Le quai de Ouistreham

Couverture du livre « Le quai de Ouistreham » de Florence Aubenas aux éditions Feryane
  • Date de parution :
  • Editeur : Feryane
  • EAN : 9782840119609
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

« La crise. On ne parlait que de ça, mais sans savoir réellement qu'en dire (...) Tout donnait l'impression d'un monde en train de s'écrouler. Et pourtant, autour de nous, les choses semblaient toujours à leur place. J'ai décidé de partir dans une ville française où je n'ai aucune attache, pour... Voir plus

« La crise. On ne parlait que de ça, mais sans savoir réellement qu'en dire (...) Tout donnait l'impression d'un monde en train de s'écrouler. Et pourtant, autour de nous, les choses semblaient toujours à leur place. J'ai décidé de partir dans une ville française où je n'ai aucune attache, pour chercher anonymement du travail.
(.) J'ai conservé mon identité, mon nom, mes papiers, et je me suis inscrite au chômage avec un baccalauréat pour seul bagage. Je suis devenue blonde. Je n'ai plus quitté mes lunettes. Je n'ai touché aucune allocation. Il était convenu que je m'arrêterais le jour où ma recherche aboutirait, c'est à dire celui où je décrocherais un CDI. Ce livre raconte ma quête, qui a duré presque six mois, de février à juillet 2009.» F.A.
Grand reporter de renom, Florence Aubenas a choisi de vivre le quotidien des « précaires » et livre un témoignage unique.

Donner votre avis

Articles (1)

  • En France de Florence Aubenas
    En France de Florence Aubenas

    Sonder la France « réelle », celle qui n’intéresse pas le vrombissement médiatique, sans passer par la noria d’études chiffrées : la question ne cesse d’être retournée, disséquée dans les essais en tête des ventes cet automne. Mais face aux tonitruantes propositions d’Éric Zemmour (« Le Suicide français ») ou de Jean-Luc Mélenchon (« L’Ère du peuple »), Florence Aubenas oppose sa modestie.

Voir tous les articles

Les derniers avis

  • Récit d'une expérience de la précarité dans le nord de la France.
    Affolant !

    Récit d'une expérience de la précarité dans le nord de la France.
    Affolant !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je n'ai pas lu la version papier mais écouté le livre audio (éditions Audiolib) et c'est une réussite totale car très bien lu par la comédienne Fabienne Loriaux. Le ton de sa voix colle parfaitement à l'ambiance du récit de Florence Aubenas.

    L'entretien de 28mn inclus dans le CD mp3 permet de...
    Voir plus

    Je n'ai pas lu la version papier mais écouté le livre audio (éditions Audiolib) et c'est une réussite totale car très bien lu par la comédienne Fabienne Loriaux. Le ton de sa voix colle parfaitement à l'ambiance du récit de Florence Aubenas.

    L'entretien de 28mn inclus dans le CD mp3 permet de connaître les motivations de la journaliste concernant son immersion dans le monde des travailleurs précaires. Un monde où on ne trouve plus d'emploi, mais des "heures."

    Ce livre a été un grand succès de librairie à sa sortie en 2010 aux éditions de l'Olivier.

    Ce livre audio lui fait donc honneur. Je vous le recommande vivement !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un récit intéressant sur les difficultés de l'emploi, encore et toujours d'actualité

    Un récit intéressant sur les difficultés de l'emploi, encore et toujours d'actualité

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Une plongée au coeur de l'humanité des "invisibles". Le regard de Florence Aubenas est plein de compassion, sans misérabilisme, sans sentimentalisme et sans pathos autre que celui des faits. Elle constate et ne se permet aucun jugement. C'est une belle écriture de journaliste engagée. Des larmes...
    Voir plus

    Une plongée au coeur de l'humanité des "invisibles". Le regard de Florence Aubenas est plein de compassion, sans misérabilisme, sans sentimentalisme et sans pathos autre que celui des faits. Elle constate et ne se permet aucun jugement. C'est une belle écriture de journaliste engagée. Des larmes devant certaines évocations pleines de dignité.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je savais en ouvrant ce livre qu'il me mettrait dans tous mes états.

    Epargnés que nous sommes peut-être par la précarité de l'emploi, nous croyons savoir ce que vivent des milliers de gens chaque jour... Et ce livre est la preuve que nous ignorons l'essentiel !

    Quoi de plus judicieux et...
    Voir plus

    Je savais en ouvrant ce livre qu'il me mettrait dans tous mes états.

    Epargnés que nous sommes peut-être par la précarité de l'emploi, nous croyons savoir ce que vivent des milliers de gens chaque jour... Et ce livre est la preuve que nous ignorons l'essentiel !

    Quoi de plus judicieux et véridique que d'enfiler la blouse, comme l'a fait Florence Aubenas, pour se rendre compte de l'ampleur de ce triste phénomène ?

    C'est une véritable claque, que nous prenons en pleine face à la lecture de cet ouvrage, on n'imagine pas assez la difficulté de la tâche et le mépris que subissent les agents d'entretien, ajoutés aux souffrances physiques quotidiennes et à la fatigue inévitable. C'est une grande leçon d'humilité que nous apporte ce livre, qui devrait être lu par chacun d'entre nous et serait en mesure de nous remettre sur les rails, les jours de découragement où nous pleurons sur notre triste sort.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Très facile à lire, mais effrayant : j'ai peur de devoir vivre ce genre de situation un jour.

    Très facile à lire, mais effrayant : j'ai peur de devoir vivre ce genre de situation un jour.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Florence Aubenas revêt le costume d'une demandeuse d'emploi, avec pour seul bagage un baccalauréat.Elle choisit la ville de Caen pour s'immerger " Caen m'a semblé la cité idéale: ni trop au nord, ni trop au sud, ni trop petite , ni trop grande.

    Elle change d'apparence mais garde son nom et...
    Voir plus

    Florence Aubenas revêt le costume d'une demandeuse d'emploi, avec pour seul bagage un baccalauréat.Elle choisit la ville de Caen pour s'immerger " Caen m'a semblé la cité idéale: ni trop au nord, ni trop au sud, ni trop petite , ni trop grande.

    Elle change d'apparence mais garde son nom et prénom " je suis devenue blonde, je n'ai plus quitté mes lunettes. je n'ai touché aucunes allocations."

    Elle décide d'arrêter l'expérience dés lors qu'elle décrochera un CDI .......

    FLorence Aubenas, se présente sans diplôme , à pôle emploi , et n'a aucunes expériences professionnelles. Elle réussit à décrocher des heures de ménage pour des sociétés caennaises. Elle travaillera dans un camping où deux dragons veillent sur leur travail sans pitié, elle effectuera sans rechigner des remplacements d'1h30 le matin à 5h00. Elle rencontrera des femmes surtout, des femmes acceptant les nombreux km pour 2h00 de travail, les humiliations parfois pour faire bouillir la marmite.

    Un jour elle accepte de travailler à Ouistreham, dans le ferry BOAT. Dans la profession " tout le monde m'avait mise en garde. Si tu tombes sur une petite annonce pour un boulot sur le ferry-bouat à Ouistreham, fais attention.N'y va pas.Ne réponds pas.N'y pense même pas.

    Elle devient invisible comme toutes les femmes de ménage, elle doit vider le sac de la poubelle, nettoyer la douche en 2minutes 30 ( pas une seconde de plus).....parfois, elle mettra 1h00 de plus sans jamais être payée........ c'est ça le metier, il faut nettoyer la saleté des autres en un temps record, il faut faire plus en moins de temps ! alors si tu as mis 1h30 de plus , et bien ne viens pas réclamer, tu connaissais le contrat depuis le début..........

    Pour les habitants de la région, tout parle : les grandes fermetures d'entreprises : la SMN , Moulinex ..... aujourd'hui, c'est le chu qui est le premier employeur de la villle ...............

    ce livre est le témoignage d'une société où l'emploi se fait rare ou par intérim, une société où l'emploi est éphémère, où les employés sont des pions qu'on déplace à sa guise.

    Etre disponible pour une société où l'humain est secondaire, où la rentabilité prime sur la qualité.

    Et surtout , se considérer comme chanceux lorsqu'enfin vous décrochez un CDI même si ce CDI ne comporte que 5 h00 de travail hebdomadaire. C'est le prix à payer pour survivre.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Récemment sur lecteurs.com