Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Les jours viennent et passent

Couverture du livre « Les jours viennent et passent » de Hemley Boum aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782072849152
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

« Je me suis longtemps tenue à l'écart de la littérature africaine, j'y lisais une injonction qui ne me convenait pas. Les auteurs étrangers parlaient à un «moi» intime, eux convoquaient la couleur de ma peau, ainsi qu'une Histoire qui me blessait et m'humiliait. J'étais une femme sensible, en... Voir plus

« Je me suis longtemps tenue à l'écart de la littérature africaine, j'y lisais une injonction qui ne me convenait pas. Les auteurs étrangers parlaient à un «moi» intime, eux convoquaient la couleur de ma peau, ainsi qu'une Histoire qui me blessait et m'humiliait. J'étais une femme sensible, en proie aux remous de la vie, pas un concept, un combat perdu, un territoire à conquérir, une authenticité à redéfinir. Mon identité ne faisait aucun doute à mes yeux, ou si doute il y avait, leur imaginaire peinait à en restituer la complexité. » Au soir de sa vie, Anna se remémore son existence mouvementée dans un Cameroun en pleine mutation. À ses côtés, sa fille unique, Abi, qui a choisi de vivre en France, tente de dénouer ses propres conflits, d'accorder vie amoureuse et responsabilités familiales. Une toute jeune femme, Tina, rescapée des camps de Boko Haram, mêlera sa voix et sa destinée aux leurs. À travers ces trois générations de femmes, Hemley Boum embrasse, en un même élan romanesque, à la fois l'histoire contemporaine du Cameroun et l'éternelle histoire du coeur humain.
Dans ce roman d'une grande puissance narrative, où l'on glisse aisément du présent au passé, de Paris à Douala, des années cinquante à nos jours, Hemley Boum aborde avec justesse et lucidité les questions de la transmission et de l'identité. Si les voix des femmes portent l'histoire, les hommes ne sont pas en reste : Max, le fils métisse d'Abi, représente, avec Tina et ses amis de Douala, une nouvelle génération, confrontée au pire mais habitée par l'espoir du meilleur.

Donner votre avis

Avis (5)

  • Hemley Boum : « Les jours viennent et passent ».

    Ce roman suit le parcours de trois femmes en parallèle ; Anna, atteinte d’un cancer, se remémore sa vie passée en grande partie dans son pays natal, le Cameroun. Abi, sa fille, l’accompagne dans sa fin de vie à Paris . Malgré de nombreux...
    Voir plus

    Hemley Boum : « Les jours viennent et passent ».

    Ce roman suit le parcours de trois femmes en parallèle ; Anna, atteinte d’un cancer, se remémore sa vie passée en grande partie dans son pays natal, le Cameroun. Abi, sa fille, l’accompagne dans sa fin de vie à Paris . Malgré de nombreux conflits familiaux antérieurs, elles se redécouvrent à travers le récit de Anna. Elles se souviennent de Tina, jeune camerounaise, entraînée dans la tourmente fanatique de Boko Haram.
    L’auteur nous raconte l’histoire du Cameroun, depuis l’indépendance jusqu’à nos jours à travers les 3 générations des narratrices. On parle de corruption, de fanatisme religieux , des inégalités sociales du Cameroun suite à la colonisation, du pouvoir de l’éducation.
    . C’est un tableau complet et documenté du pays.
    Elle aborde aussi l’accompagnement d’une personne en fin de vie, les difficultés de Abi face à sa mère, la transmission orale que souhaite Anna envers son enfant, une belle preuve d’amour maternel.
    A travers Abi et Max, son fils métis , s’exprime la difficulté d’une éducation entre les deux cultures en France et au Cameroun. Néanmoins, j’ai trouvé le personnage deAbi assez flou, peu attachant. On parle de ses problèmes conjugaux , de sa séparation puis le récit s’arrête pour passer à un autre personnage sans suite.
    La dernière partie sur Boko Haram est puissante, douloureuse , glaçante et aurait pu être le sujet principal du livre, évitant certaines longueurs par rapport au reste du récit.
    L’écriture fluide nous permet d’alterner facilement du passé au présent ; je garde un beau souvenir de lecture.

