Le principe

Couverture du livre « Le principe » de Jerome Ferrari aux éditions Actes Sud
  • Date de parution :
  • Editeur : Actes Sud
  • EAN : 9782330065560
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

Fasciné par la figure du physicien allemand Werner Heisenberg (1901-1976), fondateur de la mécanique quantique, inventeur du célèbre «principe d'incertitude» et prix Nobel de physique en 1932, un jeune aspirant philosophe désenchanté constate, à l'aube du XXIe siècle, l'incomplétude de sa propre... Voir plus

Fasciné par la figure du physicien allemand Werner Heisenberg (1901-1976), fondateur de la mécanique quantique, inventeur du célèbre «principe d'incertitude» et prix Nobel de physique en 1932, un jeune aspirant philosophe désenchanté constate, à l'aube du XXIe siècle, l'incomplétude de sa propre existence. À travers ce double parcours, science et poésie révèlent la mystérieuse beauté du monde, que ne cesse de confisquer le matérialisme à l'oeuvre dans l'histoire des hommes.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (6)

  • Très belle écriture qui nous mène sur les traces d'un individu et d'un pan de la seconde guerre mondiale non dénués d’intérêts.

    Très belle écriture qui nous mène sur les traces d'un individu et d'un pan de la seconde guerre mondiale non dénués d’intérêts.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je m'intéresse aux sciences aussi ! En bonne littéraire que j'étais, ce n'était pourtant pas du tout ma tasse de thé durant mes études. Une certaine moyenne annuelle de 1,5/20 en physique/chimie m'a d'ailleurs valu au lycée ce commentaire du prof : "dépassée par les événements" ! Mais bon, les...
    Voir plus

    Je m'intéresse aux sciences aussi ! En bonne littéraire que j'étais, ce n'était pourtant pas du tout ma tasse de thé durant mes études. Une certaine moyenne annuelle de 1,5/20 en physique/chimie m'a d'ailleurs valu au lycée ce commentaire du prof : "dépassée par les événements" ! Mais bon, les années passent et la curiosité oeuvre et, aussi incroyable que cela puisse paraître, je suis aujourd'hui piquée de curiosité pour tout ce qui touche à la mécanique quantique, aux particules et autres bozons de Higgs... Qui l'eut cru !!! Soyez rassurés, je ne comprends pas toujours tout, bien au contraire, mais tout cela me fascine au point d'être tout de même un peu attentive à la chose.

    Bref, quand j'ai vu que le Goncourt 2012 pour Le sermon sur la chute de Rome avait écrit une biographie sur le physicien Werner Heisenberg, fondateur de la mécanique quantique, inventeur du principe d'Incertitude et prix Nobel de physique en 1932, je me suis dit qu'entre deux romans, cela pouvait m'intéresser (oui parce que ce genre de livre se lit forcément entre deux romans de détente).

    Ce fut effectivement une lecture très intéressante du point de vue narratif, l'auteur s'adressant directement au physicien à travers la voix d'un jeune étudiant pour en conter la vie et l'histoire, mais également sur le fond puisque Heisenberg travailla sur les fondamentaux de ses recherches sur fond de seconde guerre mondiale, période sur laquelle porte la majeure partie du livre. On apprend également qu'il fut en désaccord profond avec Einstein sur la question du Principe et l'on est forcément touché et choqué par le récit des bombardements d'Hiroshima et Nagasaki ainsi que des essais nucléaires dans le Pacifique. En effet, le développement de l'énergie nucléaire fut le coeur de ses recherches, oui mais le nucléaire pacifique. Ainsi, il ne pensait pas que l'arme atomique serait créée et utilisée pour ce funeste dessein... Touché également par l'évocation de l'Holocauste et par le dilemme du physicien : s'exiler afin que ses recherches ne soient pas récupérées par la propagande nazie ou rester pour faire en sorte de limiter les dégâts ?

    Une lecture cependant difficile puisqu'il convient de se concentrer pour suivre l'histoire du célèbre physicien, mais un récit passionnant et une belle écriture. Jérôme Ferrari s'est inspiré de l'autobiographie de Werner Heisenberg, La partie et le tout pour retracer la vie du scientifique sous une plume relativement compréhensible pour les béotiens comme moi !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Le titre du récit de Jérôme Ferrari renvoie au principe d’incertitude, défini par le physicien Werner Heisenberg comme l’impossibilité de connaître en même temps la position et la vitesse d’une particule élémentaire. Il est question, dans ce livre, de l’évocation du parcours intellectuel et...
    Voir plus

    Le titre du récit de Jérôme Ferrari renvoie au principe d’incertitude, défini par le physicien Werner Heisenberg comme l’impossibilité de connaître en même temps la position et la vitesse d’une particule élémentaire. Il est question, dans ce livre, de l’évocation du parcours intellectuel et scientifique du professeur Werner Heisenberg depuis ses jeunes années jusqu'à la période immédiatement postérieure à la deuxième guerre mondiale. Il est ainsi reçu dans les années 20 par Ferdinand von Lindemann à l’Université de Munich, puis par Niels Bohr à l’Université de Göttingen, haut lieu de la science allemande alors .Ce dernier lui révèle le double caractère de sa vocation, celle d’un physicien, et aussi celle d’un poète. L’auteur de l'apostrophe, un jeune philosophe, le met en garde contre l’expression métaphorique des choses : « Mais voyez ce qu’il en est : à s’exprimer par métaphores, on se condamne à l'inexactitude et si l’on se refuse à l’avouer, on prend encore le risque du mensonge. »


    Autre constat : la difficulté pour le langage humain d’illustrer des formules et équations mathématiques : « Le principe consista d’abord dans votre conviction que nous n'atteindrons jamais le fond des choses (…) parce que les choses n’ont pas de fond. »
    On trouve également dans le texte de Jérôme Ferrari quelques indications sur les querelles et débats entre les physiciens : pourquoi Schrödinger se trompe, pourquoi les propositions d’Einstein méritent d’être prises en considération .Il y a également une réflexion sur la statut du scientifique, son pouvoir, sa légitimité, son degré de conscience de participer à une découverte lourde de conséquences .C’est bien sûr le cas de la nombre nucléaire, à la découverte de laquelle ont été mêlés, de près ou de plus loin, ces savants parmi lesquels Werner Heisenberg .L’un des passages du récit est frappant : en apprenant la mise au point par les Américains de cette arme terrible, les savants, confinés dans un chalet, prisonniers des Alliés, se mettent à pleurer .On ignore la cause de leur chagrin : tristesse véritable ou vanité blessée de n'avoir pas eux-mêmes pu fabriquer cette arme ?

    La forme du texte est très réussie :c’est une apostrophe continue, faite d'abord à la première personne du pluriel, puis à la troisième personne de ce même pluriel, pour désigner cette fois le groupe de savants fréquenté par Werner Heisenberg .Il pose de très pertinentes questions sur la science, son pouvoir, sur les intellectuels, leur environnement. L’écriture est très élégante, le style très beau, épuré .Jérôme Ferrari nous introduit brillamment dans l’univers de ce « principe ».

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Le principe, dernier roman de Jérome Ferrari, le premier après son prix Goncourt, compte 160 pages.
    Découpés en 4 parties - position, vitesse, énergie, temps -, il aborde la vie du physicien allemand Werner Heisenberg au travers des yeux d'un jeune étudiant philosophe.

    Les deux premières...
    Voir plus

    Le principe, dernier roman de Jérome Ferrari, le premier après son prix Goncourt, compte 160 pages.
    Découpés en 4 parties - position, vitesse, énergie, temps -, il aborde la vie du physicien allemand Werner Heisenberg au travers des yeux d'un jeune étudiant philosophe.

    Les deux premières parties sont bien construites et retracent bien la vie de Heisenberg. On passe de la fascination à l'incompréhension. Héros ou "pire salaup ce Werner Heisenberg"? était la question posée sur l'émission de France Inter durant le Salon du Livre à Jérome Ferrari. A la lecture de cette moitié de livre, on a vraiment du mal à répondre.

    Les deux dernières parties sont plus confuses. Si Energie parle de l'après 2ème guerre mondiale et "du sort" des physiciens allemands réservé par les alliés, je n'ai pas compris l'intérêt de Temps.
    Tout est beaucoup plus confus dans cette dernière partie et on ne sait pas trop ou Ferrari veut en venir. C'est dommage...

    Par contre, le très gros point fort de ce livre est l'écriture. Quelle merveille! Un texte très agréable à lire avec des mots et des tournures de phrases très recherchés. Quel bonheur de lire du subjonctif passé... et pourtant quelle "facilité" de lecture
    Les phrases sont mélodiques, parfois poétiques.
    Au risque de me répéter, c'est vraiment un plaisir de passer un peu plus de 2h30 à lire la prose de Ferrari.

    En conclusion, je dirai qu' à l'instar d'autres lecteurs, j'attendais beaucoup de ce livre dont le sujet était très intéressant. J'ai pris plaisir à le lire mais je regrette le côté confus de la deuxième partie qui me gâche au final mes belles sensations... Je n'ai donc surement pas tout compris...
    C'est dommage.

    Je note plutôt L'écriture (méritant haut la main la moyenne) plutôt que "l'histoire"

    3/5

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Lechoixdeslibraires.com

    Un roman superbe, beau, sensible, profond, terrible.

    Lorsque Werner Heisenberg, son look de boy-scout et sa génération de physiciens créent de toute pièce une nouvelle science, la physique quantique; ils ignorent encore que leurs travaux, où se mêlent recherches et rêveries, calculs et...
    Voir plus

    Un roman superbe, beau, sensible, profond, terrible.

    Lorsque Werner Heisenberg, son look de boy-scout et sa génération de physiciens créent de toute pièce une nouvelle science, la physique quantique; ils ignorent encore que leurs travaux, où se mêlent recherches et rêveries, calculs et incertitudes, sciences et poésie, inaugurent un siècle qui pervertira à l'extrême la belle utopie de la recherche scientifique...

    Un sujet de roman audacieux et complexe qui laisse le loisir à un Jérôme Ferrari passionné et passionnant de libérer tout son talent et la beauté de sa prose !

  • Les romans de Jérôme Ferrari sont d'une incroyable profondeur. Il faudrait les lires trois ou quatre fois pour en récolter toute les richesses. "Le principe" n'est pas une hagiographie. Encore moins un pamphlet. C'est la mise en perspective des ambiguïtés d'un homme qui a cherché à faire son...
    Voir plus

    Les romans de Jérôme Ferrari sont d'une incroyable profondeur. Il faudrait les lires trois ou quatre fois pour en récolter toute les richesses. "Le principe" n'est pas une hagiographie. Encore moins un pamphlet. C'est la mise en perspective des ambiguïtés d'un homme qui a cherché à faire son boulot et à mener une vie bien tranquille. Sauf que son boulot, c'est la physique quantique et avec elle, la possibilité de l'arme nucléaire. Sauf que sa petite vie tranquille, il la mène en Allemagne en 1943. C'est donc une réflexion sur "on a toujours le choix".
    La langue de Ferrari est exceptionnellement belle et on se demande comment il réussit à lui faire porter une thématique aussi hermétique.
    Des réserves? Le sujet, moins passionnant, moins bouleversant que - à mon humble avis - l'inégalé "où j'ai laissé mon âme".

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions