Les jardins publics

Couverture du livre « Les Jardins Publics » de Gilles Leroy aux éditions Mercure De France
Résumé:

Aucun résumé n'est disponible pour cet ouvrage actuellement...

Donner votre avis

Le courrier des auteurs

Gilles Leroy répond à nos questions ! (09/07/2009)

«Le jeune homme interdit et désirant devant la vitrine aux livres.» Ç'aurait pu être le titre d'un roman flashy des années 70, ces années mêmes où, adolescent, je me tenais immobile, dans une fascination presque douloureuse, collé à la devanture de cette librairie hauturière du boulevard Saint-Germain à Paris qui était - à en croire mes professeurs de lycée - LA librairie. Ici, était le Graal ; ici, l'alpha et l'oméga ; ici, le Beau, le Bon et le Bien. Si j'avais quelques francs en poche, j'entrais et j'achetais au hasard un Folio, un 10/18, parfois un Fata Morgana où mon maître Henri Michaux avait eu la bonne idée de faire court, encore plus concis et poétique qu'à l'habitude, assez bref en tout cas pour entrer dans mes prix. Il y avait toujours cette trouille au ventre, cette sensation qu'on me surveillait tel un voleur, sans me lâcher du regard une seconde. Longtemps après être passé à la caisse, longtemps après avoir quitté le lieu sacré, un sentiment d'injustice me poursuivait. Je n'ai jamais volé un livre. De la nourriture, oui, et des vêtements, des lames de rasoir - mais jamais un livre. Je voulais écrire des livres : c'est peut-être cela qui me donnait le regard d'un voleur. Concupiscent, dangereux. Trente ans plus tard, par une soirée d'automne douce et dorée, je suis entré dans ce temple du livre pour y être fêté. Dans les vitrines, c'étaient mes livres qui s'offraient au regard des nouveaux jeunes gens, des futurs écrivains. Vendeuses et vendeurs formaient une haie chaleureuse. Je les ai embrassés, ému, oui, et tellement reconnaissant. Soudain, au creux de mon ventre, le signal s'est réveillé qui susurrait : «Es-tu bien à ta place ? Es-tu sûr de mériter cela ? Qui as-tu encore volé ?» Mais c'était un signal amuï, une ironie de Nego, mon vieux double farceur. Car si je ne cultive guère ce jardin à la mode appelé «estime de soi», j'avais sous les yeux, ce soir-là, à La Hune, la manifestation des deux rares qualités que je me connaisse, la fidélité et la détermination. Gilles Leroy

Contenu proposé par lechoixdeslibraires.com

Les derniers avis

Ce livre n'a pas encore d'avis. Donnez le vôtre et partagez-le avec la communauté de lecteurs.com

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions