Les jours clairs

Couverture du livre « Les jours clairs » de Zsuzsa Bank aux éditions Piranha
Résumé:

Dans une petite ville du Sud de l'Allemagne dans les années 1960, Seri, Aja et Karl, liés par une amitié profonde, profitent des jours clairs de l'enfance. Ils passent la plus grande partie de leur temps dans le jardin et la maison d'Évi, la mère d'Aja, situés au milieu des champs, tout près du... Voir plus

Dans une petite ville du Sud de l'Allemagne dans les années 1960, Seri, Aja et Karl, liés par une amitié profonde, profitent des jours clairs de l'enfance. Ils passent la plus grande partie de leur temps dans le jardin et la maison d'Évi, la mère d'Aja, situés au milieu des champs, tout près du pont aux coquelicots qui mène à la forêt et à son lac. Pourtant, tout n'est pas aussi idyllique qu'il y paraît et les trois amis, devenus adultes, devront faire face à des secrets de famille douloureux et leur amitié sera soumise à rude épreuve entre amour, trahison et culpabilité. Dans ce roman envoûtant, à travers l'histoire de ces trois enfants et de leurs mères qui veillent à tenir à distance les jours sombres du destin, Zsuzsa Bánk aborde avec grâce les thèmes de l'apprentissage de la vie et de la famille. Un magnifique roman sur l'enfance et le poids du passé, d'une pureté stylistique époustouflante. Une ode touchante à la vie.

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Première impression très favorable : une jolie couverture et des pages douces au toucher et agréables à tourner.
    En Allemagne, dans une petite ville, trois enfants se lient d’une amitié qui les mènera à leur vie d’adulte. Parallèlement, leurs mères respectives tisseront les mêmes liens au fil...
    Voir plus

    Première impression très favorable : une jolie couverture et des pages douces au toucher et agréables à tourner.
    En Allemagne, dans une petite ville, trois enfants se lient d’une amitié qui les mènera à leur vie d’adulte. Parallèlement, leurs mères respectives tisseront les mêmes liens au fil des années.
    Légère déception en début de lecture. Les phrases sont très très longues. Il n’y a pas de dialogues. L’histoire avance lentement, se répète.
    Tout est étrange
    -l’ambiance : temps et lieux sont indéfinissables
    -les personnages semblent irréels
    -la construction du récit est déroutante.
    Et puis, à partir du chapitre relatant la vie de Zigi et d’Evy, ça y est. On est dans l’histoire, il n’y a plus qu’à se laisser porter.
    -les phrases, bien que toujours aussi longues, filent toutes seules
    -les lieux et les personnages se précisent
    -la construction intéresse, avec ses rappels en leitmotiv.
    Tout se dévoile par petites touches. Ce qui m’avait déroutée au début m’a envoûtée par la suite.
    Le rythme est excellent. Cette succession de vagues de longues phrases qui semblent se répéter à l’infini, rappelant les mêmes évènements, mais déposant à nos pieds de nouveaux éléments est d’une incroyable musicalité.
    C’est un magnifique roman dont j’ai du mal à sortir.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !