Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Les Maronites ; chrétiens du Liban

Couverture du livre « Les Maronites ; chrétiens du Liban » de Mouawad Ray J. aux éditions Brepols
  • Date de parution :
  • Editeur : Brepols
  • EAN : 9782503530413
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

C'est en 1919, année où le patriarche Elias Hoayek a réclamé à la Conférence de la Paix de Versailles la proclamation de l'Etat du Grand Liban, que le destin des Maronites a pris une tournure exceptionnelle.
Pour la première fois depuis des siècles, des Chrétiens d'Orient accédaient au pouvoir... Voir plus

C'est en 1919, année où le patriarche Elias Hoayek a réclamé à la Conférence de la Paix de Versailles la proclamation de l'Etat du Grand Liban, que le destin des Maronites a pris une tournure exceptionnelle.
Pour la première fois depuis des siècles, des Chrétiens d'Orient accédaient au pouvoir à part égale avec les Musulmans qui en avaient eu jusque-là l'exclusivité, et de l'Iran à l'Egypte, les regards se tournaient vers leur pays, le Liban, symbole d'un Moyen-Orient pluri-religieux et pluri-culturel. L'histoire des Maronites avait commencé au 7e siècle en Syrie lorsque les moines du monastère de Saint-Maron affirmèrent leur singularité en élisant leur premier patriarche au siège d'Antioche.
Au 10e siècle, ils adoptèrent définitivement les montagnes du Liban et ses vallées pour y établir leur patriarcat et y vivre pleinement leur identité et leur vocation monastique. L'existence des Maronites fut désormais liée aux développements historiques et économiques qu'a traversés le Mont-Liban à l'époque des Croisades, des Mamelouks et des Ottomans jusqu'à la Première Guerre Mondiale. Au fil des siècles, ils ont dû leur survie à plusieurs facteurs, dont le plus spectaculaire est le maillage de leur territoire de monastères et d'ermitages.
De nos jours encore, avec le clergé séculier, le moine et la religieuse maronites encadrent solidement les fidèles au Liban, en Orient et dans le monde. Parallèlement, la communauté maronite a pu constituer une société civile distincte de sa hiérarchie religieuse, dans un Orient où souvent les deux se confondent. Le patriarche y demeure cependant le véritable pôle de la communauté. Comme chez ses voisins druzes, cette autonomie précoce d'une société civile a été l'un des facteurs déterminants de la participation de la communauté maronite à l'Histoire.
S'impliquant toujours dans l'événement, parfois au prix du martyre, ses options fondamentales sont observées attentivement aussi bien au Proche-Orient que sur le plan international. L'Eglise Maronite a su également établir des liens privilégiés avec l'Église catholique romaine dès l'époque des croisades, liens culturels qui ont mis deux mondes en contact à travers elle, celui de l'Orient syriaque et arabe auquel elle appartient et celui de l'Occident latin, plus tard francophone, vers lequel elle s'est constamment tournée.
En témoignent les oeuvres de ses orientalistes publiées dès le 16e siècle à Rome, et les nombreuses écoles et universités maronites du Liban. De nos jours, nombre de Maronites largement dispersés dans la diaspora vivent au rythme d'autres cultures, que ce soit en Amérique du Sud ou dans les pays anglo-saxons. Ils restent néanmoins fidèles à leur langue liturgique des premiers siècles, l'araméen syriaque, qui fut la langue du Christ.
Sur un autre plan, l'un des principaux défis auxquels doit faire face la communauté est l'émigration et la dispersion de ses fidèles, ainsi que le relâchement de son rapport exclusif à la terre du Liban.

Donner votre avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.