Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Les papillons

Couverture du livre « Les papillons » de Barcella aux éditions Cherche Midi
Résumé:

« Ce bruissement céleste qui jadis m'enchantait s'était cousu les lèvres en plein mois de juillet sous un soleil de plomb. Plus un battement d'ailes, plus une mélopée [...] Il était quinze heures trente ce dimanche onze juillet, et j'avais vingt-sept ans, l'âge où les étoiles meurent. » Rêveur... Voir plus

« Ce bruissement céleste qui jadis m'enchantait s'était cousu les lèvres en plein mois de juillet sous un soleil de plomb. Plus un battement d'ailes, plus une mélopée [...] Il était quinze heures trente ce dimanche onze juillet, et j'avais vingt-sept ans, l'âge où les étoiles meurent. » Rêveur déchu du 21e siècle, Alexandrin a perdu ses papillons.
Vous savez, ceux qui virevoltent au creux de nos ventres endormis lorsqu'on tombe amoureux. Ceux dont le doux bruissement nous émerveille.

Au détour d'un hasard, la jeune Marie croisera sa route et l'aidera à renaître.

Mais Marie porte en elle un silencieux fardeau avec lequel il devra composer avant de réentendre ce doux murmure.

Contraints de se cacher, bravant les interdits, nos amoureux se dessineront un monde à part. Jusqu'à ce que...


Avec Les Papillons, son premier roman, Barcella nous offre un récit traversé par le conte, à la lisière de l'onirisme. Un univers à la fois poétique, sensible et malicieux. Des personnages symboliques et singuliers comme autant de petits cailloux placés sur nos routes pour que renaisse une ode oubliée.

Donner votre avis

Avis (4)

  • Monsieur Barcella, quel talent de conteur vous avez ! Vous auriez pu commencer ce livre par « il était une fois, il n’y a pas si longtemps », même si ce conte est intemporel. Vous maniez l’alexandrin comme votre narrateur, tiens, surnommé Alexandrin ! Cela donne un rythme, un ton particulier au...
    Voir plus

    Monsieur Barcella, quel talent de conteur vous avez ! Vous auriez pu commencer ce livre par « il était une fois, il n’y a pas si longtemps », même si ce conte est intemporel. Vous maniez l’alexandrin comme votre narrateur, tiens, surnommé Alexandrin ! Cela donne un rythme, un ton particulier au texte qui n’est pas évident à lire sur la durée, le style est trop ampoulé. Alors on vous lit à voix haute, pour mieux suivre le rythme, et l’enchantement se crée. Bravo pour ce tour de force, inattendu, peu commun dans les livres actuels en prose, vous arrivez à écrire de la poésie qui résonne comme une musique, et ça fonctionne plutôt bien ! On entre dans l’histoire, pour ne plus en sortir qu’à la fin, digne d’un conte pour enfant adapté aux adultes que nous sommes, l’enfant sommeillant toujours en nous, vous le savez. On ressent les papillons, on les voit, les images se forment devant nos yeux, ils créent une ambiance frivole, légère, en contradiction avec le thème de l’histoire pas forcément à l’eau de rose mais un peu quand même. La magie opère, dès les premières pages. Vous nous contez une histoire d’amour, ou plusieurs histoires d’amour entremêlées : celle d’Alexandrin et Marie, celle de Pierrot pour sa fille Marie, et de sa fidélité à sa femme décédée, celle aussi de Marie pour son père, celle encore d’Yvonne pour ses anciens ou ses nouveaux amis, celle d’une servante pour ses maitres, celle d’un vieil ami pour son vieux complice, celle enfin d’un nouveau père pour ses 3 petites filles dans le souvenir très présent de leur mère. Il y a peu de personnages, mais tous sont fouillés, bien croqués, ciselés au fusain. Vous auriez pu tout aussi bien les dessiner en leur donnant vie. Nous, lecteurs, les voyons très bien, comme dans des bulles de bandes dessinées. Tiens, d’ailleurs Alexandrin a pour nom de famille Lamoureux, et Marie est l’anagramme d’aimer ! Il n’y a pas de hasard dans les noms donnés à vos personnages. La boucle est bouclée.

    Je voulais vous dire merci pour ce beau roman. Un roman qui fera date à n’en pas douter. L’écriture est contagieuse vous voyez, moi aussi, à vous avoir lu j’écris en alexandrins. Je remercie Babelio et les éditions Le Cherche Midi de m’avoir fait connaitre votre talent. J'ai maintenant hâte de vous rencontrer pour savoir si vous traversez la vie comme dans un conte...

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Par ou commencer pour vous parler de ce livre pour lequel j’ai eu un énorme coup de coeur ?
    Déjà il faut savoir qu’il est écrit par Barcella, auteur-compositeur-interprète et que c’est sans doute ce qui confère à ce livre une rythmique très particulière. Car oui, ce roman à la lisière du conte...
    Voir plus

    Par ou commencer pour vous parler de ce livre pour lequel j’ai eu un énorme coup de coeur ?
    Déjà il faut savoir qu’il est écrit par Barcella, auteur-compositeur-interprète et que c’est sans doute ce qui confère à ce livre une rythmique très particulière. Car oui, ce roman à la lisière du conte est singulier. Les personnages sont parfois à la limite de la caricature et leurs paroles déclamées ne confèrent pas à un registre traditionnellement usité. Certains diront que l’écriture leur aura fait penser à Boris Vian ou encore à Mathias Malzieu, j’y ai pour ma part parfois reconnu la verve d’un Cyrano (et Dieu sait que j’aime l’œuvre d’Edmond Rostand). En quelques pages seulement je savais que ce livre ne serait pas juste un parmi tant d’autres.

    Alexandrin, jeune ébéniste fait un jour ce triste constat : il a perdu ses papillons, ceux qui virevoltent au creux de notre ventre quand quelque chose de merveilleux nous arrive… Et puis son chemin un jour va rencontrer celui de Marie, avec elle, notre héro en est persuadé, il va pouvoir les retrouver ! Mais l’histoire ainsi aurait été trop belle, trop simple…

    Ne vous faites pas piéger il ne s’agit pas ici d’une simple romance, non non, vous entrez ici dans un univers poétique ou l’on va s’amuser à « tricoter et détricoter les sentiments » (pour reprendre une expression de l’auteur) des différents personnages. Une petite merveille !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Attention, il s'agit d'un livre écrit autrement, avec d'autres mots, ce livre à l'écriture Barcellienne, ce qui signifie que la langue est belle, le rythme est comme le battement des ailes d'un papillon : efficace et délicat.
    Alexandrin n'est pas très Mylène qui est un peu trop tape à l'oeil....
    Voir plus

    Attention, il s'agit d'un livre écrit autrement, avec d'autres mots, ce livre à l'écriture Barcellienne, ce qui signifie que la langue est belle, le rythme est comme le battement des ailes d'un papillon : efficace et délicat.
    Alexandrin n'est pas très Mylène qui est un peu trop tape à l'oeil. Il préfère Aimer avec un grand A et succomber à la malice et aux facéties de Marie. Mais Marie a un père protecteur et un coeur bien fragile. Tout cela est sans compter sur Yvonne qui vous réchauffe le coeur avec ses crèpes.

    Alexandrin retrouvera t il les papillons dans son ventre et le mèneront ils à la victoire ?

    Attention, un mouchoir me semble indispensable...

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Assis dans un bar face à une jeune femme rencontrée sur Internet, Alexandrin réalise qu'il a quitté l'adolescence pour l'âge adulte : les papillons qui faisaient vibrer son corps de l'intérieur se sont endormis !
    Mais voilà que Marie vient lui demander son chemin, réveillant les papillons....
    Voir plus

    Assis dans un bar face à une jeune femme rencontrée sur Internet, Alexandrin réalise qu'il a quitté l'adolescence pour l'âge adulte : les papillons qui faisaient vibrer son corps de l'intérieur se sont endormis !
    Mais voilà que Marie vient lui demander son chemin, réveillant les papillons. Ébéniste de profession, poète d'occasion, le jeune homme tombe immédiatement amoureux. Mais la belle, qui semble partager ses sentiments, a un secret, jalousement protégé par son père...

    Quand on se surprend à lire les premières pages d'un roman comme on lirait le texte d'une chanson de Trenet ou de Cabrel, c'est le signe indiscutable qu'on ne lit pas un ouvrage ordinaire ! C'est ce qui m'est arrivé.
    En soi, l'histoire de nos deux amoureux n'a rien d'extraordinaire ; j'ai le souvenir d'un film à gros succès du début des années 70 qui racontait peu ou prou la même. C'est la façon dont elle est racontée qui enthousiasme !
    Barcella tourne autour du sujet avec beaucoup de poésie. L'attirance entre Alexandin et Marie est décrite par petites touches, à la façon des impressionnistes. Les personnages secondaires (la patronne du bistrot, l'amie Lola, Pierrot le père de Marie, Yvonne la vieille servante) semblent comme aimantés par le jeune couple. Aucun de ces personnages n'est réellement crédibles, mais qu'importe, on a envie d'y croire...
    On sent que le drame n'est pas loin, mais la plume de l'auteur nous y conduit sans angoisse, et nous propose un après riche de promesses.
    Quand un auteur de chanson met ses qualités d'écriture au service du roman... Pour moi, cela devient un vrai coup de cœur pour ce texte empli de poésie.
    Sans oublier, cerise sur le gâteau, de très belles couvertures.

    Merci à Babelio et aux éditions du Cherche Midi de m'avoir permis de découvrir ce très beau roman et son auteur.

    Chronique illustrée : http://michelgiraud.fr/2021/04/12/les-papillons-barcella-le-cherche-midi-coup-de-coeur-pour-ce-tres-beau-roman-empli-de-poesie/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Autres éditions (1)