Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Les fruits tombent des arbres

Couverture du livre « Les fruits tombent des arbres » de Florent Oiseau aux éditions Allary
  • Date de parution :
  • Editeur : Allary
  • EAN : 9782370733740
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Est-ce la vie qui cre´e le hasard, ou l'inverse ?

Parce que son voisin, comme le fruit d'un arbre, est tombe´ raide mort a` l'arre^t Popincourt, Pierre se retrouve a` errer sur la ligne du bus 69. « Fanto^me urbain », comme il se de´finit lui-me^me, c'est un type plus tre`s jeune et pas... Voir plus

Est-ce la vie qui cre´e le hasard, ou l'inverse ?

Parce que son voisin, comme le fruit d'un arbre, est tombe´ raide mort a` l'arre^t Popincourt, Pierre se retrouve a` errer sur la ligne du bus 69. « Fanto^me urbain », comme il se de´finit lui-me^me, c'est un type plus tre`s jeune et pas encore tre`s vieux qui cherche des re´ponses dans de grands verres de lait glace´.

De laverie automatique en comptoir de bar kabyle, la liberte´ guide ses pas. Fumer des cigarettes avec les tapins de la rue Blondel, monter une mayonnaise pour une ce´le`bre actrice sur le retour, appeler sa lle Trieste et se rappeler Venise... tout fait aventure quand on regarde bien et qu'on ne regrette rien.

Ne pas faire grand-chose : voila` l'extraordinaire.

Donner votre avis

Avis (3)

  • AVIS DE LA PAGE 84 - Les Explorateurs de la Rentrée littéraire 2021

    Je suis charmée par le style et la plume de l'auteur, il m'a fallu un petit temps pour m'adapter au début, et finalement, j'aime son originalité. Il décrit avec beaucoup de justesse et est incisif. J'ai aimé suivre Pierre,...
    Voir plus

    AVIS DE LA PAGE 84 - Les Explorateurs de la Rentrée littéraire 2021

    Je suis charmée par le style et la plume de l'auteur, il m'a fallu un petit temps pour m'adapter au début, et finalement, j'aime son originalité. Il décrit avec beaucoup de justesse et est incisif. J'ai aimé suivre Pierre, dont le voisin est mort brutalement à l'arrêt de bus devant chez lui. Il va alors remonter cette ligne 69, y faire des rencontres étonnantes, qui ont beaucoup de points communs. Le livre est découpé selon les 4 saisons de l'année, c'est aussi très original. L'auteur a un humour particulier qui, d'un mot, allège toute une phrase.
    Mon sentiment, arrivée à ce premier tiers, est que j'ai très envie de découvrir la suite des aventures de Pierre.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • J'ai découvert Florent Oiseau, en mars 2020, avec son roman « Les Magnolias ». A l'époque, j'avais abordé cette lecture avec une certaine réticence car quoi de plus déprimants qu'une ville moche, un oncle dépressif, une grand-mère à l'EHPAD mouroir qui donne son titre au roman glissant lentement...
    Voir plus

    J'ai découvert Florent Oiseau, en mars 2020, avec son roman « Les Magnolias ». A l'époque, j'avais abordé cette lecture avec une certaine réticence car quoi de plus déprimants qu'une ville moche, un oncle dépressif, une grand-mère à l'EHPAD mouroir qui donne son titre au roman glissant lentement vers la mort, une vie professionnelle ratée, la solitude ? Et pourtant, j'ai souvent souri, carrément ri quelquefois et j'ai souvent été émue. Ce fut un vrai coup de cœur.
    On retrouve la plupart des mêmes ingrédients dans « Les fruits tombent des arbres » mais la mayonnaise a moins bien pris.
    Pierre, cinquantenaire, insomniaque, oisif, divorcé, une fille de 17 ans qu'il voit peu, une sorte de sympathique loser, traîne son ennui jusqu'à ce que la veille de Noël, son voisin s'écroule mort à l'arrêt du bus 69, en bas de chez lui. Commence alors une errance le long de la ligne 69 comme un hommage à cet homme qui n'a pu le prendre lui-même. Des rencontres et des lieux improbables, des liens tissés avec des hommes et des femmes perdus, bousculés par la vie, un peu déjantés rythment une année de la vie de Pierre à travers Paris, avec comme fil d'Ariane le trajet du bus 69.
    A priori, l'inconsistance de l'intrigue, la vacuité de la vie de Pierre, son errance n'auraient pas dû m'intéresser et pourtant, j'ai passé un agréable moment de lecture : j'ai souri, j'ai même ri en particulier avec la description hilarante d'une terrible séance de vélo qu'a subie Pierre. J'ai aussi été émue par certaines des rencontres que fait Pierre qui ont tous et toutes en commun d'avoir perdu un être cher par la séparation ou la mort et par son humanité face à ces peines.
    Ce roman est une ode à la liberté de ne rien faire, la possibilité de dénicher l'extraordinaire autour de soi, dans l'ordinaire de la vie quotidienne, en n'étant en quête de rien.
    L'auteur semble refuser de se laisser gagner par l'émotion alors l'humour noir, l'ironie, le burlesque, l'autodérision font s'éloigner les larmes et apparaître sourires voire rires.
    La magie de ce roman a moins bien opéré qu'avec le précédent, peut-être parce que Florent Oiseau utilise les mêmes recettes que dans le roman précédent et parce qu'il m'a été impossible de ressentir une quelconque empathie pour cet homme somme toute assez superficiel, qui se laisse vivre, mis à l'abri du besoin par ses parents.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • J'étais assez dubitative en commençant ce livre - la littérature française contemporaine ne me laissant que rarement de bons souvenirs - quand, les pages défilant, j'ai été emportée par l'humour fragile du narrateur et j'ai conclu à la page 100 que j'avais ardemment envie de continuer !

    J'étais assez dubitative en commençant ce livre - la littérature française contemporaine ne me laissant que rarement de bons souvenirs - quand, les pages défilant, j'ai été emportée par l'humour fragile du narrateur et j'ai conclu à la page 100 que j'avais ardemment envie de continuer !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.