Les gratitudes

Couverture du livre « Les gratitudes » de Delphine De Vigan aux éditions Lattes
  • Date de parution :
  • Editeur : Lattes
  • EAN : 9782709663960
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

« Je suis orthophoniste. Je travaille avec les mots et avec le silence. Les non-dits. Je travaille avec la honte, le secret, les regrets. Je travaille avec l'absence, les souvenirs disparus, et ceux qui ressurgissent, au détour d'un prénom, d'une image, d'un mot. Je travaille avec les douleurs... Voir plus

« Je suis orthophoniste. Je travaille avec les mots et avec le silence. Les non-dits. Je travaille avec la honte, le secret, les regrets. Je travaille avec l'absence, les souvenirs disparus, et ceux qui ressurgissent, au détour d'un prénom, d'une image, d'un mot. Je travaille avec les douleurs d'hier et celles d'aujourd'hui. Les confidences.
Et la peur de mourir.
Cela fait partie de mon métier.
Mais ce qui continue de m'étonner, ce qui me sidère même, ce qui encore aujourd'hui, après plus de dix ans de pratique, me coupe parfois littéralement le souffle, c'est la pérennité des douleurs d'enfance. Une empreinte ardente, incandescente, malgré les années. Qui ne s'efface pas. » Michka est en train de perdre peu à peu l'usage de la parole. Autour d'elles, deux personnes se retrouvent : Marie, une jeune femme dont elle est très proche, et Jérôme, l'orthophoniste chargé de la suivre.

Donner votre avis

Articles (2)

Avis (46)

  • chronique Nathalie Bullat
    "Vieillir c'est apprendre à perdre "nous dit Delphine de Vigan. Dans ce très court roman où il s'agit du grand âge, elle nous interroge surtout sur notre capacité à être reconnaissant envers ceux qu'on a aimés, à avoir de la gratitude pour ceux qui nous ont aidés à...
    Voir plus

    chronique Nathalie Bullat
    "Vieillir c'est apprendre à perdre "nous dit Delphine de Vigan. Dans ce très court roman où il s'agit du grand âge, elle nous interroge surtout sur notre capacité à être reconnaissant envers ceux qu'on a aimés, à avoir de la gratitude pour ceux qui nous ont aidés à surmonter nos douleurs.
    Savoir dire merci avant qu'il ne soit trop tard !
    Pourtant ce roman n'est pas sombre. il est parsemé de délicatesse.
    Michka, une vielle dame en maison de retraite perd les mots. Elle a pourtant été correctrice dans un grand journal. Les mots c'était sa vie ! Mais voilà l'âge grignote tout. "elle commence une phrase et les mots lui manquent". C' est un sacré personnage cette Michka ! Elle cache une bouteille de whisky et comme une petite fille avec ses mots tordus elle se moque de ses compagnes de repas ! Elle n'est pas seule , elle reçoit les visites de Marie dont elle s'est occupée quand celle ci était enfant et souffrait d' avoir une mère absente et malade. Un lien très fort les unit.
    Et puis il y a Jérôme l'orthophoniste qui l'aide à s'exprimer et à garder sa dignité. Il stimule ses souvenirs,
    Ces deux jeunes gens ont chacun des blessures d'enfance, tout comme Michka ! Ils savent être à l'écoute. Michka fait des rêves agités, elle se confie , elle recherche deux personnes liées à son passé. Des images troubles de sa petite enfance lui reviennent. Qui sont Nicole et Henri ? Pourquoi veut-elle à tout prix les revoir ?.
    Ce roman aux personnages attachants se lit très vite, il est plaisant et aborde le douloureux problème actuel ,celui des EHPAD, mais il n'a pas la force de " Rien ne s'oppose à la nuit " ou de "No et moi "qui sont à mon humble avis ses meilleurs ouvrages..

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Pas accrochée à ce livre que j’ai trouvé relativement fade et plat côté histoire. Je m’attendais à être touchée mais cela n’a pas été le cas. La lecture m’a même été fastidieuse étant donné le personnage principal qui cherche sans arrêt ses mots ou les remplace par d’autres.

    ***
    Une personne...
    Voir plus

    Pas accrochée à ce livre que j’ai trouvé relativement fade et plat côté histoire. Je m’attendais à être touchée mais cela n’a pas été le cas. La lecture m’a même été fastidieuse étant donné le personnage principal qui cherche sans arrêt ses mots ou les remplace par d’autres.

    ***
    Une personne âgée, Michka, n’étant plus capable de vivre seule est placée dans un ehpad.
    Régulièrement, elle reçoit la visite de sa voisine et de son orthophoniste qui lui fait faire des exercices afin de freiner ses problèmes de langage car elle ne parvient plus à parler correctement et cherche sans arrêt ses mots.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ce petit opus est le second volet d'une série consacré aux liens entre les êtres, entamé avec Les loyautés en 2018.
    Une vieille dame, Mischka, perd peu à peu l'usage des mots. Elle en remplace un par un autre jusqu'à ce que même le mot de remplacement ne vienne plus. Alors il y a des blancs...
    Voir plus

    Ce petit opus est le second volet d'une série consacré aux liens entre les êtres, entamé avec Les loyautés en 2018.
    Une vieille dame, Mischka, perd peu à peu l'usage des mots. Elle en remplace un par un autre jusqu'à ce que même le mot de remplacement ne vienne plus. Alors il y a des blancs dans ses phrases...Mischka se désole de celà, elle qui attachait tant d'importance aux mots , mais plus encore que par cette aphasie, elle est taraudée par le regret de n'avoir pu remercier les gens qui au péril de leur propre vie l'ont sauvée enfant pendant la guerre...
    Avec douceur et subtilité, beaucoup d'empathie pour ses personnages, D. de Vigan nous offre une histoire très belle qui aurait pu être triste si les personnages n'avaient pas été aussi lumineux et nous rappelle l'importance de témoigner sa gratitude aux gens à qui on doit d'être ce que nous sommes, grâce à qui nous nous sommes construits, tant qu'ils sont là, vivants...
    Il y a de la drôlerie au milieu de ce naufrage, de la poésie dans les mots, ces fameux mots qui quittent Mischka par wagons entiers la nuit et réapparaissent sous une forme différente le jour, et beaucoup, beaucoup de tendresse ...
    Comme toujours D.de Vigan me touche tellement que mes mots à moi restent bloqués derrière la digue de mes émotions...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J’ai retrouvé la Delphine de Vigan que j’aime. Celle qui me touche, qui sait mettre une pointe d’humour au cœur d’une histoire pleine d’émotions, celle qui me fait venir les larmes aux yeux et qui sait me faire toucher du doigt les souffrances, les espoirs, les failles de ses personnages.

    On...
    Voir plus

    J’ai retrouvé la Delphine de Vigan que j’aime. Celle qui me touche, qui sait mettre une pointe d’humour au cœur d’une histoire pleine d’émotions, celle qui me fait venir les larmes aux yeux et qui sait me faire toucher du doigt les souffrances, les espoirs, les failles de ses personnages.

    On l’aura compris, ce court roman de 177 pages m’a happée, submergée.

    Est-il besoin de revenir sur l’histoire ? Michka, veille dame de 80 ans, perd progressivement l’usage de la parole. Elle se retrouve placée dans un Ehpad, suivie par Jérôme, orthophoniste et Marie, une jeune femme dont elle est très proche depuis de nombreuses années.

    Je suis fascinée par la capacité de Delphine de Vigan à mettre autant d’intensité dans si peu de pages. Le moindre dialogue est chargé de sens.. D’autant plus que Michka cherche ses mots, en remplace certains par d’autres jusqu’à finir par les perdre complètement. Et les mots que Michka mélange sont aussi des révélateurs de son histoire.

    Cela ne peut que faire écho dans l’esprit de la lectrice que je suis, passionnée des mots, de leur sonorité, de leur précision.

    Les trois personnages sont attachants, même si on apprend que peu de choses d’eux. La force vient du lien qui se crée entre eux, du soutien et de l’amour qu’ils partagent.

    Oui il faut avoir conscience de tout ce que la vie nous apporte, être reconnaissant pour tous les beaux moments et les rencontres qu’on peut faire.

