Les lignes de ta paume

Couverture du livre « Les lignes de ta paume » de Douna Loup aux éditions Mercure De France
Résumé:

Je suis une grand-mère sur patins à roulettes.
J'avance, je fonce, je ne m'arrête pas une seconde. Peut-être que si je m'arrêtais je tomberais. Peut-être que si je ralentissais, mon coeur aussi ralentirait dans une lente asphyxie. Peut-être que l'effort, le travail, la vitesse me tiennent lieu... Voir plus

Je suis une grand-mère sur patins à roulettes.
J'avance, je fonce, je ne m'arrête pas une seconde. Peut-être que si je m'arrêtais je tomberais. Peut-être que si je ralentissais, mon coeur aussi ralentirait dans une lente asphyxie. Peut-être que l'effort, le travail, la vitesse me tiennent lieu de moteur, de ronron dans les veines, que les pinceaux sont mes meilleures jambes et la fatigue ma plus tendre amie.
Je ne décille pas de toi, je ne désalive pas de paroles, je ne taris jamais de mots. Le passé coule entre nous sa masse.

Celle qui se raconte ainsi, Linda, est une vieille dame fantasque de 85 ans. Elle vit aujourd'hui à Genève, mais son histoire a commencé ailleurs. Elle a traversé tout le XXe siècle, de Bagnolet où elle est née à la Suisse où elle vit désormais. À la jeune fille qui l'écoute avec attention, elle va livrer les secrets de sa vie qui fut peu banale. La vitalité de son récit, son allant et sa fougue tiennent sa jeune interlocutrice en haleine. Cette dernière l'interpelle, la pousse à se dévoiler toujours d'avantage : leurs deux voix alternent dans une atmosphère de confiance et de complicité qui va aussi permettre à celle qui se prénommait Nelly de révéler pourquoi elle est devenue la Linda d'aujourd'hui, une artiste dont l'appartement déborde de quatre mille tableaux et d'innombrables sculptures...

Donner votre avis

Le courrier des auteurs

Douna Loup répond à nos questions ! (06/10/2012)

1) Qui êtes-vous ? ! J'essaye d'être moi-même ! 2) Quel est le thème central de ce livre ? Comment une petite fille née à Bagnolet en 1927 et arrivée en Suisse à 14 ans pour fuir la guerre est-elle devenue cette vieille dame fantasque partageant son appartement de Genève avec quelques 4000 tableaux et d'innombrables sculptures criantes ? Une jeune femme se fait scribe pour rendre compte de cette vie souvent sombre, de cette énergie créatrice tonitruante. 3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ? Très difficile d'en choisir une. Ta mère prend son crayon noir et se met du froid sous les yeux. 4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ? La chanson Je chante, des Têtes Raides. 5) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ? Mes habitudes d'écriture ne sont pas très résistantes au temps, j'en change constamment car j'ai sans cesse le besoin de me renouveler et de régénérer mon rapport à l'écriture. J'aime bien l'idée que chaque nouveau projet d'écriture, chaque roman nécessite une nouvelle façon de travailler qui doit être inventée sur le vif, en fonction de la nature de celui-ci. 6) Comment vous vient l'inspiration ? D'un choc, d'une nécessité. 7) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescent «un jour j'écrirai des livres» ? L'écriture a très tôt prit une grande importance pour moi peut-être parce que je ne me sens pas très à l'aise avec l'oral, le rythme des mots posés sur papier me convient mieux, je peux y respecter mon propre tempo, être juste. 8) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lectrice) ? J'ai grandis dans un milieu artistique, en pleine nature, mes parents étaient marionnettistes, mon enfance peuplée d'histoires, le «bureau» de mes parents c'était un atelier dont le plancher était tout tachés de peintures et les murs bourrés de tissus. Au milieu de ces petits personnages manipulés pour créer l'illusion, je me souviens de mes premières lectures de romans comme de la découverte d'une magie inédite, un monde qui pouvait se déployer à l'intérieur par le seul pouvoir des mots. 9) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? ! Pour moi la littérature permet au regard de s'affiner, de se complexifier. En tant que lectrice ou en tant qu'écrivain, c'est faire un voyage, se décentrer de sa propre perception de la vie, et ce déplacement enrichit notre accès au réel. Ce voyage est essentiel lorsqu'il nous permet un recul, parfois même un arrachement, un éveil, cela peut parfois bouleverser notre façon de vivre et de percevoir le monde. 10) Quelle place tiennent les librairies dans votre vie ? J'ai toujours eu beaucoup de mal à ressortir d'une librairie une fois que j'y suis entrée. Je rentre et je perds toute notion de temps. Même si les vrais rencontres avec un livre et son auteur sont rares, elles peuvent toujours arriver. C'est ce qui est beau lorsqu'on rentre dans une librairie sans but, tout peut arriver...

Contenu proposé par lechoixdeslibraires.com

Les derniers avis

  • Lechoixdeslibraires.com

    Linda est une vieille dame de 85 ans et elle se raconte à une jeune fille. Alternativement, chacune raconte, questionne l'histoire de Nelly Machat devenue Linda Breuse, Linda explique ce qu'elle est et la jeune fille les évènements qui ont construit cette vie et cette vieille dame. Le récit...
    Voir plus

    Linda est une vieille dame de 85 ans et elle se raconte à une jeune fille. Alternativement, chacune raconte, questionne l'histoire de Nelly Machat devenue Linda Breuse, Linda explique ce qu'elle est et la jeune fille les évènements qui ont construit cette vie et cette vieille dame. Le récit couvre une période large et révèle les secrets de cette mutation de la petite fille originaire de Bagnolet qui vit aujourd'hui à Génève dans un appartement envahi d'une multitude de tableaux et sculptures. D'une enfance solitaire, elle s'est créé un monde à part, puis elle s'est construit une vie indépendante, a vécu comme elle l'a décidé mais en cachant ses douleurs et failles. Par l'art et la peinture, elle a pu vivre et étouffer une colère latente. Aujourd'hui, la vieille dame réussit à adopter un ton détaché, parfois ironique, avec une belle et sage dérision même si le silence continue de l'habiter : «Ce n'est pas parce que tu es à nouveau bavarde que le silence n'est pas en toi comme une lame de fond évidente.». Le récit est rythmé, le style est riche, l'écriture est élégante, maîtrisée, une brillante confirmation après L'embrasure.

Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Ils ont lu ce livre

Présent dans les listes

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions