Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Les fauves

Couverture du livre « Les fauves » de Ingrid Desjours aux éditions Pocket
  • Date de parution :
  • Editeur : Pocket
  • EAN : 9782266268981
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

Votre pire prédateur : celui qui vous aura apprivoisé...

« Torturez-la ! Violez-la ! Tuez-la ! » À la tête d'une ONG luttant contre le recrutement de jeunes par l'État islamique, l'ambitieuse Haiko est devenue la cible d'une terrible fatwa.
Lorsque sa mère - célèbre journaliste politique -... Voir plus

Votre pire prédateur : celui qui vous aura apprivoisé...

« Torturez-la ! Violez-la ! Tuez-la ! » À la tête d'une ONG luttant contre le recrutement de jeunes par l'État islamique, l'ambitieuse Haiko est devenue la cible d'une terrible fatwa.
Lorsque sa mère - célèbre journaliste politique - engage Lars pour la protéger, le militaire tout juste revenu d'Afghanistan a un mauvais pressentiment. Sa cliente lui a-t-elle dit l'entière vérité sur ses activités ?
Dans cet univers où règnent paranoïa et faux-semblants, Haiko et Lars se fascinent et se défient tels deux fauves prêts à se sauter à la gorge, sans jamais baisser leur garde.

Donner votre avis

Articles (5)

Avis (22)

  • Suite aux attentats et autres évènements, cela fait plusieurs mois que je reporte l’achat et la lecture de ce nouveau roman d’Ingrid Desjours.
    Grace à lecteurs.com et aux éditions Robert Lafond, j’ai enfin pu me plonger dans ce thriller et je ne le regrette pas.

    Contrairement aux craintes...
    Voir plus

    Suite aux attentats et autres évènements, cela fait plusieurs mois que je reporte l’achat et la lecture de ce nouveau roman d’Ingrid Desjours.
    Grace à lecteurs.com et aux éditions Robert Lafond, j’ai enfin pu me plonger dans ce thriller et je ne le regrette pas.

    Contrairement aux craintes que j’avais, l’histoire ne tourne pas autour de Daesh ou du Djihab. Certes, c’en est le point de départ mais l’intrigue s’articule surtout autour des relations en Haiko et Lars, son garde du corps. Tous deux ont leur passé, leurs démons à affronter et de terribles secrets à cacher.
    Ce sont deux écorchés de la vie, deux rescapés qui vivent avec leurs douleurs, leurs angoisses et luttent pour leur survie, si pas physique, au moins intellectuelle.
    Pendant tout le roman, une question nous obsède, Haiko est-elle vraiment celle qu’elle prétend ? Que cache-t-elle derrière cette façade froide ?

    Je qualifierais « les fauves » de thriller psychologique. Rien n’échappe à la plume de l’auteure que ce soit la politique, l’armée, les privilèges de certains, … tout est analysé et nous pousse à la réflexion.

    Comme à son habitude, Ingrid Desjours est « brute », ne mâche pas ses mots et certaines scènes pourraient choquer les âmes les plus pures. Il y a notamment une scène de sexe, à côté de laquelle « 50 nuances » n’a aucune saveur.
    Mais c’est aussi pour ça qu’on aime ses romans. Parce qu’elle arrive à faire passer les émotions des personnages, leur ressenti, les décors, …
    On ne lit pas un roman d’Ingrid Desjours, on le vit.

    Toutes ces questions, ces énigmes nous font tourner les pages sans pouvoir s’arrêter et nous emmènent vers un final riche en émotions.

    Je n’ai pas lu tous les romans d’Ingrid Desjours, mais de tous ceux que j’ai lu « les fauves » est mon préféré.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • J'ai reçu ce livre dans le cadre des Explorateurs du polar, et j'étais vraiment impatiente de le découvrir, le résumé m'avait beaucoup plu..

    Résumé

    « Torturez-la ! Violez-la ! Tuez-la ! » À la tête d’une ONG luttant contre le recrutement de jeunes par l’État Islamique, l’ambitieuse Haiko...
    Voir plus

    J'ai reçu ce livre dans le cadre des Explorateurs du polar, et j'étais vraiment impatiente de le découvrir, le résumé m'avait beaucoup plu..

    Résumé

    « Torturez-la ! Violez-la ! Tuez-la ! » À la tête d’une ONG luttant contre le recrutement de jeunes par l’État Islamique, l’ambitieuse Haiko est devenue la cible d’une terrible fatwa.

    Lorsqu’elle engage Lars comme garde du corps, l’ancien militaire a un mauvais pressentiment. Sa cliente lui a-t-elle dit toute la vérité sur ses activités ? Et pourra-t-il vraiment la protéger contre des tueurs fanatiques, quand lui-même porte les séquelles d’une détention qui l’a traumatisé ?

    Dans cet univers où règnent paranoïa et faux-semblants, Haiko et Lars se fascinent et se défient tels deux fauves prêts à se sauter à la gorge, sans jamais baisser leur garde.

    Les points positifs

    C'est un livre qui se lit relativement vite. L'histoire commence par un meurtre, bien décrit. Le thème est d'actualité. Il y a beaucoup de dialogues, un retournement de situation à la fin de chaque chapitre, qui tient en haleine et éveille notre curiosité. La psychologie des personnages est intéressante, fine et approfondie, malgré quelques incohérences.. Tous les personnages sont troubles, mystérieux. C'est surtout une plongée dans la psyché d'un traumatisé de guerre, les conséquences sur sa vie sociale, professionnelle, personnelle. On sent derrière la formation de psychologue de l'autrice. J'ai également apprécié découvrir le milieu de la protection rapprochée, qui est très bien détaillé, documenté et décrit de façon très réaliste. La fin est à la fois choquante et logique, même si l'on a l'impression que l'intrigue n'a fait que nous induire en erreur.

    Les points négatifs

    Je suis déçue par le fait que les thèmes évoqués dans le résumé (l'Etat islamique, la guerre en Afghanistan) soient abordés de manière assez superficielle. Je n'ai pas réussi à m'attacher aux personnages, que j'ai parfois trouvés très antipathiques : Lars qui paraît franchement macho, réactionnaire et fruste et Haïko dont les actes contredisent les discours. En effet, elle s'affirme courageuse, féministe, organisée dans le discours mais son comportement montre une femme qui se met en danger de manière grossière, qui a des rapports très clichés avec les hommes, qui semble ne jamais mesurer la conséquence de ses actes passés et à venir, inconséquente et immature. Les rapports qu'elle entretient avec Lars sont tellement stéréotypés : la belle blonde vulnérable et sexy et la bête massive et autoritaire, la gazelle et le lion.. J'ai également été lassée par les ellipses au début des chapitres après les retournements de situation, qui ne font que complexifier inutilement l'intrigue. Il y a aussi un ou deux comportements de personnages qui rythment l'action et nous mènent sur des fausses pistes, mais qui m'ont paru un peu "tirés par les cheveux".

    Conclusion

    C'est une lecture intéressante, en particulier si l'on s'intéresse à la psychologie, mais qui ne correspond pas à mes attentes de départ. La structure du livre, avec un retournement de situation à la fin des chapitres, est à la fois un avantage (cela donne envie de connaître la suite et de comprendre) et un inconvénient (elle complexifie artificiellement une intrigue qui ne l'est pas tant que cela).

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Tout d'abord, je tiens à remercier Lecteurs.com qui, dans le cadre des Explorateurs du polar, m'a offert ce thriller d'Ingrid Desjours : Les fauves. Dès réception du colis, je me suis plongée dans ce roman, qui se trouve être le premier de cette auteure que je découvre.


    Résumé
    VOTRE PIRE...
    Voir plus

    Tout d'abord, je tiens à remercier Lecteurs.com qui, dans le cadre des Explorateurs du polar, m'a offert ce thriller d'Ingrid Desjours : Les fauves. Dès réception du colis, je me suis plongée dans ce roman, qui se trouve être le premier de cette auteure que je découvre.


    Résumé
    VOTRE PIRE PRÉDATEUR :
    CELUI QUI VOUS AURA APPRIVOISÉ

    « Torturez-la ! Violez-la ! Tuez-la ! » À la tête d’une ONG luttant contre le recrutement de jeunes par l’État Islamique, l’ambitieuse Haiko est devenue la cible d’une terrible fatwa.

    Lorsqu’elle engage Lars comme garde du corps, l’ancien militaire a un mauvais pressentiment. Sa cliente lui a-t-elle dit toute la vérité sur ses activités ? Et pourra-t-il vraiment la protéger contre des tueurs fanatiques, quand lui-même porte les séquelles d’une détention qui l’a traumatisé ?

    Dans cet univers où règnent paranoïa et faux-semblants, Haiko et Lars se fascinent et se défient tels deux fauves prêts à se sauter à la gorge, sans jamais baisser leur garde.

    Mon avis
    Je ne sais si c'est de les avoir lus tous deux dans un laps de temps assez court, mais je ne peux m'empêcher de trouver des similitudes entre ce roman et celui de Karine Giebel "De force". Ici aussi, une victime de harcèlement, menacée de mort, qui trouve du réconfort et est attirée par son garde du corps, là encore un ancien soldat victime de stress post-traumatique... De plus, comme "De force", le titre du roman, "Les fauves", est scandé tout au long du texte, créant un effet d'enfermement, une inéluctabilité du déroulement funeste du destin de l’héroïne du roman.


    Cette dernière, Haiko, est menacée, semblerait-il, suite à son activité professionelle: elle tente de dé-radicaliser des jeunes, d'abord via les réseaux sociaux, tentant de leur démontrer qu'ils sont manipulés, et va en dernier recours jusqu'à les enlever juste avant leur départ pour la Syrie, avec l'accord parental, les emmenant en Suisse afin qu'ils reprennent pied avec la réalité et quelques mois plus tard soient rendus à leur famille. Cet acharnement lui vaut d'être victime d'une fatwa qui ne laisse en aucun cas de place à son interprétation: "Torturez-la! Violez-la! tuez-la!"?

    C'est donc un sujet grave, et d'actualité, qui tient lieu de fond au roman d'Ingrid Desjours, celui-ci restant pour autant un thriller, et pas un essai sur le sujet. Il est pourtant abordé avec beaucoup de justesse, les différents points de vue examinés, et l'auteur a selon moi fait un véritable travail de recherche. J'ai apprécié en apprendre plus sur la question, notamment au travers d'articles disséminés entre les chapitres tout au long du roman. Des articles de presse, mais pas que, on trouve aussi des extraits tirés de Wikipédia par exemple, qui reprennent l'actualité récente en France, mais donnent aussi des informations plus générales, sur divers sujets ayant trait au roman comme par exemple le djihad ou encore les fameux TSPT, eux aussi au cœur du livre, notamment via le personnage de Lars.

    L'action principale de ce thriller est bien menée. Très vite, on découvre que les proganosites ont tous un caractère trouble, et on ne sait plus à quel saint se vouer. Le suspense est intense, et les personnages vraiment approfondis. Derrière la jeune femme enjouée et passionnée que paraît être Haiko de prime abord se cache une âme blessée depuis sa plus tendre enfance, qui a l'impression de détruire tous ceux qu'elle aime. De même, Lars, qui semble fort malgré sa maladie, se révèle être un homme torturé par des souvenirs de guerre abominables. Les deux protagonistes sont étayés au fil des pages et c'est avec une fascination quasi morbide que l'on découvre leurs passés respectifs, plein de failles plus béantes les unes que les autres. Les personnages secondaires ont aussi beaucoup d'intérêt, et l'écrivain ne les a pas négligés, ils sont eu aussi creusés, et on aime les découvrir tant pour eux-mêmes que pour leurs relations avec Haïko et Lars.

    Dans ce roman noir se cache certains passages vraiment très durs, et j'ai même eu beaucoup de mal à lire celui où l'on découvre enfin, horrifiés (en tout cas c'était mon cas), ce qui est arrivé à Lars lorsqu'il était prisonnier durant son séjour en Afghanistan.

    Quant au final, il m'a complètement épatée, les événements s'enchaînant les uns aux autres et révélant une vérité parfois soupçonnée mais jamais complètement devinée. On passe en effet par tous les scénarios imaginables durant la lecture, et pourtant la fin reste surprenante.

    C'est à mon avis un excellent thriller, très bien documenté, et j'ai de plus été sensible au style de l'auteur, capable d'alterner un langage soutenu riche en comparaisons et autres métaphores, et des dialogues familiers. Je retrouverai sa prose avec joie pour découvrir d'autres de ses romans.


    Encore merci à Lecteurs.com et aux Quais du Polar pour cette opportunité, je vais à présent me plonger avec joie dans le dernier tome de la trilogie de Camut et Hug.


    http://leslecturesdunespondy.blogspot.fr/2016/04/les-fauves-dingrid-desjours-dans-le.html

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Je crois bien que mon avis va quelque peu dénoter parmi tous les autres et j'en suis d'autant plus désolée que j'ai lu le roman d'Ingrid Desjours dans le cadre des Explorateurs du Polar. Mais ce n'est que mon ressenti à moi perso ! Il faut donc lire ce livre pour se faire sa propre idée !...
    Voir plus

    Je crois bien que mon avis va quelque peu dénoter parmi tous les autres et j'en suis d'autant plus désolée que j'ai lu le roman d'Ingrid Desjours dans le cadre des Explorateurs du Polar. Mais ce n'est que mon ressenti à moi perso ! Il faut donc lire ce livre pour se faire sa propre idée !

    Dans un Paris traumatisé par les meurtres du 7 janvier 2015, la belle Haiko, fondatrice d'une organisation qui soustrait les jeunes au recrutement par l'état islamique, est menacée par une effroyable fatwa. L'assassinat de sa meilleure amie l'incite à accepter une protection rapprochée que Lars est chargé de mettre en place. Ancien otage en Afghanistan, Lars vit en enfer depuis son retour et, seules, les amphétamines lui offrent un refuge qu'il sait illusoire.
    Les imprudences et les caprices de l'une, la paranoïa et les secrets de l'autre falsifient toutes les situations et créent un vide dans lequel peuvent s'engouffrer toutes les haines et toutes les folies.

    Inutile de tourner autour du pot : ce roman a été une déception pour moi. J'ai été incapable d'adhérer à l'intrigue, d'éprouver une once d'empathie pour les personnages ou d'être entraînée par l'écriture.
    Il m'a semblé que je ne pouvais adhérer à cette intrigue car, pour moi, la situation initiale (le noeud de l'affaire en quelque sorte) était défaillante car peu vraisemblable. Comment imaginer, en effet, qu'une accusation gravissime portée à Haiko (suspectée de faire disparaître les jeunes gens que son organisation enlève avec l'accord des parents) donne lieu à une enquête policière mais que ni policier, ni garde du corps, ni journaliste n'ait simplement l'idée d'aller interroger les parents concernés ? Et que, parmi ces derniers qui assistent à la mise à mort médiatique de Haiko pas un seul ne vienne confirmer ou infirmer ces accusations ?
    Comment croire que Lars, décrit par ailleurs comme un professionnel rigoureux, affûté, intransigeant sur la sécurité, engage un type qu'il ne connaît pas sans faire de recherches préalables, sans connaître son véritable nom, et qu'il continue de lui faire confiance après avoir été prévenu du risque de radicalisation ?
    Un pro, Lars ? Qui, en mangeant un pain au chocolat se plonge dans ses souvenirs, si bien que "pris dans ses réflexions, [il] n'a pas vu passer le trajet" alors que celle qu'il est censé protéger est dans la voiture avec lui ?

    Peut-être n'aurais-je pas été sensible à ces invraisemblances si la construction narrative avait été suffisamment tendue pour les occulter. Mais les fréquentes ellipses temporelles entre la fin d'un chapitre et le début du suivant m'ont paru relever artificiellement du procédé trop visiblement destiné à entretenir le suspense.

    Toutes ces raisons (enfin, là j'ai fait court !) ont fait que je n'ai pas du tout "accroché" et que j'ai même ressenti un certain malaise à la lecture de ce roman, non pas pour les scènes de sexe ou de violence décrites crûment, mais pour la manière de traiter une réalité et une actualité épouvantables.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • J'ai commencé ce livre le 13 novembre 2015 quelques heures avant l'annonce des attentats.
    J'attendais cette lecture avec impatience, d'autant plus que ce livre était en lien avec l’actualité ...peut être justement avec trop d'impatience.
    Je n'ai pas du tout réussi à m'attacher aux personnages,...
    Voir plus

    J'ai commencé ce livre le 13 novembre 2015 quelques heures avant l'annonce des attentats.
    J'attendais cette lecture avec impatience, d'autant plus que ce livre était en lien avec l’actualité ...peut être justement avec trop d'impatience.
    Je n'ai pas du tout réussi à m'attacher aux personnages, j'ai eu beaucoup de mal à terminer ce livre (plus d'une semaine de lecture). Je trouve qu'on tourne autour du thème sans jamais y allait vraiment...
    La fin ma profondément étonnée et pas plus du tout.
    Idem on tourne autour du syndrome post-traumatique des militaires sans jamais approfondir..
    Vraiment très déçu par se livre

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • A Paris, une fatwa est lancée sur la tête d’Haiko, belle et jeune journaliste plutôt fortunée, qui a créé N.e.r.F (Nos enfants resteront en France) une ONG qui recherche et intercepte de jeunes ados tentés par le Djihad et qui veulent regagner les rangs de Daech. Inquiète de cette situation, sa...
    Voir plus

    A Paris, une fatwa est lancée sur la tête d’Haiko, belle et jeune journaliste plutôt fortunée, qui a créé N.e.r.F (Nos enfants resteront en France) une ONG qui recherche et intercepte de jeunes ados tentés par le Djihad et qui veulent regagner les rangs de Daech. Inquiète de cette situation, sa meilleure amie, Nadia, quitte l’association mais elle est assassinée en pleine rue. Le danger est réel, la mère d’Haiko engage alors Lars, un garde du corps, pour protéger sa fille.
    Lars a combattu en Afghanistan, mais là-bas, même s’il ne veut rien en dévoiler, on comprend vite que les conditions de détention ont été tellement terribles qu’il ne s’en est jamais remis, entrainant des séquelles psychologiques et comportementales importantes. La rencontre improbable entre Lars et Haiko, deux personnages hors du commun, est explosive. Lars veut bien faire, mais lui qui accorde difficilement sa confiance est malmené par le comportement de Haiko et surtout par le déchainement de violence verbale et médiatique autour de cette femme que beaucoup soupçonnent d’imposture.
    Duo duel entre deux personnages, qui tels des fauves, vont s’observer, vivre des sentiments intenses et contradictoires, attirance physique et répulsion, crainte et soupçons, fuite et attirance, rien ne leur sera épargné. Les sentiments sont diffus, embrouillés, parasités par les insinuations de la presse et des ennemis d’Haiko. De Leduc en particulier, lui qui combat Daech à sa façon, en envoyant à son tour de jeunes paumés se faire tuer face à cet ennemi sans pitié, nouveaux croisés des temps modernes, mais qu’on imagine perdus dans un jeu vidéo fantasmé, tant semble irréelle l’envie d’aller mourir en terre étrangère.
    Tout au long de ces pages, on est captivé par une mise en situation réaliste, une étude psychologique des personnages et des effets de la manipulation sur les esprits faibles ou perturbés. Évocation par exemple des effets de la drogue dite « du terroriste », le Captagon, qui permet de tenir plusieurs jours sans ressentir ni fatigue ni souffrance, mais qui trouble des esprits déjà bien encombrés par la perversion des sites djihadiste et la facilité à se laisser embringuer. Ingrid Desjours décortique et met en situation des réalités - qu’en temps de psycho criminologue elle a sans doute étudié ou rencontré - avec rigueur et justesse, ce qui donne un côté stressant et réaliste à ces situations, ces remords, ces espoirs, ces mensonges et ces tromperies qu’elle met particulièrement bien en mots et en images.
    Et si finalement rien n’était réel. Comment et à qui peut-on faire confiance ? Comment savoir et ne pas se laisser manipuler ? Là est peut-être la question.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Haiko est la fondatrice de l'association N.e.r.F. - Nos enfants resteront en France - dont le but est d'intercepter des adolescents recrutés par Daesh avant qu'ils ne rejoignent la Syrie. Avec l'accord de leurs parents, ils sont ensuite expédiés à l'étranger dans un centre de déradicalisation.
    ...
    Voir plus

    Haiko est la fondatrice de l'association N.e.r.F. - Nos enfants resteront en France - dont le but est d'intercepter des adolescents recrutés par Daesh avant qu'ils ne rejoignent la Syrie. Avec l'accord de leurs parents, ils sont ensuite expédiés à l'étranger dans un centre de déradicalisation.
    Alors qu'une fatwa vient d'être lancée contre elle, son amie Nadia se fait sauvagement assassiner.
    Haiko, sous la pression de sa mère, n'a d'autres choix que de faire profil bas et d'engager un agent de protection rapprochée.
    Lars, militaire fraîchement revenu d'Afghanistan après avoir été pris en otage par les Talibans, s'acquitte de cette mission délicate. Fragilisé, hanté par ses souvenirs, Lars sera vite confronté à des doutes concernant l'intégrité de sa cliente...

    "Les Fauves" traite d'un des sujets les plus brûlants de l'actualité. Mais même si les combattants étrangers et les jeunes embrigadés par Daesh font constamment la une des journaux depuis les événements de Charlie Hebdo, il serait faux de penser que le sujet est nouveau.
    Haiko, dotée d'une personnalité très forte et n'ayant pas sa langue dans sa poche, tente avec son association de venir en aide à ces familles meurties de voir l'un de leurs enfants se laisser séduire par l'Etat islamique.
    Lars, son garde du corps, revenu troublé (on le serait à moins) de son expérience afghane, tentera de lui faire entendre raison. Mais tous deux entreront vite dans un jeu de défis tels deux fauves prêts à se battre.
    Même si Ingrid Desjours se sert du djihadisme et de ses victimes comme vecteur de son récit, le véritable sujet qui nous emporte est la personnalité de nos acteurs et le rapport de force existant entre eux. Mêlant peur, paranoïa, douleur et manipulation, l'auteure nous livre un remarquable travail de profilage. Difficile de ne pas entrer au coeur du récit, l'écriture de l'auteure étant aussi précise qu'un scalpel.
    Psychocriminologue de formation, ayant travaillé sur le terrain avant de se consacrer à l'écriture, Ingrid Desjours signe ici un roman troublant qui ne peut pas laisser indifférent.

    Je remercie les Editions Robert Laffont pour leur confiance.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • J'ai terminé ce livre juste 2 jours avant les attentats du 13 novembre et je peux vous dire que ce roman prend une toute autre dimension.


    Ce roman commence par un l'assassinat de Nadia (la meilleure amie de Haïko) dans un café.
    Elles faisaient toutes les 2 parties de l'association que...
    Voir plus

    J'ai terminé ce livre juste 2 jours avant les attentats du 13 novembre et je peux vous dire que ce roman prend une toute autre dimension.


    Ce roman commence par un l'assassinat de Nadia (la meilleure amie de Haïko) dans un café.
    Elles faisaient toutes les 2 parties de l'association que Haïko a créé afin de sauver les jeunes embrigadés par les jihadistes.
    Ayant peur pour sa vie, Haïko décide de se faire protéger par des gardes du corps.
    Cette dernière fait un coupable idéal concernant la mort de Nadia, car avant de se faire tuer Nadia et Haïko avaient eu une violente dispute.
    Lars, ancien de l'armée, va devenir le garde du corps de Haïko malgré quelques complications psychologiques qu'il a ramené.
    La relation entre Haïko et Lars va être assez compliquée.


    En ce qui concerne l'histoire, cette dernière nous touche énormément car elle se passe juste après les attentats de Charlie Hebdo et encore plus après les évènements du 13 novembre.


    L'histoire est prenante, lourde et nous mets dans une atmosphère très dérangeante du début à la fin, on a énormément de mal à la lâcher.

    Elle fonctionne sur nous comme la drogue qui est utilisée par les djihads (le captagon).

    On veut savoir ce qui va arriver à nos protagonistes.


    En ces temps difficiles, cette histoire prend une tournure tellement réelle qu'on ne sait pas comment réagir face à tout ce qui arrive.

    Ce que j'ai beaucoup aimé c'est de trouver des articles de presse qui nous parlent de ce qui c'est passé avec Charlie Hebdo et pas que.


    Quand on regarde les informations, on nous parle que des djihadistes mais dans ce roman, Ingrid nous parle également de l'enrôlement des jeunes chrétiens pour combattre ce fléau.
    Mais est-ce qu'un fléau peut combattre un autre fléau ? on a l'impression qu'il faut choisir entre entre le choléra ou la peste.


    Un autre sujet est abordé avec brio, à savoir le retour des soldats à la vie normale.
    C'est vrai que l'on ne nous parle pas souvent de ce que peuvent ressentir ces hommes qui ont vu tellement d'horreur mais également leur prise en charge.



    En ce qui concerne les personnages, j'ai vraiment été touchée par celui de Lars qui a beaucoup souffert lors de ses voyages avec l'armée.
    Ce dernier a besoin de calmer ses nerfs en cherchant l'adrénaline, même si c'est d'une mauvaise manière.

    Pour celui de Haïko, j'ai vraiment eu énormément de mal avec elle. Je l'ai trouvé tellement imbu de sa personne. Qui nous donne l'impression d'être touchée par certains événements mais qui nous cache énormément de secrets.


    Pour l'écriture d'Ingrid, cette dernière est des plus addictives et tellement réelles qu'elle ne nous donne pas l'impression d'être dans un roman.


    Pour en terminer, ce fut encore une super lecture que je vous recommande de découvrir rapidement.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Récemment sur lecteurs.com