Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Les récits d'un pèlerin russe

Couverture du livre « Les récits d'un pèlerin russe » de  aux éditions Albin Michel
Résumé:

Dans la Russie du XIXe siècle, un pèlerin anonyme erre dans les campagnes dénudées avec, pour seul bagage, la prière extatique.
Cette Russie, qui est celle de Dostoïevski et de Tolstoï, des grands espaces et des climats éprouvants, est le théâtre extérieur de ce classique de la spiritualité... Voir plus

Dans la Russie du XIXe siècle, un pèlerin anonyme erre dans les campagnes dénudées avec, pour seul bagage, la prière extatique.
Cette Russie, qui est celle de Dostoïevski et de Tolstoï, des grands espaces et des climats éprouvants, est le théâtre extérieur de ce classique de la spiritualité universelle. Son paysage intérieur est celui que dessine la prière du coeur ou prière de Jésus, qui prend sa source dans les conseils spirituels de saint Paul, des Pères du désert et des Pères de l'Église. Guidée par la traduction russe de la Philocalie, l'ardeur à la prière du pèlerin sera parfois éprouvée, souvent récompensée, par la paix et l'amour qui l'emplissent.
Ce récit, à la lumière surnaturelle et au souffle enthousiaste, est accompagné d'un commentaire qui en éclaire les références culturelles et mystiques. Il permet ainsi à chacun de participer, à son rythme, à cette grande aventure de l'âme et du coeur.
La présentation propose le texte source en belle page et le commentaire en regard.

Donner votre avis

Avis (1)

  • L'Anonyme n'a pas de nom – homme ou femme ? On l'ignore.

    Un ouvrage publié de façon anonyme, vers 1870, « Les récits d'un pèlerin russe », apporte des éclaircissements sur le profil d'un pèlerin dans la religion orthodoxe. Celui-ci erre de lieu en lieu – demande l'hospitalité, un peu de pain...
    Voir plus

    L'Anonyme n'a pas de nom – homme ou femme ? On l'ignore.

    Un ouvrage publié de façon anonyme, vers 1870, « Les récits d'un pèlerin russe », apporte des éclaircissements sur le profil d'un pèlerin dans la religion orthodoxe. Celui-ci erre de lieu en lieu – demande l'hospitalité, un peu de pain en échange de ses prières.

    Cet ouvrage comporte des récits édifiants et pleins de fraîcheur.

    Le pèlerin russe parcourt de grandes distances dans la campagne Russe, vers l'an 1856. En marchant il récite la prière perpétuelle, aussi appelée la prière de Jésus. Il s'agit de répéter continuellement "Seigneur, Jésus-Christ, prends pitié de moi", en s'imprégnant l'intelligence, l'esprit et le coeur de cette prière.

    Il a reçu la vocation de pratiquer la prière perpétuelle en entendant cette recommandation de l'Apôtre, lors d'un office : "Il faut prier sans cesse". Ne sachant comment faire pour répondre à cette injonction, il trouve un starets (maître spirituel), qui lui enseigne la prière perpétuelle.
    Goûtant une béatitude parfaite, détaché de tout tracas matériel et s'en remettant entièrement à Dieu, le pèlerin traverse les longues étendues de la nature Russe. Il est insensible à la faim, au froid, aux brigands voire aux loups qu'il rencontre en chemin. Sa route est émaillée de rencontres avec des personnages parfois hauts en couleur.

    Ce livre est un grand classique de la littérature spirituelle orthodoxe russe.
    * On peut le lire pour l'enseignement spirituel sur la prière, pour découvrir une école mystique contemplative orthodoxe.
    * On peut le lire pour la beauté et la pureté des sentiments, pour la Russie, son peuple et sa nature.

    Il se dégage une allégresse, une grande fraîcheur de ce court livre, ce qui change un peu du climat matérialiste ambiant et aide à relativiser les aléas de l'existence.

    Selon le spécialiste Antoine Arjakovsky, l'original en russe, ou une copie, fut longtemps présent au monastère du mont Athos en Grèce au XIXème siècle, et il fut publié pour la première fois à Kazan en 1865, sous le titre russe de Récit candide d'un pèlerin à son père spirituel (Откровенные рассказы странника духовному своему отцу). Il n'est publié qu'ensuite à Paris.

    Le nom de l'auteur du texte (original) est resté longtemps inconnu. L'attribution de ce texte (la version originale) à l'archimandrite Michel Kozlov, est faite sur la base du témoignage de l'évêque d'Irkoutsk Veniamine.
    D'autres chercheurs, après la découverte d'un « manuscrit complet » dans la bibliothèque de Moscou, ont attribué l'oeuvre à Arseni Troepolsky, « moine itinérant d'origine ukrainienne ».
    L'édition de 2013 comporte deux documents : le récit du pèlerin à proprement parler, ainsi qu'un long article d'Alexis Pentkovski, publié en 1992 sur l'histoire du texte. L'édition de 195 pages est structurée ainsi :
    * Un bref « Avertissement de l'éditeur »,
    * le récit lui-même, composé de 4 chapitres,
    * Un long article d'Alexis Pentkovski publié en russe dans la revue Simvol en 1992 (l'article est traduit en français), qui relate l'histoire du texte, ses origines, et les modifications subies lors des publications successives,
    * Un chapitre regroupant les notes de l'ouvrage, permettant d'expliquer des termes religieux de l'orthodoxie cités dans le récit (ou l'article), donner des références bibliques, ou une courte biographie des saints et pères de l'Église évoqués dans l'ouvrage,
    * Une bibliographie sur trois pages.
    A lire pour peu que le sujet intéresse le lecteur.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Récemment sur lecteurs.com