Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Les mains du miracle

Couverture du livre « Les mains du miracle » de Joseph Kessel aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782070306459
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

A la veille de la Seconde Guerre mondiale, Felix Kersten est spécialisé dans les massages thérapeutiques. Parmi sa clientèle huppée figurent les grands d'Europe. Pris entre les principes qui constituent les fondements de sa profession et se convictions, le docteur Kersten consent à examiner... Voir plus

A la veille de la Seconde Guerre mondiale, Felix Kersten est spécialisé dans les massages thérapeutiques. Parmi sa clientèle huppée figurent les grands d'Europe. Pris entre les principes qui constituent les fondements de sa profession et se convictions, le docteur Kersten consent à examiner Himmler, le puissant chef de la Gestapo. Affligé d'intolérables douleurs d'estomac, celui-ci en fait bientôt son médecin personnel. C'est le début d'une étonnante lutte, Felix Kersten utilisant la confiance du fanatique bourreau pour arracher des milliers de victimes à l'enfer.
Joseph Kessel nous raconte l'incroyable histoire du docteur Kersten et lève le voile sur un épisode méconnu du XXe siècle.

Donner votre avis

Avis (15)

  • Si mains miraculeuses il y a, écriture prodigieuse aussi. Relu à nouveau ce roman de Joseph Kessel et qui encore m’a mis au bord des larmes. Parce que l’humanité y coule à chaque instant au milieu de l’enfer de la deuxième guerre mondiale et dans l’antre de l’un des hommes les plus puissants (et...
    Voir plus

    Si mains miraculeuses il y a, écriture prodigieuse aussi. Relu à nouveau ce roman de Joseph Kessel et qui encore m’a mis au bord des larmes. Parce que l’humanité y coule à chaque instant au milieu de l’enfer de la deuxième guerre mondiale et dans l’antre de l’un des hommes les plus puissants (et forcément cruel) du III° Reich, l’un des architectes de « La solution finale » : Heinrich Himmler.
    Mais un jour de mars 1938 le diable a rencontré un ange : Félix Kersten, médecin né en Estonie, de nationalités finlandaise et suédoise et qui a été jusqu’à la fin de la guerre le thérapeute du sinistre maître absolu de la SS.

    Joseph Kessel livre un récit bouleversant de cette rencontre inattendue et rend un vibrant hommage à un homme qui a dépassé largement ses fonctions de soignant, sauvant plus de 800.000 vies grâce à la confiance qu’Himmler lui accordait car seul le Dr Kersten pouvait le soulager de ses douleurs par des massages. Dans ces moments d’intimité, c’était le temps de la confidence, des échanges surréalistes et de l’incroyable pouvoir de Félix Kersten sur un homme pris dans l’étau du mysticisme, de l’adoration hitlérienne et d’un orgueil incommensurable.

    Un roman basé sur les mémoires du médecin qui est devenu progressivement le messager secret de la diplomatie internationale et qui a fait preuve d’un héroïsme sans limite pour parvenir à épargner des milliers de vies. S’il avait des ennemis au sein de la Gestapo et du régime nazi il a pu compter sur quelques êtres qui n’avaient pas totalement rangé leur âme dans les profondeurs du pandémonium hitlérien, notamment Rudolph Brandt, le secrétaire particulier d’Himmler. Sans cet homme il aurait été impossible à Kersten de mener à bien ses plans de sauvetage. Malgré la plaidoirie du médecin en faveur de Brandt, il a été pendu lors du procès de Nuremberg et c’est là qu’on s’aperçoit que toute justice n’a pas été rendue. Brandt était loin d’être un saint mais d’autres bourreaux (et non des moindres) ont pu s’échapper voire refaire leur vie en toute impunité.

    Felix Kerstern n’est pas le seul être humain à avoir en toute discrétion tenté l’impossible face à la mort. On pense bien évidemment à Oskar Schindler, à tous les Justes, à tous les anonymes qui, depuis que les guerres existent, agissent dans l’ombre pour faire ressurgir la lumière à des êtres humains perdus dans les catacombes de l’inhumanité. Non seulement continuer à leur rendre hommage mais parler de ces âmes qui font croire en l’humain et qui permettent à une civilisation de pouvoir continuer à porter dignement ce nom.

    Les mains du miracle ou le triomphe de la médecine et de l’humanité

    Blog Le domaine de Squirelito => https://squirelito.blogspot.com/2019/07/une-noisette-un-livre-les-mains-du.html

    thumb_up J'aime comment Commentaire (1)
  • Vraiment , ce livre est une pépite.

    Kessel écrit ici une biographie romancée du docteur Felix Kersten. Ce praticien multipatride installé en Allemagne au moment de la seconde guerre mondiale a été le médecin personnel d'Himmler, le bras droit d'Hitler. A la manière d'Oskar Schindler, Kersten...
    Voir plus

    Vraiment , ce livre est une pépite.

    Kessel écrit ici une biographie romancée du docteur Felix Kersten. Ce praticien multipatride installé en Allemagne au moment de la seconde guerre mondiale a été le médecin personnel d'Himmler, le bras droit d'Hitler. A la manière d'Oskar Schindler, Kersten a participé au sauvetage de milliers de prisonniers détenus dans les camps de concentration. Devenu au fur et à mesure des semaines et des mois un confident et un élément indispensable pour Himmler, il est habilement parvenu à faire libérer ses amis d'abord, puis devant l'horreur des camps, a pris fait et cause pour chaque victime du nazisme dès l'instant qu'il était en son pouvoir de tenter quelque chose.
    Kersten savait dès le départ qui était Himmler, et le dilemme shakespearien s'est longtemps imposé à lui : "Soigner ou ne pas soigner ? " Ainsi peut-on lire une de ses réflexions : "Ne plus s'occuper de lui ? Faire seulement semblant de le traiter ? Rien n'était plus facile, mais le culte qu'avait Kersten pour son métier, toute son éthique professionnelle, lui interdisaient d'y penser. Un malade, quoi qu'il pût faire dans l'existence, n'était pour son médecin qu'un malade et avait droit à toute sa science et tout son dévouement."

    Kessel fait sortir de l'ombre le docteur Kersten. J'ai découvert ici un pan de l'histoire que je ne connaissais pas. J'ai beaucoup apprécié la franchise de l'auteur lors du prologue : avant de le rencontrer, lui-même a douté de cette histoire de médecin ayant sauvé autant de détenus. Mais au moment de leur rencontre, Kersten avait posément préparé les documents attestant de la véracité de ses récits, et tous - à l'exception d'un épisode - ont été historiquement validés.

    Quant au style d'écriture, un vrai plaisir de lecture.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Joseph Kessel retrace dans ce roman une histoire vraie, celle du lien entre Félix Kersten et Heinrich Himmler de 1938 à 1945. Félix Kersten détient un "don" grâce à ses mains qui ont le pouvoir de faire des miracles mais également grâce à un enseignement reçu d'un médecin tibétain, Maître Kô. Sa...
    Voir plus

    Joseph Kessel retrace dans ce roman une histoire vraie, celle du lien entre Félix Kersten et Heinrich Himmler de 1938 à 1945. Félix Kersten détient un "don" grâce à ses mains qui ont le pouvoir de faire des miracles mais également grâce à un enseignement reçu d'un médecin tibétain, Maître Kô. Sa réputation était immense et parvint aux oreilles du bras droit tout puissant d'Hitler, meurtrier en chef du IIIème Reich, Heinrich Himmler.

    Himmler lui n'a pas un pouvoir mais tous les pouvoirs, avec entre autres ceux de vie et de mort sur des milliers (voire des millions de personnes), il dirige et ordonne et n'a qu'un seul maître, son idole Adolphe Hitler, mais il souffre de violentes douleurs nerveuses, du (ironie de sort) "sympathique". Kersten va accepter de le soulager parce qu'il va très vite se rendre compte que ses mains, au-delà des massages qu'il lui fait et le soulage, vont lui permettre de sauver des milliers de personnes, d'influer "parfois" sur les décisions ou orientations du bourreau fasciste.

    Je ne connaissais pas du tout cet homme et son incroyable histoire. Cela paraît presque inimaginable qu'un homme tel qu'Himmler, avec tout ce qu'il représente de cruauté, de violence et je dirai presque de folie, se soit soumis à lui, à ses requêtes parfois téméraires ou mettant sa propre vie en danger et allant à l'encontre de la doctrine du parti nazi ou aux ordres reçus de Hitler. Il fut d'ailleurs mis dans la confidence par son malade de secrets comme la maladie dont souffrait Hitler :

    "Il voyait la maladie de Hitler. Et, pensant au pouvoir de ce dément, il se sentait envahi par une épouvante où ce n'était pas lui, Kersten, qui était en cause, mais l'humanité entière. Le roi des fous, au lieu de porter une camisole de force, disposait du sang des peuples, pour alimenter les jeux de ses démences. Et ce n'était encore rien, au regard de l'avenir. Le mal n'avait pas atteint sa plénitude. (p224)"

    La relation entre les deux hommes est parfois assez ambigüe  : médecin-patient, oppresseur-opprimé, bourreau-victime (les rôles s'inversant parfois) mais pour le médecin ayant toujours conscience de qui était son patient alors qu'inversement Himmler trouve et cherche parfois en Kersten un confident-ami. Ce dont il est question c'est le pouvoir que chacun des deux hommes possèdent : l'un de vie et de mort à l'échelle mondiale et l'autre de la "manipulation" à travers les massages qu'il prodigue sur un être dénué de tout sensibilité humaine, aveuglé par son devoir envers son Führer. Kersten, possédant une fortune personnelle mais également une nationalité finlandaise qui le protégera parfois, trouvera ce moyen de mener ainsi sa propre guerre, une guerre dans l'ombre.

    Joseph Kessel restitue parfaitement cette relation dont il eut connaissance en rencontrant Félix Kersten qui, ayant soigneusement gardé ses journaux où il relatait tous ses échanges avec Himmler mais aussi des preuves de son action, pouvait fidèlement retracé son parcours. Il fait preuve de diplomatie, de psychologie, de rouerie, pesant les différentes options qui s'offrent, prenant parfois des risques considérables par le discours qu'il tient à son malade, en ne masquant pas toujours ses buts, usant parfois de la douleur que peut procurer également ses mains quand le malade se fait réticent,  que la situation devient urgente ou se faisant relai-espion auprès d'ambassades étrangères.

    Les moyens dont il disposait et dont il usa frôlent parfois l'inconscience en particulier quand il utilise l'adresse postale d'Himmler pour recevoir les informations de ses correspondants étrangers ou bénéficiant de la ligne téléphonique privée du tortionnaire. Il va s'attirer parfois l'animosité d'autres chefs SS, comprenant l'influence dont il dispose et qui tenteront même de l'éliminer.

    C'est un roman historique qui montre la complexité des rapports humains, les personnalités des deux hommes mais également les mécanismes internes de la hiérarchie nazie. J'ai souvent pensé pendant ma lecture à La liste de Schindler, au rôle joué également par Oskar Schindler, industriel, pour éviter les camps de concentration à 1200 juifs.

    Une lecture fluide, passionnante, qui met en lumière l'action de personnes de l'ombre, qui agirent à leur niveau non pas pour changer l'histoire mais pour sauver des vies, pour donner à leur "pouvoir" un sens humanitaire.

    Cela se lit comme un roman historique mais également presque comme un thriller tellement la tension est parfois palpable, les risques immenses et même si nous connaissons l'issue de cette période, pour ma part, j'ai été captivée grâce à une écriture vivante, au cœur de l'intimité d'un tortionnaire et nous plongeant dans un épisode peu connu des dessous de l'Histoire.

    Quand littérature et histoire se mêlent pour donner un roman palpitant que j'ai beaucoup aimé.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Étonnant récit d'une histoire vraie qui fait revisiter l'histoire du 3eme Reich..

    Étonnant récit d'une histoire vraie qui fait revisiter l'histoire du 3eme Reich..

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • De Joseph Kessel, je connaissais « Le lion » et son chant des partisans. J’ai découvert au hasard d’un challenge sur les réseaux sociaux ce livre dont le thème m’a immédiatement interpellée.
    D’origine néerlandaise, mais finlandais quand il arrive en Allemagne, le docteur Félix Kersten a été...
    Voir plus

    De Joseph Kessel, je connaissais « Le lion » et son chant des partisans. J’ai découvert au hasard d’un challenge sur les réseaux sociaux ce livre dont le thème m’a immédiatement interpellée.
    D’origine néerlandaise, mais finlandais quand il arrive en Allemagne, le docteur Félix Kersten a été formé aux massages tibétains dans les années 30. Les nazis sont au pouvoir, et le docteur est bien conscient des soubresauts qui secouent l’Allemagne. Quand il est sollicité par un patient important pour soigner Himmler, il ne saute pas de joie, mais finit par y aller, devoir professionnel oblige.
    Quand le docteur pénètre dans « l’antre de la bête », le grand quartier SS, il revêt son habit de médecin et ne pense plus à rien d’autre que soulager les douleurs liées à de terribles maux d’estomac dont souffrait ce patient peu ordinaire. Le résultat est immédiat et entre ces deux personnes que tout oppose se crée une relation de confiance qu’aucune dénonciation ne viendra jamais altérer. Cette confiance, le docteur Kersten va s’en servir pour obtenir la libération d’un ami néerlandais (à la barbe du représentant de la Gestapo aux Pays-Bas), puis d’un groupe de résistants et même à la fin du conflit d’un train entier de prisonniers destinés aux camps de concentration. Au fil du conflit, chose incroyable, il va contribuer à infléchir certaines décisions (la déportation des hollandais reportée et finalement annulée) avec la complicité de certains hauts placés qui lui donnent accès à des informations hautement confidentielles (qu’il transmet au gouvernement suédois), le mettent en garde contre la surveillance de la Gestapo à son encontre.
    Histoire incroyable mais Histoire vraie (oui avec un grand H !). Joseph Kessel a longuement conversé avec ce médecin, a eu accès à ses notes, a recoupé les informations avant d’écrire ce récit sous forme de roman.
    Cette histoire inouïe est portée par une plume où le rythme est donné, où le suspense est présent quand il s’agit de relater les risques de plus en plus grands pris par ce médecin. C’est à la fois glaçant et passionnant.
    A lire absolument !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un livre très intéressant sur le nazisme et Himmler, vu à travers un homme remarquable: le docteur Kersten qui a des dons: il soulage avec les mains. Quand ce dernier est sollicité pour soigner Himmler, il s'apprête à refuser mais on lui fait valoir qu'il pourrait être utile à la lutte contre le...
    Voir plus

    Un livre très intéressant sur le nazisme et Himmler, vu à travers un homme remarquable: le docteur Kersten qui a des dons: il soulage avec les mains. Quand ce dernier est sollicité pour soigner Himmler, il s'apprête à refuser mais on lui fait valoir qu'il pourrait être utile à la lutte contre le nazisme (quand on lui demande de soigner Hitler, c'est un non catégorique) La douleur du bras droit du dictateur l'amène, une fois soulagé à écouter Kersten; celui-ci va réussir à sauver des milliers de vies.
    Un petit bémol: Kessel rend parfois presque sympathique ce chef de la gestapo (chétif, souffrant et aveuglé par son admiration pour Hitler).

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • AVIS SUR LA VERSION AUDIO

    C’est une histoire vraie et pourtant tellement extraordinaire qu’on peine à y croire. Les mains du miracle retrace la vie de Felix Kersten, celui qui fut surnommé le médecin du diable pour avoir soigné Himmler. Où est le miracle là dedans me direz-vous ? Attendez de...
    Voir plus

    AVIS SUR LA VERSION AUDIO

    C’est une histoire vraie et pourtant tellement extraordinaire qu’on peine à y croire. Les mains du miracle retrace la vie de Felix Kersten, celui qui fut surnommé le médecin du diable pour avoir soigné Himmler. Où est le miracle là dedans me direz-vous ? Attendez de lire la suite…

    Felix Kersten a un don, reconnu par ses pairs, loué par ses patients. Ce médecin en massage thérapeutique d’origine estonienne parvient à soulager de ses mains le mal qui met en échec ses confrères. Un tel don a suffi à lui bâtir une solide réputation au-delà des frontières de l’Allemagne où il est installé. En 1928, première consécration : il est appelé au chevet du mari de la reine Wilhelmine des Pays-Bas. Dix ans plus tard, alors que sa carrière est à son zénith et que sa vie de famille est désormais établie à La Haye, l’un de ses patients et amis lui demande de soigner le suppôt de Satan en personne : Heinrich Himmler. Kersten refuse catégoriquement. Le nazisme va à l’encontre de ses convictions les plus profondes. Puis il se ravise et accepte la demande de son ami. Quelles que soient les considérations personnelles, un médecin se doit de soigner un malade. C’est alors qu’il rencontre le monstre en personne. Celui-ci souffre de douleurs abominables que plus rien ne parvient à soulager. Kersten se lance, masse le chef suprême des SS, alors à sa merci. Il le fait se tordre de douleurs sous ses doigts. Himmler est au bord de l’évanouissement, la douleur est indescriptible. Au bout d’un moment qui paraît durer une éternité, Kersten retire ses mains du corps meurtri. Himmler se redresse, s’étonne et enfin rayonne : la douleur s’est évanouie. C’est un miracle.

    Dès lors il est facile de deviner la suite : Himmler ne peut plus se passer de Kersten, son sauveur. Entre eux se tissent des liens complexes de patient à soignant. Himmler met sa santé physique et mentale entre les mains de ce médecin qui ne fait pas l’unanimité au sein de la Gestapo. La dépendance de Himmler envers ce docteur dont on ne sait pas grand-chose inquiète dans les rangs. A juste titre puisque Kersten, prenant peu à peu la mesure de son emprise sur son patient commence à lui demander des faveurs que celui-ci n’est pas en mesure de refuser. Quelques vies sauvées par ci par là en échange de sa dévotion de soignant. Quelques décisions entraînant un bilan humain terrifiant sont remises à plus tard sur insistance de Kersten. C’est ainsi, en œuvrant dans l’ombre, en gagnant vie par vie, en négociant âprement des échanges ou des délais que Felix Kersten parvint à sauver près de 100 000 personnes. Inimaginable, impensable !

    L’œuvre de Kessel retrace l’histoire de celui qui fut surnommé le médecin du diable. Il démonte les rouages de la manipulation d’un esprit aiguisé, cherchant par tous les moyens à atteindre son but sur celui d’un esprit immature, fanatisé et d’une bêtise crasse. Car c’est bien ce qui frappe le plus dans Les mains du miracle : l’extraordinaire bêtise d’Himmler et son jusqu’au boutisme aveuglé par l’amour qu’il porte à Hitler. Comment Kersten a-t-il pu passer autant de temps en compagnie de ce monstre sans ciller ? Son abnégation force le respect. Les risques encourus au quotidien démontrent un courage exceptionnel.

    Kersten prouve qu’un combat peut être mené et gagné sans faire couler le sang. De ses doigts d’or il a réussi à obtenir ce qu’aucune arme pointée sur une tempe ne serait arrivée à gagner.

    Si Oskar Schindler méritait bien un film pour les 1100 juifs qu’il a réussi à sauver, on peut s’étonner que Felix Kersten n’ait pas été autant médiatisé pour son apport incomparable à l’humanité. Heureusement la plume de Joseph Kessel lui a rendu l’hommage qu’il mérite tant.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Les Mains du miracle est le récit d'une mise à nu. Joseph Kessel nous propose une plongée dans l'intimité du corps et de l'âme d'un personnage diabolique. Sujet à des terribles douleurs d'estomac, Heinrich Himmler a trouvé en le personnage du bon Docteur Félix Kersten le moyen de soulager sa...
    Voir plus

    Les Mains du miracle est le récit d'une mise à nu. Joseph Kessel nous propose une plongée dans l'intimité du corps et de l'âme d'un personnage diabolique. Sujet à des terribles douleurs d'estomac, Heinrich Himmler a trouvé en le personnage du bon Docteur Félix Kersten le moyen de soulager sa souffrance. Médecin hors-pair aux antipodes des idées nazies, Kersten accepte de se rendre dans «l'antre de la bête». de médecin à espion, il n'y a qu'un pas que le docteur franchit pour le compte de la légation de Finlande à Berlin.
    Joseph Kessel dresse le portrait croisé de deux hommes, l'un vertueux et l'autre démoniaque. Rapidement devenu indispensable à Himmler, le Docteur jouit d'un ascendant certain sur son patient auprès de qui il extirpe habilement au fil du temps des concessions. Ainsi, Kessel nous raconte que ce docteur à, dans une certaine mesure, obtenu des concessions d'Himmler comme la libération de prisonniers juifs ou la non déportation d'une partie de la population des Pays-Bas vers l'Est.
    Jusqu'où un médecin est-il prêt à honorer son serment, quel est la nature du lien qui unit un patient et son médecin, quelles en sont ses limites ?
    Voici autant de questions auxquelles Kessel tente d'apporter des réponses en racontant l'histoire méconnue du Docteur Kersten.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.