Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Les pêcheurs d'étoiles

Couverture du livre « Les pêcheurs d'étoiles » de Jean-Paul Delfino aux éditions Le Passage
  • Date de parution :
  • Editeur : Le Passage
  • EAN : 9782847423372
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Paris, 1925. Dans le bouillonnement des années folles, deux hommes vont vivre une nuit d'exception. À la poursuite d'une femme fantomatique et aimée, sur les traces de Jean Cocteau qui leur a volé l'argument d'un opéra, ils sillonnent la nuit parisienne, de la Closerie des Lilas au... Voir plus

Paris, 1925. Dans le bouillonnement des années folles, deux hommes vont vivre une nuit d'exception. À la poursuite d'une femme fantomatique et aimée, sur les traces de Jean Cocteau qui leur a volé l'argument d'un opéra, ils sillonnent la nuit parisienne, de la Closerie des Lilas au Père-Lachaise, de l'Opéra Garnier à la banlieue rouge. Dans les méandres de la Ville Lumière, ils vont rebondir de caboulots en night-clubs et se laisseront entraîner dans une valse canaille durant laquelle ils croiseront Chagall et les époux Delaunay, Man Ray, Toulouse-Lautrec, Cab Calloway, Berthe Sylva, Picabia, Abel Gance, Chaplin ou encore la mémoire d'Apollinaire. Dans cette course folle, ils vont refaire le monde, rêver de gloire, pêcher le grand requin blanc sur les rives de la Seine, se promener à dos de girafe ou partir vers l'inconnu à bord d'une locomotive Pacific.

Ces deux hommes, dont le génie n'est pas encore reconnu, se nomment Blaise Cendrars et Erik Satie. Ensemble, ils vont se trouver et se perdre, tenter de réenchanter le monde, jusqu'au bout de la nuit.

Donner votre avis

Articles (5)

Avis (12)

  • C'est une folle nuit avec Les pêcheurs d'étoiles de Jean-Paul Delfino. Une nuit en 1925, à Paris, en compagnie principalement de Blaise Cendrars et de Erik Satie.

    Personnages hauts en couleur, en parcourant la Ville Lumière, d'une part à la recherche de Suzanne Valadon dite Biquie, une femme...
    Voir plus

    C'est une folle nuit avec Les pêcheurs d'étoiles de Jean-Paul Delfino. Une nuit en 1925, à Paris, en compagnie principalement de Blaise Cendrars et de Erik Satie.

    Personnages hauts en couleur, en parcourant la Ville Lumière, d'une part à la recherche de Suzanne Valadon dite Biquie, une femme aperçue rapidement et dont notre musicien est tombé amoureux fou. D'autre part, c'est également à la poursuite de Jean Cocteau que vont nos héros car il aurait volé l'argument d'un opéra.
    C'est l'occasion pour nous de passer par la Closerie des Lilas, le Père Lachaise (sur la tombe de Guillaume Apollinaire), l'Opéra Garnier (où habitent trois vieilles femmes (qui adorent la carpe…). Vous comprendrez ceci dans une des citations.
    Quand on qualifie cette nuit de folle, c'est le terme à employer, car c'est un tourbillon incessant dans des night-clubs, des rencontres avec des Russes blancs plutôt goujats, Toulouse-Lautrec, Chagall, Modigliani… la liste est longue.

    Leurs dialogues fourmillent d'humour mais au milieu de toute cette histoire se déroulant dans les années folles (elles aussi).

    On peut dire que le pari de Jean-Paul Delfino e été réussi : faire partager un moment de délire au lecteur qui retrouvera des personnages, peut-être un peu oubliés et qui en font voir de toutes les couleurs.
    Un conseil : A lire !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Les pêchers d'étoiles, ce sont le musicien Erik Satie et le poète et romancier Blaise Cendras. Peu de temps avant la mort du premier, les deux hommes se retrouvent pour une nuit d'errance et de beuverie dans Paris, à la recherche de Biqui, l'unique amour de jeunesse de Satie. Les heures de...
    Voir plus

    Les pêchers d'étoiles, ce sont le musicien Erik Satie et le poète et romancier Blaise Cendras. Peu de temps avant la mort du premier, les deux hommes se retrouvent pour une nuit d'errance et de beuverie dans Paris, à la recherche de Biqui, l'unique amour de jeunesse de Satie. Les heures de gloire du musicien, vieillissant, sont passées ; celles du jeune Cendras à venir. Les deux hommes sont sans le sous, mais le poète fera preuve d'une grande créativité pour traverser cette nuit le mieux possible.

    Une nuit d'aventure, contée en deux cents pages, qui tient le lecteur en haleine jusqu'au bout. L'auteur s'est certainement beaucoup documenté sur le Paris des années folles de l'après la Grande Guerre, et sur la vie de ses deux héros. Dès lors, tous les détails de cette errance improbable, et certainement imaginaire, paraissent crédibles, jusqu'à l'animal exotique qui partagera un bout de cette nuit avec les deux hommes.

