Le mystère Sherlock

Couverture du livre « Le mystère Sherlock » de J. M. Erre aux éditions Pocket
  • Date de parution :
  • Editeur : Pocket
  • EAN : 9782266233552
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

Meiringen, Suisse. Les pompiers dégagent l'accès à l'hôtel Baker Street, coupé du monde pendant trois jours à cause d'une avalanche, et découvrent un véritable tombeau. Alignés dans la chambre froide reposent les cadavres de dix universitaires qui participaient à un colloque sur Sherlock Holmes.... Voir plus

Meiringen, Suisse. Les pompiers dégagent l'accès à l'hôtel Baker Street, coupé du monde pendant trois jours à cause d'une avalanche, et découvrent un véritable tombeau. Alignés dans la chambre froide reposent les cadavres de dix universitaires qui participaient à un colloque sur Sherlock Holmes. Le meilleur d'entre eux devait être nommé titulaire de la toute première chaire d'holmésologie de la Sorbonne. Le genre de poste pour lequel on serait prêt à tuer...
Hommage à Sherlock Holmes et à Agatha Christie, rebondissements, suspense et humour (anglais) : « Élémentaire, mon cher Watson ! ».

Donner votre avis

Avis (38)

  • En Suisse, à l'hôtel Baker Street, proche des chutes de Reichenbach où s'est déroulé un affrontement mortel entre Holmes et Moriarty, neuf spécialistes de Sherlock Holmes sont réunis en colloque pour désigner le plus apte à occuper la première chaire d'holmésologie créée à la Sorbonne par le...
    Voir plus

    En Suisse, à l'hôtel Baker Street, proche des chutes de Reichenbach où s'est déroulé un affrontement mortel entre Holmes et Moriarty, neuf spécialistes de Sherlock Holmes sont réunis en colloque pour désigner le plus apte à occuper la première chaire d'holmésologie créée à la Sorbonne par le professeur Bobo, un doyen de la faculté qui comme le disait Coluche n'a plus toutes ses facultés. Chacun des participants doit apporter une pierre inédite à l'oeuvre du grand détective, qui n'est rien de moins qu'un personnage réel dans leurs esprits déconnectés d'une quelconque réalité, celui qui ose avancer qu'il s'agit d'un personnage de fiction risquant fort un lynchage à prendre au sens propre. L'ambiance est tout de suite tendue. Une compétition féroce, où tous les coups les plus bas sont permis, s'engage entre ces farfelus érudits pour obtenir ce qui représente pour eux le Saint Graal.

    Mais il n'y a pas que l'ambiance qui se dégrade, l'hôtel se trouvant isolé par une avalanche, privé d'électricité, avec un mystérieux tueur adepte d'Agatha Christie qui s'ingénie à reproduire «Les dix petits nègres», qui sont en l'occurrence onze puisqu'à nos dix doux dingues se rajoute une non spécialiste de Holmes. Attention, pour qui ne connait pas ou a oublié le dénouement du roman de la célèbre britannique, il y a du spoil dans l'air.

    L'histoire débute par la macabre découverte du carnage qui s'est déroulé dans l'hôtel pendant les 4 jours d'isolement, et c'est à partir des témoignages divers et variés laissés par les membres du colloque que l'inspecteur Lestrade va devoir expliquer cette hécatombe et découvrir quel esprit malade en est responsable. Car il y a bien une énigme policière dans ce roman à l'allure déjantée qui m'a fait éclater de rire bien souvent, une intrigue dont la résolution met en valeur les capacités de déduction de Lestrade, au nom prédestiné, qui veut se montrer à la hauteur du célèbre détective.

    Le récit est truffé de références aux enquêtes de Sherlock Holmes, chaque affirmation d'un des protagonistes ne pouvant avoir de valeur qu'étayée par une citation du maître rapportée par le bon docteur Watson dans le «Canon» holmésien, à savoir les 4 romans et 56 nouvelles. Et pour qui ne connait pas son Shelock Holmes sur le bout des doigts, il y a des séances de rattrapage avec des extraits de «Sherlock Holmes pour les nuls», qui semble être la seule invention parmi tous les titres cités par J.M. ERRE puisque même «Sherlock Holmes vs Mata hari» existe réellement.

    L'auteur glisse au passage quelques conseils éducatifs pour les parents. Aussi important que d'apprendre à leurs enfants à dire bonjour à la dame et ne pas parler la bouche pleine, leur enseigner comment entrer dans une pièce où attend un tueur leur évitera de se retrouver finaud devant la porte d'un meurtrier.

    Une lecture des plus jubilatoires avec une galerie de personnages plus gratinés les uns que les autres. Un très bon remède contre la morosité pour ceux et celles qui apprécient l'humour un rien potache.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un roman policier à l'humour décapant. Mon roman préféré de cet auteur qui manie remarquablement bien la langue française. J'ai adoré l'intrigue, l'humour, les jeux de mots, bref TOUT! Un roman à lire absolument pour passer un bon moment à rire !
    Je recommande +++ !!!!

    Un roman policier à l'humour décapant. Mon roman préféré de cet auteur qui manie remarquablement bien la langue française. J'ai adoré l'intrigue, l'humour, les jeux de mots, bref TOUT! Un roman à lire absolument pour passer un bon moment à rire !
    Je recommande +++ !!!!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un roman plutot drôle, caricatural mais parfaitement documenté sur le personnage de Sherlock prétexte de ce rassemblement de savants au coeur de la montagne.

    Un roman choral en huit clos, mené comme une enquête de Sherlock ou d'Agatha Christie, des références que l'auteur n'hésite pas à...
    Voir plus

    Un roman plutot drôle, caricatural mais parfaitement documenté sur le personnage de Sherlock prétexte de ce rassemblement de savants au coeur de la montagne.

    Un roman choral en huit clos, mené comme une enquête de Sherlock ou d'Agatha Christie, des références que l'auteur n'hésite pas à revendiquer tout au long du récit. Les personnages sont tous hauts en couleurs, à la limite de grotesque parfois aussi bien attachants qu'agaçant.

    Un roman qui se lit sans prise de tête, le sourire aux lèvres. C'est frais et ça fait du bien.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Déjanté, j'adore cette folie.

    Déjanté, j'adore cette folie.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je suis profondément désolée car j'ai choisi ce livre dans le cadre des livres voyageurs. Je constate que les critiques sont unanimes. Personnellement, j'ai "détesté" lire ce livre. C'est très très rare que ça m'arrive mais pouah, vas y que je t'etale ma culture holmesienne, que je ne crains pas...
    Voir plus

    Je suis profondément désolée car j'ai choisi ce livre dans le cadre des livres voyageurs. Je constate que les critiques sont unanimes. Personnellement, j'ai "détesté" lire ce livre. C'est très très rare que ça m'arrive mais pouah, vas y que je t'etale ma culture holmesienne, que je ne crains pas l'humour de répétition jusque l'overdose, et alors tout est cousu d'un fil blanc gigantesque. Une seule scène m'a amusée. Grosse déception mais essayez c'est sûrement moi qui suis passée à côté.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Le mystère Sherlock de J.M ERRE

    Un mystère à la Agatha Christie qui fait référence aux “dix petits nègres”.
    Onze personnes universitaires qui participent à un colloque sur Sherlock Holmes, se retrouvent enfermés dans un hôtel en Suisse à la suite d’une avalanche.
    Ils disparaissent ou...
    Voir plus

    Le mystère Sherlock de J.M ERRE

    Un mystère à la Agatha Christie qui fait référence aux “dix petits nègres”.
    Onze personnes universitaires qui participent à un colloque sur Sherlock Holmes, se retrouvent enfermés dans un hôtel en Suisse à la suite d’une avalanche.
    Ils disparaissent ou meurent les uns derrière les autres. Mais qui est donc l’assassin ? Mystère !!!

    J’ai trouvé ce livre drôle et original.
    J’ai passé un bon moment de lecture avec des personnages aussi différents et loufoques les uns que les autres. L’intrigue ne se dévoile que sur les dernières pages. Un régal de bonne humeur ! À lire.


    Extraits :

    Mais tel un Moïse sans barbe ouvrant la voie vers la Terre promise, je suis allée plus loin en soutenant que Mme Hudson participait activement à la résolution des énigmes de son Sherlock. Qu’elle était non seulement l’élue de son coeur, mais aussi son alter ego ! Pour cela, je disposais d’une arme imparable qui les a tous laissés sans voix. Un document exceptionnel que j’ai remis au professeur Bobo : les carnets intimes de Mme Hudson que j’ai exhumés parmi un stock de vieux papiers en vente sur eBay !

    Mais enfin, vous ne lisez rien en dehors de Sherlock Holmes ? Vous n’allez jamais au cinéma ? Le beau gosse arrogant meurt toujours parmi les premiers ! Au delà de la portée morale qui satisfait le public - “Bien fait pour lui, ça lui apprendra à être prétentieux”- , ça ôte au groupe son leader naturel et ça oblige à une réorganisation des relations. Qui va prendre la tête ? Qui va récupérer la Beauté du groupe ? Les questions fondamentales, quoi …

    Sous le choc, Perchois fut projeté dans les bras de McGonaghan pour un câlin inattendu. Eva dit fouiller son corsage à la recherche d’un poisson qui y avait trouvé refuge. La méduse choisit un nouvel hôte en atterrissant sur Dolorès, mais la fougueuse fit tournoyer la gélatineuse au-dessus de sa tête avant de l’envoyer repeindre un mur. Quant au corps de Bobo, il gisait au milieu des poissons-clowns bondissants qui manifestaient sans pudeur leur allergie à l’oxygène. Fin tragique pour le phare des holmésiens qui, après les mamours de la méduse, ressemblait davantage à un dessert anglais qu’à un professeur français.

    L’avarice ? Impossible ! J’ai toujours dépensé plus que je gagnais ! D’ailleurs, c’est pour ça que je n’ai jamais commis la luxure.

    Ç elui qui la méritera, c’est celui qui sortira vivant d’ici. En attendant, je vais reprendre sous vos yeux ébahis ma théorie sur Holmes. Comme je l’ai dit dans la salle de réunion, je voudrais redorer l’image des holmésiens pour les les personnes comme Audrey ici présente arrêtent de nous voir comme une secte de joyeux farfelus.
    “Secte de joyeux farfelus”, c’est un peu exagéré, fis-je. Je n’ai jamais dit que je vous trouvais “joyeux”.

    McGonaghan reposait sur le dos et sur la moquette, dans un délicieux papyjama troisième république, l’air endormi, un couteau de cuisine planté en plein coeur, avec ce qu’il fallait de sang pour donner du relief au tableau. Un meurtre sans chichis, un peu classique sans doute, mais ce besoin d’originalité à tout prix qui est la marque de notre époque n’est-il pas le signe d’une société désorientée ? Là meurtre moderne, c’est un peu comme la nouvelle cuisine : on va chercher des influences un peu partout, on fait des mélanges et, Neuf fois sur dix, on est déçu. Là on avait un bon vieux crime à l’ancienne, une valeur sûre. Le surin dans le plapitant, c’est là pot au feu du meurtre.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Voici un petit bouquin à la sauce Sherlock, pimenté d'une bonne dose d'humour (british ou non) qui fait du bien.Un petit bonbon à consommer sans modération et de préférence à dévorer accompagné d'un bon thé earl grey! Autant dire que j'ai adoré.

    Voici un petit bouquin à la sauce Sherlock, pimenté d'une bonne dose d'humour (british ou non) qui fait du bien.Un petit bonbon à consommer sans modération et de préférence à dévorer accompagné d'un bon thé earl grey! Autant dire que j'ai adoré.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Honte à moi ! Je ne connaissais pas J.M. ERRE avant que Muriel ne m’offre l’un de ses romans "Le mystère Sherlock". Il s’agit pourtant d’un auteur Montpelliérain. Comme quoi les cordonniers…
    "Le mystère Sherlock", donc, raconte l’histoire de onze spécialistes de Sherlock Holmes réunis en...
    Voir plus

    Honte à moi ! Je ne connaissais pas J.M. ERRE avant que Muriel ne m’offre l’un de ses romans "Le mystère Sherlock". Il s’agit pourtant d’un auteur Montpelliérain. Comme quoi les cordonniers…
    "Le mystère Sherlock", donc, raconte l’histoire de onze spécialistes de Sherlock Holmes réunis en colloque (il a été organisé pour désigner le futur titulaire de la chaire d’holmésologie de la Sorbonne) à l’hôtel Baker Street à Meinringen (Suisse), hôtel coupé du monde pendant trois jours suite à une avalanche. A leur arrivée, les secours et la police découvrent un véritable carnage.
    L’important ne réside pas dans la résolution de l’énigme, encore que…Non, ce qui m’a surtout frappée et laissée coite, c’est l’écriture. Je me suis surprise à souvent penser "Mais où va-t-il chercher tout ça ?". Et je me suis vite rendu compte, lorsque j’ai commencé à noter des passages que, si je continuais, j’allais recopier la totalité du récit.
    A mes yeux, toutes les qualités sont réunies pour faire de ce roman (et pourquoi pas un film ?) une pure merveille : un huis clos magistral, grandiose, mais sans affectation, un peu à la manière d’Agatha Christie (est-ce un hommage à cet auteur ?), une enquête aussi délirante que drôle, un humour déjanté, une érudition sans bornes, des dialogues ciselés et sublimes, des personnages tous plus loufoques les uns que les autres, une étude d’un monde universitaire ridicule en pleine compétition. J’allais en oublier le lieutenant Lestrade, pas mal non plus et qui travaille à la manière de…Sherlock, bien évidemment.
    Finalement, je n’irai pas par quatre chemins : j’ai adoré ce roman que je qualifierai de petit chef d’œuvre. Je me demande même s’il ne mériterait pas d’être remboursé par la sécurité sociale en qualité d’antidépresseur.

    comment Commentaires (2) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions