Le soleil des rebelles

Couverture du livre « Le soleil des rebelles » de Luca Di Fulvio aux éditions Slatkine Et Cie
Résumé:

Le jeune prince Marcus est encore un enfant lorsqu'il assiste impuissant au massacre de toute sa famille.
Seul rescapé de cette boucherie ennemi héréditaire de la famille de Marcus qui va s'asseoir sur le trône, Marcus ne doit son salut qu'à la jeune Héloïse, fille d'Agnès, la lavandière du... Voir plus

Le jeune prince Marcus est encore un enfant lorsqu'il assiste impuissant au massacre de toute sa famille.
Seul rescapé de cette boucherie ennemi héréditaire de la famille de Marcus qui va s'asseoir sur le trône, Marcus ne doit son salut qu'à la jeune Héloïse, fille d'Agnès, la lavandière du village qui l'accueillera sous son toit pour l'élever comme s'il était son fils.

Luca di Fulvio retrace l'ascension paradoxale d'un petit prince qui va devoir apprendre dans la douleur comment devenir un homme.

Donner votre avis

Articles (2)

Voir tous les articles

Les derniers avis

  • Vous dire que j’avais aimé ma première expérience aux côtés de Luca Di Fulvio serait bien en dessous de la vérité. J’avais été littéralement conquis par « Les enfants de Venise » et son épopée romanesque dans le XVIème siècle. L’ambiance, les personnages, le scénario, tout était au rendez-vous...
    Voir plus

    Vous dire que j’avais aimé ma première expérience aux côtés de Luca Di Fulvio serait bien en dessous de la vérité. J’avais été littéralement conquis par « Les enfants de Venise » et son épopée romanesque dans le XVIème siècle. L’ambiance, les personnages, le scénario, tout était au rendez-vous pour que je passe un grand moment de lecture. Par conséquent, je me faisais une joie de replonger dans sa nouvelle création.

    « Le soleil des rebelles » se situe quelques années avant, au temps des guerres hussites dans le royaume de Bohème. Comme à son habitude, l’auteur s’intéresse à un gamin dont le destin va être bouleversé. Suite à un drame, il change de classe sociale, donc de camp. Dès lors, tout son monde est chamboulé. Il va devoir se remettre en cause et ouvrir les yeux sur la condition des plus démunis. Il va devenir un des leurs et ainsi subir les règles imposées par les puissants dont il faisait partie.

    On suit Mikaël, au fil des années, dans sa quête d’identité. Les évènements heureux et malheureux se succèdent et le lecteur passe par tous les états émotionnels aux côtés du jeune garçon. Grâce à un grand sens de la narration, les personnages qui l’entourent deviennent tous aussi attachants que lui et on s’inquiète de leurs sorts comme si on vivait avec eux. L’auteur met de nouveau en exergue le pouvoir des hommes et la place des femmes. Il laisse aussi une grande place aux thèmes qui lui sont chers : l’amour, la vengeance, les croyances, la transmission et bien sûr l’injustice de la vie.

    Luca Di fulvio confirme son statut de conteur hors pair. Une fois la tête dans ce roman, j’ai été absorbé par ce parcours initiatique moyenâgeux. Lors de ma rencontre avec lui au cours d’un salon, je l’avais comparé à Ken Follett. Il avait particulièrement apprécié le compliment qui se justifie une nouvelle fois, tant il sait, comme lui, mélanger une petite histoire et la grande Histoire. Le seul petit reproche que je pourrais faire sur « Le soleil des rebelles, c’est qu’il est très manichéen donc un peu prévisible. Mais ne tenez pas compte de cette remarque, un peu tatillonne et jetez-vous à corps perdu dans ces pages, qui vous feront vivre une aventure épique.


    https://leslivresdek79.wordpress.com/2018/07/20/396-luca-di-fulvio-le-soleil-des-rebelles/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Petit orphelin deviendra grand seigneur !
    *
    Lu dans le cadre des Explorateurs du Polar (je remercie les éditions Slatkine et vous Lecteurs.com)
    *
    Petit orphelin deviendra grand seigneur !
    *
    Quelle belle réussite pour ce troisième roman de Luca di Fulvio !
    Déjà avec le gang des rêves, cet...
    Voir plus

    Petit orphelin deviendra grand seigneur !
    *
    Lu dans le cadre des Explorateurs du Polar (je remercie les éditions Slatkine et vous Lecteurs.com)
    *
    Petit orphelin deviendra grand seigneur !
    *
    Quelle belle réussite pour ce troisième roman de Luca di Fulvio !
    Déjà avec le gang des rêves, cet auteur m'a enthousiasmé, m'a fait voyager par delà les frontières et le temps.
    Ici, point de paillettes, de scintillements, de gloire ascensionnelle.
    Mais plutôt la fange, la cruauté, la barbarie, la misère, la famine, et l'intolérance sous toutes ses formes.
    *
    Tout de suite, j'ai pensé à ces "feuilletons" de fantasy très à la mode il y a une quinzaine d'années (et que j'ai dévorés!).
    Un jeune orphelin, un vieux sage, une mère de substitution, une jeune fille rebelle, un méchant bouffi de cruauté et une quête initiatique et d'apprentissage. Ca ne vous rappelle rien? Par exemple L'épée de vérité de Terry Goodkind ou alors aussi L'épouvanteur. Bien sûr, la magie et les créatures fantastiques sont absentes de cet opus.
    IL y a bien une touche d'ésotérisme en la personne de Emoke "la Folle" qui fait des prédictions. Cela rajoute un brin de "fantaisie" à l'ensemble :)
    *
    C'est donc un mélange de roman d'aventures, intrigues (polar), historique (la triste condition des serfs à l'époque médiévale italienne), initiatique et de fantasmagorie (surnaturel).
    Tous ces thèmes s'imbriquent les uns dans les autres avec un tel naturel pour composer une fresque vivante.
    Il a un réel talent de conteur ce cher Mr di Fulvio! 630 pages dévorées en deux jours !
    *
    Des personnages forts, crédibles, très nuancés et si authentiques. Des décors riches en détails (à un moment, je me suis retrouvée dans la cour du château de Winterfell, au pays du Trône de fer, dans cette froidure hivernale!). Un rythme haletant, soutenu, pas de superflu, tout va très vite.
    Les chapitres se succèdent, plusieurs narrateurs, plusieurs endroits.
    Un souffle épique, des combats qui n'ont rien à envier aux plus grands films d'héroic-fantasy. Beaucoup de sang (ah la cruauté du seigneur est terrible et malsaine, je dirais même glauque).
    *
    Des messages forts, une empreinte métaphorique, une fin où les bons finissent par gagner. Voilà des ingrédients réunis pour un bon roman.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'ai complètement été captivée par ce roman de Luca di Fulvio, extraordinaire conteur ! C'est une plongée dans le début du 15ème siècle plein d'injustice, de violence, mais aussi d'amour et d'espoir. 

    Marcus II de Saxe, huit ans, voit ses parents, sa petite sœur, son aimée gouvernante Eilika...
    Voir plus

    J'ai complètement été captivée par ce roman de Luca di Fulvio, extraordinaire conteur ! C'est une plongée dans le début du 15ème siècle plein d'injustice, de violence, mais aussi d'amour et d'espoir. 

    Marcus II de Saxe, huit ans, voit ses parents, sa petite sœur, son aimée gouvernante Eilika et tous les sujets de la cour se faire assassiner sous ses yeux lors de l'attaque de son château situé sur les terres de Raühnvahl, arc alpin séparant l'Italie du reste de l'Europe. Lui en réchappe miraculeusement grâce à une partie de cache-cache amorcée juste avant l'assaut. Lorsque sa cachette finit toutefois par brûler comme le reste des bâtiments, une jeune fille, Eloisa, parvint à le sauver en empruntant un passage secret. Commence alors pour le prince héritier une toute autre vie avec la téméraire Eloisa et Agnete, sa mère en apparence dure mais qui ne pourra se résigner à le laisser à son triste sort. Caché et affamé, Marcus deviendra peu à peu Mikael qui ne cessera de lutter pour sa survie et qui apprendra dans un premier temps à devenir un serf, un de ceux que son père gouvernait jusqu'alors.

    « À partir de maintenant, tu as deux routes devant toi. Tu peux maudire le mauvais sort qui t'a enlevé tes parents, ton royaume, ta richesse, tout ce que tu avais... ou tu peux remercier la chance d'être vivant. (...) Selon le point de vue que tu adopteras, tu deviendras un homme ou un autre, deux hommes complètement différents, avec deux vies différentes. »

    Au fil des années, nous découvrons à quel point ce jeune garçon va évoluer, aussi bien physiquement que mentalement. Une quête de la liberté, de la justice et de l'amour se dévoile à nous pendant dix années qui changeront à jamais la vie de nos personnages et de l'Empire tout entier.

    « Il a montré qu'on peut essayer de briser nos chaînes... qu'on peut soutenir le regard des puissants... qu'on n'a pas toujours besoin de courber l'échine... Je crois qu'il a planté une graine qui germera, tôt ou tard. L'espoir. »

    Ce conte moyenâgeux est extraordinairement bien maîtrisé par l'auteur. Dès les premières pages, on ne peut plus quitter cette histoire pleine d'action, de sentiments variés et de pensées philosophiques. On finit par beaucoup s'attacher aux personnages, par les comprendre, par souffrir et aimer avec eux. On espère aussi énormément. Cette époque violente sans concession est très bien retranscrite et l'on a vraiment l'impression d'y être. Nous partons nous aussi à la recherche d'un monde meilleur, libre, nous combattons à l'épée, nous rencontrons des personnages hauts en couleurs et bien différents les uns des autres : des fanfarons, des traîtres, des hommes bons et sages, des guerriers, des rebelles qui cherchent à sortir des ténèbres, à trouver le soleil dans un monde bien sombre.

    « Agnete disaient que les rebelles étaient des gens qui trouvaient le soleil la nuit. Mikael avait rêvé de ces hommes exceptionnels, ces chevaliers sans peur et sans reproche. »

    Malgré les 637 pages, le temps file à toute vitesse. C'est réellement un roman réussi, complet, maîtrisé, passionnant et plus encore ! Je n'ai pas de mauvaise critique à son sujet. Je le trouve merveilleux tel qu'il est, car il m'a révoltée et émue à la fois. Pour moi, c'est un divertissement dans le meilleur sens du terme. Il nous bascule dans une époque bien différente de la nôtre, si lointaine mais qui envoie malgré tout des messages universels, pour toujours d'actualité. Je le recommande mille fois !

    Je possède "Le Gang des rêves", roman précédent de l'auteur, grâce aux Éditions Pocket, et je n'ai qu'une envie, le commencer dès que possible !

    Un grand merci à Lecteurs.com pour m’avoir permise d’intégrer à nouveau les Explorateurs du Polar et ainsi découvrir ce sublime roman et talentueux auteur ! Merci également aux Éditions Slatkine !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • 1453, province de Raühnvahl nichée dans la vallée des Alpes orientales. À neuf ans, le prince héritier Marcus II de Saxe se retrouve orphelin après le massacre de toute sa famille par des bandits à la solde du sanguinaire Agomar. Il ne devra sa survie qu’au courage et à l’ingéniosité d’Eloisa,...
    Voir plus

    1453, province de Raühnvahl nichée dans la vallée des Alpes orientales. À neuf ans, le prince héritier Marcus II de Saxe se retrouve orphelin après le massacre de toute sa famille par des bandits à la solde du sanguinaire Agomar. Il ne devra sa survie qu’au courage et à l’ingéniosité d’Eloisa, fille d’Agnete la sage-femme du village qui va le recueillir et cacher sa véritable identité pour le protéger. Désormais, Marcus sera Mikaël simple serf soumis aux ordres et à la cruauté d’Ojsternig, le seigneur de Dravocnik et commanditaire du massacre pour s’emparer du royaume. Passé de prince choyé à paysan soumis sa soif de liberté et de justice vont désormais guider sa vie quitte à se mettre en danger pour venger sa famille.

    Encore une fois, Luca di Fulvio nous embarque dans un roman foisonnant et épique. Après le New-York des années 20 dans « Le gang des rêves » et l’Italie au XVIème siècle « Les enfants de Venise », il nous plonge dans un Moyen-Age cruel, féodal, sanglant et violent dès les premières pages. On s’attache très vite aux personnages de Mikaël et Eloisa pour qui on frémit et on s’enthousiasme ! Le contexte historique est très bien décrit et on s’imagine bien l’ambiance dans laquelle l’histoire s’inscrit. "Le soleil des rebelles" est un roman passionnant que l’on ne lâche pas une fois commencé !

    Je remercie vivement lecteurs.com et les éditions Slatkine et Cie pour l’envoi de ce livre dans le cadre des explorateurs du polar !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Coup de coeur une nouvelle fois pour ce troisième roman !
    Ciao New York et Venise, Benvenuto en Allemagne au XVème siècle.

    Roman d'apprentissage, le jeune Marcus II de Saxe se voit passer de jeune prince à serf en un claquement de doigts suite à la mort de ses parents.
    L'écriture est...
    Voir plus

    Coup de coeur une nouvelle fois pour ce troisième roman !
    Ciao New York et Venise, Benvenuto en Allemagne au XVème siècle.

    Roman d'apprentissage, le jeune Marcus II de Saxe se voit passer de jeune prince à serf en un claquement de doigts suite à la mort de ses parents.
    L'écriture est toujours aussi belle, fluide, pleine de poésie, d'image, l'impression d'être au milieu de cette histoire en plein Moyen Age, au milieu de l'Empire roman germanique.

    Je vous ordonne (oui, oui) de découvrir et lire cette merveille. Luca di Fulvio est un magicien, il nous transporte à travers ces différents personnages principaux mais aussi secondaires comme Hubertus, le petit rat.

    Luca di Fulvio est pour moi l'écrivain le plus talentueux qui j'ai pu découvrir et lire, tellement talentueux. Un grand humaniste du XXIème siècle (avec énormément d'humour pour ceux qui ont pu le côtoyer).

    Les ingrédients du succès sont toujours prends comme dans le Gang des Rêves et les Enfants de Venise : du sentiments, de l'action, de l'amour, de la violence et de la cruauté, de l'Histoire, de nombreuses réflexions sur la vie, des personnages attachants.

    Un grand bravo aussi à Françoise Brun, la traductrice, qui fait comme a chaque fois un travail remarquable.

    Bref, je ne vais pas en dire davantage, vous avez compris que Luca di Fulvio est mon auteur préféré et que je me prosterne devant son incroyable talent.

    Vivement le prochain roman qui devrait sortir avant la fin de l'année, direction Buenos Aires cette fois-ci.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Trouver le soleil la nuit. C'est le défi que doit relever le jeune Marcus, huit ans. Lui qui a tout perdu. Entouré d'une famille aimante, le voilà seul après le massacre de cette dernière dès les premières pages. Prince héritier d'une seigneurie des confins alpins du royaume de Saxe, le voilà...
    Voir plus

    Trouver le soleil la nuit. C'est le défi que doit relever le jeune Marcus, huit ans. Lui qui a tout perdu. Entouré d'une famille aimante, le voilà seul après le massacre de cette dernière dès les premières pages. Prince héritier d'une seigneurie des confins alpins du royaume de Saxe, le voilà serf immergé dans la cruauté du système féodal local.
    Trouver le soleil la nuit, ce sera grandir pour devenir un homme accompli sans se laisser dévorer par la haine tout en trouvant sa liberté, sa voie, sa vérité. Cette épopée médiévale est en fait une quête initiatique au cours de laquelle chaque aventure, chaque personnage rencontré sont autant de leçons de vie.
    Si les personnages qui peuplent ce roman sont tous assez stéréotypés, Luca di Fulvio sait parfaitement les accorder et les mettre en scène. Tous les gentils sont formidables, Raphaël le vieux sage ( quasi maître Yoda ), Agnete la mère de substitution, Volod le chef rebelle. Et les méchants sont formidablement méchants et on aime les détester. Au-delà de ces conventions, un personnage sort du lot, celui d'Emoke, véritable Pythie qui apporte un souffle irrationnel dès qu'elle commence à prendre une dimension incroyable, j'ai adoré !
    Quand au récit, il est mené tambour battant, certes avec un goût de déjà vu ( dans la lignée des Piliers de la Terre de Ken Follett ) , mais quand c'est autant maitrisé, moi je marche ! Juste la fin, très très convenue, qu'on voit venir à des kilomètres et qui aurait mérité un peu plus de surprise pour un surcroit d'intensité.
    Bref, un roman très plaisant qui me donne envie de me plonger dans les deux opus précédents de l'auteur ( oui je sais, c'est fou, mais je n'ai pas encore lu ni le Gang des Rêves ni Les Enfants de Venise, je bats ma coulpe !!! )

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Le dernier Luca di Fulvio. Je l'attendais avec impatience ayant beaucoup aimé ses 2 précédents ouvrages. Après Venise et New York, l'auteur nous transporte au 15eme siècle en Allemagne/Italie. le héros est encore une fois un petit garçon que nous suivons sur une dizaine d'année.
    Un livre encore...
    Voir plus

    Le dernier Luca di Fulvio. Je l'attendais avec impatience ayant beaucoup aimé ses 2 précédents ouvrages. Après Venise et New York, l'auteur nous transporte au 15eme siècle en Allemagne/Italie. le héros est encore une fois un petit garçon que nous suivons sur une dizaine d'année.
    Un livre encore une fois très bien écrit qui nous transporte dans le temps.
    Le parcours psychologique suivi par ce petit noble devenu serf dans l'anonymat puis rebelle est, pour moi, ce qui rend ce livre intéressant: la découverte de l'autre, de la vie de l'autre, de ses privations, de ses aspirations, de ses rêves, .. portent ce roman.
    L'histoire toutefois est beaucoup moins originale, une impression de déjà lu transparait : une famille de nobles assassiné par le roitelet voisin pour s'approprier la terre et les serfs et bien sur un enfant survivant dont on va suivre le parcours jusqu'à la vengeance.. même le dénouement est prévisible. Ce qui justifie mon 3
    Un très bon livre à lire toutefois

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Luca Di Fulvio est un conteur né, il sait comment nous emporter avec lui dans son récit sans nous laisser une seule seconde sur le bord du chemin. Le Soleil des rebelles nous raconte une destinée, la vie d’un petit garçon Markus qui assiste au massacre de toute sa famille et qui sera sauvé par...
    Voir plus

    Luca Di Fulvio est un conteur né, il sait comment nous emporter avec lui dans son récit sans nous laisser une seule seconde sur le bord du chemin. Le Soleil des rebelles nous raconte une destinée, la vie d’un petit garçon Markus qui assiste au massacre de toute sa famille et qui sera sauvé par la fille d’Agnete la sage-femme, la malicieuse Eloisa. Dès le début du livre nous voilà plongé dans l’horreur et la barbarie absolue, les repères temps et lieus n’ont plus d’importance parce que des massacres il ya en eu de nombreux et il y en aura encore dans les temps à venir, l’homme est ainsi fait. Dès lors sous le nom de Mikael va débuter un parcours initiatique dans les larmes et le sang, dans l’humiliation et le chagrin. Chaque rencontre, chaque épreuve n’est là que pour le faire grandir et cela prend du sens car on sent en Mikael un esprit fort qui ne lâchera rien et se fera la promesse de venger son père. Des personnages apparaissent comme ses maîtres à penser, maîtres à apprendre, maître à vivre. Il y aura Raphael, le voleur d’enfant qui le sauvera de bien des manières en lui donnant les gestes et le savoir faire d’un paysan. Puis viendra le temps de l’entraînement au combat auprès de Volod le noir, chef des rebelles et enfin avec la personne de Berni le bouffon, il apprendra à rire. Mais le chemin est long, rude et âpre qui mène à la dignité, la vérité et l’amour. Pour cela il y aura aussi des personnages féminins de grande importance tout d’abord, je pense à Agnete qui sera un véritable pilier dans sa vie, forte, soutenant elle le recueillera et l’élèvera. Bien sur il y aura Eloisa qui s’attache à lui dès le début et lui apportera tant d’amour et enfin il y aura Emöke, cette jeune femme blessée, enfermée dans un autre monde où rêves et chants magiques s’entremêlent. Le moyen-âge, le système féodal sont ici exploité dans ce qu’ils ont de pire. J’ai pensé à Jacquou le croquant ou aux enfants de la famille Stark dans Game of Thrones pour ce qui est des épreuves subies par des enfants qui en ressortiront plus forts et pour ce qui est des carnages certaines scènes de Vikings me revenaient en mémoire en lisant. Le tout étant de parfaitement doser l’horreur avec la résilience ce que Luca Di Fulvio réussit de main de maître. Ce livre est passionnant, il ferait un parfait scénario pour un film brûlant et sauvage avec des personnages attachants que je ne suis pas prête d’oublier. Bonne lecture.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Nous sommes à Raühnvahl dans une petite vallée des Alpes orientales, à de la fin du Moyen Âge, Marcus II de Saxe prince héritier, âgé de neuf ans, assiste au massacre de son père, de sa mère et sa petite soeur par une troupe de bandits commandée par Agomar et commanditée par Ojsternig le...
    Voir plus

    Nous sommes à Raühnvahl dans une petite vallée des Alpes orientales, à de la fin du Moyen Âge, Marcus II de Saxe prince héritier, âgé de neuf ans, assiste au massacre de son père, de sa mère et sa petite soeur par une troupe de bandits commandée par Agomar et commanditée par Ojsternig le seigneur de Dravocnik. Ojsternig a ordonné de ne laisser personne en vie, le destin a été cruel avec lui, il lui plait d'être cruel avec les autres. Les mines de Dravocnik s'épuisent, les mineurs parlent de Liberté, certains ont pris le maquis avec à leur tête Volod le noir. Ojsternig rêve d'être le nouveau seigneur de Raühnvahl.

    Sauvé par Eloisa une petite fille, Marcus II est recueilli par sa mère, Agnete, la sage-femme. Sa seule chance de survivre, c'est de ne plus être qui il est, plus jamais personne ne l'appellera prince. Il doit changer de nom et d' habits, il s'appelle désormais Mickaël.

    Luca di Fulvio entraîne le lecteur dans le Moyen Âge, où le système féodal a divisé la société en serfs et en maîtres. le contexte historique est décrit avec précision, il crée un personnage, antihéros qui, a tout perdu sa famille, le pouvoir et son identité, et qui par un parcours initiatique fait d'enseignements et de rencontres va affronter la vie avec courage aidé par Raphaël le vieux sage et Emöke, la folle devenue la sainte.
    Si le talent narratif de Luca Di Fluvio reste entier avec un style grandiose et réaliste, un récit ponctué de scènes parfois sanglantes et crues, avec des personnages forts et toujours parsemé de nombreux rebondissements, ce livre est moins convaincant que les précédents, "les enfants de Venise" et surtout le magnifique"Gang des rêves" parfois même il m'a paru un peu long, cette fois-ci la magie n'a pas opéré.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Récemment sur lecteurs.com