Les kerns de l'oubli T.3 ; résurrections

Couverture du livre « Les kerns de l'oubli T.3 ; résurrections » de Feldrik Rivat aux éditions Les Éditions De L'homme Sans Nom
Résumé:

De sombres lieutenants se réveillent depuis les profondeurs de tours millénaires. Des soldats d'acier tombent des cieux, fers au clair, statufiés, en attente d'un ordre divin pour semer une mort mécanique. Les fous de foi se rassemblent en masses hurlantes, dressant leurs armes à la face des... Voir plus

De sombres lieutenants se réveillent depuis les profondeurs de tours millénaires. Des soldats d'acier tombent des cieux, fers au clair, statufiés, en attente d'un ordre divin pour semer une mort mécanique. Les fous de foi se rassemblent en masses hurlantes, dressant leurs armes à la face des Destructeurs, ...

Donner votre avis

Le courrier des auteurs

Feldrik Rivat répond à nos questions ! (13/05/2015)

1) Qui êtes-vous ? ! Un homme effrayé par les limites. C'est ce que je répondrais en deux mots. Maintenant, dans une version un peu plus étayée, je dirais un infatigable touche à tout qui a trouvé dans l'écriture le moyen de faire un beau résumé de ses passions, de les cultiver, et de les partager. Né avec un prénom inventé de toutes pièces, chargé de tracer ma voie comme par prédestination, je travaille sans cesse à me construire et à m'épanouir en tant qu'homme. À transcender ma condition animale, humaine et sociale. 2) Quel est le thème central de ce livre ? La rédemption ou comment la faute d'un homme peut enchaîner l'évolution d'une civilisation entière durant des millénaires. Sans doute y est-il aussi question de mémoire. Individuelle et collective. Mais dans le fond, rien de sérieux, n'oublions pas que c'est de Fantasy dont il est question, un genre qui ne saurait toucher quelque sujet en profondeur. Je me contente donc d'effleurer, de caresser des thématiques, de rester dans l'esquisse. 3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ? «Bouffon-cabotin, je tourne-pirouette et termine mon entrée d'une dernière galipette. Puis, remettant mes pieds en ordre de marche, je laisse filer une pleine poignée de blanche pruine. - Vent-songe et poussière des temps ! Ainsi finissent vos promesses, mes puissants ? ! Que valent ici vos basses folies, à l'aune de ces sables infinis ?» Les Kerns de l'Oubli, tome 3 «Résurrections» p233. 4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ? Le bruit des vagues sur une plage de sable noir. Ou celui de cataractes fracassantes. Un bruit d'eau intarissable et millénaire, de ceux qui façonnent un paysage et qui efface le passage de l'Homme. Sinon, derrière le bruit de chutes, il se pourrait que «Voyager» de Mike Oldfield laisse s'élever quelques mélopées nostalgiques d'une Irlande rêvée. 5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ? Cette passion de l'ouverture d'esprit, cette soif d'ailleurs, cette faculté de m'extraire de tous cadres. 6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ? Le seul rituel que je connaisse est celui de me mettre tous les jours devant mon clavier et de taper, taper encore et encore. Il me faut du calme, un calme absolu qui me laisse entendre les grincements de mon cerveau. Je suis un diurne besogneux. J'ai un seul impératif, celui de mes 8 heures de sommeil. 2 heures pour les à-côtés, ça me laisse 14 heures de travail quotidien réparties entre l'écriture, les phases d'introspection, de recherche, et quelques pauses pour respirer. Je travaille chez moi, entouré de ma collection de plantes grasses, du clapot de l'eau, dans un bureau lumineux. Les seules musiques que je tolère sont des musiques instrumentales, ethniques, sans trop de voix : le moindre son m'emporte, la moindre voix capte mon attention, la moindre parole fixe ma réflexion. J'ai un esprit de synthèse, et le mieux est de laisser mon environnement hors de vue et d'ouïe quand je travaille, pour ne pas être perturbé par lui. 7) Comment vous vient l'inspiration ? L'inspiration est un concept des plus complexes. Je dirais qu'il y a des catégories d'idées. De celles capables de porter un univers, un roman, capables d'agréger autour d'elles un monde de rêves. Et celles dont la seule fonction est de donner tout son content aux cinq sens du lecteur. Les premières ne se contrôlent pas, elles arrivent au détour d'une phrase dans le métro, d'une affiche, d'une réflexion, d'une forme. Les secondes se commandent, elles découlent de l'exercice mené au quotidien par le travail de l'écriture, se décrètent et s'affinent à force de pratique. 8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescent «un jour j'écrirai des livres» ? L'écriture est entrée dans ma vie par la petite porte, sur un coup de tête. J'avais 24 ans, je venais de faire une révolution complète sur ma petite existence, initiée par la mort accidentelle dans une avalanche d'un ami proche qui m'a fait prendre conscience de la fragilité de la vie. Après être passé par le théâtre, le dessin, la sculpture et la peinture (l'École Émile Cohl à Lyon), je me suis subitement senti creux et j'ai voulu combler ce vide par une boulimie de connaissances. J'ai alors replongé dans les études, en Histoire de l'Art et Archéologie, pour un solide survol de nos racines culturelles. C'est à cet instant que l'écriture s'est imposée comme le meilleur moyen de sortir ce que j'avais en tête, de matérialiser cette volonté de construire, de bâtir. Bâtisseur de mondes. Voilà ce que je voulais être et devenir, mot après mot, traçant les premières esquisses du plus beau de mes rêves. À force de travail, l'esquisse est devenue réalité. 9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lecteur) ? Jules Verne, 20 000 Lieues Sous Les Mers. Barjavel, La Nuit Des Temps. Jack London, L'Appel De La Forêt. Les poèmes de Baudelaire, les nouvelles de Poe... D'aussi loin que remontent mes lectures, il est difficile de parler de choc tant il s'agit de rencontres, de compagnons de voyages. Plumes, livres, auteurs : voilà autant d'occasions d'explorer l'âme humaine ! Le seul choc serait pour moi à ce jour de découvrir un livre ouvrant la porte d'un monde totalement inconnu. 10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? ! À repousser les murs et les limites de l'esprit humain, semer d'étoiles les nuits noires, dépasser abysses et confins, dresser des châteaux de papier capables de résister mieux que leurs frères de pierre au passage des millénaires... Les écrivains se font passeurs de rêves, intercesseurs et infatigables bâtisseurs d'impossibles.

Contenu proposé par lechoixdeslibraires.com

Les derniers avis

Ce livre n'a pas encore d'avis. Donnez le vôtre et partagez-le avec la communauté de lecteurs.com

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Ils ont lu ce livre

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions