Les rêves des autres

Couverture du livre « Les rêves des autres » de John Irving aux éditions Seuil
  • Nombre de pages : (non disponible)
  • Collection : (non disponible)
  • Genre : (non disponible)
  • Thème : Littérature Anglo-Saxonne
  • Prix littéraire(s) : (non disponible)
Résumé:

Elles sont sept, ces nouvelles réunies pour la première fois en un volume, contrepoint à une oeuvre romanesque foisonnante.
Pour sa plus grande joie, le lecteur y retrouvera ce qu'il connaît : la satire du conformisme, l'imagination débridée, le goût du burlesque, les tabous joyeusement... Voir plus

Elles sont sept, ces nouvelles réunies pour la première fois en un volume, contrepoint à une oeuvre romanesque foisonnante.
Pour sa plus grande joie, le lecteur y retrouvera ce qu'il connaît : la satire du conformisme, l'imagination débridée, le goût du burlesque, les tabous joyeusement pourfendus - cette vitalité hors du commun qui permet à l'auteur de passer indemne par-dessus les gouffres de ses obsessions.
Mais certains y découvriront aussi, parfois, le récit à mi-voix, la description en demi-teinte, la profondeur et l'humanité du propos qui font ici d'irving un nouvelliste à l'égal de katherine mansfield ou du joyce des dublinois.

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Fan inconditionnelle de John Irving, j'ai lu presque tous ces romans, à part le dernier en date, car les critiques que des proches m'en ont fait n'étaient pas fameuses, et ayant moult autres romans à lire, je me suis dit qu'il attendrait. "Les rêves des autres" est un recueil de nouvelles, au...
    Voir plus

    Fan inconditionnelle de John Irving, j'ai lu presque tous ces romans, à part le dernier en date, car les critiques que des proches m'en ont fait n'étaient pas fameuses, et ayant moult autres romans à lire, je me suis dit qu'il attendrait. "Les rêves des autres" est un recueil de nouvelles, au nombre de sept: celle qui a donné son nom au livre, puis "Un énergumène passe à table", "L’espace intérieur", "Dans un état proche de l’Iowa", "Un royaume de lassitude", "Faut-il sauver Peggy Sneed ?", "Mon dîner à la Maison Blanche".

    "Les rêves des autres" propose un concept captivant et original, Fred, qui vient d'être quitté par sa femme commence à faire des rêves - chose étrange sachant qu'il n'a pas le souvenir d'avoir jamais rêver - mais encore plus étrange, il fait les rêves de la personne qui a dormi à l'endroit où il dort. Il expérimente ainsi le lit conjugal, le lit de son enfant, le canapé...

    "Un énergumène passe à table" est le récit d'un dîner entre gens polis et plus intelligents que la moyenne selon leurs propres dires, mais finalement c'est celui qui y paraît le moins, qui les mouche tous. Trop bon! ^^A les repas délirants, dès cette évocation, je ne peux m'empêcher de penser "Au dîner de cons". Culte.

    "L’espace intérieur" est une prise de tête sans nom digne de John Irving, sur des aspects mineurs de la vie qui deviennent plus qu'envahissants. Ici, tout tourne autour d'un magnifique noyer américain ainsi que de quelques problèmes urologiques (ça se dit?!). Une belle tranche d'humour et une esquisse de ce qui fait le style de l'auteur.

    "Dans un état proche de l’Iowa" est un road trip en volvo rouge. Un homme ordinaire s'assoit dans la voiture et roule droit devant. Le véhicule est considéré par son conducteur comme un individu à part entière. Il souhaite emmener sa voiture au bout, mais au bout de quoi... Une nouvelle a l'humour grinçant, mais tellement ordinaire.

    "Un royaume de lassitude" est la nouvelle qui m'est le plus rester en mémoire, sachant que cela fait un mois facile que j'ai lu ce roman, cette remarque compte dans mon appréciation. L'histoire se déroule dans un foyer pour jeune fille, où Minna travaille. Son avenir est tout tracé, dans quelques temps elle aura finit de travailler et se retirera chez sa sœur, pour devenir la tata gâteau. En attendant, elle aurait besoin d'un peu d'aider pour le travail au foyer. La nouvelle venue va bouleverser ça façon de voir la vie.

    "Faut-il sauver Peggy Sneed ?" est une anecdote autobiographique de l'auteur, avec pour thème majeur la cruauté des enfants envers un éboueur un peu simple d'esprit. John Irving se sert de ce récit pour aborder son travail d'écrivain, et dévoile ainsi au lecteur assidu un aperçu de sa façon de voir le monde à travers sa plume.

    "Mon dîner à la Maison Blanche" est également un récit autobiographique dans lequel il est question de politique, au moment des élections de 1992 entre Bush et Clinton.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com