    Les Gratitudes fait, je pense écho en chacun de nous.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • C'est venu d'un coup. du jour au lendemain. Avant, ça allait. Après ça n'allait pas. Elle le sait, elle a largué les amarres. À partir de ce jour, elle n'a plus été capable de rester seule. La voilà dans une maison de retraite, une vie amoindrie, rétrécie et parfaitement réglée. Elle s'appelle...
    Voir plus

    C'est venu d'un coup. du jour au lendemain. Avant, ça allait. Après ça n'allait pas. Elle le sait, elle a largué les amarres. À partir de ce jour, elle n'a plus été capable de rester seule. La voilà dans une maison de retraite, une vie amoindrie, rétrécie et parfaitement réglée. Elle s'appelle Michka, c'est une vieille dame aux allures de jeune fille. Elle travaillait dans un journal comme correctrice, mais aujourd'hui les mots s'échappent, se bousculent, se mélangent. La nuit, il y a les cauchemars.

    Un roman avec deux narrateurs Marie une petite voisine dont Michka s'est beaucoup occupée et Jérôme l'orthophoniste qui essaye de ralentir les choses, mais qui ne peut pas les arrêter.

    « Je suis orthophoniste. Je travaille avec les mots et avec le silence. Les non-dits. Je travaille avec la honte, le secret, les regrets. Je travaille avec l'absence, les souvenirs disparus, et ceux qui ressurgissent, au détour d'un prénom, d'une image, d'un parfum. Je travaille avec les douleurs d'hier et celles d'aujourd'hui. Les confidences. Et la peur de mourir. Cela fait partie de mon métier. »

    Un livre sur la vieillesse, la fin de vie et son accompagnement où l'émotion transparaît à chaque page, mélange de tendresse et d'humour, comment ne pas tomber sous le charme de Michka et de sa façon de parler où un mot prend la place d'un autre. Un récit tout en douceur où l'écriture de Delphine de Vigan retranscrit parfaitement la fin de vie et l'irréversibilité de la chute. Un livre réaliste mais qui n'est jamais larmoyant malgré le sujet abordé. Les douleurs cachées de Michka, Marie et Jérôme ne sont que des prétextes pour l'auteur pour mettre en avant l'importance des mots.

    « Vieillir, c'est apprendre à perdre. Encaisser, chaque semaine ou presque, un nouveau déficit, une nouvelle altération, un nouveau dommage. Voilà ce que je vois. Et plus rien ne figure dans la colonne des profits. »

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • https://dubonheurdelire.wordpress.com/


    Je pense avoir quasiment tout lu de Delphine de Vigan – avec un énorme coup de coeur pour Rien ne s'oppose à la nuit – et lorsque j'ai vu que le roman Les Gratitudes était publié, je ne pouvais pas ne pas le lire. J'avais déjà beaucoup aimé les...
    Voir plus

    https://dubonheurdelire.wordpress.com/


    Je pense avoir quasiment tout lu de Delphine de Vigan – avec un énorme coup de coeur pour Rien ne s'oppose à la nuit – et lorsque j'ai vu que le roman Les Gratitudes était publié, je ne pouvais pas ne pas le lire. J'avais déjà beaucoup aimé les Loyautés, le roman précédent qui constitue la trilogie des valeurs que Delphine de Vigan est en train d'écrire. Et évidemment je l'avais beaucoup aimé – au point de songer à l'étudier l'an prochain avec mes étudiants de BTS !

    L'histoire des Gratitudes s'articule entre trois personnages Michka, une vieille dame qui perd les mots, Marie, une jeune femme pour qui Michka est comme une seconde mère et Jérôme, l'orthophoniste de Michka.

    "




    « Je suis orthophoniste. Je travaille avec les mots et avec le silence. Les non-dits. Je travaille avec la honte, le secret, les regrets. Je travaille avec l'absence, les souvenirs disparus, et ceux qui ressurgissent, au détour d'un prénom, d'une image, d'un mot. Je travaille avec les douleurs d'’hier et celles d'’aujourd'’hui. Les confidences.
    Et la peur de mourir.
    Cela fait partie de mon métier.
    Mais ce qui continue de m'étonner, ce qui me sidère même, ce qui encore aujourd'hui, après plus de dix ans de pratique, me coupe parfois littéralement le souffle, c'est la pérennité des douleurs d'enfance. Une empreinte ardente, incandescente, malgré les années. Qui ne s'efface pas. »

    Michka est en train de perdre peu à peu l'usage de la parole. Autour d'elles, deux personnes se retrouvent : Marie, une jeune femme dont elle est très proche, et Jérôme, l'orthophoniste chargé de la suivre. "





    En lisant, non en dévorant, ce roman, j'aurais aimé ralentir ma lecture pour savourer un peu plus chaque moment – je pense d'ailleurs le relire d'ici peu. Les personnages sont bien sûr attachants et je n'ai pas pu m'empêcher de voir en Michka ma propre grand-mère mais la force de Delphine de Vigan est d'être capable de nous faire rire et sourire en nous racontant une histoire qui est pleine d'émotions et de larmes.

    Dans cette société de plus en plus individualiste et égoïste, à une époque où la mémoire d'un passé douloureux est en train de disparaître, Delphine de Vigan nous rappelle la force des mots mais aussi la force des Autres, de ceux que l'on a tendance à ne pas voir.

    Après la lecture de ce roman, on ressent le véritable sens du mot "merci" et parfois un roman peut recevoir notre pleine gratitude, surtout lorsqu'il nous ouvre les yeux sur les valeurs essentielles.

    En résumé : toujours avec force mais aussi douceur, Delphine de Vigan réussit encore à nous emporter au coeur de la beauté littéraire.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un très Grand livre sur la vieillesse qui révèle une bonne connaissance des personnes âgées : une humanité bienveillante et une générosité remarquable, bref : une réussite...
    5 étoiles ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️

    Un très Grand livre sur la vieillesse qui révèle une bonne connaissance des personnes âgées : une humanité bienveillante et une générosité remarquable, bref : une réussite...
    5 étoiles ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Mille mercis aux éditions J.-C. Lattès pour m'avoir permis, via net galley, de découvrir Les gratitudes de Delphine de Vigan.
    Michka est en train de perdre peu à peu l’usage de la parole.
    Autour d’elle, deux personnes : Marie, une jeune femme dont elle est très proche, et Jérôme,...
    Voir plus

    Mille mercis aux éditions J.-C. Lattès pour m'avoir permis, via net galley, de découvrir Les gratitudes de Delphine de Vigan.
    Michka est en train de perdre peu à peu l’usage de la parole.
    Autour d’elle, deux personnes : Marie, une jeune femme dont elle est très proche, et Jérôme, l’orthophoniste chargé de la suivre.
    Quel bon moment de lecture, ce matin :) J'ai pris énormément de plaisir à lire ce roman d'une traite. Il est court, et l'écriture de Delphine de Vigan est toujours aussi agréable.
    Michka est une vieille dame qui va très bien.. et puis soudain elle ne va plus. Elle perd ses mots, les cherche.. L'aphasie est là, qui guette. Elle ne peut plus rester chez elle, alors elle se retrouve en EHPAD. Ce n'est pas évident quand on est une vieille dame qui perd les mots de ce retrouver dans ce genre d'établissement. Elle n'est pas toute seule, elle a des visites. On découvre notamment Jérôme, l’orthophoniste, mais aussi Marie, une jeune femme que notre vieille dame considère comme sa fille. Deux personnages touchants, attachants, que j'ai pris plaisir à découvrir.
    Quand à Michka, c'est une grand-mère comme on aimerait encore avoir près de nous. Ce qui lui arrive m'a beaucoup touché, car je connais quelqu'un atteint d'aphasie donc l'histoire de Michka m'a un peu parlé. Elle mélange les mots, parfois cela fait sourire. C'est triste, malheureusement cela peut faire partie de la vieillesse de chercher ainsi ses mots.
    Les gratitudes est un magnifique roman, court mais percutant, que je n'oublierais pas de suite.
    Je n'ai pas envie d'en dire trop, c'est un ouvrage qui se lit, j'ai du mal à le raconter.
    Ma note : un énorme cinq étoiles :)

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions