Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Le plongeon

Couverture du livre « Le plongeon » de Severine Vidal et Victor Lorenzo Pinel aux éditions Bamboo
  • Date de parution :
  • Editeur : Bamboo
  • EAN : 9782818978993
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

«Un EHPAD, des fesses, de l'amour et des rides !».
En fermant une dernière fois les volets de sa maison, Yvonne, 80 ans, abandonne 40 ans de vie pour intégrer un EHPAD. Le changement est rude pour cette femme indépendante, d'autant qu'elle a encore toute sa tête. Elle a du mal à s'acclimater à... Voir plus

«Un EHPAD, des fesses, de l'amour et des rides !».
En fermant une dernière fois les volets de sa maison, Yvonne, 80 ans, abandonne 40 ans de vie pour intégrer un EHPAD. Le changement est rude pour cette femme indépendante, d'autant qu'elle a encore toute sa tête. Elle a du mal à s'acclimater à cette nouvelle vie, qui la rapproche douloureusement de la mort. Prise dans le tourbillon inéluctable de la vie, l'octogénaire décide de s'offrir une dernière parenthèse enchantée.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (8)

  • Je suis ressortie EMUE de cette lecture, limite la larme.... tellement beau, vrai, dur, l'espoir, l'amour renait, les dessins sont tellement beaux, l'avant dernière page est magique, un peu comme Peter Pan, sauf Yvonne est la fee Clochette. restons OPTIMISTE

    Je suis ressortie EMUE de cette lecture, limite la larme.... tellement beau, vrai, dur, l'espoir, l'amour renait, les dessins sont tellement beaux, l'avant dernière page est magique, un peu comme Peter Pan, sauf Yvonne est la fee Clochette. restons OPTIMISTE

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Quel bouleversement dans la vie d’une personne quand celle-ci doit aller vivre en EHPAD, établissement hospitalier pour personnes dépendantes. Que c’est moche comme nom, surtout quand la personne âgée est encore indépendante mais qu’elle ne peut plus rester seule chez elle. C’est le cas d’Yvonne...
    Voir plus

    Quel bouleversement dans la vie d’une personne quand celle-ci doit aller vivre en EHPAD, établissement hospitalier pour personnes dépendantes. Que c’est moche comme nom, surtout quand la personne âgée est encore indépendante mais qu’elle ne peut plus rester seule chez elle. C’est le cas d’Yvonne qui devient triste, morose voire méchante quand elle va habiter dans un établissement de ce type.

    Dans « Le plongeon », Séverine Vidal évoque ce que tous redoutons. La vie en EHPAD est tout de même synonyme de vieillesse et plus. Elle parle de ce désarroi qui accompagne l’entrée dans l’établissement, la solitude qui se fait encore plus ressentir, la famille qui se fait beaucoup moins présente, la décadence de certains pensionnaires, une certaine privation de libertés. Avec Séverine, « Les mimosas » donnent une autre image mais qui me semble tout de même un brin idéalisée. En effet, le personnel soignant est aux petits soins (heureusement que cela arrive plus souvent que nous pouvons le penser), l’entraide entre pensionnaires est présent. Cependant, Séverine met en avant les visites familiales qui s’étiolent dans la durée et dans le temps, les personnes âgées qui perdent la tête et la difficulté pour les compagnes/compagnons de laisser leur moitié avec un sentiment de culpabilité. Ce qui m’a donnée espoir, c’est cette joyeuse bande de vieux comme j’aime à les appeler et cette jolie histoire d’amour que va vivre Yvonne qui prouve bien que l’amour n’a pas d’âge. Et pis j’ai adoré la fin!!!

    L’histoire que nous raconte Séverine Vidal est merveilleusement bien mise en dessin grâce à Victor L. Pinel. Ces dessins sont justes extraordinaires et comme il le dit dans une interview, cela était une première pour lui de dessiner des personnes âgées avec leurs rides, leurs corps qui changent, la vieillesse, surtout qu’il y a très peu d’exemples. Victor a su donner les bonnes expressions à chaque visage, les bonnes rides et surtout il a eu l’audace de dessiner des corps de personnes âgées nues et ces corps sont magnifiques. Tout est réel et c’est beau.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un grand merci à Babelio et Grand Angle pour l’envoi de cette bande dessinée.
    Le plongeon, c’est l’histoire d’Yvonne Lhermitte, une vieille dame qui doit quitter sa maison et tourner le dos à ses habitudes. Ensuite ? Eh bien ce sera « le plongeon » celui qui va la plonger dans une nouvelle...
    Voir plus

    Un grand merci à Babelio et Grand Angle pour l’envoi de cette bande dessinée.
    Le plongeon, c’est l’histoire d’Yvonne Lhermitte, une vieille dame qui doit quitter sa maison et tourner le dos à ses habitudes. Ensuite ? Eh bien ce sera « le plongeon » celui qui va la plonger dans une nouvelle vie pas forcément très gaie. Car, c’est décidé, Yvonne va entrer dans un EHPAD. Fini la liberté, ici, il faut se plier à des règles parfois absurdes.
    La vieille dame est lucide sur sa fin de vie. Il a fallu se séparer de sa chienne, vendre la maison puis s’adapter à ce nouveau lieu de vie et à ses pensionnaires pas forcément sympathiques. Sous une gaité factice, la directrice se montre autoritaire tandis qu’un infirmier fait montre d’empathie, car on croise toutes sortes de gens dans cet EHPAD. S’il règne une certaine mélancolie, il y a aussi de belles anecdotes de vie et des moment carrément drôles.

    L’auteure a su croquer tous les travers d’une vie en EHPAD : l’infantilisation, les animations forcées, la cohabitation subie. On n’a plus ses repères dans cette grande bâtisse où l’on vit dans une chambre anonyme. C’est dur lorsqu’on a besoin de se rassurer. Bien sûr, il y a les visites attendues avec impatience, elles sont si rares. On les espère longtemps pour, parfois, les voir annuler.
    Ce qui est réjouissant, c’est que, après une période de déprime, Yvonne va réagir et se battre à sa façon contre cette morosité et ces dictats absurdes. En compagnie de quelques amis, elle va bousculer l’ordre établi, montrer qu’elle est vivante et ça donne des situations cocasses, insensées et pleines d’humour.
    Ça parle d’amour aussi, celui qu’on refuse aux personnes du troisième âge alors qu’il n’y a pas d’âge pour aimer.
    Sous la plume de Séverine Vidal, on prend plaisir à suivre cette histoire pleine de tendresse et de drôlerie parfois grinçante où les couleurs douces et le dessin expressif de Victor L. Pinel participent au plaisir de lecture.
    On entre dans cette bande dessinée dès la couverture, au graphisme soigné dans des dégradés de bleu. A elle seule, l’illustration qui représente la vieille dame dans son fauteuil au fond de l’eau résume bien cette immersion dans un monde inconnu qui peut se révéler hostile.
    Une histoire pleine d’humanité et sans tabous qui permet de mieux comprendre la vie en EHPAD.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Reçu dans le cadre d’une Masse Critique privilégiée, je remercie Babelio et les éditions Grand Angle pour l’envoi de cette B.D.
    D’après le scénario de Séverine Vidal et les illustrations de Victor Lorenzo Pinel, » Le plongeon « paraît en ce début d’année 2021 aux Editions Grand...
    Voir plus

    Reçu dans le cadre d’une Masse Critique privilégiée, je remercie Babelio et les éditions Grand Angle pour l’envoi de cette B.D.
    D’après le scénario de Séverine Vidal et les illustrations de Victor Lorenzo Pinel, » Le plongeon « paraît en ce début d’année 2021 aux Editions Grand Angle.

    Veuve depuis peu, Yvonne, 80 ans, se doit de quitter sa maison pour intégrer un EHPAD. Difficile d’abandonner soixante ans de sa vie, son autonomie, ses souvenirs… Accompagnée de ses enfants et petits-enfants, elle franchit les portes de sa dernière demeure, non sans une certaine appréhension. Très vite elle comprend que sa vie sera réglée au rythme des repas, des prises de médicaments et des animations dédiées au quatrième âge ! Yvonne va bousculer la vie de cet EHPAD en y apportant toute sa spontanéité et ses idées folles. Mais parfois la tristesse la submerge, telle un plongeon en eaux troubles… Accompagnée de ses nouveaux acolytes, Yvonne va profiter de chaque opportunité que la vie lui propose, quitte à bousculer le destin et enfreindre certaines règles…

    D’une infinie tendresse, cette bande dessinée vous fera autant rire que pleurer ! Séverine Vidal apporte à la fois un témoignage essentiel, drôle mais très touchant de cette dernière partie de vie où la vision de son propre corps qui vieillit nous rapproche douloureusement d’une fin inéluctable.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Quelle BD délicieuse et émouvante en même temps, empreinte d’une infinie tristesse et d’une joie de vivre communicative !
    Yvonne, Madame Lhermitte, a quatre-vingt ans et c’est décidé : elle va quitter sa maison pour l’EHPAD, la maison de retraite comme on disait avant… C’est le début de cette...
    Voir plus

    Quelle BD délicieuse et émouvante en même temps, empreinte d’une infinie tristesse et d’une joie de vivre communicative !
    Yvonne, Madame Lhermitte, a quatre-vingt ans et c’est décidé : elle va quitter sa maison pour l’EHPAD, la maison de retraite comme on disait avant… C’est le début de cette histoire : Le plongeon dont le scénario est signé Séverine Vidal alors que les dessins sont de Victor L. Pinel.
    Une tristesse infinie se dégage de ces premiers instants avec la visite de l’agent immobilier et du couple intéressé par l’achat des lieux. Leurs remarques font mal à Yvonne : « De beaux volumes… Mais tout à refaire ! »
    Il faut se séparer de Bellouche, sa chienne fidèle, voir vider sa maison et partir avec enfants et petits-enfants pour l’EHPAD, Les Mimosas.
    Là, Yvonne ne se sent pas bien, n’aime pas sa chambre mais peu à peu, se lie d’amitié avec quelques résidents dont Paul-François que tout le monde appelle P-F et avec qui elle partage à nouveau l’amour.
    Alors, il y a le scrabble, les ateliers, la poterie mais pour Yvonne, ce n’est pas la vie. Elle taquine, fait des siennes, redonne le sourire à ses amis au cours d’une soirée bien arrosée, dans sa chambre. Elle qui s’occupait d’un domaine viticole, près de Libourne, avec Henri, son mari, avait gardé quelques bonnes bouteilles…
    Youssef, infirmier attentionné, comprend mieux que quiconque les désirs de liberté d’Yvonne et de ses six amis, même s’il essaie de les retenir lorsqu’ils entreprennent une fameuse fugue qui se terminera par Le plongeon.
    Tout est remarquablement dessiné par Victor L. Pinel. Certaines planches sont d’une éloquence impressionnante qui en dit plus long que les plus beaux discours. Victor L. Pinel a bien dessiné vieilles et vieux et n’a pas hésité à les représenter nus lorsqu’il le fallait. Il a osé et c’est bien fait.
    Enfin, accompagnant une histoire pleine d’enseignements, sur ce monde clos des EHPAD et des relations avec la famille, les textes de Séverine Vidal sont toujours bien choisis, percutants, terriblement tristes quand il le faut.
    L’humour et la joie de vivre les dernières années d’une vie imprègnent cet album qui offre non seulement un bon moment mais une belle occasion de réfléchir au sort que nous réservons aux personnes les plus âgées.


    Chronique illustrée à retrouver sur : http://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Le plongeon raconte l’histoire d’Yvonne, 80 ans qui, après avoir vécu 40 dans sa maison, doit partir vivre dans un Ehpad. Elle ne se sent plus capable de vivre seule dans cette grande maison. Sa seule compagnie est sa fidèle chienne, Bellouche aussi vieille qu’elle et qu’elle va préférer...
    Voir plus

