Le secret des noix

Couverture du livre « Le secret des noix » de Jacques-Victor Caramin aux éditions Bookelis
  • Date de parution :
  • Editeur : Bookelis
  • EAN : 9791022716871
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Aucun résumé n'est disponible pour cet ouvrage actuellement...

Donner votre avis

Avis (2)

  • Il m’est toujours difficile de chroniquer un livre que je n’ai pas apprécié, d’autant plus lorsqu’il est lu dans le cadre d’un partenariat puisque je sais que l’auteur va lire mon article. Je suis sans cesse tiraillée entre deux exigences morales : d’un côté, il est hors de de question à mes...
    Voir plus

    Il m’est toujours difficile de chroniquer un livre que je n’ai pas apprécié, d’autant plus lorsqu’il est lu dans le cadre d’un partenariat puisque je sais que l’auteur va lire mon article. Je suis sans cesse tiraillée entre deux exigences morales : d’un côté, il est hors de de question à mes yeux de vous mentir pour contenter l’auteur, mais il est également absolument hors de question de vexer celui-ci. J’ai bien conscience que l’écriture d’un roman représente un long travail, et je respecte ce temps passé sur chaque manuscrit. Toutefois, je refuse de m’autocensurer : si je n’ai pas aimé un livre, je le dit. J’espère juste que l’auteur, qui a eu la gentillesse de m’envoyer ce service de presse, ne m’en voudra pas pour cette honnêteté : mon objectif n’est nullement de le descendre, mais uniquement de suivre mes principes et mes valeurs qui sont de ne pas dissimuler la vérité.

    Samuel, fils d’un paysan peu fortuné et seul garçon de la famille, est confié à ses grands parents afin d’apprendre la viticulture tout en s’échappant de la misère. Il n’a que huit ans lorsqu’il rencontre Rebecca, cinq ans, fille de la médecin du village qui l’a soigné d’une vilaine blessure. Entre les deux enfants nait aussitôt un amour qui va s’affirmer et s’intensifier au fil des années. Mais le père de Rebecca, riche producteur de spiritueux, refuse catégoriquement de laisser sa seule héritière fricoter avec un gueux de cette espèce. Et pour les séparer, il sera prêt absolument à toutes les extrémités …

    L’idée de départ, telle qu’elle était annoncée sur la quatrième de couverture, avait tout pour me séduire : une idylle fusionnelle entre deux jeunes gens de classes sociales différentes, un amour contrarié par l’orgueil d’un père habitué à tout contrôler … Clairement, j’espérais beaucoup de ce résumé prometteur ! La déception n’en a donc été que plus forte … En premier lieu, je regrette fortement les trop nombreuses scènes de sexe : non seulement elles n’apportent absolument rien à l’intrigue, mais elles peuvent de plus rebuter ceux qui, comme moi, ont choisi ce livre justement car rien dans le résumé ne laissait présumer un érotisme aussi exacerbé et cru. Si ce roman est censé être une romance érotique, il faut le préciser, cela évitera au lecteur n’aimant pas ce genre de se faire ainsi avoir !

    De plus, j’ai trouvé l’intrigue plutôt mal menée : des incohérences à outrances, des stéréotypes à gogo, des dénouements bien trop prévisibles … Mais surtout, ce que je reproche à cette intrigue, c’est qu’elle n’est absolument pas crédible. Enfin, je veux dire, désolée mais non, un jeune officier ne se verra pas débloquer tous les moyens des services secrets de l’armée pour retrouver sa petite copine disparue. Toute la seconde moitié du roman, où Samuel cherche à retrouver Rebecca, n’a à mes yeux ni queue ni tête : c’est trop facile pour être plausible. Vouloir une happy end, c’est très bien, ça fait plaisir au lecteur, mais uniquement si elle est bien amenée. Sinon, ça donne tout simplement l’impression que l’on ne savait pas comment dénouer l’intrigue pour parvenir à cette fin … et cela laisse le lecteur sur sa faim. J’ai également trouvé très irrespectueux de présenter les religieuses catholiques comme des meurtrières corruptibles, sans cœur et fanatiques au point de tuer une jeune novice. Une fois encore, c’est exagéré, d’autant plus que l’histoire se passe entre 1970 et 2012. Pas au Moyen-Age !

    A cela s’ajoute une narration que j’ai trouvé, elle aussi, assez imprécise. Des phrases sans verbes, des propositions subordonnées solitaires, sans aucune principale pour leur donner de sens, des propositions incises mal introduites, une ponctuation dont je n’ai pas réussi à saisir la logique … ce fut une lecture vraiment laborieuse sur le plan grammatical également ! Je ne comprenais pas toujours ce que je lisais, surtout que j’avais régulièrement l’impression qu’un mot n’avait pas sa place ici, comme s’il était utilisé à contre-sens car il ne collait pas avec ce que signifiait le reste de la phrase … Je pense que, plus encore que le fond, la forme fut vraiment rédhibitoire pour moi : lorsque je dois relire dix fois une seule phrase pour essayer de deviner ce que l’auteur voulait transmettre, je me lasse vite.

    En bref, entre Le secret des noix et moi, le courant n’est absolument pas passé. Ma lecture était tellement laborieuse que je n’ai résisté à la tentation de l’abandon pur et simple que pour tenir mon engagement envers l’auteur. En effet, j’ai beau ne pas avoir apprécié ce livre, je respecte le travail de l’écrivain : je me doute qu’il y a des années d’écriture derrière ce roman. Il a de plus été très gentil d’accepter de m’envoyer ce service de presse et d’y joindre une petite dédicace, il me semblait donc normal d’aller au bout de ma lecture pour pouvoir écrire cet article en toute connaissance de cause. De la même façon, même si ma lecture fut une profonde déception, il me paraissait naturel de rédiger une chronique aussi longue et argumentée que d’ordinaire : je n’ai pas aimé, mais je prends le temps d’expliquer pourquoi. Ainsi, je laisse la porte ouverte aux lecteurs ayant un autre profil que moi : ce qui m’a dérangée peut très bien être au contraire ce que recherchent d’autres lecteurs !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Le roman débute en 1942 avec un court passage de la guerre. J’avoue que sur le moment je n’ai pas trop compris ce qu’il fichait là, mais au fil des pages tout devient plus claire. Puis on suit pendant les quelques pages suivantes l’histoire et le quotidien de la famille Leumas, avant la...
    Voir plus

    Le roman débute en 1942 avec un court passage de la guerre. J’avoue que sur le moment je n’ai pas trop compris ce qu’il fichait là, mais au fil des pages tout devient plus claire. Puis on suit pendant les quelques pages suivantes l’histoire et le quotidien de la famille Leumas, avant la naissance du dernier enfant et premier fils, Samuel. Samuel est un jeune homme on ne peut plus ordinaire. Il vit avec ses parents et ses sœurs dans une maison un peu délabrée et petite pour leur nombreuse famille pas très riche.

    Un jour il déménagera chez ses grand parents et c’est à ce moment là que tout commence. Lorsqu’il se blesse dans les champs, entaille oblige, il est emmené chez un médecin où il fera la rencontre de la fille de celle-ci, Rebecca. Malgré leur petit écart d’âge ils ne se quitterons plus d’une semelle. Leur amitié évolue au fil des pages et devient de plus en plus forte. C’est ce que j’ai énormément aimé dans ce roman; out ne viens pas d’un seul coup, mais on suit le rapprochement des deux protagonistes. Leur histoire débute dans les années 1970 et le roman se termine en 2012, ce qui laisse quand même une très grande marge pour raconter le déroulement des événements. D’habitude je ne suis pas fan des histoires sur de longues durées, mais ici c’était nécessaire. L’intrigue est vraiment très bien écrite, du début à la fin. J’avoue que j’ai eu un peu de mal à accrocher au début, mais très vite je n’arrivais plus à le lâcher. L’histoire, celle de Samuel et Rebecca envoûte. Leur relation est rendue extrêmement difficile avec un père tel que Lilian Schmidtz qui refuse les sentiments des deux jeunes gens. Mais les deux tourtereaux ont des idées pleins la tête et essaie à tout prix de se voir. Je n’en dévoilerais pas plus mais si vous aimez les histoires d’amour et les intrigues bien ficelées foncez! De plus, ce roman mélange différents points de vue, ce qui rajoute du peps et nous permet d’en connaître d’avantage.



    Le roman Le secret des noix de Jacques-Victor Caramin n’est pas seulement un livre. C’est aussi une façon de contribuer à une vie meilleure pour les habitant de Tougouri au Burkina Faso. En effet, pour tout achat de ce roman, 50% des droits d’auteurs reversés à la création de l’association Water for all men qui a pour objectif de fournir des pompes à eau au village de Tougouri. Je trouve ce projet absolument formidable et je ne peut que féliciter l’auteur pour cette action caritative.

    Je finirais avec un grand remerciement à l’auteur Jacques-Victor Caramin pour l’envoi de son livre qui est sa toute première oeuvre.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Forum

Afficher plus de discussions