Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Le pays des autres

Couverture du livre « Le pays des autres » de Leila Slimani aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782072887994
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

En 1944, Mathilde, une jeune Alsacienne, s'éprend d'Amine Belhaj, un Marocain combattant dans l'armée française. Après la Libération, elle quitte son pays pour suivre au Maroc celui qui va devenir son mari. Le couple s'installe à Meknès, ville de garnison et de colons, où le système de... Voir plus

En 1944, Mathilde, une jeune Alsacienne, s'éprend d'Amine Belhaj, un Marocain combattant dans l'armée française. Après la Libération, elle quitte son pays pour suivre au Maroc celui qui va devenir son mari. Le couple s'installe à Meknès, ville de garnison et de colons, où le système de ségrégation coloniale s'applique avec rigueur. Amine récupère ses terres, rocailleuses ingrates et commence alors une période très dure pour la famille. Mathilde accouche de deux enfants : Aïcha et Sélim. Au prix de nombreux sacrifices et vexations, Amine parvient à organiser son domaine, en s'alliant avec un médecin hongrois, Dragan Palosi, qui va devenir un ami très proche.Mathilde se sent étouffée par le climat rigoriste du Maroc, par sa solitude à la ferme, par la méfiance qu'elle inspire en tant qu'étrangère et par le manque d'argent. Les relations entre les colons et les indigènes sont très tendues, et Amine se trouve pris entre deux feux : marié à une Française, propriétaire terrien employant des ouvriers marocains, il est assimilé aux colons par les autochtones, et méprisé et humilié par les Français parce qu'il est marocain. Il est fier de sa femme, de son courage, de sa beauté particulière, de son fort tempérament, mais il en a honte aussi car elle ne fait pas preuve de la modestie ni de la soumission convenables. Aïcha grandit dans ce climat de violence, suivant l'éducation que lui prodiguent les Soeurs à Meknès, où elle fréquente des fillettes françaises issues de familles riches qui l'humilient. Selma, la soeur d'Amine, nourrit des rêves de liberté sans cesse brimés par les hommes qui l'entourent. Alors qu'Amine commence à récolter les fruits de son travail harassant, des émeutes éclatent, les plantations sont incendiées : le roman se clôt sur des scènes de violence inaugurant l'accès du pays à l'indépendance en 1956.Inspiré par l'histoire de la grand-mère de Leïla Slimani, le récit est à la fois dense et haletant. Les nombreux personnages sont peints avec une finesse remarquable. Tous vivent dans « le pays des autres » : les colons comme les indigènes, les soldats comme les paysans ou les exilés. Les femmes vivent dans le pays des hommes et doivent sans cesse lutter pour leur émancipation. Tous sont déchirés entre des traditions immuables et le désir de modernité. L'accession du Maroc à l'indépendance est vue à travers ces destins attachants. La réalité ambiguë de la colonisation est parfaitement disséquée, comme celle de la condition féminine, sans manichéisme. Après deux romans au style clinique et acéré, Leïla Slimani se révèle une romancière de grande amplitude, capable de faire vivre une époque et ses acteurs avec humanité, justesse, et un sens très subtil de la narration. Un roman magnifique.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (33)

  • 3,7 si possible... Lollll

    Une rentrée littéraire décalée pour moi en ce début d'année puisque je me suis plongée hier soir dans le grand roman de Leila Slimani
    "LE PAYS DES AUTRES " publié en février 2020
    aux Éditions Gallimard
    Ils sont des livres que nous lirons un jour, c'est sûr, peu...
    Voir plus

    3,7 si possible... Lollll

    Une rentrée littéraire décalée pour moi en ce début d'année puisque je me suis plongée hier soir dans le grand roman de Leila Slimani
    "LE PAYS DES AUTRES " publié en février 2020
    aux Éditions Gallimard
    Ils sont des livres que nous lirons un jour, c'est sûr, peu importe quand et sous quelle forme...
    encensé par le monde littéraire j'ai surtout une grande admiration pour l'écrivaine: une personnalité charismatique, un peu ambiguë de part sa réserve et sa verve face à un large public pour défendre la condition féminine et notamment les Marocaines... A la fois frêle et imposante (rencontrée au denier salon du livre de Bruxelles ) A l'élocution parfaite pour nous décrire ses habitudes d'écriture et méthode s'il en est -voire nous l'enseigner-
    Ce serait une prof parfaite : impose le respect, capte notre attention pour fabriquer des têtes bien faites mais agréablement pleines aussi
    Bref vous l'avez compris, je l'aime.
    Et ce roman?
    je retrouve le talent de narratrice ici, on quitte la vie effrénée parisienne de l'excellent "Chanson douce" pour se retrouver sous un climat et une région du Maroc complètement arrides, secs, hostiles malheureusement humainement aussi...
    L'histoire de femmes dans un pays d'hommes,
    Un titre multi facettes qui en dit long...

    A la première gifle que reçoit Mathilde, une jeune Alsacienne, de son mari marocain épousé et suivi à la hâte au fin fond du Maroc à la fin de la guerre, je me sens impuissante encore face à toute cette misère et misérable vie que les hommes infligent aux femmes.
    Comment ce revirement est-il possible? aimer passionnément puis en quelques heures, mois, se laisser rattraper par des rites ancestraux de malveillance et de violence ?
    Dans la jungle les singes et gorilles s'aiment et se respectent davantage !
    Mathilde, si jeune, doit souffrir de ne pas "savourer" l'enfance de sa petite fille -3 ans déjà - dans ce contexte incessant de moqueries, humiliations et manque d'amour...
    je retourne à ma lecture en espérant qu'elle trouvera du réconfort parmi les autres femmes, de France (correspond avec sa soeur Irene) et auprès de sa nouvelle famille...
    bonne lecture à vous est on se retrouve sur mon instagram EMMANUELLEM06

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Mathilde, jeune alsacienne éprise de liberté, épouse Amine Belhaj, un jeune officier marocain de l'armée française, à la fin de la seconde guerre mondiale. Le couple s'installe à Meknès, où le jeune homme doit reprendre la ferme achetée par son père dix ans plus tôt.
    Celle-ci est à l'écart de...
    Voir plus

    Mathilde, jeune alsacienne éprise de liberté, épouse Amine Belhaj, un jeune officier marocain de l'armée française, à la fin de la seconde guerre mondiale. Le couple s'installe à Meknès, où le jeune homme doit reprendre la ferme achetée par son père dix ans plus tôt.
    Celle-ci est à l'écart de la ville, et constituée en majorité de terrains peu fertiles. Commence alors une vie de dur labeur pour Amine, et de rêves brisés pour Mathilde occupée par sa maison, son mari et ses enfants et coincée entre ses désirs de modernité et les traditions marocaines. D'autant que le nationalisme et l'aspiration à l'indépendance secouent le pays...

    Le pays des autres est le premier roman de Leïla Slimani que je lis. J'avais apprécié son écriture et son style dans Le diable est dans les détails, un recueil de textes courts sur l'intégrisme islamique. Ils font merveille dans cet ouvrage, avec richesse et sans lourdeur, proposant une lecture aisée et fluide.
    La plume de l'auteure est ici au service de l'histoire, l'histoire de l'amour et du désamour entre deux individu(e)s, Mathilde et Amine, qui se superpose aux déchirements entre deux peuples, marocain et français, à la fin du colonialisme. Une fiction construite sur de solides fondations historiques.
    Le texte est fort et puissant. Il ne nous cache presque rien des vies des deux époux, de leurs rêves inachevés, de la confrontation à une réalité brutale. Il évoque plus discrètement, par petite touche, les luttes pour l'émancipation du peuple marocain, vis à vis de la puissance coloniale, mais également en réaction à des traditions trop pesantes.
    Un gros coup de cœur !

    Chronique illustrée : http://michelgiraud.fr/2021/04/08/le-pays-des-autres-leila-slimani-gallimard-un-coup-de-coeur-fort-et-puissant/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (1)
    • Calimero29 le 08/04/2021 à 13h19

      Si je puis me permettre, je pense que vous aimeriez aussi "Dans le jardin de l'ogre" et "Chanson douce"; ce que j'apprécie chez cette auteure, c'est qu'elle se renouvelle à chaque fois et nous livre des romans totalement différents les uns des autres, mais toujours avec cette écriture percutante, au plus près des émotions. Tout aussi passionnant mais dans le registre essai, "Sexe et mensonges", une étude des relations hommes-femmes et de la place de la femme dans la société marocaine qu'elle connaît bien. En espérant vous avoir donné envie de continuer un bout de chemin avec Leïla Slimani.

      thumb_up J'aime
    • Vous souhaitez réagir ? Identifiez-vous ou rejoignez la communauté de lecteurs.com
  • C'est toujours un grand plaisir de lire un roman de Leila Slimani.Je trouve son roman très visuel tant elle sait dépeindre ses personnages ,les paysages et leur parfum .Et comme à chaque fois elle crée des tensions,
    des émotions,des plaisirs de lecture qui font q'une fois commencé nous ne...
    Voir plus

    C'est toujours un grand plaisir de lire un roman de Leila Slimani.Je trouve son roman très visuel tant elle sait dépeindre ses personnages ,les paysages et leur parfum .Et comme à chaque fois elle crée des tensions,
    des émotions,des plaisirs de lecture qui font q'une fois commencé nous ne lâchons plus le livre avant la dernière ligne.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Comme toujours avec Leila Slimani : intelligence, précision, simplicité, fluidité, intime, psychologies féminines, poids du passé, exil intérieur et extérieur.... lu en deux jours.

    Comme toujours avec Leila Slimani : intelligence, précision, simplicité, fluidité, intime, psychologies féminines, poids du passé, exil intérieur et extérieur.... lu en deux jours.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Peut-on se sentir étranger dans son propre pays? C'est toute la question que pose Le pays des autres de Leila Slimani, fresque familiale qui nous emmène au Maroc dans les années 1950.
    En effet, au sortir de la seconde guerre mondiale, durant laquelle Amine a combattu pour le drapeau tricolore,...
    Voir plus

    Peut-on se sentir étranger dans son propre pays? C'est toute la question que pose Le pays des autres de Leila Slimani, fresque familiale qui nous emmène au Maroc dans les années 1950.
    En effet, au sortir de la seconde guerre mondiale, durant laquelle Amine a combattu pour le drapeau tricolore, il rentre "au pays" accompagné de sa jeune épouse, Mathilde. Symbole d'un nouveau monde métissé, ces deux êtres vont tenter de mener une existence sereine dans un pays en pleine mutation et revendication.
    Mathilde, exilée, parviendra t elle à trouver sa place dans son nouveau pays? Ses compatriotes l'accepteront-elles ainsi que ses enfants à la double appartenance géographique?
    Leïla Slimani nous offre de le découvrir à travers cette fresque familiale qui peint les membres de cette famille avec beaucoup de justesse. Ce roman se lit très facilement et le style de Leila Slimani fait apparaître les personnages sous nos yeux, nous transportant dans les collines marocaines et dans les années 1950. Un roman à savourer donc pour se laisser emporter.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Plongée dans une histoire passionnante, au rythme d’une écriture aussi belle que dans mon souvenir d’ « une chanson douce », une superbe plume, précise, inventive, foisonnante.
    Je rêvais d’une telle immersion depuis déjà pas mal de tentatives avortées de romans ouverts, parcourus sans plaisir...
    Voir plus

    Plongée dans une histoire passionnante, au rythme d’une écriture aussi belle que dans mon souvenir d’ « une chanson douce », une superbe plume, précise, inventive, foisonnante.
    Je rêvais d’une telle immersion depuis déjà pas mal de tentatives avortées de romans ouverts, parcourus sans plaisir puis refermés après la lecture maussade de quelques chapitres décevants…
    Il n’est pas si fréquent, ce sentiment de plénitude qu’on ressent quand on sait qu’on va pouvoir se laisser emporter et oublier avec soulagement et délectation une actualité anxiogène.
    Le pays des autres, c’est magnifique et complètement addictif.


    Il semblerait que Leila Slimani nous propose ici le premier tome d’une saga en trois parties, où l’on découvre Mathilde et Amine, couple mixte franco-marocain venu s’installer au début des années 50 dans la campagne proche de Meknès, pour y reprendre une modeste exploitation agricole où tout est à construire et moderniser.

    Entre France et Maroc, entre colons et autochtones, entre tradition et émancipation, entre homme et femme, entre français et indigène, épouse soumise et femme active, nous sommes sans cesse dans le pays des autres…

    Le premier volet est prometteur : vivement la suite !!!
    En attendant, je me plonge dans Le jardin de l’ogre….

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Après la guerre, Mathilde s’installe à Meknès au Maroc. Elle y a suivi son mari Amine Belhaj, ancien combattant dans l’armée française, rencontré en 1944 dans son Alsace natale. Sur une colline rocailleuse et isolée héritée de son père, il tente de faire pousser des arbres fruitiers et de se...
    Voir plus

    Après la guerre, Mathilde s’installe à Meknès au Maroc. Elle y a suivi son mari Amine Belhaj, ancien combattant dans l’armée française, rencontré en 1944 dans son Alsace natale. Sur une colline rocailleuse et isolée héritée de son père, il tente de faire pousser des arbres fruitiers et de se tenir éloignés des tensions et des violences qui aboutiront à l’indépendance du pays.

    Saga familiale avec pour toile de fond un contexte historique marqué avec des thèmes forts et actuels : le métissage, le vivre ensemble. Bref, ce livre contenait de grandes promesses mais au final c’est pour moi une grosse déception. Le métissage est réduit à un « citrange », croisement entre un oranger et un citronnier, qui ne donne que des fruits amers.
    J’ai eu l’impression d’assister à une suite de scènettes qui se voulaient « pittoresques » mais sans savoir où cela pouvait bien mener.

    Les personnages sont à la limite de la caricature, mais fortement névrosés. Mathilde aurait dû s’appeler Madeleine. Tandis que les hommes tout le long du livre ravalent leurs sanglots, les femmes sont des « hystériques ». Elle sont aussi des êtres « lubriques » (mot utilisé successivement p.36 et p.38)
    Quant à Amine, s’il n’a pas les mots pour exprimer son amour à sa famille, il dispose de ses poings pour la violence ! Et que dire de leur fille Aïcha, avatar bigot de Lila de l’Amie Prodigieuse.

    Au final, le pays des autres c’est surtout des larmes, du vomi, de la pisse et de la merde (le grand-père qui meurt dans ses déjections ; les paysans, les vaches et un singe qui ont les pieds/pattes dedans)… et en ce me qui me concerne beaucoup d’ennui jusqu’à la page 250 sur 366. Dans les 100 dernières pages, j’ai enfin trouvé l’élan dramatique qui manquait tant au livre…mais est-ce suffisant pour me donner envie de connaître la suite ?

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • J'attendais avec impatience de lire ce roman et ce fut un plaisir de retrouver la plume de Leïla Slimani ! Même s'il m'a manqué un petit quelque chose pour que ce soit un coup de cœur et regretté certaines longueurs... Mais cela ne m'empêchera pas de me jeter sur le tome 2 de cette saga...
    Voir plus

    J'attendais avec impatience de lire ce roman et ce fut un plaisir de retrouver la plume de Leïla Slimani ! Même s'il m'a manqué un petit quelque chose pour que ce soit un coup de cœur et regretté certaines longueurs... Mais cela ne m'empêchera pas de me jeter sur le tome 2 de cette saga familiale !

    Dans ce roman, Leïla Slimani inaugure une trilogie consacrée à son pays natal, le Maroc. On y fait la connaissance de ses grands-parents, Amine, un Marocain qui a combattu dans l'armée française et Mathilde, alsacienne, qui après la Libération s'installent à côté de Meknès, au milieu des champs de rocaille. Alors qu'Amine se démène pour essayer de faire fructifier son domaine, Mathilde tente de se faire accepter malgré ses origines et une culture si différente de la sienne. Pendant 10 années, nous allons suivre la vie de ce couple et de sa famille, jusqu'à l'indépendance en 1956 de l'ancien protectorat français.

    Ce roman aborde beaucoup de thèmes intéressants qui en font un livre foisonnant et riche : le choc des cultures, la lutte pour l'émancipation, la condition des femmes, la recherche d'identité, l'histoire du Maroc, une histoire d'amour pas comme les autres... Le personnage de Mathilde m'a particulièrement touchée par sa force de caractère et ce choix de rester auprès de son homme malgré tous les obstacles. Peut-être est-ce aussi parce-que j'ai eu la chance de vivre dans ce beau pays, ce pays des autres, lorsque j'étais adolescente que ce livre m'a parlé. J'y ai retrouvé des odeurs, des sensations, des paysages et une culture ancrés à jamais dans ma mémoire... J'ai hâte de découvrir comment l'histoire de cette famille va évoluer!

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.