Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

L'énigme de la chambre 622

Couverture du livre « L'énigme de la chambre 622 » de Joel Dicker aux éditions Fallois
  • Date de parution :
  • Editeur : Fallois
  • EAN : 9791032102381
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Une nuit de décembre, un meurtre a lieu au Palace de Verbier, dans les Alpes suisses. L'enquête de police n'aboutira jamais.
Des années plus tard, au début de l'été 2018, lorsqu'un écrivain se rend dans ce même hôtel pour y passer des vacances, il est loin d'imaginer qu'il va se retrouver... Voir plus

Une nuit de décembre, un meurtre a lieu au Palace de Verbier, dans les Alpes suisses. L'enquête de police n'aboutira jamais.
Des années plus tard, au début de l'été 2018, lorsqu'un écrivain se rend dans ce même hôtel pour y passer des vacances, il est loin d'imaginer qu'il va se retrouver plongé dans cette affaire.
Que s'est-il passé dans la chambre 622 du Palace de Verbier?
Avec la précision d'un maître horloger suisse, Joël Dicker nous emmène enfin au coeur de sa ville natale au fil de ce roman diabolique et époustouflant, sur fond de triangle amoureux, jeux de pouvoir, coups bas, trahisons et jalousies, dans une Suisse pas si tranquille que ça.

Donner votre avis

Avis (41)

  • Globalement j'ai plutôt passé un bon moment, plus pour l'intrigue qu'autre chose. Effectivement les personnages manquent souvent de relief et puis c'est souvent très mal écrit, c'est dommage de rester dans l'intention. CM

    Globalement j'ai plutôt passé un bon moment, plus pour l'intrigue qu'autre chose. Effectivement les personnages manquent souvent de relief et puis c'est souvent très mal écrit, c'est dommage de rester dans l'intention. CM

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un nouveau livre de M. Dicker, et une nouvelle demi déception. Certes, l’écrivain a gardé une maîtrise convenable du suspens et du rebondissement, mais il n’y a pas grand-chose d’autre malheureusement.

    Les personnages d’abord sont sans relief, malgré leurs talents, leurs intrigues, on ne...
    Voir plus

    Un nouveau livre de M. Dicker, et une nouvelle demi déception. Certes, l’écrivain a gardé une maîtrise convenable du suspens et du rebondissement, mais il n’y a pas grand-chose d’autre malheureusement.

    Les personnages d’abord sont sans relief, malgré leurs talents, leurs intrigues, on ne parvient pas à s’attacher à eux et à vibrer à leurs histoires. Dommage, car ils sont l’âme d’un récit, ce sont eux avant tout qui font que nous tournons fébrilement les pages des romans. Mais ici, des Ebezner aux Levovitch, difficiles à mon sens d’éprouver un semblant d’intérêt. Le style ensuite reste très loin des maîtres du genre, et il devient même parfois pénible, tant l’intrigue traîne artificiellement en longueur. Quant aux péripéties romanesques, elles sont tout de même d’un bon niveau, mais encore une fois, inutilement multipliées pour ajouter des pages et des pages. Et que dire de la partie hommage à l’éditeur défunt qui, si elle parvient tout de même à émouvoir un peu à la toute fin, reste un artifice inutile et qui n’apporte rien au cœur de l’intrigue.

    Bref, heureusement que l’intrigue m’a maintenu en éveil, sans quoi ce long roman n’aurait pas mérité la moyenne. M. Dicker reste encore une promesse, qui s’il travaille ses points faibles pourra peut-être un jour je l’espère nous offrir enfin en vrai bon roman.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • J’ai bien essayé de m’intéresser à cette histoire de chambre 622 dans laquelle un crime non résolu a eu lieu il y a quelques années et que le Palace de Verbier dans le Valais suisse a dû rebaptiser en chambre 621 bis.
    Mais c’était peine perdue, je n’ai jamais pu aller au bout de ce roman.
    Que...
    Voir plus

    J’ai bien essayé de m’intéresser à cette histoire de chambre 622 dans laquelle un crime non résolu a eu lieu il y a quelques années et que le Palace de Verbier dans le Valais suisse a dû rebaptiser en chambre 621 bis.
    Mais c’était peine perdue, je n’ai jamais pu aller au bout de ce roman.
    Que ce soit l’histoire actuelle d’un écrivain de renommée qui enquête sur ce mystérieux meurtre, ou bien celle de l’affaire elle-même, liée à une banque d’affaires privée et accessoirement aux services de renseignements suisses, tout m’a paru prévisible et primaire.
    Les personnages sont affligeants de platitude et rien, dans leur vie n’a su me passionner. La famille du banquier Ebezner est caricaturalement riche et les préoccupations de tous ces protagonistes fortunés sont à mille lieux de tout ce qui retient mon attention dans un polar. Leurs doubles vies sont télescopées et l’enchaînement des événements (du moins jusqu’à la page 155) est très peu crédible.
    J’ai même parfois eu le sentiment que ce roman s’adressait à des enfants.
    Bref, je ne saurai pas ce qui s’est passé dans cette chambre 622 mais je ne m’en porte pas plus mal.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Mon premier sentiment après la lecture de ce roman tant attendu c’est de la tristesse. Et oui, après plus de 2 mois de retard de sortie, trois jours de lecture et c’est fini…

    Dans la lecture, il y a 4 phases selon moi, l’envie, après avoir entendu parler d’une histoire ou d’un auteur. Puis...
    Voir plus

    Mon premier sentiment après la lecture de ce roman tant attendu c’est de la tristesse. Et oui, après plus de 2 mois de retard de sortie, trois jours de lecture et c’est fini…

    Dans la lecture, il y a 4 phases selon moi, l’envie, après avoir entendu parler d’une histoire ou d’un auteur. Puis l’excitation après s’être procuré LE livre. Ensuite la lecture en elle même, on se plonge dans une nouvelle histoire et l’on s’évade au fil des pages. Et enfin, le deuil, il faut reprendre la réalité, quitter les personnages avec qui l’on a vécu quelques temps et c’est toujours un peu dur.

    En ce qui concerne CE roman, je dirais que c’est un coup de maitre! Dicker réussit à mêler admirablement réalité et fiction en nous faisant partager ses souvenirs de Bernard DE FALLOIS, son éditeur et avant tout son ami, disparu récemment.

    On reconnait bien la plume caractéristique de l’auteur. Entre intrigue, rebondissements, mélange des époques, de nombreux personnages, c’est une farandole d’énigmes à assembler les unes aux autres!

    Avec une fin à la hauteur de mes espérances et bien entendu je ne l’avais pas vue venir!

    Bravo Dicker et merci de m’avoir plongée dans ce tourbillon infernal qui vous définit si bien!

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Je ne connaissais cet auteur que de nom car je ne suis pas trop friand de romans policiers. Toutefois ce livre qui m'a été offert m'a assez plu, même si l'affaire est un peu tirée par les cheveux et manque à mon sens de crédibilité. Le divertissement est toutefois plaisant et efficace. Un bon...
    Voir plus

    Je ne connaissais cet auteur que de nom car je ne suis pas trop friand de romans policiers. Toutefois ce livre qui m'a été offert m'a assez plu, même si l'affaire est un peu tirée par les cheveux et manque à mon sens de crédibilité. Le divertissement est toutefois plaisant et efficace. Un bon moment.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Ce roman fleuve n'est pas mon préféré mais j'aime assez le style de Joël Dicker malgré ses longueurs, retours en arrière... Il a l'art et la manière de nous promener et de nous surprendre dans les dernières pages.

    Ce roman fleuve n'est pas mon préféré mais j'aime assez le style de Joël Dicker malgré ses longueurs, retours en arrière... Il a l'art et la manière de nous promener et de nous surprendre dans les dernières pages.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • J'ai lu tous les romans de J.Dicker et je classerais celui-ci en dernier. L'intrigue policière est maintenue jusqu'au bout mais le livre est empli de longueurs.
    Je me suis lassé au bout de 400 pages et il en reste encore 200 . On navigue dans arrêt d'une époque à une autre, on se perd.
    Je...
    Voir plus

    J'ai lu tous les romans de J.Dicker et je classerais celui-ci en dernier. L'intrigue policière est maintenue jusqu'au bout mais le livre est empli de longueurs.
    Je me suis lassé au bout de 400 pages et il en reste encore 200 . On navigue dans arrêt d'une époque à une autre, on se perd.
    Je souhaite mieux pour son prochain car j'apprécie son écriture.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • A priori, rien de très original dans ce roman. Pourtant et au contraire, ce que j'ai d'abord beaucoup aimé, c'est qu'avant même de se poser la question de savoir qui a tué, l'auteur nous force à nous poser celle de savoir qui a été tué. Nous ne découvrons l'identité du cadavre de la chambre 622...
    Voir plus

    A priori, rien de très original dans ce roman. Pourtant et au contraire, ce que j'ai d'abord beaucoup aimé, c'est qu'avant même de se poser la question de savoir qui a tué, l'auteur nous force à nous poser celle de savoir qui a été tué. Nous ne découvrons l'identité du cadavre de la chambre 622 que bien tardivement, après que Joël DICKER ait balayé toute la galerie de ses personnages et il nous conduit ainsi à nous demander lequel de ceux-ci il va finalement faire disparaître du paysage. Et bien évidemment, le mort n'est pas celui que l'on croyait.

    A partir de là le rythme va clairement s'accélerer et le suspense s'installe. Plus que qui a tué, c'est pourquoi il l'a fait que l'on veut absolument découvrir. Sauf que ce moment, il arrive quand même à la page 387 sur 569! Donc, si ce roman a un défaut c'est clairement celui d'une histoire qui patine un peu et un peu trop longtemps et qui gagnerait à être allégée de nombreuses pages. Par ailleurs, on est bien d'accord, le style littéraire ne vous retournera pas la tête, mais en principe on le sait d'avance quand on choisit de lire un roman de ce type d'auteur, non ?

    En revanche, Joël DICKER a crée un récit absolument époustouflant, qui vous emporte comme une avalanche. Un récit que vous pensiez gentillet et qui se transforme en une machination diabolique et complexe qui perdra même le lecteur le plus malin.

    Il y a de tout dans ce roman : amour, adultère, trahison, hyprocrisie, course au pouvoir, goût de l'argent et du luxe, instinct de protection d'un père ou d'une mère, recherche de l'aventure.

    Il y aussi, astucieusement glissé, un émouvant et sincère hommage d'un auteur à son éditeur.(L'éditeur Bernard de FALLOIS, éditeur et découvreur de Joël DICKER, est mort le 2 janvier 2018).

    Les multiples personnages qui se croisent, s'enlacent, se détachent, et se retrouvent forment une immense comédie pourtant loin d'être drôle

    Au final, celui qui joue le mieux la comédie est peut-être Joël DICKER lui-même. Il termine son roman sur un twist malicieux qui nous donne le sourire, le sourire de celui qui se rend compte qu'il s'est bien fait avoir mais apprécie le tour.

    http://cousineslectures.canalblog.com/archives/2021/01/30/38788677.html

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.