Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Les prénoms épicènes

Couverture du livre « Les prénoms épicènes » de Amélie Nothomb aux éditions Albin Michel
Résumé:

Aucun résumé n'est disponible pour cet ouvrage actuellement...

Donner votre avis

Avis (26)

  • S’il y a un roman de la Rentrée Littéraire que je raterai sous aucun prétexte, c’est bien l’événement dans l’événement, la sortie du souvent court, mais intense roman d’Amélie Nothomb. Auteure souvent critiquée, mais jamais égalée et qui continue depuis plus de 30 ans à être l’une des auteurs la...
    Voir plus

    S’il y a un roman de la Rentrée Littéraire que je raterai sous aucun prétexte, c’est bien l’événement dans l’événement, la sortie du souvent court, mais intense roman d’Amélie Nothomb. Auteure souvent critiquée, mais jamais égalée et qui continue depuis plus de 30 ans à être l’une des auteurs la plus vendue de la Rentrée Littéraire.

    Comme vous l’aurez compris, je ne suis pas la personne la plus indiquée pour donner un avis objectif sur les romans d’Amélie Nothomb, car depuis tout petit (ou du moins pas bien vieux) je suis tombé dans la potion magique qui fait aimer année après année, les romans de l’auteure.

    Systématiquement, vous entendrez ou lirez des critiques sur la petitesse de ses livres et cette légende urbaine, qu’avec le temps les caractères sont de plus en plus gros. Généralement, ce sont les mêmes qui critiquent l’inverse chez d’autres auteurs, qu’en plus d’écrire des pavés, ils sont indigestes.

    Bref Amélie Nothomb, bien malgré moi, ne peut plaire à tout le monde, mais une chose est sûr, elle fait toujours parlait d’elle.

    Les connaisseurs d’Amélie connaissent les thématiques récurrentes que l’on peut rencontrer à travers ces livres : la nourriture (pas dans le dernier en-tout-cas, peut-être un petit peu, avec lorsque l’auteur parle de son nectar préféré le CHAMPAGNE), les relations, sentiments entre les personnages, cette fois avec la relation père et fille et également les prénoms, là nous sommes encore une fois en plein dedans. Les prénoms épicènes peuvent être à la fois masculins et féminins un peu comme les prénoms des parents d’épicène Claude et Dominique…

    Ce dernier roman, comme souvent chez l’auteur traite de l’injustice et la vengeance, cependant une vengeance sans préméditation, mais sans remords non plus.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Claude a épousé Dominique, qui lui a donné une enfant : Epicène. Mais le père n’aime pas sa fille, qui croit bien le lui rendre. Dans cette famille épicène où les prénoms sont toujours mixtes, les sentiments aussi restent indécis quant à leur genre. Amour ou haine, nul ne sait plus, et dans la...
    Voir plus

    Claude a épousé Dominique, qui lui a donné une enfant : Epicène. Mais le père n’aime pas sa fille, qui croit bien le lui rendre. Dans cette famille épicène où les prénoms sont toujours mixtes, les sentiments aussi restent indécis quant à leur genre. Amour ou haine, nul ne sait plus, et dans la confusion, chacun leurre sa souffrance dans un désir de vengeance.

    Comment mener son existence lorsqu’elle repose sur une blessure indélébile ? En filigrane de la vie de Claude et d’Epicène, s’enroule et se déroule la douleur de l’amour non partagé : l’amour pour une femme chez lui, l’amour filial chez elle, tous deux transmués en haine par le désespoir. Mais la vengeance est-elle une solution ? Guérit-on jamais d’une carence d’amour parental ?

    Aussi courte que son écriture est minimaliste, comme rabotée à l’essentiel, cette histoire aux allures de conte est indéniablement ciselée au millimètre, sa construction parfaitement calibrée, le choix des mots soigneusement réfléchi et son motif habilement dessiné. Au-delà de mon admiration pour une telle maîtrise littéraire, il m’a toutefois manqué un soupçon d’émotion, ce je ne sais quoi qui transfigure la lecture en un moment de communion et vous la rend définitivement mémorable.

    Ecrit avec un talent littéraire indéniable, ce livre brillamment mené m’a en définitive plus touché l’esprit que l’âme, plus l’intellect que le coeur. Suis-je moi aussi victime d’un ressenti épicène ?

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Depuis deux ou trois ans, je me suis remise à lire des romans d'Amélie Nothomb, et j'y prends du plaisir, même si parfois, comme pour celui-ci, je regrette qu'elle n'ai pas produit un ouvrage plus fourni qui nous permettrait de passer un peu plus de temps avec les personnages.

    Quand Claude...
    Voir plus

    Depuis deux ou trois ans, je me suis remise à lire des romans d'Amélie Nothomb, et j'y prends du plaisir, même si parfois, comme pour celui-ci, je regrette qu'elle n'ai pas produit un ouvrage plus fourni qui nous permettrait de passer un peu plus de temps avec les personnages.

    Quand Claude rencontre Dominique, jeune secrétaire dans une société en expansion, il lui fait remarquer qu'ils portent tous les deux des prénoms mixtes, que l'on nomme épicènes.

    Leur fille sera donc nommée Epicène.

    Mais Claude a un secret, un désir de vengeance qui va plomber sa vie, et par extension celle de sa fille qu'il n'aime pas.

    A 5 ans, Epicène le découvre et décide alors de haïr son père.

    Sans coups, juste avec une indifférence permanente, Claude ignorera sa fille toute sa vie.

    Mais un jour Dominique découvrira par hasard le secret de Claude ... 

    Un roman sans fioritures, mais qui aurait gagné à en avoir.

    Un bon moment de lecture cependant ...

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Cet opus d'Amélie Nothomb ne restera pas dans les annales pour moi.

    Sorti un an après Frappe-toi le coeur, qui explorait la relation toxique entre une mère et sa fille, et que j'avais beaucoup aimé, Les prénoms épicènes prend le parti de faire la même chose mais du côté du père. Je trouve ça...
    Voir plus

    Cet opus d'Amélie Nothomb ne restera pas dans les annales pour moi.

    Sorti un an après Frappe-toi le coeur, qui explorait la relation toxique entre une mère et sa fille, et que j'avais beaucoup aimé, Les prénoms épicènes prend le parti de faire la même chose mais du côté du père. Je trouve ça mensonger car la relation père-fille est en réalité très peu au coeur du roman.

    Ce roman est un livre sur la colère- l'un des personnages principaux le dit d'ailleurs à plusieurs reprises- et de la vengeance qui en découle. Drôle de vengeance d'ailleurs...

    Bref, si ce n'est pas mauvais, ce n'est pas extraordinaire non plus, de mon point de vue bien sûr. Quant à l'écriture, c'est le style Nothomb, personnellement j'aime beaucoup sa loufoquerie, jusque dans son écriture.

    En résumé un très court roman qui se lit en à peine deux heures, à découvrir peut-être comme une friandise entre deux bons pavés.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Livre époustouflant qui se lit d'une traite. Un des meilleurs d'Amélie Nothomb que j'ai aimé partager. Du coup, j'ai décidé de lire tous les romans d'Amélie et je me régale.

    Livre époustouflant qui se lit d'une traite. Un des meilleurs d'Amélie Nothomb que j'ai aimé partager. Du coup, j'ai décidé de lire tous les romans d'Amélie et je me régale.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un livre d'Amélie Nothomb comme je n'en avais plus lu depuis un moment. Une histoire étrange dont on ne se doute pas une seconde du dénouement. Un livre très prenant que j'ai beaucoup aimé.

    Un livre d'Amélie Nothomb comme je n'en avais plus lu depuis un moment. Une histoire étrange dont on ne se doute pas une seconde du dénouement. Un livre très prenant que j'ai beaucoup aimé.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • "Les prénoms épicènes" est un peu le roman-miroir de "Frappe-toi le coeur" sorti l'année précédentes; en effet, après avoir écrit sur la mère indifférente et jalouse en 2017, Amélie Nothob traite, cette fois, de l'absence d'amour, voire de haine, d'un père pour sa fille, enfant qu'il avait...
    Voir plus

    "Les prénoms épicènes" est un peu le roman-miroir de "Frappe-toi le coeur" sorti l'année précédentes; en effet, après avoir écrit sur la mère indifférente et jalouse en 2017, Amélie Nothob traite, cette fois, de l'absence d'amour, voire de haine, d'un père pour sa fille, enfant qu'il avait pourtant désiré.
    Tout a bien commencé avec un titre contenant le mot "épicène" dont je ne connaissais pas le sens et que j'ai eu plaisir à découvrir, tout a bien continué avec un premier chapitre court et percutant et des personnages qui ont disparu dès le deuxième chapitre mais dont on sait qu'on les retrouvera plus tard; cette attente de les voir réapparaître intensifie la curiosité; le style est toujours enlevé, percutant, sans temps mort rendant la lecture très fluide et agréable.
    Mais il faut croire que je commence à me lasser des ficelles nothombiennes avec l'histoire racontée du point de vue d'une enfant au prénom tout à fait improbable, qui adulte avant l'heure, saisit la complexité du monde mieux que les adultes et adopte une posture de repli sur soi, de rejet des liens sociaux. Je n'ai pas accroché non plus sur la raison totalement artificielle et tirée par les cheveux qui est censée expliquer le désamour du père pour sa fille.
    Bref, un bon moment de lecture, une curiosité littéraire satisfaite (qu'est-ce qu'Amélie Nothomb a-t-elle bien pu inventer cette année?), une relation mère-fille attachante mais début de lassitude face aux ficelles souvent répétées d'un roman à l'autre.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Quel délice de retrouver la plume si fine et ciselée d'Amélie Nothomb. J'avoue que j'avais passé mon tour depuis quelques années. Mais "Les prénoms épicènes" m'ont de nouveau replongé dans le monde d'Amélie.
    Chaque mot est pesé, chaque adjectif est choisi pour dire tant de chose, chaque verbe...
    Voir plus

    Quel délice de retrouver la plume si fine et ciselée d'Amélie Nothomb. J'avoue que j'avais passé mon tour depuis quelques années. Mais "Les prénoms épicènes" m'ont de nouveau replongé dans le monde d'Amélie.
    Chaque mot est pesé, chaque adjectif est choisi pour dire tant de chose, chaque verbe complète avec efficacité la phrase. Aucun n'auteur n'est aussi concis de Madame Nothomb. Un sujet, un verbe, un complément et tout est dit.
    Les personnages sont toujours autant à la fois complexes, amusants, authentiques, étranges et si réels. Ca vit, ça meurt, ça crie, ça rit (jaune ou pas). L'histoire avance comme un grand buldozer qui ne s'arrête pas et nous empêche de respirer jusqu'à la dernière page et longtemps après avoir fermé le livre, il nous accompagne pour nous réjouir! Alors merci, merci!

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.