Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Le zebre

Couverture du livre « Le zebre » de Alexandre Jardin aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782070382750
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

Gaspard Sauvage, dit le Zèbre, refuse de croire au déclin des passions. Bien que notaire de province, condition qui ne porte guère aux extravagances, le Zèbre est de ces irréguliers qui vivent au rythme de leurs humeurs fantasques.
Quinze ans après avoir épousé Camille, il décide de ressusciter... Voir plus

Gaspard Sauvage, dit le Zèbre, refuse de croire au déclin des passions. Bien que notaire de province, condition qui ne porte guère aux extravagances, le Zèbre est de ces irréguliers qui vivent au rythme de leurs humeurs fantasques.
Quinze ans après avoir épousé Camille, il décide de ressusciter l'ardeur des premiers temps de leur liaison. Insensiblement, la ferveur de leurs étreintes s'est muée en une complicité de vieux époux. Cette déconfiture désole Gaspard.
Loin de se résigner, il part à la reconquête de sa femme.
Grâce à des procédés cocasses et à des stratagèmes rocambolesques, il redeviendra celui qu'il n'aurait jamais dû cesser d'être : l'Amant de Camille, l'homme de ses rêves. Même la mort pour lui n'est pas un obstacle.

Donner votre avis

Articles (1)

  • Autour d'un verre avec Alexandre Jardin
    Autour d'un verre avec Alexandre Jardin

    Juste une fois, vraiment ? Avec l'appétit qu'on lui connaît, Alexandre Jardin évoque son rapport à l'écriture à travers le roman, Juste une fois (Grasset, 2014), d'abord publié au Québec. Une histoire d'amour redoutablement virale et un écrivain décidément pas comme les autres.

Avis (6)

  • Je ne sais pas si l'on doit ce phénomène à l'essor du livre électronique ou à la dématérialisation galopante, mais depuis quelque temps, je ne cesse de récupérer des livres. Anciens, récents, livres de poche, éditions brochées, romans, documentaires, essais, ma bibliothèque personnelle grossit...
    Voir plus

    Je ne sais pas si l'on doit ce phénomène à l'essor du livre électronique ou à la dématérialisation galopante, mais depuis quelque temps, je ne cesse de récupérer des livres. Anciens, récents, livres de poche, éditions brochées, romans, documentaires, essais, ma bibliothèque personnelle grossit beaucoup en ce moment. Parmi les derniers arrivés figure "Le zèbre" d'Alexandre Jardin, un auteur que je n'avais jamais lu jusqu'à présent même si je connaissais l'homme bien avant qu'il n'envisage de se présenter aux élections présidentielles.

    Je connaissais également "Le zèbre" pour avoir vu il y a bien longtemps l'adaptation cinématographique dans laquelle Thierry Lhermitte jouait le rôle de Gaspard. J'en garde le souvenir assez vague d'un film original et surtout d'un personnage un brin iconoclaste. C'est donc avec à l'esprit les grandes lignes de l'histoire que je me suis lancé dans mon premier Alexandre Jardin et force est d'avouer que j'ai plutôt apprécié l'expérience.

    La plume de l'auteur m'a plu immédiatement. Le roman a un peu moins de trente ans, mais l'approche narrative a gardé toute sa fraîcheur. Le début du "Zèbre" a un côté cinématographique façon voix off avec un narrateur qui refuse de rester à bonne distance de ses personnages et se plaît plutôt dans le rôle d'observateur de l'ombre de ce manège amoureux dans lequel il nous propose de monter. Tout au long du récit, on sent un réel amour pour Gaspard et Camille, deux héros dont il restitue toute l'humanité, leur offrant des moment de grâce, mais n'hésitant pas à les malmener sans se départir toutefois d'une bienveillance appréciable.

    Et on le comprend ! Comment ne pas tomber sous le charme de ce zèbre, singulier personnage, aussi irritant que lumineux, dont les frasques et l'esprit décalé donnent tout leur sel à des scènes tour à tour saugrenues, fantasques ou émouvantes ? Son âme sœur n'est pas non plus en reste et si l'on a tendance au début du roman à se placer plutôt du côté de Camille, moins exubérante et démonstratrice, difficile de dire passée la première moitié du roman de quel côté penche la folie.

    Le sujet est universel, mais son traitement est original tout comme le sont les manigances du zèbre qui ne cessent de nous surprendre jusqu'au dénouement final qui fait basculer le roman dans un autre registre. Lorsqu'Alexandre Jardin a écrit ce roman, il avait à peine plus de vingt ans et pas forcément l'expérience émotionnelle pour s'attaquer à un tel sujet - Comment concilier passion et longévité dans un couple ? - et pourtant, il s'en empare comme personne, aidé en cette tâche par un humour omniprésent et une volonté de sortir des sentiers battus en misant - comme il l'explique d'ailleurs dans les annexes de mon édition (France Loisirs, 1988) - avant tout sur l'émotionnel.

    L'histoire est habile, la plume nous offre régulièrement de jolies fulgurances stylistiques, quelques bons mots, mais également des réflexions d'une rare finesse psychologique sur l'amour, la passion, la société de l'époque ou les rapports humains. Bref, on se laisse prendre sans mal à ces jeux d'amour, à ces élans passionnels, à ce tango qui n'en finit plus entre deux partenaires à vie dont on ne sait si les mouvements sont semblables ou dissemblables aux nôtres.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Prix Fémina en 1988, adapté au cinéma par Jean Poiret en 1992 avec Thierry Lhermitte dans le rôle du zèbre et Caroline Cellier dans le rôle de Camille.
    Gaspard (dans le livre)/Hippolyte(dans le film) est un notaire de province fantasque qui passe pour être un drôle de zèbre. Marié depuis quinze...
    Voir plus

    Prix Fémina en 1988, adapté au cinéma par Jean Poiret en 1992 avec Thierry Lhermitte dans le rôle du zèbre et Caroline Cellier dans le rôle de Camille.
    Gaspard (dans le livre)/Hippolyte(dans le film) est un notaire de province fantasque qui passe pour être un drôle de zèbre. Marié depuis quinze ans à Camille, professeur de lettres avec qui il a deux enfants, Gaspard/Hippolyte sent que la routine s'installe insidieusement dans son couple. Il décide de raviver la flamme de leur passion. Peu de temps après, Camille reçoit des lettres d'amour anonymes. Une histoire rocambolesque qui fait sourire, rire même souvent et pleurer aussi. Difficile de suivre Gaspard /Hippolyte dit le Zèbre dans son imaginaire et ses frasques mais on passe un bon moment.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • C'est une littérature rafraîchissante et sans prétention que propose Alexandre Jardin. Thème maintes fois exploité que celui de l'amour qui s'éteint et de comment remédier à la lente érosion des sentiments.
    UN peu trop naïf à mon goût..

    C'est une littérature rafraîchissante et sans prétention que propose Alexandre Jardin. Thème maintes fois exploité que celui de l'amour qui s'éteint et de comment remédier à la lente érosion des sentiments.
    UN peu trop naïf à mon goût..

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Gaspard Sauvage, notaire de province, marié à Camille et père de deux enfants, mène sur le papier une vie conventionnelle et posée. Mais il n'est pas surnommé "le Zèbre" pour rien car c'est en fait un homme imaginatif, excentrique, qui fabrique avec son fils des machines farfelues et crée de...
    Voir plus

    Gaspard Sauvage, notaire de province, marié à Camille et père de deux enfants, mène sur le papier une vie conventionnelle et posée. Mais il n'est pas surnommé "le Zèbre" pour rien car c'est en fait un homme imaginatif, excentrique, qui fabrique avec son fils des machines farfelues et crée de fausses pièces de monnaie.
    Un jour il prend conscience de la fragilité de la vie et réalise que la mort peut le séparer de sa femme à tout instant. Il décide alors de faire de sa vie conjugale un chef-d’œuvre et il monte mille stratagèmes et idées saugrenues pour faire renaitre la passion amoureuse des débuts.

    L'absurdité des efforts du Zèbre font parfois rire, et parfois son inventivité étonne et fascine.
    C'est un roman prenant, touchant, et qui fait rire. Il est touchant car chacun peut se reconnaitre dans la famille composée par le Zèbre, Camille et leurs deux enfants, et parce qu'il aborde avec beaucoup de justesse et de légèreté les thèmes de l'amour, du couple, de la famille, du temps qui passe et de la mort. Il met en lumière également un désir partagé par beaucoup : celui de s'élever et d'accomplir quelque chose de "grand" dans sa vie. Gaspard dit le Zèbre y arrive en faisant de sa vie conjugale son chef d’œuvre.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Gaspard Sauvage, dit le Zèbre, n’en fait qu’à sa tête. Notaire à Laval mais excentrique, courageux romantique mais plus pantouflard que voyageur, Gaspard a décidé de reconquérir l’amour de Camille, sa femme, usé par quinze ans de mariage et deux enfants.

    Ébranlé par l’accident qui a failli...
    Voir plus

    Gaspard Sauvage, dit le Zèbre, n’en fait qu’à sa tête. Notaire à Laval mais excentrique, courageux romantique mais plus pantouflard que voyageur, Gaspard a décidé de reconquérir l’amour de Camille, sa femme, usé par quinze ans de mariage et deux enfants.

    Ébranlé par l’accident qui a failli coûter la vie de Camille, le Zèbre se rue sur chaque instant partagé avec elle comme si c’était le dernier. Il met en scène des stratagèmes pour enrayer la routine et rejoue son amour plus qu’il ne l’éprouve. À défaut d’être un grand écrivain, Gaspard veut faire de son amour une œuvre magistrale.
    [...] Alexandre Jardin, lorsqu’il écrit ce texte en 1988, semble se retrouver dans chacun de ses personnages : le Zèbre, l’idéaliste qui veut dépasser les grands de la littérature pour rendre son amour éternel ; Camille qui recueille les ambitions romanesques de son mari par l’écriture ; Alphonse, l’ami dévoué de Gaspard.

    Le Zèbre, c’est une fable sympathique, à l’appétit littéraire noble mais pas tout à fait comblé. Malgré tout, Jardin a le goût des mots ; il revisite les expressions d’une nouvelle manière qui donne à l’écriture une tournure élégante, théâtrale, poétique et légère. Et paradoxalement, c’est cette légèreté, cette façon de donner d’autres mots au drame qui guette la famille Sauvage, qui véhicule de l’émotion dans l’instant de lecture, mais qui n’ancre pas le roman dans la postérité. Une très belle lecture pourtant.

    L'article entier sur mon blog :
    http://www.bibliolingus.fr/le-zebre-alexandre-jardin-a80136622

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • A cette époque Alexandre Jardin écrivait des livres magnifiques. Il savait trouver les mots et les situations pour émouvoir son lecteurs. Là encore je ne compte pas le nombres de fois que j'ai lu ce livre. J'ai adoré l'adaptation au cinéma. Je ne peux que vous en recommander la lecture...

    A cette époque Alexandre Jardin écrivait des livres magnifiques. Il savait trouver les mots et les situations pour émouvoir son lecteurs. Là encore je ne compte pas le nombres de fois que j'ai lu ce livre. J'ai adoré l'adaptation au cinéma. Je ne peux que vous en recommander la lecture...

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.