Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

L'enfant céleste

Couverture du livre « L'enfant céleste » de Maud Simonnot aux éditions L'observatoire
Résumé:

Sensible, rêveur, Célian ne s'épanouit pas à l'école. Sa mère Mary, à la suite d'une rupture amoureuse, décide de partir avec lui dans une île légendaire de la mer Baltique. C'est là en effet qu'à la Renaissance, Tycho Brahe - astronome dont l'étrange destinée aurait inspiré Hamlet - imagina un... Voir plus

Sensible, rêveur, Célian ne s'épanouit pas à l'école. Sa mère Mary, à la suite d'une rupture amoureuse, décide de partir avec lui dans une île légendaire de la mer Baltique. C'est là en effet qu'à la Renaissance, Tycho Brahe - astronome dont l'étrange destinée aurait inspiré Hamlet - imagina un observatoire prodigieux depuis lequel il redessina entièrement la carte du Ciel.

En parcourant les forêts et les rivages de cette île préservée où seuls le soleil et la lune semblent diviser le temps, Mary et Célian découvrent un monde sauvage au contact duquel s'effacent peu à peu leurs blessures.

Porté par une écriture délicate, sensuelle, ce premier roman est une ode à la beauté du cosmos et de la nature. L'Enfant céleste évoque aussi la tendresse inconditionnelle d'une mère pour son fils, personnage d'une grande pureté qui donne toute sa lumière au roman.

Donner votre avis

Avis (12)

  • Et dire que j'ai bien failli ne pas lire ce roman, la faute à une intuition visiblement erronée qui m'en a détournée longtemps. C'eut été fort dommage car il m'a procuré ce genre de parenthèse enchantée dont on voudrait ne jamais s'extraire. Empreinte de douceur, de poésie et d'un charme...
    Voir plus

    Et dire que j'ai bien failli ne pas lire ce roman, la faute à une intuition visiblement erronée qui m'en a détournée longtemps. C'eut été fort dommage car il m'a procuré ce genre de parenthèse enchantée dont on voudrait ne jamais s'extraire. Empreinte de douceur, de poésie et d'un charme indéniable. Une bulle. Comme celles qui font briller les yeux des enfants lorsqu'ils les produisent en soufflant dans de l'eau savonneuse.

    Trois fois rien, donc. Une mère, son fils d'une dizaine d'années. Tous les deux sur un fil, un peu au bord de la route, sortis des rails. Mary sort d'une douloureuse rupture amoureuse et s'interroge sur cette tendance à l'échec dans sa vie affective. Cilian est un garçon surdoué, qui s'ennuie beaucoup à l'école mais s'enthousiasme pour le cosmos, l'astronomie, la poésie et la nature. Alors Mary prend une décision radicale. Devançant la fin de l'année scolaire, elle embarque avec son fils pour l'île de Ven, en mer Baltique, au large de la Suède et de la Norvège. Plutôt que le divan d'un psy, elle choisit de passer quelques semaines dans les traces de Tycho Brahe, célèbre astronome qui vécut au 16ème siècle et résida vingt ans sur Ven où il construisit l'un des plus importants observatoires. Regarder vers les étoiles lorsque la terre se fait trop pesante. Retrouver le lien avec la nature qui a guidé l'enfance de Mary et qui se détend au contact d'une vie trop citadine. Renouer avec la force des rêves. Se ressourcer et offrir à Cilian, l'enfant différent, un espace de liberté où personne ne le juge.

    Trois fois rien, et pourtant. Cette île, cette nature, on en ressent tous les bienfaits et la puissance. Là, les histoires d'amour ont la magie des contes de fées, les vacanciers ressemblent à Des Esseintes, le héros de A rebours, enquêtent sur Shakespeare et s'inspirent des poèmes de Tennyson. Partout, la beauté de l'île, la nature préservée, l'immensité du ciel et les corps qui peu à peu se libèrent tandis que les esprits s'allègent. Grâce à une écriture tout en douceur, en délicatesse, le lecteur se laisse peu à peu gagner par la beauté de cette renaissance au monde, et la sensation de bien-être qui l'accompagne.

    Parfois, le merveilleux tient à trois fois rien.

    (chronique publiée sur mon blog : motspourmots.fr)

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Lâchez tout, tout ce que vous êtes en train de faire.
    Lâchez tout et lisez L'Enfant céleste. Lâchez tout et partez.
    Partez avec Mary et Célian. Mary, la femme blessée, dont l'amour n'est plus. Et Célian, l'enfant différent, l'enfant curieux, qui ne cesse de rêver, mais à qui l'on assène qu'il...
    Voir plus

    Lâchez tout, tout ce que vous êtes en train de faire.
    Lâchez tout et lisez L'Enfant céleste. Lâchez tout et partez.
    Partez avec Mary et Célian. Mary, la femme blessée, dont l'amour n'est plus. Et Célian, l'enfant différent, l'enfant curieux, qui ne cesse de rêver, mais à qui l'on assène qu'il serait temps d'arrêter. Alors ils partent, sur une île du Nord gorgée d'écumes, d'histoires et de présence. D'abord celle de la mer, qui imbibe de ses embruns les jours et les nuits lunaires des marcheurs et autochtones. Celle de Tycho Brahe, l'astronome fou, imbu, génial, qui arpentait et avait érigé son domaine en cette île.
    Mary et Celian conteront les étoiles d'un présent fastueux. Fastueux par l'univers qui s'offre à eux, par le vide, hôte de leurs espoirs. Ils arpenteront les sols, les falaises et les planètes pour un voyage en soi et être enfin dans le temps. Shakespeare est alors convié au récit, car singulièrement lié à Brahe. Je ne pourrais vous dire pourquoi, tant je vous perdrais à trop en dévoiler. le voyage littéraire doit réserver ses surprises.
    L'écriture de Maud est pure, cristalline. C'est doux, c'est une vague qui vous lèche les pieds. C'est la surface azuréenne qui vous caresse lorsque vous êtes allongé dans la nuit salée, alors que la marée s'éveille. C'est la vie qui s'écoule avec ses portes qui se ferment et qui s'ouvrent sur les renaissances. C'est la serviette sur vos épaules quand la chair de poule vous enlace, et que le soleil dénoue les fils, un par un, pour ne plus vous gorger que de quiétude. L'écriture de Maud, c'est un rendez-vous. Partout, n'importe où, parce qu'elle saura vous emmener dans son monde, où que vous soyez. Merci pour ce si beau voyage et toute cette grâce, Maud.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Merci à Masse Critique Babelio et aux éditions L’Observatoire pour l’envoi de ce petit bijou.
    Un titre poétique qui comme le halo lunaire va nous envelopper dans un doux cocon.
    Mary maman de Célian doit affronter la rupture voulue par son compagnon Pierre et le mal-être scolaire de...
    Voir plus

    Merci à Masse Critique Babelio et aux éditions L’Observatoire pour l’envoi de ce petit bijou.
    Un titre poétique qui comme le halo lunaire va nous envelopper dans un doux cocon.
    Mary maman de Célian doit affronter la rupture voulue par son compagnon Pierre et le mal-être scolaire de Célian.
    Le mal-être de Célian fait écho en elle, et pas seulement parce qu’elle est fragilisée par sa rupture amoureuse.
    « Alors que depuis tout ce temps j’essayais de vivre en évitant de penser à mon enfance, elle m’est remontée à la gorge et j’ai pleuré sans plus savoir sur quoi dans une nuit qui recueillait, absorbait toutes mes peines. »
    La construction faite de chapitres courts, la typologie renforcent l’impression de voir l’histoire se dérouler en images, cet effet fait resurgir toute la douceur qu’il y a entre la mère et l’enfant.
    Fuir Paris et son lot d’ennuis pour aller sur l’île de Ven, sur les traces de Tycho Brahe, la tête dans les étoiles.
    Là c’est plus qu’un temps de pause c’est un temps où se recomposer, se réapproprier l’essence de soi-même, une évasion particulière.
    Sur cet île Mary et Célian vont être moins fusionnels, chacun va développer ses aspirations et vivre avec des personnes qui par leur situation géographique sont ancrées.
    Le lecteur ira, lui aussi, sur les pas de l’astronome avec bonheur, curiosité et regardera le ciel différemment. Cette figure emblématique sera divulguée par touche qui nuancera le scientifique de l’homme.
    Ce qui est fascinant c’est de voir comment Mary et Célian se coule avec aisance dans le monde de Solveig leur logeuse sur l’île, d’un spécialiste de Shakespeare et de Brahe, et d’un marin.
    C’est une découverte à deux voix : celle de Mary et de Célian.
    « A chaque fois que Célian parle ainsi de l’effondrement du monde, avec cette lucidité, je me sens démunie : comment protéger cet enfant si fervent, si sensible… »
    J’ai trouvé que ce roman est un hymne à la transgression, pour ne pas se laisser enfermer dans une vie dénuée de sens. C’est un cadeau qu’il faudrait recevoir tôt, même s’il n’est jamais trop tard. Offrir la capacité à se permettre des espaces de liberté salvateurs. Pouvoir ne pas se fondre dans la masse.
    La poésie cet outil précieux : « Les akènes aux aigrettes gris perle, symbole de l’univers en expansion, montent très haut, jusqu’à disparaître dans le ciel. J’ai fait un vœu. »
    ©Chantal Lafon-Litteratum Amor 16 octobre 2020.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un beau moment de poésie délicate et sensible comme on aime les déguster parsemé de tendresse et de subtilité.
    Apres un chagrin d'amour Mary part avec son fils Celian qui rencontre des difficultés adaptation scolaire du fait de sa trop grande sensibilité.
    Leur été sera celui de la...
    Voir plus

