à éprouver de l'empathie pour les uns ou les autres. Tout ceci mis bout à bout fait que ce roman ne laissera certainement aucune trace en moi, contrairement aux deux précédents de Jessie Burton.

    L'impression bizarre que la réalisation n'est pas à la hauteur de ce qu'avait envisagé l'auteure avec ce roman dont il faut sans cesse assembler les morceaux au risque de rester à distance.

    (chronique publiée sur mon blog : motspourmots.fr)

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Je remercie les Editions Gallimard pour l’envoi de ce roman.

    Comme dans ses deux précédents romans (« Miniaturiste » et « Les filles au lion ») Jessie Burton a choisi comme personnage central une jeune femme.

    Londres. 2017. Rose Simmons a été élevée par son père. Elle n’a jamais connu sa...
    Voir plus

    Je remercie les Editions Gallimard pour l’envoi de ce roman.

    Comme dans ses deux précédents romans (« Miniaturiste » et « Les filles au lion ») Jessie Burton a choisi comme personnage central une jeune femme.

    Londres. 2017. Rose Simmons a été élevée par son père. Elle n’a jamais connu sa mère qui a disparu sans avoir laissé de traces. Or, arrivée à la trentaine, Rose ressent le besoin de partir sur les traces de celle-ci. Son père qui, jusqu’à présent était restait silencieux, lui révèle que sa mère, Elise Morceau, était très proche d’une célèbre écrivaine résidant encore à Londres.

    Rose va alors tenter d’approcher cette Connie Holden afin d’en savoir plus et de, peut-être, avoir la chance de retrouver Elise.

    Parallèlement à la recherche de Rose, l’auteure nous fait découvrir ce que fut la vie d’Elise Morceau dans les années 80 à Londres puis aux Etats-Unis où elle a accompagné Connie Holden.

    Comme pour les deux romans précédents de Jessie Burton, j’ai tout de suite accroché à l’histoire. Je trouve remarquable qu’à chaque fois elle choisisse des univers et des époques très différents, réussissant à nous intéresser à la vie et la psychologie de ses personnages.

    Excellent moment de lecture.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.