Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Les heures silencieuses

Couverture du livre « Les heures silencieuses » de Gaelle Josse aux éditions J'ai Lu
  • Date de parution :
  • Editeur : J'ai Lu
  • EAN : 9782290039014
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

Delft, novembre 1667.
Magdalena Van Beyeren se confie à son journal intime. Mariée très jeune, elle a dû renoncer à ses rêves d'aventure sur les bateaux de son père, administrateur de la Compagnie des Indes orientales. Là n'est pas la place d'une femme... L'évocation de son enfance, de sa... Voir plus

Delft, novembre 1667.
Magdalena Van Beyeren se confie à son journal intime. Mariée très jeune, elle a dû renoncer à ses rêves d'aventure sur les bateaux de son père, administrateur de la Compagnie des Indes orientales. Là n'est pas la place d'une femme... L'évocation de son enfance, de sa vie d'épouse et de mère va lui permettre l'aveu d'un lourd secret et de ses désirs interdits. Inspiré par un tableau d'Emmanuel De Witte, ce premier roman lumineux, coup de coeur des lecteurs et de la presse, dessine le beau portrait d'une femme droite et courageuse dans le peu d'espace qui lui est accordé.

Donner votre avis

Avis (41)

  • "Hors des sentiers battus", c'est aussi ce que j'ai ressenti en lisant ce livre. Notamment grâce à la délicatesse, à l'élégance de l'écriture. Aujourd'hui, certains auteurs à succès abusent du style haché, coupé, avec phrases incomplètes. Avec Gaëlle, la lecture devient harmonieuse, pleine de...
    Voir plus

    "Hors des sentiers battus", c'est aussi ce que j'ai ressenti en lisant ce livre. Notamment grâce à la délicatesse, à l'élégance de l'écriture. Aujourd'hui, certains auteurs à succès abusent du style haché, coupé, avec phrases incomplètes. Avec Gaëlle, la lecture devient harmonieuse, pleine de poésie et captivante grâce à l'originalité du sujet. J'espère que ce roman sera suivi de beaucoup d'autres.
    Marie-Hélène

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Gaëlle, je te l'ai déjà dit et je te le redis ici: tu as un style absolument extraordinaire.
    La structure du récit en journal intime, elle aussi, est maitrisée magistralement, alors le fait de rester sans une véritable fin, tout compte fait, loin d'être gênant, m'a donné la sensation de la vie...
    Voir plus

    Gaëlle, je te l'ai déjà dit et je te le redis ici: tu as un style absolument extraordinaire.
    La structure du récit en journal intime, elle aussi, est maitrisée magistralement, alors le fait de rester sans une véritable fin, tout compte fait, loin d'être gênant, m'a donné la sensation de la vie qui continue, comme dans la réalité.
    D'ailleurs, es-tu sûre que tu n'y étais pas pour de vrai?
    La brièveté que te "reproche" (si gentiment) Dominique Léger, ne m'a pas gêné, moi. Je trouve au contraire que c'est bien de savoir s'arrêter de parler quand on a dit ce qu'on voulait. Nous, on n'a qu'à relire si cela ne nous a pas suffi.
    Ciao, spero di poterti rileggere presto di nuovo. Luca

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Ayant reçu Gaëlle Josse pour ce délicieux premier roman dans l'émission " Les Jeudis littéraires" Sur Aligre FM, je ne peux que redire tout le bien que je pense de ce roman. Bien écrit, subtil et original, courageusement hors des sentiers rebattus de la mode. Une excellente lecture....
    Voir plus

    Ayant reçu Gaëlle Josse pour ce délicieux premier roman dans l'émission " Les Jeudis littéraires" Sur Aligre FM, je ne peux que redire tout le bien que je pense de ce roman. Bien écrit, subtil et original, courageusement hors des sentiers rebattus de la mode. Une excellente lecture.

    Jean-PIerre Poccioni

    Collaborateur aux Jeudis Littéraires sur Aligre FM

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Les Heures silencieuses est un roman d’une infinie délicatesse derrière laquelle se cache une violence retenue. Magdalena Van Beyeren épouse d’un armateur et négociant de Delft, nous ouvre son journal intime de la mi-novembre à la mi-décembre 1667, livrant un condensé de sa vie au sein de la...
    Voir plus

    Les Heures silencieuses est un roman d’une infinie délicatesse derrière laquelle se cache une violence retenue. Magdalena Van Beyeren épouse d’un armateur et négociant de Delft, nous ouvre son journal intime de la mi-novembre à la mi-décembre 1667, livrant un condensé de sa vie au sein de la bourgeoisie maritime des Provinces-Unies indépendantes. Lisez cette évocation du trafic des esclaves : « Ce sont des hommes que [le bateau] l’Amsterdam convoyait à destination des plantations espagnoles d’Amérique […] Je ne sais si cela est juste de transporter des êtres semblables à nous, tels des sacs de noix de muscade ou des tonneaux de cannelle. » Ah, qu’en des termes raffinés cette horreur est dite ! Ainsi s’impose le style de ce court roman, poétique, subtil et vibrant. Raffinement des mœurs au Siècle d’Or néerlandais, délicatesse des sentiments, goût des belles choses – dans ces familles on commandait des portraits à Emmanuel de Witte et à Ian Vermeer… mais aussi soumission des femmes, guerre maritime entre Espagnols, Français et Anglais, rudesse des hommes confrontés à la violence de la mer… Avant d’écrire ce premier roman, Gaëlle Josse a publié des recueils de poésie. Je les imagine lumineux et tragiques – goûtez ces trois mots : les-heures-silencieuses, le bonheur de la quiétude et l’horreur de la mort ! – lumineux et tragiques comme ce premier pas réussi dans la fiction qui n’encourt que le seul reproche de sa brièveté.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Gaëlle Josse signe son premier roman, sorte de journal intime.
    C’est la vie de Magdalena, de son enfance à sa vie de mère, avec ses joies, ses frustrations, un grand bonheur.
    La passion originelle est suivie d’un chemin de croix avec ses drames et ses déceptions. Malgré tout, la vie continue...
    Voir plus

    Gaëlle Josse signe son premier roman, sorte de journal intime.
    C’est la vie de Magdalena, de son enfance à sa vie de mère, avec ses joies, ses frustrations, un grand bonheur.
    La passion originelle est suivie d’un chemin de croix avec ses drames et ses déceptions. Malgré tout, la vie continue ; pour Magdalena les bleus à l’âme sont les plus durs car les plus difficiles à partager.
    Que reste-t-il de nos amours nous demande Magdalena ?.

    Le tableau de couverture est à l’image du livre où l’on entre dans le coeur de la maison. Si toutes les portes semblent ouvertes, beaucoup de mystères restent à découvrir et peut être des portes secrètes !
    Gaëlle Josse un nom et un prénom à retenir.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Mais qui donc est cette femme que l’on voit de dos assise devant son clavecin sur ce tableau de De Witte ?

    «Interior with a woman at the virginal» est un tableau de De Witte peintre hollandais du XVIIème siècle spécialiste des «intérieurs». (voir la couverture du livre)

    Dans son premier...
    Voir plus

    Mais qui donc est cette femme que l’on voit de dos assise devant son clavecin sur ce tableau de De Witte ?

    «Interior with a woman at the virginal» est un tableau de De Witte peintre hollandais du XVIIème siècle spécialiste des «intérieurs». (voir la couverture du livre)

    Dans son premier roman, Gaëlle Josse nous propose, nous invente le journal intime de cette femme vue de dos. Elle s’appelle (s’appellerait) Magdalena. Elle est (serait) l’épouse de Pieter, administrateur de la Compagnie des Indes orientales à Delft, port de Hollande.

    «Peu de temps après, M De Witte est venu exécuter sa commande. A ce moment-là, j’ai décidé que l’on m’y verrait de dos.»

    J’ai fait exprès de citer ce «Peu de temps après...» pour vous appâter, cher lecteur !

    L’intime immersion dans cette vie de famille hollandaise du XVIIème siècle sera totale pour qui veut bien se laisser bercer par l’écriture clair-obscure de l’auteur.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Dès les premières lignes nous sommes littéralement transportés au XVII° siècle à Delft. Magda fille et épouse d'armateurs hollandais se confie à son journal, durant un mois, entre novembre et décembre 1667 ; elle livre ses secrets de petite fille, d'épouse, de mère. Au rythme des entrées et des...
    Voir plus

    Dès les premières lignes nous sommes littéralement transportés au XVII° siècle à Delft. Magda fille et épouse d'armateurs hollandais se confie à son journal, durant un mois, entre novembre et décembre 1667 ; elle livre ses secrets de petite fille, d'épouse, de mère. Au rythme des entrées et des sorties de bateaux chargés d'épices mais aussi d'esclaves, elle nous livre avec sobriété ses désirs, ses doutes,ses remords. "Je sais désormais qu’il faut agir selon son cœur, au plus près de ce qui nous semble juste et ne jamais accepter ce qui nous fait violence. J’ai failli ce jour-là, et le prix de ce manquement est une croix de plomb sur mes épaules". La musique et la peinture tiennent une place de choix dans ce texte assez court. Dès le début, le décors est planté, Madga nous dit qu'elle est la femme de dos sur le tableau d'Emmanuel de Witte "Intérieur avec femme jouant de l'épinette", le voyage commence là et d'une toile à l'autre entre De Witte et Vermeer nous pénétrons dans la vie quotidienne d'une femme qui regrette de ne pas avoir été un homme.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Lechoixdeslibraires.com

    Une livre à l'ambiance douce et apaisante, et qui pourtant étincelle de multiples facettes comme un bijou d'émotion éclairé à la lumière du crépuscule. L'économie de mots rend cette confession incroyablement émouvante, et nous transporte dès les premiers mots dans cette maison néerlandaise du...
    Voir plus

    Une livre à l'ambiance douce et apaisante, et qui pourtant étincelle de multiples facettes comme un bijou d'émotion éclairé à la lumière du crépuscule. L'économie de mots rend cette confession incroyablement émouvante, et nous transporte dès les premiers mots dans cette maison néerlandaise du XVIe siècle. Une très, très belle découverte.

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.