Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Le monde du vivant

Couverture du livre « Le monde du vivant » de Florent Marchet aux éditions Stock
  • Date de parution :
  • Editeur : Stock
  • EAN : 9782234089969
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Cet été-là, Solène a treize ans et elle déteste son père. Jérôme a obligé sa famille à s'installer à la campagne pour réaliser son rêve : devenir propriétaire d'une ferme. Cet ancien ingénieur, lui, est fier de sa nouvelle vie : au plus proche de l'écosystème, les mains dans la terre à planter... Voir plus

Cet été-là, Solène a treize ans et elle déteste son père. Jérôme a obligé sa famille à s'installer à la campagne pour réaliser son rêve : devenir propriétaire d'une ferme. Cet ancien ingénieur, lui, est fier de sa nouvelle vie : au plus proche de l'écosystème, les mains dans la terre à planter des haricots et des tomates de saison, l'oeil à veiller sur la traite de ses vaches. Mais les temps se durcissent, et la désillusion grignote son esprit.
Alors que les moissons approchent, sa femme Marion, voulant l'aider, se blesse avec une machine agricole et immobilisée. Théo, un « wooffeur » (aide agricole biologique) de vingt-quatre ans, vient seconder Jérôme ; il n'est pas sans charme, il n'est pas sans radicalité non plus. Avec sa présence c'est tout l'équilibre familial qui est chamboulé.
Avec la fin du collège, Solène découvre la sexualité, son langage amoureux, sa légèreté, ses bouderies, ses audaces. En ce mois de juillet, la vie va s'embraser.

Un premier roman virtuose, mené par une écriture visuelle qui joue sur les émotions amoureuses, la solitude de l'existence, sa beauté aussi. Une forme de suspens saisit cette campagne où il fait trop chaud, où les corps sont trop moites, où les gestes sont maladroits et où les malentendus vont croissant, jusqu'au final.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (6)

  • Bienvenue donc à Levroux, village où Jérôme, ingénieur agronome a décidé un jour de s’installer avec sa femme Marion, ses enfants Solène et Gabin le petit dernier après avoir lâché son travail en ville pour vivre en fonction de leurs aspirations : cultures biologiques, respect de la nature,...
    Voir plus

    Bienvenue donc à Levroux, village où Jérôme, ingénieur agronome a décidé un jour de s’installer avec sa femme Marion, ses enfants Solène et Gabin le petit dernier après avoir lâché son travail en ville pour vivre en fonction de leurs aspirations : cultures biologiques, respect de la nature, élevage raisonné de vaches, fabrication de fromages que Marion va vendre au marché.

    Bien-sûr, il a fallu s’endetter pour faire des travaux, acheter du matériel et il faut économiser pour joindre les deux bouts au grand dam de Solène qui rêve smartphones, cinéma, sorties avec les copains et refuse de donner un coup de main : « elle n’a pas demandé à venir s’enterrer ici » …

    Un jour Marion se blesse méchamment la main avec une machine récalcitrante, plaie de la main, coupure des tendons, chirurgie réparatrice et c’est le repos forcé, alors ils font appel à un woofer, Théo qui veut parcourir le monde, et apprendre une culture raisonnée sinon raisonnable. Et, cela va entraîner des réactions en cascades sur toute la famille.

    On plonge dans les théories de Gaspard Steiner, la cité expérimentale d’Auroville au nord de Pondichéry, créée par un architecte français, « où on retrouve des gens venus des quatre coins de la planète » où viennent se mêler la spiritualité ou la religion…

    J’ai aimé les colères de Jérôme, son intolérance à la contradiction, son besoin d’être rassuré, la manière bancale dont il gère sa ferme, ses combats avec les « exploitants agricoles, aux bottes de la FNSEA » qui ont réussir à faire rayer de la carte le mot paysan que je trouve tellement plus noble et respectueux de la nature, les champs inondés de pesticides, glyphosate et autres produits fort sympathiques… les positions pessimistes, de Jérôme autant que celles de Théo, les collapsologues etc. etc.

    J’ai bien aimé la manière dont l’auteur parle des ados, de la découverte de la sexualité, de leurs angoisses, et la dureté de leurs échanges, qui flirtent parfois avec le harcèlement.

    Florent Marchet décrit très bien le cercle vicieux infernal dans lequel certains se sont enfermés, les subventions agricoles qui ne servent finalement qu’à rembourser les crédits qu’on les a poussés à faire, les suicides avec des méthodes imparables.

    Par contre, trop de détails, de l’histoire du colibri trop ressassée, aux discussions sans fin et souvent stériles, et l’opposition tranchée entre ceux qui veulent consommer et les autres, les comportements des ados tellement tranchés qu’ils en deviennent caricaturaux, je peux vous assurer qu’on en sort le moral dans les chaussettes.

    Je me sens concernée depuis très longtemps par l’avenir de la Planète, ou on absence d’avenir, on ne sait plus trop à quoi s’attendre, mais avec ce roman on a vraiment l’impression que c’est fichu.

    Florent Marchet évoque au passage un film que j’ai adoré autrefois « Soleil vert » qu’on revoit trop peu souvent à la télévision : la Terre dans les années 2020 justement qui est complètement brûlée, l’eau devenue rare, la nourriture se limitant à une tablette protéinée, où l’on propose le suicide assisté aux anciens qui ont connu la Terre avant la catastrophe en leur montrant des images d’avant, quand il y avait des fleurs, de la végétation…

    Pour un premier roman, c’est intéressant et s’il peut convaincre quelques climatosceptiques, je préfère climato-négationnistes qu’il est encore temps de se bouger, ce sera une réussite…

    Un grand merci à NetGalley et aux éditions Stock qui m’ont permis de découvrir ce roman ainsi que la plume de son auteur, à suivre…

    #Lemondeduvivant #NetGalleyFrance

    https://leslivresdeve.wordpress.com/2020/12/09/le-monde-du-vivant-de-florent-marchet/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Ce premier roman met en scène un agriculteur et sa famille, nouvellement installés dans le Berry. Leur exploitation est biologique, les contraintes sont nombreuses, et Solène, quatorze ans, ne supporte plus les diatribes de son père. Porteur d'un message fort et de réflexions sur le monde de...
    Voir plus

    Ce premier roman met en scène un agriculteur et sa famille, nouvellement installés dans le Berry. Leur exploitation est biologique, les contraintes sont nombreuses, et Solène, quatorze ans, ne supporte plus les diatribes de son père. Porteur d'un message fort et de réflexions sur le monde de demain, ce livre résonne comme un cri d'alarme nécessaire - sur les conditions de vie des fermiers et sur le besoin de préserver l'environnement. Ce rappor brut aussi bien à la nature, la vie rude de ferme en Berry et la confrontation de l’adolescente avec son père sont la force de ce récit et porte ce message de la détresse et de l’urgence de repenser notre système agricole pour répondre à urgence écologique.
    #netgalleyfrance #lemondeduvivant

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Nous rentrons dans Le Monde du Vivant comme cette famille est rentrée dans le monde rural, paysan, qui est devenu le leur, de plain-pied, brutalement, et dans la peau de Jérôme le père de famille, noyé par son travail et la désillusion et de l’adolescente, en pleine phase d’affirmation...
    Voir plus

    Nous rentrons dans Le Monde du Vivant comme cette famille est rentrée dans le monde rural, paysan, qui est devenu le leur, de plain-pied, brutalement, et dans la peau de Jérôme le père de famille, noyé par son travail et la désillusion et de l’adolescente, en pleine phase d’affirmation d’elle-même. Autant vous dire que les dialogues et clashs de tout ordre promettent d’être savoureux, d’autant que Solène n’est pas vraiment le genre de jeune fille à obéir docilement, sans jouer un drame en trois actes avant de céder à contre-cœur. Vivre à la campagne, c’est une chose, devenir agriculteurs, éleveurs, exploitants, c’est une autre paire de manche, qui sont peut-être trop grandes pour Jérôme, à l’évidence.

    C'est un choix plutôt audacieux et osé, qui a été le leur, eux les citadins, de s’improviser parfaits campagnards, les difficultés que cela comporte. Un pari pour le moins risqué quand on sait les difficultés que rencontrent les agriculteurs aujourd’hui, écrasés par la pressions des revendeurs, par les aléas de la météo et les banques qui spéculent sur le prix des céréales, des œufs et du lait sans même se poser la question des conséquences de leurs paris absurdes. On le voit, tous les jours aux journaux télévisés en manque cruel d’information digne de ce nom, c’est un choix que font de plus en plus citadins en mal d’espaces verts et d’un confort de vie, à mille lieues des périphériques, des rocades encombrés et du trafic assourdissant des villes surpeuplées. C’est un choix respectable, et courageux, la question est de savoir si tout ingénieur qu’il est, Jérôme, et sa femme, ont les épaules pour assumer cette décision, jusqu’au bout. Et c’est tout l’enjeu de ce texte.

    Et c’est sur ce choix et ses conséquences que Florent Marchet s’appuie pour rédiger son roman, d’une simplicité extrême, mais d’une justesse incroyable: rien d’improbable, rien de farfelu ou d’extraordinaire, non, nous restons dans la vie quotidienne d’une famille française ordinaire. Peut-être un plus aisée que la moyenne, composée de Jérôme, les épaules et les bras de la ferme, qui sature de la vie citadine, Marion, la femme aimante qui ne s’écoute pas, préférant d’abord penser au bien de sa famille, Solène la jeune fille, en prise avec ses émois d’adolescente, Gabin le petit frère enquiquinant. Que du normal, du foncièrement normal, de l’excessivement ordinaire. N’empêche que ce roman, il possède un charme insaisissable, et je ne l’ai pas lâché avant la fin. Parce que ce choix, dont Jérôme est à l’origine, affecte chacun des membres de la famille, et ses conséquences se font de plus en plus prégnantes à mesure que le temps passe et que le père de famille réalise qu’il en a sous-estimé les conséquences. Parce qu’au milieu de tout ça, des galères, financières, matérielles, relationnelles, les membres d’une famille s’éloignent les uns des autres, à cause de la surcharge du travail, des sacrifices de plus en plus coûteux dans lequel un père a engagé la famille entière, sans vraiment l’avoir consultée avant. Le monde agricole est un univers aride, dur, implacable, qui ne pardonne rien, ou les hommes font bien souvent corps avec leur terre et leur bête, où la ruine, la maladie, la mort rodent, bien plus qu’ailleurs. Les illusions, et l’enthousiasme des premières heures, s’effacent peu à peu laissant la place à la réalité glaçante de la terre stérile, des animaux improductifs, des accidents destructeurs. Mais cela n’est encore rien face à la brutalité et la violence de vies entièrement vouées à leur domaine qui se brisent.

    Doté d’une écriture élégante, l’auteur revisite la banalité et le quotidien, qu’il ne sublime, pas plus qu’il ne déprécie. On pourrait se laisser aller à dire que ce roman n’a donc pas grand intérêt, encore un livre sur la vie rurale, au contraire, il est passionnant. Le lecteur devient vite ce cinquième membre de la famille, qui respire, vit et souffre au rythme de chacun, de ce père de famille au bord du born-out, de l’implosion. Il est instructif d’assister à cette ruralisation croissante de citadins, asphyxiés par la ville (et on se doute que dans le contexte actuel, le mouvement n’est pas près de faiblir), tentent de revenir à un mode de vie plus simple et sain, a priori.

    C’est aussi un ton, qui ne fait pas dans le sarcasme direct, mais qui se trouve à mi-chemin entre le constat et la critique, teintés d’un peu de moquerie, de ces nouveaux fondamentalistes du bio à tout-prix, qui voient en des courants qui se veulent bienveillants (je pense ici à l’anthroposophie et Rudolf Steiner), de cet absolutisme qui n’admet aucune concession, de ces complotistes qui voient des chemtrails à chaque coin de ciel. Un récit qui rappelle les drames, vite oubliés, qu’engendrent également la vie et le métier d’agriculteur, qui tient plus du sacerdoce aujourd’hui, si tant est que vous ayez les moyens, financiers et matériels, d’entretenir votre exploitation. Et une grande place est laissée à l’adolescente, en révolte entre la place qu’elle veut occuper, celle de la femme en devenir, auprès de son petit-ami, sa meilleure amie, la bande en vue du collège, et celle qu’on lui accorde, une aide supplémentaire et essentiel à la somme de travail de la ferme. Et la terrible sensation de Jérôme de perdre contact avec sa famille, d’être devenu incapable de voir ses enfants grandir, sa femme se renfermer.

    L’auteur reprend en filigrane le discours de ces hommes sortis de nulle part, ces doux rêveurs, sans aucune formation, qui veulent absolument tout réformer, à leur manière, qui jugent ceux qui traditionnellement occupent la place de plus longtemps et qui essaient de s’en sortir. Critique de cette nouvelle vague de nouveaux écolos, qui n’ont sans doute jamais touché un outil de leur vie, mais qui veulent reformer un monde sans prendre en compte des conditions et contraintes économiques -et psychologique- d’un mauvais rendement, d’une mauvaise récolte, d’une traite faible. Et je crois que l’on ne peut être que sensible à cette vision des choses, qui a le bon sens de ne pas tomber dans les excès ni d’un côté ni d’un autre et qui amène donc davantage le lecteur à réfléchir que s’il tenait des propos et un jugement inflexible. En tout cas, en ce qui me concerne, c’est comme cela que je fonctionne.

    Un roman simple, d’individus désorientés, à bout, désillusionnés, broyés par les barre de coupe de ce monde impitoyable, clôt par une fin en fanfare, qui nous laisse un peu trop sur la faim justement. La dernière page on la tourne le cœur serré, le charme simple de ce roman agit sans aucun doute, et tout comme ce style à la fois simple mais si délicat et efficace. Peut-on avoir la suite svp?

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Levroux. Jérôme, ingénieur en agronomie, sa femme Marion et ses deux enfants Solène et Gabin ont quitté Orléans pour rejoindre cette petite commune et ainsi prendre en charge une ferme. C’est le rêve de Jérôme, mais sa femme s’en accommode plutôt bien. Cela ne semble pas être le cas pour Solène,...
    Voir plus

    Levroux. Jérôme, ingénieur en agronomie, sa femme Marion et ses deux enfants Solène et Gabin ont quitté Orléans pour rejoindre cette petite commune et ainsi prendre en charge une ferme. C’est le rêve de Jérôme, mais sa femme s’en accommode plutôt bien. Cela ne semble pas être le cas pour Solène, quatorze ans, pour qui ce changement de décor est un véritable chamboulement. Alors qu’elle découvre les premières amours adolescentes, elle s’éloigne de plus en plus de son père. Lorsque Marion subit un accident, la petite famille est obligée de faire appel à un WWOOFeur. Théo fait alors son apparition et va chambouler le quotidien et les certitudes de Jérôme et du reste de la famille.

    Florent Marchet m’a conquise grâce à ce roman simple de prime abord, mais qui dissèque les sentiments avec beaucoup de justesse. C’est une véritable immersion dans le monde rural que propose l’auteur, et j’ai fortement apprécié d’avoir ce côté exode urbain mis en avant.

    J’en ai énormément appris sur les fermes, notamment quant au rôle des WWOOFeurs, dont à vrai dire je méconnaissais totalement le terme. Il s’agit tout simplement de volontaires qui s’initient aux savoir-faire et aux modes de vie biologiques, en prêtant main-forte à des agriculteurs qui leur offrent le gîte et le couvert.

    Je n’ai pu m’empêcher de trouver à ce roman un petit côté engagé pour une agriculture moins polluante et davantage portée sur le bio. Au travers de Théo, beaucoup de belles idées sont véhiculées et je me suis énormément questionnée. Les personnages m’ont poussée à la réflexion et pas beaucoup de lectures abordent aussi profondément le monde de la campagne.

    Mais ce roman, c’est avant tout un récit d’émotions, et Florent réussit son pari avec brio. Avec beaucoup de sensibilité, il va analyser la période compliquée de l’adolescence et de ses multiples chamboulements. Ainsi, au travers de Solène, Florent fait la part belle aux premières amours, aux questionnements intérieurs, aux doutes d’un côté, mais également à ce sentiment de puissance qui habite les jeunes gens. Cette dualité est ici analysée avec une grande justesse.

    La plume de l’auteur est empli de simplicité et d’authenticité. Sous un style délicat, Florent arrive à faire passer diverses émotions. Les chapitres sont de taille moyenne et une fois ce roman commencé, il devient très difficile de le lâcher.

    Un récit délicat abordant l’adolescence, les premières amours, servi par des personnages profonds et le tout dans un milieu rural très bien dépeint. C’est un premier roman d’une grande réussite. À découvrir.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Jérome , ancien ingénieur décide de se reconvertir en agriculteur. il s'installe avec Marion son épouse et leurs deux enfants dans la ferme qu'il ont acheté.
    Solène, qui passe le brevet en fin d'année n'en peut plus de cette vie, elle a honte de son père qui vient la chercher au collége au...
    Voir plus

    Jérome , ancien ingénieur décide de se reconvertir en agriculteur. il s'installe avec Marion son épouse et leurs deux enfants dans la ferme qu'il ont acheté.
    Solène, qui passe le brevet en fin d'année n'en peut plus de cette vie, elle a honte de son père qui vient la chercher au collége au volant d'une vieille clio vêtu d'un marcel et d'une combinaison pleine de poussière, de saleté et de cette odeur de purin qu'elle respire en rentrant dans la cour.
    Quant à son frère, il ne pense qu'à taquiner sa soeur et est super protégé par les parents.
    Quand Marion a la main coincée dans la prise de force du tracteur, l'ambiance devient impossible ....... Solène est de plus en plus sollicitée pour remplacer sa mère.
    Mais ce que veut Solène c'est plaire à Baptiste, le fils du docteur .
    jérome sur les conseils de sa femme va faire appel à Théo, un jeune " wooffeur " aide agricole biologique ......
    Les difficultés du monde agricole sont le sujet de ce roman avec ce qui en découle tout autour ...... perte d'argent, mauvaise passe, ras-le-bol des gamins qui eux veulent s'amuser .......
    un très bon roman qui mérite sa lecture .........

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Le monde du vivant, c'est un premier roman, plus que réussi, de Florent Marchet.

    Le monde du vivant, c'est la vie d'une famille à la campagne, suite à la reconversion de Jérôme, ancien ingénieur agronome.

    Le monde du vivant, ce sont les fortes difficultés que vivent aujourd'hui les...
    Voir plus

    Le monde du vivant, c'est un premier roman, plus que réussi, de Florent Marchet.

    Le monde du vivant, c'est la vie d'une famille à la campagne, suite à la reconversion de Jérôme, ancien ingénieur agronome.

    Le monde du vivant, ce sont les fortes difficultés que vivent aujourd'hui les agriculteurs, même lorsqu'ils essaient de faire au mieux.

    Le monde du vivant, c'est Théo, un wooffeur végan écolo un poil radical, qui bouscule les certitudes, les habitudes, les décisions de cette famille.

    Le monde du vivant, c'est Solène, l'adolescente, qui vit ses premiers émois, avec excitation, mais aussi doutes et peurs.

    Le monde du vivant, ce sont des esprits qui sont complices, qui s'emmêlent, qui s'entrechoquent, qui s'échauffent… parfois pour le pire.

    Le monde du vivant, c'est un livre sur la vie, sur la nature, sur l'agriculture…

    Le monde du vivant, c'est un livre qui se lit facilement, sans doute grâce à la plume de l'auteur.

    Le monde du vivant, vous l'aurez compris, est une lecture que j'ai fort appréciée. Merci !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.