L'empathie

Couverture du livre « L'empathie » de Antoine Renand aux éditions Robert Laffont
Résumé:

Imaginez : vous découvrez dans votre téléphone portable des photos d'un inconnu, prises chez vous, au rez-de-chaussée, alors que vous étiez à l'étage. Ou bien, vous dormez dans votre appartement, mais le lendemain vous voyez, sur votre système de vidéosurveillance, un homme qui vous scrute... Voir plus

Imaginez : vous découvrez dans votre téléphone portable des photos d'un inconnu, prises chez vous, au rez-de-chaussée, alors que vous étiez à l'étage. Ou bien, vous dormez dans votre appartement, mais le lendemain vous voyez, sur votre système de vidéosurveillance, un homme qui vous scrute pendant votre sommeil, immobile et silencieux dans le noir. Vous tremblez de peur ? Pourtant vous avez échappé au pire...
Cet homme, c'est Alpha. Un bloc de haine incandescent qui peu à peu découvre le sens de sa vie : violer et torturer, en un mode opératoire inédit et ultraviolent.
Pour le traquer et vous protéger : Marion Mesny et Anthony Rauch, dit la Poire, capitaines au sein du 2e district de police judiciaire, la « Brigade du viol », spécialisé dans les affaires de crimes sexuels.
Marion, un courage de lionne puisé dans le drame de son enfance. La Poire, une intelligence de loup mais un mensonge qui le démolit à petit feu. Alpha, un grand prédateur dont les souvenirs empestent la mort.
Dans Paris transformé en terrain de chasse, trois guerriers détruits par leur passé se guettent et se poursuivent. Aucun ne sortira vraiment vainqueur, car pour gagner il faut rouvrir ses plaies et livrer ses secrets. Mais vous, vous pourrez de nouveau entrebâiller votre fenêtre la nuit... peut-être.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis(7)

  • Je referme ce livre et je ne sais trop quoi en penser. Ce livre a tout du polar et pourtant ce n'en est pas vraiment un. Il est psychologique sans être non plus un thriller car il n'y a pas vraiment de suspense, pas vraiment d'enquête mais plutôt deux personnages centraux, Anthony Rauch,...
    Voir plus

    Je referme ce livre et je ne sais trop quoi en penser. Ce livre a tout du polar et pourtant ce n'en est pas vraiment un. Il est psychologique sans être non plus un thriller car il n'y a pas vraiment de suspense, pas vraiment d'enquête mais plutôt deux personnages centraux, Anthony Rauch, capitaine dans la « brigade du viol » de la police judiciaire et Alpha, un serial violeur dit aussi le lézard. Il y a aussi et surtout des personnages qui gravitent autour d'Anthony, dit la Poire, pour une raison qu'on ne peut dévoiler ici au risque d'en dire trop. Marion, sa coéquipière et presque soeur, Louisa son avocate de mère, et Déborah une des victimes d'un autre violeur. Tous ces personnages ont le « viol » pour point commun et chacun a sa voix au chapitre qui nous livre leur passé, leurs secrets mais aussi leur résilience, pour certains. Si Anthony fait preuve de beaucoup d'empathie pour les victimes des violeurs qu'il traque, nous lecteurs ressentons également énormément d'empathie à l'égard de ce personnage et ses nombreuses failles. Il est aussi assez rare que les victimes soient à ce point mises en avant, en la personne de Déborah notamment, et c'est aussi ce que j'ai aimé. C'est sans doute en cela qu'il y a beaucoup d'humanité dans ce livre.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Antoine Renand nous offre , avec "L'empathie" , un roman noir dont la thématique principale , le viol , a , à ma connaissance , rarement été traité dans le genre polar - thriller auparavant .
    Un crime qui demeure encore trop souvent impuni et dont les femmes qui l'ont subi , sont meurtries à...
    Voir plus

    Antoine Renand nous offre , avec "L'empathie" , un roman noir dont la thématique principale , le viol , a , à ma connaissance , rarement été traité dans le genre polar - thriller auparavant .
    Un crime qui demeure encore trop souvent impuni et dont les femmes qui l'ont subi , sont meurtries à vie dans leur chair comme dans leur esprit . L'auteur n'oublie pas les enfants , filles ou garçons , qui ont été agressés sexuellement , souvent par un proche , et dont le destin profané à jamais , peut transformer ces petits êtres en futurs assassins dont la haine et la vengeance sont les moteurs principaux .
    C'est le cas de "Alpha" qui escalade le mur des immeubles du monde entier pour mieux observer des couples ou des femmes seules , la nuit , dans leur sommeil afin de les surprendre , de les traumatiser en se faufilant dans leur intimité ou de profiter de sa force pour mieux les humilier . C'est en France qu'il a décidé de revenir commettre ses forfaits et ou " Le lézard" , son surnom donné par les médias , va découvrir , lors d'une émission de télévision justement consacrée au criminels sexuels , ce flic à la voix de fausset , en sueur , légèrement efféminé , un certain Capitaine Rauch .
    Anthony Rauch , surnommé aussi La Poire , du fait de son physique peu avantageux , travaille au commissariat du 12 ème arrondissement dans la brigade du viol spécialisée dans les affaires d'agressions sexuelles en série . Il est assisté de la fidèle Marion , une alliée et une véritable amie .Sous la houlette du commandant Euvrard ils traquent actuellement un violeur récidiviste qui a déjà traumatisé de nombreuses jeunes parisiennes , commettant ses crimes , toujours affublé d'un casque de moto sur la tête . Anthony n'est pas le seul de la famille à travailler dans le domaine judiciaire : sa mère Louisa , est une avocate pénaliste renommée dans la profession et sa route , plus souvent professionnelle que personnelle , croise de temps en temps celle de son fils .
    Leur route va malheureusement aussi bientôt rentrer en collision sanglante avec celle d'Alpha et par ricochet mettre en lumière la personnalité ambiguë du capitaine Rauch .

    Un démarrage chaotique pour moi suivi d'une montée en puissance tant rythmique que narrative quand l'auteur nous plonge dans le passé familial quelque peu sulfureux de la famille Rauch .Des scènes hyper réalistes ensuite avec ces enchainements de violences souvent gratuites et malsaines qui montrent aussi la profondeur de perversité et de cruautés dont peuvent faire preuve certains personnages . Des moments de surprises les plus complets enfin qui vous déstabilisent et vous émeuvent car il y a des personnages , même si l'on sait qu'ils ne sont qu'issus de l'imaginaire fécond de l'auteur , sans doute plus attachants que d'autres , dont on ne peut supporter la disparition .
    Mais rassurez-vous , au milieu de toute cette noirceur abyssale , Antoine Renand, sait glisser quelques lueurs d'espoir ..

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Voilà un livre que l’on encense avant et depuis sa sortie. Une phrase d’accroche et des avis dithyrambiques m’ont vite convaincue de me le procurer. Et plus que l’intrigue, ce sont les thèmes abordés et les personnages qui m’ont complètement séduite. Avec l’empathie préparez-vous à passer un...
    Voir plus

    Voilà un livre que l’on encense avant et depuis sa sortie. Une phrase d’accroche et des avis dithyrambiques m’ont vite convaincue de me le procurer. Et plus que l’intrigue, ce sont les thèmes abordés et les personnages qui m’ont complètement séduite. Avec l’empathie préparez-vous à passer un incroyable moment de lecture. Oui rien que ça.
    Premier point positif de ce livre ce sont les chapitres courts donnant un rythme dès le départ à l’histoire. Et en plus ça commence sur les chapeaux de roues, mettant le lecteur dans l’intrigue quasi immédiatement. De plus, on fait connaissance avec nos personnages principaux dès les premières pages.

    En effet, l’auteur a choisi de mettre en scène Anthony et Marion capitaines à La brigade des viols, dans une affaire assez glauque. En même vous me direz à La brigade des viols, des choses plaisantes il ne doit pas y en avoir des masses. C’est une affaire qui va également faire intervenir Louisa, avocate célèbre mais surtout mère d’Anthony. Voilà, en moins de 50 pages l’auteur nous a introduit ses protagonistes et nous sommes désormais prêts à passer à l’intrigue principal.

    Et là vient mon deuxième point positif. J’ai été vite embarquée dans l’histoire car niveau ressenti, sensations, la barre est placé bien haute. Ressenti produit par le fait qu’on entre dans la tête du voyeur le plus malsain au monde. On le suit pendant ses traques, amenant un sentiment de malaise, de dégoût, le mot est faible, par rapport à ce qu’il entreprend et fait subir à ses victimes. Ah pour le coup on entre en empathie totale! Mais ressenti aussi envers certains de nos protagonistes au passé bien lourd, tortueux… Parce que le viol ne concerne pas seulement les victimes de La Brigade des Viols et que c’est abordé de façon à ne pas trop heurter les cœurs sensibles
    Et pourtant, j’oserais dire que ce n’est pas réellement ça l’intrigue principale… Quoi ? Comment ? On nous aurait menti ?

    Bien sûr que non! Mais au ressortir de ma lecture, pour moi, et je dis bien pour moi, ce sont nos personnages principaux à savoir Anthony, Marion, Louisa et Le lézard qui sont au cœur de l’intrigue. Mais pas une intrigue où il faut résoudre une enquête policière pour avoir le fin mot de l’histoire. Ici, l’affaire est un prétexte, même si on a connu prétexte plus joyeux, pour comprendre leurs choix, leurs personnalité et ce qu’ils sont devenus à ce jour.

    On a ainsi droit à des retours dans le passé, qui nous explique, qui nous dévoile une facette de nos protagonistes. Un aspect positif ou négatif d’ailleurs. Ici aucun point vue manichéen, chacun compose avec ses forces et ses faiblesses.

    Et c’est ce qui fait la réussite du livre pour ma part.

    De plus, L’empathie se lit comme il pourrait se voir en film. A savoir que l’on commence à mettre nos personnages en scène, pour ensuite dévoiler l’intrigue principale qui sera le moteur, le fil rouge pour comprendre, entendre ces personnages et leur histoire. Et à travers ce fil rouge, on construit d’autres ramifications permettant une meilleure compréhension de l’histoire et qui de temps à autre voire souvent ont meurtri mon cœur de lectrice.

    Et lire un livre et le visualiser de bout en bout me provoquant certains malaises, et bien je considère que c’est un excellent livre et je pèse mes mots.

    Pour moi, l’intrigue a réellement pour rôle, autre que de bien s’enfermer à double tour chez soi, de déclencheurs, de révélateurs sur des vérités enfouies depuis bien trop longtemps. Et des révélations on en a ! De ce côté-ci on est servi et on a de quoi composer. Mais surtout on entre en empathie avec nos protagonistes parce qu’ils sont comme vous et moi, qu’ils ont un passé plus ou moins facile, qu’ils sont parfois malmenés… et qu’en fin de compte c’est un peu nous, lecteurs, qui sommes également malmenés…

    D’autant que ce n’est pas une intrigue, une enquête qui se résout en 200 pages et boujoux. Ca s’étend sur quelques semaines, je dirais même quelques années permettant ainsi de suivre l’évolution de tout ce petit monde. Alors oui il y a du rythme parce qu’on a des chapitres courts, une alternance de points de vue. Mais il ne faut pas s’attendre à une résolution rapide avec des indices qui tombent toutes les dix pages.

    Quand arrive le dénouement bah l’attente en valait clairement la chandelle. Tout le flot d’émotions contenus se déversent et offrent une fin royale. Rien que ça! J’ai envie de dire que c’est le combat final entre Batman et Le joker, entre Spider-man et Le bouffon vert… tous ces ennemis légendaires.

    C’est une fin qui termine une composition maitrisée de bout en bout.

    En bref,

    Pour un premier thriller, Antoine Renand nous offre une intrigue de première qualité. L’intrigue pour fil rouge où gravite nos protagonistes, nous permettant de mieux les cerner, de comprendre certains de leurs choix. Et comprendre n’est pas cautionné. Une histoire maîtrisée de bout en bout suscitant un raz-de-marée d’émotions, facilitant l’entrée dans l’intrigue. Ca se lit comme on visualise un film. Et surtout on en redemande!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Pour un premier roman, c’est un premier roman « waouh »!! Antoine Renand a un réel don pour hypnotiser son lecteur, pour le rendre absolument accroc à son roman, pour le faire trembler, pour le faire cogiter, pour le surprendre, pour l’intriguer. Bref, avec « L’empathie », Antoine Renand est...
    Voir plus

    Pour un premier roman, c’est un premier roman « waouh »!! Antoine Renand a un réel don pour hypnotiser son lecteur, pour le rendre absolument accroc à son roman, pour le faire trembler, pour le faire cogiter, pour le surprendre, pour l’intriguer. Bref, avec « L’empathie », Antoine Renand est devenu un maître du thriller!! L’auteur est scénariste et cela se ressent dans son roman car l’auteur a su décrire avec précisions ses personnages, les scènes afin que le lecteur puisse visualiser au plus juste tout le livre. Les scènes défilent sous les mots avec précision et justesse! La justesse est également bien présente dans les intrigues qui sont délivrées au fur et à mesure. Car oui, il y a Alpha, le monstre, mais il y a aussi les deux flics, Marion et Anthony, qui sont eux-mêmes des intrigues: ils ont chacun un passé lourd, passé qui les a amenés à travailler dans cette « brigade su viol ». Alors oui, il y a le côté thriller avec Alpha, mais il y a surtout le thriller psychologique qui rend le lecteur accroc. Et tout y est: la peur, l’angoisse, l’étonnement, la sensibilité, la compréhension, l’empathie bien évidemment. Antoine Renand n’épargne rien à son lecteur: tout est décrit, dit sans tabou, âme très sensible s’abstenir car l’horreur y est très bien décrit!

    À côté de tout cela, Antoine Renand n’en a pas oublié les victimes, ces victimes qui pourraient être une personne que nous connaissons, une personne proche de nous. Elles ont une place importante dans « L’empathie » car l’auteur les fait parler, les fait ressentir, les fait éprouver. Et surtout, le travail des enquêteurs auprès d’elles fait partie intégrante de l’histoire et l’empathie, la compassion, l’accompagnement des deux policiers sont essentiels dans le roman. Antoine Renand n’a oublié personne dans « L’empathie », tous les personnages sont décryptés, suivis, les victimes comme les bourreaux, et il en ressort que les actions de chacun sont étroitement liées à leur passé. Le lecteur ne peut rester indifférent à tout ce qui se joue dans « L’empathie » oh que non!!!!

    Antoine Renand est un écrivain qui a prouvé sa place dans le thriller avec « L’empathie », et quelle place!!!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions