Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Les orphelines du mont Luciole

Couverture du livre « Les orphelines du mont Luciole » de Isabelle Rodriguez aux éditions Les Avrils
  • Date de parution :
  • Editeur : Les Avrils
  • EAN : 9782383110026
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Des champs sauvages, trois fermes, une école à classe unique à l'ombre d'un orphelinat abandonné. Au village, on dit que toutes ses pensionnaires y sont mortes d'un coup, fauchées par la grippe espagnole au lendemain de la Grande Guerre. On ne sait rien de plus. Une enfant refuse l'oubli. Les... Voir plus

Des champs sauvages, trois fermes, une école à classe unique à l'ombre d'un orphelinat abandonné. Au village, on dit que toutes ses pensionnaires y sont mortes d'un coup, fauchées par la grippe espagnole au lendemain de la Grande Guerre. On ne sait rien de plus. Une enfant refuse l'oubli. Les orphelines sont ses fées. Alors, quand des promoteurs débarquent pour construire un lotissement à l'endroit de leurs tombes, elle promet de revenir, adulte et conquérante. De sauver la colline et ses légendes.

Dans ce premier roman somptueux, Isabelle Rodriguez réactive l'imaginaire propre au temps de l'enfance. Sa langue sensuelle et incantatoire convie le mystérieux et le sacré, la beauté des campagnes et la culture ouvrière des monts du Lyonnais où elle a grandi et où elle est revenue vivre. Magnifique réflexion sur l'héritage et la préservation des traces, Les Orphelines du mont Luciole prolonge son travail de plasticienne dédié aux oubliés de l'histoire.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (6)

  • Voici un premier roman qui est une véritable invitation au voyage alors même que nous allons rester en France et nous rendre dans un petit village dans les hauteurs du pays Lyonnais. Cette promenade à Sorcelin, de son vrai nom Saint Sorlin, sera l’occasion de nous plonger dans les souvenirs...
    Voir plus

    Voici un premier roman qui est une véritable invitation au voyage alors même que nous allons rester en France et nous rendre dans un petit village dans les hauteurs du pays Lyonnais. Cette promenade à Sorcelin, de son vrai nom Saint Sorlin, sera l’occasion de nous plonger dans les souvenirs d’enfant et les lieux où l’imagination de l’auteure n’a pas eu de limites.

    Du haut de la colline, le village est surplombé par un orphelinat de jeunes filles abandonnées depuis l’épidémie de grippe espagnole au début du XXème siècle. De la plume très poétique et visuelle d’Isabelle Rodriguez, vont alors revivre comme par magie ces orphelines du Mont Luciole auxquelles notre narratrice s’est attachée au fil des années.

    Isabelle Rodriguez, par l’écriture de ce roman aborde avec une grande sensibilité la question de la mémoire pour que les jeunes orphelines et que les habitants de cette zone rurale ne soient pas oubliés malgré l’exode rural des campagnes françaises.
    J’ai trouvé très intéressant d’introduire cela grâce aux souvenirs transmis par les différentes générations que la narratrice a pu côtoyer dans sa jeunesse.

    Je tiens à remercier les Avrils et Netgalley France pour m’avoir permis de lire un ouvrage très beau et touchant qui rappelle à quel point il est important de laisser une place encore importante à l’imagination dans sa vie pour continuer à rêver une fois arrivé l’âge adulte...

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Vie et mort des orphelines
    Dans un premier roman qui s’apparente à une quête identitaire, Isabelle Rodriguez revient dans les monts du Lyonnais de son enfance et essaie de sauver la mémoire des orphelines qu’elle croisait alors et qui furent toutes emportées en quelques jours.

    Pour raconter...
    Voir plus

    Vie et mort des orphelines
    Dans un premier roman qui s’apparente à une quête identitaire, Isabelle Rodriguez revient dans les monts du Lyonnais de son enfance et essaie de sauver la mémoire des orphelines qu’elle croisait alors et qui furent toutes emportées en quelques jours.

    Pour raconter son histoire, et celle de sa famille, la narratrice nous parle d'abord d'architecture. De ces bâtiments qui entourent la maison familiale plantée sur les monts du Lyonnais, à commencer par la grande bâtisse au sommet de la colline, l'orphelinat du mont Luciole. En fait, c'est bien plus qu'un bâtiment voué à la démolition. C'est le lieu de toutes les histoires, de tous les fantasmes aussi. Un endroit où étaient rassemblées toutes les orphelines de la région. Jusqu'à ce que la grippe espagnole, au lendemain de la Première Guerre mondiale, ne les tuent toutes, foudroyées en quelques jours avec les religieuses qui les gardaient. Après les avoir toutes enterrées, on a muré les portes d'accès, fermé ce grand bâtiment vide.
    Non loin de là se dresse le château des Enjoleras. C'est là qu'une riche famille d'origine espagnole venait passer les étés et qu'elle a remarqué Marie. Sa beauté lui aura permis à la grand-mère de la narratrice de franchir la porte de cette belle demeure, puis d'accompagner ses occupants à la mer. Aujourd'hui racheté par un promoteur du coin, la propriété a été divisée en dizaines de parcelles sur lesquelles des maisons à crépi rose et tuiles romaines ont été construites «parce que les Lyonnais à la campagne aiment rêver de Provence».
    C'est face à la disparition de ses souvenirs, mais aussi d'un patrimoine qu'il faut désormais se battre, car il y a encore tant à dire, tant à raconter.
    Par exemple son combat pour son identité. Quand ses camarades de classe lui reprochent son patronyme espagnol «dans lequel résonne celui de la grande tueuse», alors elle s'érige en protectrice des orphelines, va rechercher leurs traces. Mais, tout comme celles de ces ouvrières qui œuvraient dans les soieries et contribué à la prospérité de la région, elle ne recueille guère que quelques témoignages. Quand elle découvre le cimetière où ont été ensevelies les orphelines, elle va convaincre une amie de l'accompagner jusqu'à cet autre lieu, lui aussi voué à l'abandon.
    Tout le roman est construit sur ces doubles pôles, celui familial avec les ancêtres canuts et historique avec la chronique des orphelines. Les deux trajectoires se rejoignant dans cette envie de préserver leur mémoire respective, de sauver les dernières traces, de ne pas tirer un trait sur ce passé désormais en voie de disparition. Le style vient épouser cette quête, se parant de la poésie propre à l’enfance. Une langue qui s’appuie sur les odeurs et les couleurs, une musique qui laisse toute sa place à la sensualité. Vous l0aurez compris, ce premier roman est riche de belles espérances.
    https://rb.gy/13knn4

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Avec ce titre attractif, on est tenté de faire le voyage. Au coeur d’une région française, où une usine faisait vivre toute une population, dans un petit village, Pauline nous raconte ses obsessions enfantines. L’orphelinat déserté suscite maintes questions, pas toujours élucidées, laissant le...
    Voir plus

    Avec ce titre attractif, on est tenté de faire le voyage. Au coeur d’une région française, où une usine faisait vivre toute une population, dans un petit village, Pauline nous raconte ses obsessions enfantines. L’orphelinat déserté suscite maintes questions, pas toujours élucidées, laissant le champ libre à des constructions imaginaires. Il semble certain cependant, que les fillettes qui ont vécu derrière ces murs encore visibles ont été décimées par l’épidémie de grippe espagnole du début du vingtième siècle.
    Tout aussi légendaire pour la population locale, le château que Pauline s’est juré de posséder un jour.
    Les recherches sur le destin des fillettes qui hantent l’esprit de Pauline sont autant de portes ouvertes sur ses propres origines, et en particulier sur son ascendance espagnole, funeste coïncidence en regard de l’intitulé de la maladie qui a fauché tant de vie.

    Nostalgie d’un temps passé, conscience du temps qui passe et détruit toutes illusions d’éternité, souvenirs d’enfance fracassés sur les velléités de modernité d’un décor, le récit est assez sombre, malgré la volonté de rendre compte de l’état d’esprit d’une petite fille rêveuse.


    Tout cela constitue un terreau fertile et un noyau intéressant pour dresser une intrigue attractive. Cependant, on se noie un peu dans les digressions, on peut s’agacer de nombreuses répétitions qui ne semblent pas destinées à insuffler une forme poétique au récit. Je m’y suis perdue en route et je l’ai beaucoup regretté.

    208 pages Les avrils 4 janvier 2023

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Histoire d'une fascination d'enfance, Les Orphelines du mont Luciole nous emmène dans les souvenirs de la narratrice, sur les lieux de cette enfance durant laquelle ses meilleures amies étaient des orphelines mortes de la grippe espagnole des décennies auparavant.
    L'orphelinat, la montagne, le...
    Voir plus

    Histoire d'une fascination d'enfance, Les Orphelines du mont Luciole nous emmène dans les souvenirs de la narratrice, sur les lieux de cette enfance durant laquelle ses meilleures amies étaient des orphelines mortes de la grippe espagnole des décennies auparavant.
    L'orphelinat, la montagne, le château, autant de prétextes à faire galoper l'imagination d'une enfant.

    Dans une première partie très poétique, qui se prêterait parfaitement à une lecture orale, le village de Sorcelin, ses habitants, son passé, reprennent vie.
    La seconde partie, plus courte, mais qui a plus retenu mon attention, revient sur la fascination que la narratrice devenue adulte a gardé pour ce village.

    J'ai connu des hauts et des bas dans cette lecture, parfois ennuyée par trop de lyrisme, parfois enchantée. J'en retiendrai toutefois la beauté de l'écriture et ce sentiment de nostalgie si bien retranscrit.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Une belle couverture au teint bleu et des jeunes filles qui dansent et un titre "les orphelines du mont Luciole".
    Mais qui sont ces jeunes enfants, ces orphelines. le mont Luciole, avec un nom si poétique et qui ne peut que nous entraîner dans des mystères, et tenter de se souvenir.
    L'auteure...
    Voir plus

    Une belle couverture au teint bleu et des jeunes filles qui dansent et un titre "les orphelines du mont Luciole".
    Mais qui sont ces jeunes enfants, ces orphelines. le mont Luciole, avec un nom si poétique et qui ne peut que nous entraîner dans des mystères, et tenter de se souvenir.
    L'auteure narrateur va plonger dans ses souvenirs d'enfance et va se questionner comme une sorte d'enquêtrice sur ce château qui domine le village d'enfance, Sorcellin, dans les Monts lyonnais et qui aurait été le lieu d'un orphelinat. Celui-ci a été fermé brutalement car un drame, une épidémie, la fièvre espagnole a décimé les jeunes filles de ce lieu, sans toucher les villageois. Et plus personne ne semble s'intéresser à ce lieu et aux souvenirs de ces gamines, qui étaient elles, d'où venaient elles ou sont elles enterrées ??
    La narratrice va alors, comme quand elle était une petite fille mener une enquête. Gamine, elle aimait partir dans les rues du villages, dans la forêt, dans les ruines du château chercher à comprendre, glaner des obejts, des plantes.Et quel est ce lieu de culte, une sorte de petit Lourde ? Elle recherchait aussi ses origines et essayer de questionner ses grands parents : un de ses grands pères ne souhaite pas lui raconter trop le passé de sa famille, car elle, elle a un autre grand père, qui est venu d'Espagne. Elle est une sorte d'étrangère dans la famille, Physiquement, avec ses boucles brunes, alors que toute la famille est blonde, avec ce nom à consonance étrangère alors que les autres membres de la famille portent des noms de lieux de la région. Avec une belle écriture, l'auteure nous entraîne dan les rues du village, à l'ombre de mystérieux château, ancien orphelinat, abandonné, muré mais aussi dans son imaginaire de gamine, imaginaire alimenté par des contes, des souvenirs familiaux glanés lors de repas dominicaux, par des traces dans les murs des maisons, par des photos retrouvées dans des malles de grenier, dans des expositions (ces hameaux des monts lyonnais étaient des hameaux où des tisseurs, des canuts travaillaient dans leur maison et livraient ensuite leur travaux à la grande ville, Lyon).
    Elle va alors nous raconter la vie de ses grands parents, leurs histoires qui lui a été raconté ou ce qu'elle glane, à travers de vieilles photographies, des "reliques", comme les outils des canuts, les canuts dits de la campagne.
    Un texte très personnel mais un texte qui parle des souvenirs, des dits et non dits dans les familles, des dits et non dits de l'histoire de territoire, de lieu. Pourquoi tant de mystères et de silences sur ces jeunes orphelines décimées et oubliées ?
    Cette quête personnelle nous entraîne dans les souvenirs familiaux, mais aussi dans les souvenirs d'un territoire, le passé ouvrier de ces territoires, de lieux abandonnés, laissés en friche puis leur transformation moderne avec ces promoteurs lyonnais qui viennent bâtir des zones résidentiels.
    Difficile de préserver des traces, des souvenirs.
    "La Terre devait nous garder toujours, ne tient pas ses promesses, ne se fait plus refuge pour les gamines du village de Sorcellin, mortes de la maladie venue d'un chez-moi que ne ne connais pas." p140
    Hasard des sorties, je viens de voir un petit bijou de cinéma d'animation "interdit aux chiens et aux italiens" et il y a aussi un épisode sur la fièvre espagnole, quand l'un des hommes du village italien rentre de la première guerre mondiale et des horreurs des tranchées, il retrouve son village décimé par cette fameuse fièvre.
    #LesOrphelinesdumontLuciole #NetGalleyFrance

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Un petit village dans les monts du lyonnais dans les années 80; une enfant esseulée est attirée par un orphelinat abandonné dont toutes les occupantes seraient mortes au même moment de la grippe espagnole en 1818; les orphelines deviennent des amies imaginaires, qu'elle voit comme des fées...
    Voir plus

    Un petit village dans les monts du lyonnais dans les années 80; une enfant esseulée est attirée par un orphelinat abandonné dont toutes les occupantes seraient mortes au même moment de la grippe espagnole en 1818; les orphelines deviennent des amies imaginaires, qu'elle voit comme des fées protectrices. Elle leur parle, va sur les quelques tombes qu'elle a pu retrouver et leur promet de préserver l'endroit où elles ont vécu et où elles reposent. Une trentaine d'années après elle revient s'installer dans la région mais les promoteurs ont défiguré la région et l'orphelinat va être transformé en logements. Mais ce retour à son enfance lui donne la force de partir à la recherche de ses origines, de son histoire familiale qui semble venir d'Espagne comme cette grippe qui a tué ses fées.
    Ce roman est construit en deux parties : la première, particulièrement développée, sur l'enfance près de l'orphelinat, la deuxième très courte comme si l'auteure refusait de sortir de l'enfance, de l'émerveillement, de l'imaginaire.
    Le thème de l'héritage, de la transmission est central dans ce roman, pas uniquement familial mais aussi celui des pierres, des lieux, de celles et ceux qui y ont laissé leur empreinte. C'est une vibrante plaidoirie pour la préservation de la mémoire.
    L'écriture est magnifique, poétique, imagée et nous emmène aux côtés de la petite fille dont nous partageons les émotions, les espoirs; mais j'ai, cependant, trouvé ce roman trop descriptif, j'ai regretté l'absence totale de dialogues qui auraient donné plus de vie à ce texte.
    #LesOrphelinesdumontLuciole #NetGalleyFrance

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.