Légende d'un dormeur éveillé

Couverture du livre « Légende d'un dormeur éveillé » de Gaelle Nohant aux éditions Heloise D'ormesson
Résumé:

Robert Desnos a vécu mille vies - écrivain, critique de cinéma, chroniqueur radio, résistant de la première heure -, sans jamais se départir de sa soif de liberté et d'amour. Pour révéler cette vie, aussi héroïque qu'engagée, Gaëlle Nohant a épousé les pas du poète, des Halles à Montparnasse,... Voir plus

Robert Desnos a vécu mille vies - écrivain, critique de cinéma, chroniqueur radio, résistant de la première heure -, sans jamais se départir de sa soif de liberté et d'amour. Pour révéler cette vie, aussi héroïque qu'engagée, Gaëlle Nohant a épousé les pas du poète, des Halles à Montparnasse, non sans quelques détours, à Cuba ou à Belle Ile. Comme si elle avait écouté les battements de son coeur dans l'atelier de la rue Blomet, s'était assise aux terrasses du Select ou du Flore en compagnie d'Antonin Artaud, de Prévert et d'Aragon ; avait tressailli en écoutant les anathèmes d'André Breton, fumé l'opium avec la chanteuse Yvonne George, et dansé des nuits entières aux côtés de Kiki et de Man Ray.
Pour ce voyage avec Desnos, elle puise dans son oeuvre, sondant les âmes en medium, et comme lui, « parle surréaliste ». S'identifiant à Youki, le grand amour de Robert, elle l'accompagne jusqu'au bout du voyage, au camp de Terezín.
Fabuleuse investigation littéraire, Légende d'un dormeur éveillé ressuscite quinze ans d'histoire, des années 1930 à l'Occupation. Une traversée du XXe siècle, vivante et tumultueuse, sur les traces d'un héros dont on ne peut que tomber amoureux.

Donner votre avis

Avis(37)

  • Un vrai plaisir de redécouvrir l'oeuvre dans son contexte de création et l'homme qu'on aurait aimé avoir pour ami.

    Un vrai plaisir de redécouvrir l'oeuvre dans son contexte de création et l'homme qu'on aurait aimé avoir pour ami.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Robert Desnos, j’ai retenu ce nom en bas des poésies que me récitaient mes enfants. Gaëlle Nohant a usé de ses propres mots pour faire vivre et revivre Robert Desnos avec grand talent. Cet homme fut fidèle, tout au long de sa vie, à ses sentiments, ses opinions, bref fidèle à lui-même.
    Cette...
    Voir plus

    Robert Desnos, j’ai retenu ce nom en bas des poésies que me récitaient mes enfants. Gaëlle Nohant a usé de ses propres mots pour faire vivre et revivre Robert Desnos avec grand talent. Cet homme fut fidèle, tout au long de sa vie, à ses sentiments, ses opinions, bref fidèle à lui-même.
    Cette évocation m’a permis de mieux connaître l’épopée des surréalistes, le caractère d’André Breton, les élégantes pirouettes de Desnos qui ne renonce jamais à ses idées, ni à ses amours. Il fut fidèle à Yvonne George qu’il aimât d’un amour sans retour, jusqu’à la suivre dans ses balades narcotiques. Youki de Montparnasse est l’épouse du peintre Foujita et devient son second amour, « sa Sirène ».
    Dans le Paris de l’entre-deux guerres, la vie, la créativité foisonnent. Paris est le centre du monde artistique. Tous ces écrivains, peintres, poètes… maudits ou pas se retrouvent et s’entraident. Desnos ne se cantonne pas à la poésie. Journaliste, critique littéraire « Robert n’est pas obéissant. Dans le quotidien « Aujourd’hui », il s’en est pris à Hans Carossa, un nazi dont il devait chroniquer le livre, et il n’y est pas allé de main morte. », Dialoguiste il tâte de la radio. J’ai ainsi appris qu’il était l’auteur de slogan de réclame et… Interprète des rêves (quel beau métier !!). « Une jeune fille a rêvé d’un chat qui était dévoré vivant de l’intérieur par un autre chat. On aurait du mal à trouver plus elle métaphore de l’Occupation ! ».
    Vu son tempérament, il ne pouvait faire autrement que prendre une part très active en entrant dans la résistance. Déporté, il meurt du typhus un mois après sa libération sans revoir Nouky et Paris.

    Une fourmi de dix-huit mètres
    Avec un chapeau sur la tête
    Ça n'existe pas, ça n'existe pas
    Une fourmi traînant un char
    Plein de pingouins et de canards
    Ça n'existe pas, ça n'existe pas
    Une fourmi parlant français
    Parlant latin et javanais
    Ça n'existe pas, ça n'existe pas
    Et pourquoi… pourquoi pas

    « Cette fourmi de dix-huit mètres ne ressemble-t-elle pas à une locomotive, et son chapeau à un panache de fumée ? Dix-huit mètres, c’est la longueur précise d’une locomotive avec son tender à charbon. Et ces passagers de toutes les races parlant des langues différentes….
    …. Sont les déportés ? souffler Verdier, songeur. »
    Cette comptine, admirablement interprétée par Juliette Gréco a donc un double sens.

    Robert Desnos est vivant sous la plume de Gaëlle Nohant, tellement généreux, grande gueule (comme je les aime), bagarreur, heureux de vivre, un brin provocateur… Un homme que l’on aimerait avoir pour ami, pour amant tant ce doit être bon de se frotter à sa chaleur, son humanité, sa générosité. J’ai vraiment eu l’agréable sensation de partager son univers, de l’accompagner, de le découvrir, un très beau voyage.
    Je suis sous le charme de ma lecture. Un coup de cœur

    comment Commentaire (1) flag Signalez un abus
  • Avec plaisir je découvrirais ce livre, son titre déjà éveille ma curiosité! Je suis particulièrement intéressée par cette période, de la belle époque des années folles au drame de la seconde guerre. Passionnée par la littérature et par ces auteurs qui ont vécu mille vies comme dans leurs...
    Voir plus

    Avec plaisir je découvrirais ce livre, son titre déjà éveille ma curiosité! Je suis particulièrement intéressée par cette période, de la belle époque des années folles au drame de la seconde guerre. Passionnée par la littérature et par ces auteurs qui ont vécu mille vies comme dans leurs romans, j'aimerais beaucoup découvrir davantage Robert Desnos et Gaëlle Nohant que j'ai aperçu uniquement à la télévision. Merci!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • A travers ce roman, j'ai découvert Robert Desnos que je ne connaissais pas. J'ai découvert un homme, un poète, un caractère indomptable, un amour fou, un résistant. J'ai rencontré Youki, sa sirène, ses amis. J'ai découvert Paris de l'entre deux guerres, le groupe des surréalistes avec leur air...
    Voir plus

    A travers ce roman, j'ai découvert Robert Desnos que je ne connaissais pas. J'ai découvert un homme, un poète, un caractère indomptable, un amour fou, un résistant. J'ai rencontré Youki, sa sirène, ses amis. J'ai découvert Paris de l'entre deux guerres, le groupe des surréalistes avec leur air faussement désinvolte, leurs désaccords. J'ai rencontré Prévert, Néruda, Hemingway, Aragon, Marcel Aymé.
    Ecrire, écrire, encore écrire, toujours écrire, la gentillesse, la fougue, l'espoir, l'optimisme voilà comment je décrirai Robert Desnos et incroyablement intelligent et cultivé.
    Les denriers chapitres, lorsque Youki prend la parole, m'ont bouleversé. Connaitre le destin tragique de cet homme, son humanité, le témoignage de son amour de toujours.

    Une très belle découverte sublimé par la plume de Gaëlle Nohant qui sait nous embarquer comme il se doit dans cet univers.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com