Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Le pas du Ventoux ; ricochets de Marseille à Mollans

Couverture du livre « Le pas du Ventoux ; ricochets de Marseille à Mollans » de Sauveur Lubrano aux éditions Elan Sud
  • Date de parution :
  • Editeur : Elan Sud
  • EAN : 9782911137013
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Né en 1924, Sauveur Lubrano, fils d'immigré Italien, nous fait revivre un passé chargé d'histoire, de tendresse et d'émotions...
C'est à Marseille, dans le cadre pittoresque du vieux port d'avant guerre qu'il a vu le jour. Sa vie fut rythmée au gré des événements du siècle dernier : occupation,... Voir plus

Né en 1924, Sauveur Lubrano, fils d'immigré Italien, nous fait revivre un passé chargé d'histoire, de tendresse et d'émotions...
C'est à Marseille, dans le cadre pittoresque du vieux port d'avant guerre qu'il a vu le jour. Sa vie fut rythmée au gré des événements du siècle dernier : occupation, terreur nazie, destruction du panier, bombardement du 27 mai 1944, libération, reconstruction, crises économiques... et surtout une chance insolente qu'il a su provoquer au gré des situations. C'est ainsi que de rencontre en rencontre, d'opportunité en opportunité, sa vie est faite de rebonds et de ricochets, d'efforts et de difficultés vaincues.
Son métier de bâtisseur, lui a fait rencontrer des hommes et situations qui l'ont amené à développer des opérations immobilières et touristiques dans le Champsaur, en Touraine, qui se sont achevées à Mollans sur Ouvèze par la création d'une Oasis de calme "Le Pas du Ventoux". Grand prix de la réussite touristique de la Drôme en 1992, "Le Pas du Ventoux" est aujourd'hui une agglomération située sur les cartes de France.

"Elles sont là, présentes, Giuseppe et Rose mes parents assis à table à la rue Euthymènes, Cocote qui attend l'heure de hisser son hamac, mon frère Jean, trop tôt décédé, sortant soulagé de son contrôle médical pour le STO, son épouse Sylvie et Odette, la soeur cadette de ma femme, elle aussi, tôt disparue. Bézac en tenue de travail entourée de son équipe de Maghrébins partant pour un chantier à la Garrigue, Gustin et Arista et leurs sourires bienveillants. Enfin, Antoine sur le quai de la gare me pressant de prendre rendez-vous chez le notaire quelques jours avant sa mort. Ils sont tous là et si je ne rejoins pas très vite les vivants, je crois que des larmes vont couler. Au fait, depuis quand n'ai-je plus pleuré ? Sans doute plus de soixante ans. Il est bien trop tard maintenant pour le faire".

Donner votre avis