    Merci à Lecteurs.com pour cette découverte.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Au crépuscule de sa vie, Anna se remémore sa vie. Ce récit se transforme en une très belle fresque sur l'histoire récente du Cameroun : les différentes tribus, la vie à la campagne, les femmes enfants mariées trop tôt et aussi une jeunesse qui n'a plus d'espoir, perdue entre corruption et...
    Voir plus

    Au crépuscule de sa vie, Anna se remémore sa vie. Ce récit se transforme en une très belle fresque sur l'histoire récente du Cameroun : les différentes tribus, la vie à la campagne, les femmes enfants mariées trop tôt et aussi une jeunesse qui n'a plus d'espoir, perdue entre corruption et religion.
    Très rapidement, elle a la volonté farouche de s'en sortir quite à jouer les femmes de ménage des religieuses qui en échange lui donnent accès à l'éducation.
    Elle n'est pas dupe, a bien compris l'importance d'être bien née dans ce pays où les bonnes origines et la connaissances et la maîtrise des codes facilitent tellement les choses. Femme de caractère, marié à un homme qui rêve d'un Cameroun libre, elle luttera contre sa belle-famille, la polygamie et plus généralement la lâcheté des hommes.
    Abi, sa fille, se tient à ses côtés dans cette chambre d'hôpital. Leur relation fut complexe et parfois même conflictuelle, mais cette fin de vie les rapproche.
    Une troisième femme est très présente dans ce roman. La jeune Tina, amie de Max, le fils d'Abi. Elle raconte l'engrenage de la religion, l'emprise de fanatiques qui la mèneront jusque dans les camps de Boko Haram. Son récit est bouleversant.
    Malgré ces sujets graves, l'écriture est fluide. Hemley Boum nous transporte et nous fait prendre conscience des enjeux socio-économico-religieux de ce pays. Magistral !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Ce roman est construit autour de trois femmes camerounaises dont les voix se complètent, s'entremêlent pour rendre hommage à toutes les femmes camerounaises et pour dépeindre un Cameroun au moment de son indépendance jusqu'à nos jours, blessé par la gangrène de Boko Haram.
    L'auteur donne la...
    Voir plus

    Ce roman est construit autour de trois femmes camerounaises dont les voix se complètent, s'entremêlent pour rendre hommage à toutes les femmes camerounaises et pour dépeindre un Cameroun au moment de son indépendance jusqu'à nos jours, blessé par la gangrène de Boko Haram.
    L'auteur donne la parole à Anna, qui va mourir très prochainement d'un cancer et qui ne cesse de parler pour témoigner et transmettre avant qu'il ne soit trop tard; on suit le combat de cette petite fille, dont la mère est morte en couches, qui vit dans des conditions très pauvres et à laquelle l'amour des livres et l'éducation vont offrir le liberté. Abi, sa fille unique, journaliste, installée en France, divorcée, un fils, essaye de toutes ses forces de recréer un lien avec cette mère dont elle ne se sentait pas proche, enfant. Enfin, Tina, jeune fille de 17 ans, qui vit au Cameroun, sous l'attention affectueuse d'Anna et qui aime le fils d'Abi, témoigne des ressorts qui peuvent conduire des jeunes à rejoindre l'enfer de Boko Haram et de ce qu'ils peuvent y subir.
    "Les jours viennent et passent" est un très beau roman d'amour : amour pour son pays meurtri, amour pour ses enfants qu'on comprend si mal, amour pour son mari qui peut se transformer en haine; bref, un amour loin d'être idéal mais si fort et si humain.
    C'est aussi un roman de transmission de mère à fille, des anciennes aux jeunes filles avec en filigrane le thème de la réappropriation de sa culture, de son identité après la colonisation.
    C'est enfin le roman de la déliquescence d'un pays où l'argent corrompt la vie publique, où les jeunes veulent aller chercher l'Eldorado en Occident ou un sens à leur vie au sein de Boko Haram. Le récit de Tina, au sein de ces fanatiques islamistes, est très fort, il prend aux tripes. Il m'a rappelé l'émotion puissante que j'avais ressentie à la lecture de "Girl" d'Edna O'Brien sur l'enlèvement par Boko Haram, en 2014, au Nigeria, de 276 lycéennes de 12 à 16 ans, d'ailleurs évoqué dans le roman. Emley Boum utilise, elle aussi, un fait réel,l’attentat de Kolofata, dans le nord du Cameroun, qui a fait 150 morts. Elle veut ainsi probablement rendre hommage aux victimes qui n'ont fait l'objet que d'un entrefilet dans la presse, reprenant en cela la même démarche qu'Edna O'Brien dont le roman était sorti un mois auparavant.
    Un magnifique roman puissant, aux personnages très attachants.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un livre qui nous fait voyager en Afrique, au Cameroun, à travers l’histoire d'une mère, Anna, et de sa fille, Abi. Au début du roman, cette dernière prend soin de sa mère en fin de vie, l'occasion d'échanges et de se remémorer un passé parfois douloureux. Ce récit est un beau voyage au Cameroun...
    Voir plus

    Un livre qui nous fait voyager en Afrique, au Cameroun, à travers l’histoire d'une mère, Anna, et de sa fille, Abi. Au début du roman, cette dernière prend soin de sa mère en fin de vie, l'occasion d'échanges et de se remémorer un passé parfois douloureux. Ce récit est un beau voyage au Cameroun à la découverte des us et coutumes du pays, de ses traditions, des interactions sociales et des rapports hommes-femmes, de la vie de famille et des enfants, des conditions de vie difficiles mais aussi de la corruption ou de la religion.

    C'est un beau récit mais aussi l'histoire d'un pays sur plusieurs décennies avec ses évolutions et tous ses changements. La narration est fluide, on se laisse emporter par le beau et par le plus tragique, à l'image du troisième personnage clé de l'histoire, Tina, confrontée à Boko Aram et à la dérive du terrorisme islamiste. Le roman développe aussi ce rapport à la France, à l'image d'Abi qui y vit et qui tente d'élever son fils dans cette double culture.

    C'est une belle découverte avec une petite histoire au service de la grande, ainsi que la connaissance du Cameroun de l'intérieur, sous la forme de témoignages romancés à travers nos personnages. Un bon conseil de lecture !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • J'ai beaucoup aimé ce roman foisonnant, généreux dans l'écriture, très romanesque qui dresse le portrait de trois générations de femmes.

    A travers les personnages d'Anna, Abi et Tina, mais également tous les personnage secondaires, l'auteur parvient à raconter l'histoire du Cameroun...
    Voir plus

    J'ai beaucoup aimé ce roman foisonnant, généreux dans l'écriture, très romanesque qui dresse le portrait de trois générations de femmes.

    A travers les personnages d'Anna, Abi et Tina, mais également tous les personnage secondaires, l'auteur parvient à raconter l'histoire du Cameroun contemporain, entre tradition, exil et le fléau du terrorisme.

    Si l'ensemble est un tout petit peu long (notamment la dernière partie), cette saga a le mérite de nous apprendre beaucoup de choses grâce à ces personnages très attachants. Pas de didactisme sur l'histoire du pays, mais une sorte de peinture réaliste qui rend compte de toute sa complexité.

    Ce que j'ai beaucoup aimé c'est que le niveau des enjeux dramatiques change mais qu'ils sont tous traités avec légitimité. La force de la 3ème partie qui aborde la montée de l'extremisme islamiste et l'arrivée dans la région de Boko Aram, n'étouffe pas les destins complexes d'Anna et Abi. Anna, jeune fille brillante élevée dans un Cameroun où les inégalités sociales étaient très fortes est inspirante par son combat pour avoir accès à l'éducation, par ce qu'elle représente dans le village. Quant à Abi, qui vit en France, elle nous permet de nous reconnaître plus facilement dans cette histoire puisque le divorce qu'elle traverse, la difficulté à élever son fils entre deux cultures, résonnent facilement. Enfin le destin tragique de Tina, enlevée par Boko Aram nous rappelle combien le terrorisme ne se contente pas de frapper l'Europe, ce que l'on a trop tendance à oublier, et montre la voie d'un combat global.

    Un très beau livre qui fait entendre une voix africaine trop peu entendue en littérature.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.