    Un beau moment de poésie délicate et sensible comme on aime les déguster parsemé de tendresse et de subtilité.
    Apres un chagrin d'amour Mary part avec son fils Celian qui rencontre des difficultés adaptation scolaire du fait de sa trop grande sensibilité.
    Leur été sera celui de la reconstruction avec la rencontre de beaux personnages comme Solveig ,le professeur et le frère de Solveig .
    A travers ce microcosme oû les félures des uns et des autres se croiseront pour mieux se consolider l'île,elle (Mary) et eux (les autres personnages) se partageront leur passé et leur présent pour se rebâtir un futur plus apaisé.
    Un beau premier roman comme on les aime.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • L'histoire est multiple.
    Elle est celle de la guėrison d'un chagrin d'amour. Elle est surtout une mise en avant des passages de la vie : l'enfant qui grandis, la femme qui s'adapte à la perte d'un amour, le retour aux origines, la maladie, le temps qui passe et toujours en contrepoint de ces...
    Voir plus

    L'histoire est multiple.
    Elle est celle de la guėrison d'un chagrin d'amour. Elle est surtout une mise en avant des passages de la vie : l'enfant qui grandis, la femme qui s'adapte à la perte d'un amour, le retour aux origines, la maladie, le temps qui passe et toujours en contrepoint de ces évolutions la nature qui révèle sa sensualité pour qui sait l'observer.
    Le livre nous fait découvrir l'île de Ven, magnifique cœur de terre préservé dans les mers baltiques. Il nous fait également faire connaissance avec Tycho Brahe, un personnage fascinant et énigmatique: astronome oublié, il est peut-être la réponse aux questionnements autour d'Hamlet de Shakespeare !

    Ce livre c'est surtout une expérience sensorielle qui se goûte avec plaisir, voir avec gourmandise. L'auteur glisse des petits cailloux tout au long des histoires qu'elle libère au gré de l'évolution de son récit. Des indices pour comprendre Mary par-ci, des informations sur Tycho Brahe par là. Elle nous offre le joli cadeau d'aller chercher encore plus de détails sur la carter du ciel, l'île de Ven, Tycho, Hamlet et Shakespeare ...

    J'ai aimée le rythme lent de ce récit, La mise en lumière de la beauté de la nature, L'évocation de la naïveté de l'enfance.
    C'est un livre d'une grande beauté et d'une grande poésie que je recommande vivement.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Mary élève seule son fis Celian, garçon rêveur et « surdoué « qui a du mal à s’adapter à l’école mais passionné par la nature et le cosmos. Suite à une rupture douloureuse, elle décide de quitter Paris avec Celian pour rejoindre une île sauvage de la mer Baltique où vécu Tycho Brahe, astronome...
    Voir plus

    Mary élève seule son fis Celian, garçon rêveur et « surdoué « qui a du mal à s’adapter à l’école mais passionné par la nature et le cosmos. Suite à une rupture douloureuse, elle décide de quitter Paris avec Celian pour rejoindre une île sauvage de la mer Baltique où vécu Tycho Brahe, astronome célèbre qui y fit construire un palais pour observer les étoiles et produire une nouvelle carte du Ciel.

    Le choix d’une lecture est souvent aléatoire et une superbe couverture peut nous attirer d’emblée, ce fut le cas pour ce discret roman d’une centaine de pages.
    On s’attache immédiatement aux deux personnages principaux, Mary, dans sa détresse amoureuse et sa fragilité et Celian pour sa fraîcheur, sa candeur et sa pureté.On les suit dans leur cheminement vers plus de lumière, de joie, de liberté.
    C’est avec une écriture fine, légère et poétique que l’auteur nous décrit les divers paysages de cette île , à la fois tourmentés par la puissance de la mer et apaisants au milieu des forêts et landes. Les personnages , plongés dans cette nature sauvage et réparatrice se recentrent peu à peu.Mary retrouve la sérénité oubliée des promenades en forêt de son enfance.
    J’apprécie les livres qui nous ouvrent des fenêtres vers l’Autre et l’Ailleurs : on fait connaissance avec Tycho Brahe, prince danois, peu connu en France, personnage curieux de la Renaissance qui bouscula les connaissances sur les étoiles et astres lointains et qui fut disgracié , voire empoisonné. Sa vie est si riche et complexe qu’elle aurait inspiré Shakespeare pour son Hamlet. Une belle découverte !
    Le récit, fait de courts chapitres, se déroule à deux voix, celles de Mary et Celian ; il permet une lecture calme, contemplative . Le récit de Celian amène beaucoup de poésie à travers ses observations de la nature.
    L’auteur analyse avec tendresse et justesse le chagrin d’amour de Mary, elle nous le représente comme un cycle nécessaire que celle-ci doit suivre pour atténuer sa douleur. Les divers personnages rencontrés sur l’ile vont chacun à leur manière être un appui pour avancer dans sa quête du bonheur.
    Elle parsème son récit de citations lumineuses de Rainer Maria Rilke, de Borges et Shakespeare.Tout un plaisir.
    C’est un roman d’une douce et tendre mélodie.

    Merci à Lecteurs.com et les Explorateurs de la Rentrée.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Ce roman raconte l’histoire de deux être fragiles, Mary et son fils Célian. Le petit garçon s’ennuie à l’école. Il est toujours dans la lune et agace son institutrice.
    Mary sort d’une rupture amoureuse et traverse une dépression. Elle va décider de partir en voyage avec Célian à la poursuite de...
    Voir plus

    Ce roman raconte l’histoire de deux être fragiles, Mary et son fils Célian. Le petit garçon s’ennuie à l’école. Il est toujours dans la lune et agace son institutrice.
    Mary sort d’une rupture amoureuse et traverse une dépression. Elle va décider de partir en voyage avec Célian à la poursuite de leur passion commune, l’astronome Tycho Brahe.
    Ils vont s’installer dans la pension de Solveig, sur l’île suédoise de Ven. C’est sur cette île que Tycho Brahe vécut et réalisa la carte du ciel.
    Leurs journées sont faites d’exploration de l’île sauvage, avec de magnifiques paysages, et de rencontres. A la pension séjourne également Des Esseintes, un professeur écrivant sur Shakespeare. L’île de Ven aurait inspiré « Hamlet » à Shakespeare. Et Mary soignera ses blessures avec Björn, un pêcheur, qui fait partie de la famille de Solveig.
    Les chapitres sont courts et alternent entre la voix de l’enfant et de la mère. C’est un roman lent à l’écriture fluide, simple et douce, tout en poésie.
    Maud Simonnot dépeint une magnifique relation mère-fils, tout en sensibilité. Les personnages sont attachants et leurs bonheurs sont simples. On assiste à la lente remontée à la surface de Mary qui se recherche sur cette île et se répare avec ses paysages et ses habitants.
    Un magnifique roman qui ne vous laissera pas indifférent. C’est beau, à la fois lumineux et lunaire. L’occasion également d’en apprendre plus la vie de Tycho Brahe.
    Merci aux autres explorateurs de la rentrée littéraire pour le partage de cette lecture.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Une histoire à deux voix, celle de Mary, femme prise dans les tourments d'une rupture sentimentale, et Célian, son fils, enfant surdoué, rêveur, que le système scolaire rejette.

    La mère et l'enfant entreprennent un voyage sur l'île de Ven, un écrin de nature et d'étoile en Suède. Une...
    Voir plus

    Une histoire à deux voix, celle de Mary, femme prise dans les tourments d'une rupture sentimentale, et Célian, son fils, enfant surdoué, rêveur, que le système scolaire rejette.

    La mère et l'enfant entreprennent un voyage sur l'île de Ven, un écrin de nature et d'étoile en Suède. Une aventure pour cette qui décide de tout plaquer pour emmener son fils sur cette île de légende, une pile qui les fait rêver.

    Une île choisit pas par hasard car c'est celle de Tycho Brahe, astronome danois de la Renaissance, fondateur du premier observatoire et surtout inspirateur d'Hamlet de Shakespeare. Un haut personnel qui éveille l'admiration de Mary et Célian.

    Un voyage a deux mais chacun de son côté, car Mary essaye de s'affranchir de sa tristesse à travers cette île qui est comme un fantasme pour elle. De l'autre côté, une voix d'enfant qui lui a un rapport à la nature et une contemplation de son environnement extraordinaire, qui offre une renaissance à Mary.

    Une plume douce, poétique, intime, naturelle. Un voyage moderne à la recherche d'un remède à leurs désillusions, qui donne naissance a des rencontres qui vont les aider à guérir de leurs peine.

    Une ode à la nature, à l'astronomie, à l'art, à la famille, dans un cadre idyllique. Envoutant, "L'enfant céleste" est un grand moment de beauté aux chapitres courts, léger comme l'air, aériens, tout en étant dans la découverte.

    J'ai aimé aller à la découverte de Tycho Brahe à travers une constellation d'histoire qui file à travers les pages telle une étoile filante dans un ciel sans nuage.

    Une lecture coup de coeur qui nous laisse rêveur avec la tête dans les étoiles. C'est lumineux, simple et magique : j'en redemande.

    Avec Maud Simonnot, les choses simples de la vie prennent une dimension magique !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.