Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Les aérostats

Couverture du livre « Les aérostats » de Amélie Nothomb aux éditions Albin Michel
Résumé:

« La jeunesse est un talent, il faut des années pour l'acquérir. »

Donner votre avis

Avis (4)

  • Ange Daulnoy, 19 ans vit en colocation avec Donate son aînée de trois ans, une personne exécrable et compliquée. Elle est étudiante en philologie et pour se faire un peu d'argent, se propose de donner des cours de français à domicile.

    Elle est engagée par Grégoire Roussaire pour soigner la...
    Voir plus

    Ange Daulnoy, 19 ans vit en colocation avec Donate son aînée de trois ans, une personne exécrable et compliquée. Elle est étudiante en philologie et pour se faire un peu d'argent, se propose de donner des cours de français à domicile.

    Elle est engagée par Grégoire Roussaire pour soigner la dyslexie de son fils Pie, 16 ans et l'aider à réussir son bac de français. Pie ne sait pas lire correctement, il est très intelligent, préfère les maths.

    Mais pourquoi lire ?

    Ange s'impose et lui impose "Le rouge et le noir" de Stendhal. Elle ne comprend pas pourquoi les parents de Pie ne lui ont pas donné le goût de la lecture. Elle se souvient toute petite, on lui lisait "Les contes" de Perrault... ensuite à huit ans, elle a eu envie de découvrir par elle-même : Malot, Verne, la comtesse de Ségur et sa passion pour les livres ne l'a plus jamais quittée.

    C'est un conte des temps modernes que nous propose Amélie avec des personnages hors norme, étranges comme elle en a le secret.

    Les dialogues sont jouissifs, avec une économie de mots, ceux-ci étant choisis avec précision pour nous parler des malaises de l'adolescence, de la découverte de l'amour tout court et de celui des mots.

    C'est une ode à la littérature, l'envie de redécouvrir des classiques tellement essentiels à la littérature comme par exemple Homère avec "Iliade" et "Odyssée', Kafka et "La métamorphose", Dostoïevski et "L'idiot", Radiguet avec "Le diable au corps" et "Le bal du conte d'Orcel", la princesse de Clèves...

    Qu'est ce qu'aimer un livre ? Ce n'est pas aimer les personnages ! "La littérature n'est pas l'art de mettre les gens d'accord"

    Elle aborde aussi la relation difficile avec le père, l'amour, la solitude. Il est bien entendu question de champagne et de chocolat mais aussi de Bruxelles que l'on visitera en partie: le musée de l'armée au Cinquantenaire, la forêt de Soignes et la célèbre Foire du Midi.

    Amélie à travers les livres et son amour des mots met habilement en scène l'histoire de deux adolescents Pie et Ange en parallèle avec les lectures proposées. Une ode à l'amour de la vie.

    Les dialogues sont d'une grande richesse, cela semble court comme à chaque fois, on en voudrait plus. La plume est fluide, aérienne, élégante. Du grand art.

    Après cette lecture vous saurez comment devenir jeune et le rester.

    Ma note : un coup de cœur énorme.

    Les jolies phrases

    Aimer un roman ne signifie pas nécessairement qu'on aime les personnages.

    Je n'avais que trois ans de plus que Pie et pour moi, cela avait été si naturel. Ma mère me lisait les Contes de Perrault au chevet de mon lit et il allait de soi que je découvre par moi-même le mode d'emploi de ces grimoires. Dès mes huit ans, j'étais devenue dépendante de ces immersions dans l'univers miraculeux des enchanteurs que sont Hector Malot, Jules Verne et la comtesse de Ségur. L'école n'avait plus qu'à s'engouffrer dans la brèche.

    Comment pouvait-on enseigner la lecture à quelqu'un autrement qu'en lisant ? C'était à se taper la tête contre les murs.

    J'aime les histoires de guerre. Je détesterais vivre une guerre, mais en littérature, qu'est ce que ça donne bien ! Dès qu'il n'y a plus de guerre, la littérature redevient l'histoire de l'amour et de l'ambition.

    Nous vivons une époque ridicule où imposer à un jeune de lire un roman en entier était vu comme contraire aux droits de l'homme.

    C'est extraordinaire ! Internet a rendu le monde méconnaissable.

    La littérature n'est pas l'art de mettre les gens d'accord.

    Difficile d'aimer quelqu'un qu'on méprise.

    Ce qui est ridicule, c'est de prétendre aimer quelqu'un qu'on ne connaît pas.

    En réalité, nous sommes des brutes. Votre condisciple qui vous a injuriée s'est conduit comme tel. Vous et moi, nous sommes des êtres délicats, nés dans un peuple de brutes. C'est pour cela que nous sommes des solitaires.

    Je ne suis même pas sûre d'être vraiment vivante.
    Moi, je suis sûr que vous l'êtes. Quand vous arrivez ici, c'est comme si la vie débarquait. Lorsque vous partez, tout s'éteint.

    Comme vous j'ai toujours été solitaire. Je ne m'en plains pas, j'aime la solitude. L'unique raison valable de la quitter, c'est l'amour.

    Pie vous crevez de solitude. C'est vrai mais le remède est pire que le mal.

    https://nathavh49.blogspot.com/2020/09/les-aerostats-amelie-nothomb.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Comme chaque année, j'attends de découvrir où l'auteur va nous entraîner.

    Les aérostats fait l'éloge de la littérature, comme moyen de sortir du silence, de la solitude, de la différence.
    La littérature comme un langage entre Ange et Pie.

    A Bruxelles, Ange est étudiante en philologie....
    Voir plus

    Comme chaque année, j'attends de découvrir où l'auteur va nous entraîner.

    Les aérostats fait l'éloge de la littérature, comme moyen de sortir du silence, de la solitude, de la différence.
    La littérature comme un langage entre Ange et Pie.

    A Bruxelles, Ange est étudiante en philologie. Elle doit donner des leçon à un jeune homme pour soigner sa dyslexie.
    Au delà de ces leçons, c'est à la découverte des classiques, et plus généralement de la lecture et de la littérature qu'Ange va initier son jeune élève.
    Avec la littérature vient la réflexion sur la vie et le désir de liberté, comme celle de voler avec un aérostats peut-être...
    Comme toujours un roman court, dans lequel l'auteur laisse transparaître ses connaissances de la littérature sans pour autant lasser ses lecteurs. Au contraire même, on en demanderait peut être un peu plus.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Grosse attente pour moi cette année. La nouvelle cuvée allait elle rester au niveau de "Soif" paru l'an passé ? Mon livre préféré de la rentrée littéraire 2019, son meilleur tirage, son presque prix Goncourt. "Le roman de sa vie" d'après elle.
    Et bien ... non ! Dommage.
    Construit...
    Voir plus

    Grosse attente pour moi cette année. La nouvelle cuvée allait elle rester au niveau de "Soif" paru l'an passé ? Mon livre préféré de la rentrée littéraire 2019, son meilleur tirage, son presque prix Goncourt. "Le roman de sa vie" d'après elle.
    Et bien ... non ! Dommage.
    Construit principalement autour de dialogues, ce livre offre une belle première partie mais m'a semblé simpliste par la suite.
    Pour moi, il sagit surtout d'une plaidoirie pour des livres que tout adolescent trouve imbuvables.
    En effet, Pie, 16 ans, est dyslexique et n'aime pas la littérature. Son père embauche alors Ange, 19 ans, afin de l'aider à guérir. Elle le fera (par miracle) grâce à la lecture d'un seul livre : Le rouge et le noir. Formidable, non? Leur relation évoluera ensuite à coup de pavés de la littérature classique.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Le nouveau roman d'Amélie Nothomb tient toutes ses promesses et ne laissera pas indifférent. Ce sont souvent des petits ovins littéraires et celui-ci est dans la même lignée .
    Ange une jeune étudiante de 19 ans vit en colocation avec une co-locataire originale et va trouver un emploi de...
    Voir plus

    Le nouveau roman d'Amélie Nothomb tient toutes ses promesses et ne laissera pas indifférent. Ce sont souvent des petits ovins littéraires et celui-ci est dans la même lignée .
    Ange une jeune étudiante de 19 ans vit en colocation avec une co-locataire originale et va trouver un emploi de répétiteur pour un jeune garçon de 16 ans, dyslexique, qui semble étouffé par ses parents inquiets.

    Les dialogues sont enlevés, percutants, enthousiasmants. L'érudition littéraire et la connaissance de la littérature par l'auteure est toujours remarquable. Et pourtant ses livres se lisent facilement, sont accessibles et originaux.
    Cette lecture ne prendra que 2 ou 3 heures. On dévore vraiment ce livre.
    Le thème de la littérature et notamment le goût de lire est très bien développé. Comment donner envie de lire aux jeunes ? Toutes les lectures imposées à l'école ont souvent été des moments de torture pour beaucoup de collégiens et lycéens. Amélie Nothomb présente les choses sur le questionnement à la fin d'une lecture, pas simplement sur le fait d’avoir aimé ou pas aimé. Les livres cités rappelleront des souvenirs à certains.
    Le poids des parents dans l'éducation est également finement dépeint dans le roman avec l'étouffante présence du père mais aussi l’étonnante absence de la mère.

    Ma seule réserve est pour la fin, assez surprenante. L'effet est réussi ! Cette fin m'a convaincu à moitié mais c'est très personnel.
    A découvrir de toute urgence !

    comment Commentaire (1) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.