    Le plongeon raconte l’histoire d’Yvonne, 80 ans qui, après avoir vécu 40 dans sa maison, doit partir vivre dans un Ehpad. Elle ne se sent plus capable de vivre seule dans cette grande maison. Sa seule compagnie est sa fidèle chienne, Bellouche aussi vieille qu’elle et qu’elle va préférer euthanasier plutôt que de l’abandonner. Après avoir vendu sa maison, Yvonne arrive à l’Ehpad, accompagnée de sa famille. Et puis, elle se retrouve seule dans sa chambre qui est tout ce qu’elle n’aime pas. Elle rencontre les autres résidents et dans un premier temps n’a pas envie de se lier à eux. Elle est plutôt provocatrice. Mais rapidement, elle va se rendre compte qu’ils partagent tous la même chose et va se faire des amis. Elle va même rencontrer l’amour avec Paul François. Le plongeon raconte donc le quotidien de ces « petits vieux » qui doivent s’habituer à cette nouvelle vie, bon gré, mal gré. Yvonne est une femme déterminée qui s’est toujours débrouillée seule alors elle est inquiète à ce qu’elle va devoir vivre désormais. Mais elle va se rendre compte que la vie est ce qu’on en fait. Elle va entrainer ses nouveaux amis dans ses délires, en perturbant les ateliers, en organisant une fête, en les entrainant dans une fugue.

    J’ai d’abord beaucoup aimé la couverture de cette BD qui parle d’elle-même. Elle est magnifique et aurait pu être la raison de me faire acheter ce livre. Elle représente Yvonne qui tombe au fond, qui se noie. Elle a ce regard tellement perdu.
    Séverine Vidal réussit à aborder toute la vie en Ehpad en ces quelques pages. Un petit regret quand même. La BD aurait mérité de développer un peu plus l’histoire, avec un tome 2 peut-être ?

    Elle aborde des thèmes dont on ne parle pas ou peu : l’abandon et le sentiment d’abandon, l’amour charnel chez les personnes âgées, l’infantilisation de nos ainés, … Séverine Vidal aborde brièvement le manque de personnel dans les Ehpad mais on y voit aussi un personnel attentif à ses résidents, à l’écoute et d’autres blasés, avec des gestes plus mécaniques.

    Un grand bravo également à Victor L Pinel, le dessinateur. Les dessins sont magnifiques, ni caricaturaux, ni grossiers mais tellement réalistes.
    Ça n’a pas du être facile. On voit rarement des dessins de personnes âgées de cette qualité. Même les scènes d’amour ou la scène d’Yvonne sous la douche. Rien ne choque. On sent un grand respect, une grande sensibilité dans ces dessins.

    A ma connaissance, peu (ou pas) de livres abordent ce thème du départ en Ehpad. Ça n’était pas gagné, pas facile à faire. Mission accomplie avec le plongeon, et bien accomplie !
    Merci à Babelio et aux éditions grand angle pour cette découverte dans le cadre d’une masse critique spéciale.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (1)
  • Ce livre est un très beau roman graphique.

    Yvonne, 80 ans, après le décès de son mari, doit se résoudre à vendre la maison dans laquelle elle a vécu pendant 60 ans et à aller vivre dans un EPAHD.

    « J’ai eu 20 ans ici, un mariage sous le tilleul, mes cheveux retenus en queue de cheval....
    Voir plus

    Ce livre est un très beau roman graphique.

    Yvonne, 80 ans, après le décès de son mari, doit se résoudre à vendre la maison dans laquelle elle a vécu pendant 60 ans et à aller vivre dans un EPAHD.

    « J’ai eu 20 ans ici, un mariage sous le tilleul, mes cheveux retenus en queue de cheval. J’ai eu 30 ans ici, et quatre fois le ventre gros. Trois bébés qui ont grandi, comme on court dans les hautes herbes. Et l’autre, celui qui n’a pas vécu, est enterré plus loin. Nous n’avons pas fleuri sa tombe. J’ai eu 40 ans ici, un monde à mener à la baguette, avec le sourire. Et puis des années douces, le rire de mon homme, sa calvitie et ses mains baladeuses. J’ai eu 50 ans ici, sans jamais craindre les lendemains. J’ai eu 60 ans, la fête un jour d’orage, et 70 ans, la marche plus lente, toujours main dans la main avec lui. J’ai eu 80 ans ici, Henri avait disparu quelques mois avant et les enfants me disaient « tourne la page ». Depuis, j’avance en manquant de tomber à chaque pas, puisque chaque pas m’éloigne encore de lui. Je n’aurai plus rien ici, aucune fête, aucune chute, plus aucune nuit d’amour. Je n’ouvrirai plus les volets sur le matin frais. Je ne m’assiérai plus, un verre à la main pour contempler le soleil se coucher. Je pars.«

    Elle est encore en bonne santé et jouit de toutes ses facultés mentales. Ce qui rend son installation dans cet endroit d’autant plus difficile.

    Au fil des jours qui s’étirent avec lenteur, Yvonne va se lier d’amitié avec d’autres résidents qui, comme elle, sont désireux de profiter de ce qu’il leur reste de bon à vivre, allant jusqu’à fuguer tous ensemble.

    Séverine Vidal, qui anime des ateliers d’écriture en EPAHD, et Victor Pinel, dessinateur, ont su rendre avec un grand réalisme la vie des résidents de ces structures. Si la tristesse apparaît à certains moments, les pages sont toutefois remplies de chaleur humaine, tendresse et humour.

    « Le plongeon » nous invite aussi à une réflexion sur la vieillesse, les dernières années d’une vie et sa lecture n’est absolument pas triste. Comme le dit la 4ème de couverture : « Un EPAHD, des fesses, de l’amour et des rides ! »

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Avec le plongeon, j'ai découvert un splendide album tout en sensibilité avec, déjà, une couverture magnifique !
    Écrire un livre sur la vieillesse, les personnes âgées en EPHAD , il fallait se lancer. Séverine Vidal a osé et peut être fière du résultat. Il faut dire que Victor L. Pinel a...
    Voir plus

    Avec le plongeon, j'ai découvert un splendide album tout en sensibilité avec, déjà, une couverture magnifique !
    Écrire un livre sur la vieillesse, les personnes âgées en EPHAD , il fallait se lancer. Séverine Vidal a osé et peut être fière du résultat. Il faut dire que Victor L. Pinel a merveilleusement accompagné son récit par des dessins délicats et épurés. Les visages et les corps sont vraiment très expressifs et Yvonne, cette grand-mère octogénaire, est on ne peut plus actuelle et vivante.
    L'histoire de cette dernière démarre avec la vente de sa maison avant d'être admise à l'EPHAD « Les mimosas ». Elle pense aux soixante années ou presque, passées dans cette maison avec son mari Henri, décédé depuis peu. « Je n'aurai plus rien ici, aucune fête, aucune chute, plus aucune nuit d'amour. Je n'ouvrirai plus les volets sur le matin frais. Je ne m'assiérai plus, un verre à la main pour contempler le soleil se coucher. Je pars. »
    Mais ne nous laissons pas aller à la mélancolie car Yvonne a encore des ressources et de l'énergie ! Preuve en est lorsqu'elle intervient dans une partie de scrabble ou encore lors de sa création personnelle à l'atelier poterie. Quant à son dernier pied de nez à la monotonie de cette vie en EPHAD, un véritable soleil, on peut le considérer comme un dernier plongeon dans l'eau fraîche, mais je vous laisse le soin de le découvrir.
    Néanmoins, les coups de « moins bien » sont également bien présents quand, par exemple, une visite attendue avec tout le soin apporté à se préparer, à se faire belle, se désiste au dernier moment. Plus grave, ces instants où maintenant, Yvonne s'éclipse, c'est à dire perd le fil de la réalité et qui lui font peur.
    Heureusement, tout n'est pas perdu et l'amour peut être encore possible, grâce à la connivence et à la complicité de cet infirmier si compréhensif et si humain !
    C'est une BD de toute beauté que j'ai eu le privilège de découvrir grâce aux Éditions Grand Angle et à Babelio. C'est une BD où le scénario et le dessin sont particulièrement complémentaires. Les expressions du visage d'Yvonne doivent correspondre à chaque sentiment exprimé dans l'action et ils sont nombreux. La mélancolie, la tristesse, la colère, l'étonnement, la moquerie, l'amour, la joie de même que la douceur ou la dureté doivent être rendus dans les dessins et Victor L. Pinel les a restitués à merveille. Quant aux couleurs, le bleu de la couverture, couleur de l'eau, plus pastel, à l'intérieur, il colle bien avec les émotions d'Yvonne.
    J'ai lu et même relu une deuxième fois le plongeon, tant j'ai été séduite et émue à sa lecture. J'ai pu avoir les larmes aux yeux, quelques fois, mais j'ai aussi jubilé avec Yvonne à ses facéties, et j'ai avant tout apprécié la poésie qui règne tout au long de cet album.

    Chronique illustrée à retrouver sur : http://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.