    Que dire de l'écriture et du style ? Des phrases plutôt courtes, mais pas toujours ; un grand sens du détail, qui rend toutes les scènes très réalistes ; un vocabulaire brillant, sans pédanterie. Au final, un texte çà la fois riche et facile à lire. Une très belle écriture !

    Une découverte que je dois à ma nouvelle libraire. Un vrai coup de coeur !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • C’est une bouffée d’oxygène, un voyage dans le temps que je nous suggère Jean Paul Delfino.

    En fan de Woody Allen, je retrouve avec bonheur l’atmosphère de « Midnight in Paris » façon Delfino !
    Dans le tumulte des soirées parisiennes de 1925, j’ai suivi Blaise Cendrars écrivain, de retour...
    Voir plus

    C’est une bouffée d’oxygène, un voyage dans le temps que je nous suggère Jean Paul Delfino.

    En fan de Woody Allen, je retrouve avec bonheur l’atmosphère de « Midnight in Paris » façon Delfino !
    Dans le tumulte des soirées parisiennes de 1925, j’ai suivi Blaise Cendrars écrivain, de retour d’un voyage au Brésil, au début de sa vie, et Erik Satie, musicien en mal de reconnaissance, sur la fin de la sienne, toute une nuit, avec force détails où les mots sont tous judicieusement et délicieusement choisis pour nous laisser convaincre.
    Un périple parisien que balisent les réverbères de la Capitale, retrouvailles de ces deux hommes à la recherche d’une énigmatique femme, Biqui.

    Entre rêve et réalité, nous croisons Cocteau, Chagall, les époux Delauney, Lautrec, Modigliani, Utrillo, Abel Gance, dans des endroits mythiques que JP Delfino nous rend tellement accessibles, comme La Closerie des Lilas, Le Père Lachaise, l’Opéra Garnier et son antre secrète, ……
    Deux loosers du moment, mais deux génies futurs qui nous prennent par la main et guidés par les vapeurs d’alcool, nous immergent dans ce Paris haut en couleurs, truculent, débridé.

    Avec un indéniable savoir-faire de scénariste qu’est JP Delfino, ce n’est pas tant à un roman que nous convie l’auteur, mais à de multiples et superbes prises de vue d’un réalisme époustouflant, ponctué par des détails historiques précieux, et des dialogues savoureux.
    On reste abasourdi par un récit dense et vertigineux, tout en poésie et tendresse souvent, et le retour à la réalité n’en est que plus frustrant et difficile.

    Indéniable coup de cœur pour ce roman donc, que j’ai découvert au du Salon du livre de Brive en novembre 2016 où JP Delfino était présent pour des dédicaces.
    J’ai fait la connaissance de l’auteur cette fois, avant la lecture de son roman. Comprenant sa passion pour le Brésil qu’il développe dans bon nombre de ses ouvrages, j’ai mieux saisi son choix de personnage en Blaise Cendrars.

    Quoi de plus vivifiant et salutaire que de suivre aveuglément ces pêcheurs d’étoiles, deux siècles plus tard où la lumière nous fait si souvent défaut.

    Merci JP Delfino pour ce magnifique coup de projecteur sur ces Années Folles qui explosent de vie, ce condensé de rêves, souvenirs et regrets mêlés avec un vrai talent, fou lui aussi, où se conjuguent habilement fantaisie, fantasmes, réalisme et poésie !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • C'est une belle ballade dans le Paris des artistes aux gouailles avinées mais alertes où l'émotion est reine et le parler franc roi !.
    On traverse la capital pour chasser les étoiles et partager le peu de monnaie qu'il nous reste pour trinquer aux rêves les plus fous où "peigner la girafe"...
    Voir plus

    C'est une belle ballade dans le Paris des artistes aux gouailles avinées mais alertes où l'émotion est reine et le parler franc roi !.
    On traverse la capital pour chasser les étoiles et partager le peu de monnaie qu'il nous reste pour trinquer aux rêves les plus fous où "peigner la girafe" n'est plus un "vin " mot doux .
    Une histoire d'amitié truculente (là où il se passe plein de trucs et où se n'est pas lent )
    ça boit ,ça bouillonne et ça "mythonne" aussi : une parfaite recette avec ces 3 ingrédients indispensables pour taquiner la Muse et draguer les étoiles avant d'en devenir une !!!
    A lire "a- musée- ment" et assurément !!

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Dans Paris, en cette nuit de 1925, deux hommes passablement imbibés d’alcool vont vivre une nuit exceptionnelle.
    Ils partent surtout à la rencontre de ceux qui ont fait ce siècle. Dans cette folle traversée, les rêves et les souvenirs, les désirs et les regrets, l’amitié et l’amour se...
    Voir plus

    Dans Paris, en cette nuit de 1925, deux hommes passablement imbibés d’alcool vont vivre une nuit exceptionnelle.
    Ils partent surtout à la rencontre de ceux qui ont fait ce siècle. Dans cette folle traversée, les rêves et les souvenirs, les désirs et les regrets, l’amitié et l’amour se révèlent.
    Voilà assurément un beau roman à lire, et même plusieurs fois sans doute tant il est riche et fourmille d’anecdotes et de connaissance, pour mieux en extraire toute la richesse et en ressentir toute la poésie.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • C’est une folle nuit que nous passons dans LES PÉCHEURS D’ÉTOILES de Jean-Paul Delfino. Une nuit en 1925, à Paris, en compagnie principalement de Blaise Cendrars et de Erik Satie.
    Ainsi que l’avait signalé l’auteur, au cours d’une rencontre en octobre dernier, il voue une passion sans limites...
    Voir plus

    C’est une folle nuit que nous passons dans LES PÉCHEURS D’ÉTOILES de Jean-Paul Delfino. Une nuit en 1925, à Paris, en compagnie principalement de Blaise Cendrars et de Erik Satie.
    Ainsi que l’avait signalé l’auteur, au cours d’une rencontre en octobre dernier, il voue une passion sans limites pour Blaise Cendrars et il adore en parler. Ici il s’en donne à cœur joie.
    Nous passons donc une nuit avec deux personnages hauts en couleur, en parcourant la Ville Lumière, d’une part à la recherche de Suzanne Valadon dite Biquie, une femme aperçue rapidement et dont notre musicien est tombé amoureux fou. D’autre part, c’est également à la poursuite de Jean Cocteau que vont nos héros car il aurait volé l’argument d’un opéra.
    C’est l’occasion pour nous de passer par la Closerie des Lilas, le Père Lachaise (sur la tombe de Guillaume Apollinaire), l’Opéra Garnier (où habitent trois vieilles femmes (qui adorent la carpe…).
    Quand on qualifie cette nuit de folle, c’est vraiment le terme à employer, car c’est un tourbillon incessant dans des night-clubs, des rencontres avec des Russes blancs plutôt goujats, Toulouse-Lautrec, Chagall, Modigliani… la liste est longue.
    Cendrars et Satie mènent ainsi une folle équipée, arrosée à l’extrême, et ils vont même trouver une girafe pour leurs déplacements ! C’est dire le grain de folie (décidément c’est le terme qui revient indéfiniment). Ils vont refaire le monde à leur façon et on peut qualifier ce livre d’être un vrai page-turner.
    Le lecteur n’a pas un moment de répit car les rebondissements se renouvellent sans cesse et sont aussi extravagants les uns que les autres. C’est à qui aura une idée plus saugrenue. Mais les deux compères vont apprendre à s’apprécier et à se remonter le moral car ils sont sans le sou puisque leur talent n’est pas encore reconnu.
    Leurs dialogues fourmillent d’humour mais au milieu de toute cette histoire, se déroulant dans les années folles (elles aussi), l’auteur a su glisser des moments de tendresse. Nos héros se soutiennent moralement parmi ces aventures cocasses et c’est un sentiment que l’on ressent très bien.
    Mais ne croyez pas que j’ai résumé le livre : c’est impossible. Il faut le lire pour comprendre toute la signification de ce que j’ai un peu dévoilé.
    En tout cas, on peut dire que le pari de Jean-Paul Delfino e été réussi : faire partager un moment de délire au lecteur qui retrouvera des personnages, peut-être un peu oubliés et qui en font voir de toutes les couleurs.
    Un conseil : A lire sans modération !
    D’ailleurs une critique de Paris-Match vous en résumera très bien tout ceci :
    Les Pêcheurs d’Etoiles est l’étonnante épopée nocturne de deux monstres sacrés. On n’a qu’une envie : se retrouver dans cette histoire de paradis perdu, d’amitié, de connivence… On serait une petite souris dans leur poche, ce serait magnifique !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • https://bruitdepapier.wordpress.com/2016/09/28/les-pecheurs-detoiles-jean-paul-delfino/

    https://bruitdepapier.wordpress.com/2016/09/28/les-pecheurs-detoiles-jean-paul-delfino/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un livre très poétique. Pour avoir un aperçu de l'ouvrage : https://lasoifdelireblog.wordpress.com/2016/09/26/les-pecheurs-detoiles-de-jean-paul-delfino/

    Un livre très poétique. Pour avoir un aperçu de l'ouvrage : https://lasoifdelireblog.wordpress.com/2016/09/26/les-pecheurs-detoiles-de-jean-paul-delfino/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.