Les invités

Couverture du livre « Les invités » de Pierre Assouline aux éditions Gallimard
Résumé:

Aucun résumé n'est disponible pour cet ouvrage actuellement...

Donner votre avis

Les derniers avis

  • un peu confus,de bonnes idées mais mal liées

    un peu confus,de bonnes idées mais mal liées

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Pierre Assouline est un nom que tout lecteur invétéré ne peut ignorer, tant ses critiques littéraires se retrouvent un peu partout dans les médias écrits, audios voire visuels et autres sites!
    En tant qu'écrivain, j'avais apprécié son "Double vie" en 2000 et vraiment été impressionnée par son...
    Voir plus

    Pierre Assouline est un nom que tout lecteur invétéré ne peut ignorer, tant ses critiques littéraires se retrouvent un peu partout dans les médias écrits, audios voire visuels et autres sites!
    En tant qu'écrivain, j'avais apprécié son "Double vie" en 2000 et vraiment été impressionnée par son "Lutétia" en 2005.
    Mais alors là, avec "Les invités", je ne parlerai que de déception ! Qu'il est pris le prétexte d'un dîner à 13 pour y convier son employée de maison marocaine et y déployer toutes sortes de thèses allant à l'encontre du microcosme parisien bien pensant, m'a paru bien léger !
    En dehors d'un style bien léché, je n'ai pas trouvé plus d'attrait à cette lecture ! Et j'en suis désolée !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • C’est un dîner parisien bourgeois, entre gens bien nés, bien arrivés ou bien mariés.
    Autour d’une personnalité diplomatique, Sophie Du Vivier réunit quelques-uns de ses convives réguliers. La maîtresse de maison sait les codes de la haute société et l’art de bien recevoir. Elle a tout prévu,...
    Voir plus

    C’est un dîner parisien bourgeois, entre gens bien nés, bien arrivés ou bien mariés.
    Autour d’une personnalité diplomatique, Sophie Du Vivier réunit quelques-uns de ses convives réguliers. La maîtresse de maison sait les codes de la haute société et l’art de bien recevoir. Elle a tout prévu, mais une annulation de dernière minute, un invité inattendu et… voilà qu’ils sont treize à table. Pour l’une des convives, c’est inacceptable ; il faut vite trouver un quatorzième participant à ce diner.
    Ce sera Sonia, la bonne. Objet de curiosité, elle devient le grain de sable qui vint enrayer la mécanique pourtant parfaitement huilée…

    « Un dîner à Paris est en soi une comédie française. »

    Pierre Assouline a l’écriture fluide, c’est une merveille à lire. Certains passages sont même jubilatoires. Mais il sait si bien éveiller l’intérêt de son lecteur que l’on en voudrait plus : plus de descriptions, plus de concret, les tenues, les coiffures, les plats ; plus de dialogues aussi, de réparties grinçantes ou hypocrites. On a l’impression de ne vivre qu’une partie de la scène, de survoler la soirée, alors qu’on voudrait y plonger, y être pour de bon, du début jusqu’à la fin. Il n’empêche : ce dîner-là est délectable.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Pour éviter d’être 13 à table dans le 7e arrondissement de Paris à un dîner mondain, la bonne, qui se révèle être une étudiante beurette, vient jouer au 14e convive. Un texte tartiné de clichés : intégration, racisme, sexisme, bourgeoisie, lutte des classes… Ennuyeux et conventionnel, ce...
    Voir plus

    Pour éviter d’être 13 à table dans le 7e arrondissement de Paris à un dîner mondain, la bonne, qui se révèle être une étudiante beurette, vient jouer au 14e convive. Un texte tartiné de clichés : intégration, racisme, sexisme, bourgeoisie, lutte des classes… Ennuyeux et conventionnel, ce livre est une déception.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ce roman démarre en flèche avec les portraits, savoureux, de tous les invités au fur et à mesure de leur arrivée. L'écriture élégante et fluide nous prédit un bon moment autour de cette table. Mais ... les conversations sont, pour la plupart, inintéressantes et
    les sujets "bâteaux" à part...
    Voir plus

    Ce roman démarre en flèche avec les portraits, savoureux, de tous les invités au fur et à mesure de leur arrivée. L'écriture élégante et fluide nous prédit un bon moment autour de cette table. Mais ... les conversations sont, pour la plupart, inintéressantes et
    les sujets "bâteaux" à part quelques bons mots et réflexions pertinentes. On s'ennuie un peu chez ces gens chics et bobos...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Pas libraire, Fanfan, simple amateur ! J'ai acheté à ce jour une douzaine de livres, lecture et commentaires occupent une grande partie de mes journées depuis un mois... C'est beaucoup moins cher qu'une semaine de sports d'hiver ! Merci pour le compliment sur mes critiques.

    Pas libraire, Fanfan, simple amateur ! J'ai acheté à ce jour une douzaine de livres, lecture et commentaires occupent une grande partie de mes journées depuis un mois... C'est beaucoup moins cher qu'une semaine de sports d'hiver ! Merci pour le compliment sur mes critiques.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • FANFAN

    A l'intention de M Dominique LEGER.

    Je trouve vos commentaires très très nombreux, êtes vous libraire ? Mes moyens ne me permettent pas d'acheter tant de livres, une dizaine tout au plus, (je m'en suis laissé offrir deux pour la sainte Françoise)
    sans rancune, ce qui n'enlève rien...
    Voir plus

    FANFAN

    A l'intention de M Dominique LEGER.

    Je trouve vos commentaires très très nombreux, êtes vous libraire ? Mes moyens ne me permettent pas d'acheter tant de livres, une dizaine tout au plus, (je m'en suis laissé offrir deux pour la sainte Françoise)
    sans rancune, ce qui n'enlève rien à la perspicacité de vos critiques

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • De Pierre Assouline, j'avais particulièrement aimé le bouleversant "Hôtel Lutetia", d'autant plus que je sortais a peine dela lecture de "Suite française" d'Irène Nemirowsky qu'évoque Pierre Assouline dans son livre. Il semble que son dernier roman soit d'un genre tout à fait different. Mais les...
    Voir plus

    De Pierre Assouline, j'avais particulièrement aimé le bouleversant "Hôtel Lutetia", d'autant plus que je sortais a peine dela lecture de "Suite française" d'Irène Nemirowsky qu'évoque Pierre Assouline dans son livre. Il semble que son dernier roman soit d'un genre tout à fait different. Mais les commentaires de M Léger et sa comparaison avec le théâtre que je fréquente assidûment me donnent envie d'y fourrer mon nez (En plus, ma libraire n'est pas en vacances!)

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Pierre Assouline nous invite à diner dans la grande bourgeoisie parisienne.Madame du Vivier,perfectionniste,est tout à ses préparatifs,aidée par Sonia,la bonne au sourire ironique.Le but de ce diner est de décider george Banon,un client important, à conclure un contrat intéressant pour monsieur...
    Voir plus

    Pierre Assouline nous invite à diner dans la grande bourgeoisie parisienne.Madame du Vivier,perfectionniste,est tout à ses préparatifs,aidée par Sonia,la bonne au sourire ironique.Le but de ce diner est de décider george Banon,un client important, à conclure un contrat intéressant pour monsieur du Vivier.Deux amis arrivent;or, l un d eux n a pas reçu d invitation,il se trompe.Et c est la catastrophe!Au moment de passer à table,les convives sont au nombre de treize!comment faire?George Banon,étranger au cénacle,suggère d inviter Sonia à s aseoir autour de la table.Madame du Vivier ne peut refuser.en abandonnant son tablier blanc,Sonia change de role.Elle se tient très bien.Elle avoue ses origines marocaines.Elle termine une thèse en histoire de l art.Une convive pense qu elle a bénéficié d un passe-droit!Comment?Cette bonne est plus instruite que la plupart des invités?C est une erreur!quelle est cette comédie trompeuse?Est-ce du théatre grec,chaque acteur portant un masque?Est-ce du trhéatre classique,la règles des trois unités,temps lieu et action,étant respectée?Est-ce du théatre absurde,comédie tragique ou tragédie comique? C est un théatre d illusions,c est la comédie humaine! En tous cas, Pierre Assouline est un excellent metteur en scène!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Véritable morceau d'anthropologie sociale... le style en plus, "Les invités" constituent, à mes yeux, une totale réussite. L'accuité du regard, la finesse de l'analyse portent ce livre bien au-delà du microcosme bourgeois ou d'une beure, ici portrairurés... En effet, "les heureux de ce monde" le...
    Voir plus

    Véritable morceau d'anthropologie sociale... le style en plus, "Les invités" constituent, à mes yeux, une totale réussite. L'accuité du regard, la finesse de l'analyse portent ce livre bien au-delà du microcosme bourgeois ou d'une beure, ici portrairurés... En effet, "les heureux de ce monde" le sont-ils tellement ? Et ne sommes-nous pas un brin concernés : "... le dîner de Sophie du Vivier aurait pu se dérouler n'importe où en France selon un processus, des rituels, une mise en scène analogues. Dans tous les milieux, toutes les classes et toutes les couches de la société" ?

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.